L’espace et le temps dans un régime autoritaire. La Tchécoslovaquie 1948-1989

Roman Krakovsky (université Paris 1, dir. Antoine Marès) soutiendra sa thèse de doctorat intitulée

L’espace et le temps dans un régime autoritaire. La Tchécoslovaquie 1948-1989

le 3 décembre 2012 à 15h00

Lieu : Salle Duroselle – Galerie Dumas – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – 1 rue Victor Cousin – 75005 Paris (France)

Jury :

Alain BLUM (EHESS)
Paul GRADVOHL (Nancy 2)
Marie-Claire LAVABRE (CNRS)
Antoine MARES (Paris 1)
Pascal ORY (Paris 1)

Résumé :

Ce travail analyse les conceptions socialement dominantes de l’espace et du temps d’un régime autoritaire moderne, le communisme tchécoslovaque (1948-1989). Il cherche à définir les spécificités de la gestion du temps et de l’espace par celui-ci, à montrer comment ce processus contribue à la naissance d’une nouvelle société socialiste et participe à la construction du lien social au quotidien. Avec les méthodes de la socio-histoire, le travail analyse la représentation, la perception et le vécu des principaux cadres sociaux : le temps linéaire et le temps cyclique, l’espace public et l’espace privé, et l’espace-temps politique. Dans la période fondatrice de la démocratie populaire, nous assistons à la transformation radicale de ces cadres, posant les bases d’un nouveau contrat social (1945-1958). Le régime construit un cadre temporel prospectif, fondé la compression et l’accélération du temps. Les démarcations entre le public et le privé se déplacent au détriment du privé. Le rapport au politique se construit par la ritualisation des interactions sociales. Face aux difficultés à imposer ces nouveaux cadres dans la durée, le régime réduit l’horizon de ses attentes. Du contrôle de l’espace et du temps, on se dirige progressivement vers leur autonomisation (1958-1973). Le constat de l’échec du projet social, à partir du milieu des années 1970, conduit à un éloignement progressif et réciproque entre l’État et la société à la fois dans leur conception et leur perception de l’espace et du temps (1974-1989). L’objectif initial de construire une nouvelle société socialiste par la maîtrise totale des cadres sociaux est abandonné au profit du maintien formel de cadres vidés de leur contenu.

Abstract :

The thesis analyzes socially dominant conceptions of time and space in a modern authoritarian regime, the Czechoslovak communism (1948-1989). It seeks to define how the management of time and space contributes to the creation of new socialist society and in what extent it helps building social relations in everyday life. With the methods of social history, the thesis analyzes representations, perceptions and experiences of some key social frameworks: linear and cyclical time, public and private sphere and space-time relations regarding to politics. During the founding period of the popular democracy, these frameworks are radically transformed, laying the foundations for a new social contract (1945-1958). The regime builds a prospective timeframe based upon compression and acceleration of time. The boundaries between the public and the private are displaced to the detriment of the privacy. The relation to politics is based on the ritualization of social interactions. Given the difficulties in imposing these new frameworks over time, the regime reduces its expectations. The control of time and space is gradually heading towards the conquest of their autonomy (1958-1973). The failure of the social project, from the mid-1970s, is resulting in a progressive alienation between state and society both in their conception and perception of time and space (1974-1989). The initial goal to build a new socialist society by a total control over social settings is abandoned in favour of the formal maintaining of its empty frameworks.


guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Publié par

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *