La fin du secret : Histoire des archives du Parti communiste français

GENEVÉE, Frédérick, La fin du secret : Histoire des archives du Parti communiste français, Paris, Éditions de l’Atelier, février 2012, 176 p.

 


Frédérick Genevée est agrégé et docteur en histoire. Il est responsable des archives du Parti communiste français.

Que contiennent les archives du Parti communiste français? Ce parti, qui longtemps cultiva le goût du secret et du document jusqu’à demander à chacun de ses responsables de rédiger une autobiographie, fut aussi celui qui subit la surveillance policière la plus étroite. Cet ouvrage décrit avec précision la façon dont se constitua cette immense banque de données de l’activité communiste en France et comment elle devint au bout d’une longue histoire accessible à tous.  Les archives sont également un enjeu éminemment politique. Jusqu’aux années 1970, ces documents sont tenus secrets; le PCF désirant écrire sa propre histoire hors du regard extérieur. Dans les années 1980, la question de l’ouverture des archives fait l’objet de débats intenses. La volonté de transparence du Parti communiste français affichée après la chute de l’Union soviétique eut raison des dernières résistances internes. Premier et seul parti de France à accomplir cette démarche, le PCF ouvrit totalement ses archives en 1993 et les déposa en 2005 dans une institution publique. Il livrait ainsi les entrailles de son activité aux historiens et au public.  Cette histoire raconte la tension existante entre le goût du secret qu’alimente la volonté de protéger le Parti contre l’extérieur et le désir d’ancrer l’activité communiste dans l’histoire sociale, politique et culturelle de la France.

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l’UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

L’affaire Soames et les arcanes de la diplomatie britannique

SANDERSON, Claire, Perfide Albion? L’affaire Soames et les arcanes de la diplomatie britannique, Paris, Publications de la Sorbonne, 2012, 293 p.

 


L’affaire dite «Soames», qualifiée d’un des plus grands scandales de l’histoire de la diplomatie britannique, se déroule en février 1969, alors que les relations Paris-Londres sont au plus bas depuis la fin de la guerre.

Une conversation confidentielle entre le président Charles de Gaulle et l’ambassadeur britannique à Paris, Christopher Soames, débouche sur une crise diplomatique si grave qu’elle s’étend à l’ensemble du continent européen. Immédiatement détourné par les Britanniques, le contenu de la conversation est révélé à Bonn et communiqué à Washington, afin de nuire aux relations franco-allemandes et de protéger la relation anglo-américaine.

Le déroulement des événements est orchestré non pas par l’ambassadeur Soames, bouc émissaire de l’affaire, mais par le Foreign Office, dont certains hauts fonctionnaires mettent à l’épreuve le fonctionnement traditionnel du service diplomatique de Sa Majesté. À Paris, Michel Debré évoque la «perfide Albion» et, à la veille du départ du Général de Gaulle, la situation semble dans l’impasse : la Grande-Bretagne est discréditée aux yeux de ses partenaires européens, et les relations Paris-Londres semblent plus compromises que jamais.

À partir d’archives britanniques, françaises, allemandes et américaines, ainsi que de témoignages d’acteurs et d’observateurs de l’époque, l’auteur présente une interprétation originale d’une affaire souvent délaissée par l’historiographie, mais non sans conséquences sur les relations diplomatiques franco-britanniques dans le contexte de la construction européenne.

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l’UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Cousu de fil rouge. Voyages des intellectuels français en Union soviétique

CŒURÉ, Sophie, MAZUY, Rachel, KUZNESTOVA, Galina, et ANISKINA, Elena, Cousu de fil rouge. Voyages des intellectuels français en Union soviétique – 150 documents inédits des Archives russes, Paris, CNRS Éditions, coll. «Mondes russes», janvier 2012, 381 p.

 

http://www.cnrseditions.fr/Histoire/6534-cousu-de-fil-rouge-sophie-coeure-rachel-mazuy.html

En 1936 paraît à Paris le Retour d’URSS d’André Gide. La controverse retentissante déclenchée par l’ouvrage fait émerger l’une des énigmes de la vie politique et culturelle française au XXe siècle : la mode des voyages en Union soviétique. Des années 1920 aux années 1980, cédant pour la plupart à la fascination pour la révolution d’Octobre, souhaitant pour d’autres prouver l’échec des Soviets, écrivains, journalistes, artistes mais aussi architectes, instituteurs ou étudiants font le « pèlerinage à Moscou ». Henri Barbusse, Romain Rolland, André Malraux, Louis Aragon, André Gide, Jean Renoir, Jean Effel… contribuent à bâtir un mythe politique et littéraire.

Vingt ans après la disparition de l’URSS, les archives parlent et permettent d’entrer enfin au coeur de la fabrication de l’utopie communiste. Comment l’administration et les dirigeants soviétiques préparaient-ils les voyages? Comment fonctionnait le fameux «Intourist»? Comment les voyageurs étaient-ils accueillis, guidés, incités à écrire au retour un récit le plus favorable possible? Quel fut le destin, parfois tragique, de leurs accompagnateurs?

Des rapports des interprètes aux menus des dîners officiels, des instructions des ambassadeurs aux souhaits des visiteurs, ces documents inédits permettent de mieux comprendre les logiques et les ambiguïtés de l’engagement des intellectuels face au modèle soviétique et au communisme.

Sophie Coeuré est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris 7 Denis Diderot. Elle a notamment publié La mémoire spoliée. Les archives des Français butin de guerre nazi et soviétique (2007). Rachel Mazuy est historienne, auteur de Croire plutôt que voir. Voyages français en Russie soviétique. Les traductrices, Galina Kuznetsova et Elena Aniskina, sont archivistes aux Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF).

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l’UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

John Foster Dulles Secrétaire d’État, Cold Warrior et père de l’Europe

DAVID, François, John Foster Dulles Secrétaire d’État, Cold Warrior et père de l’Europe, Paris, PUPS, novembre 2011, 592 p. Préface de Georges-Henri Soutou

 

Présentation de l’ouvrage :

John Foster Dulles (1888-1959) est un personnage clé de la montée en puissance des États-Unis au XXe siècle. Ce diplomate, avocat d’affaires le mieux payé du monde, dirigeant des Églises protestantes, petit-fils et neveu de secrétaires d’État, frère d’un directeur de la CIA, intervient au cœur des réseaux qui transforment les États-Unis en une superpuissance volontariste et extravertie. Théoricien et praticien de l’idéalisme wilsonien, Foster Dulles participe aux premières réussites transatlantiques, mais aussi aux grandes déchirures américano-européennes. Après avoir rédigé l’article 231 du traité de Versailles («responsabilité» de l’Allemagne dans l’entrée en guerre), il forge, trente ans plus tard, la grande réconciliation entre l’Allemagne et l’Occident, en ancrant la RFA d’Adenauer au sein de l’Occident libéral. Apôtre par excellence de «l’indépendance dans l’interdépendance», Foster Dulles veut répudier la souveraineté des États nations pour mieux promouvoir le fédéralisme intégral sur le Vieux Continent. Chantre de la «destinée manifeste» et du messianisme américain, le secrétaire d’État du président Eisenhower, de 1953 à sa mort en 1959, n’a pas seulement coalisé l’Occident aux pires heures de la guerre froide; père de l’Europe, il a aussi posé, avec son ami Jean Monnet, les fondements idéologiques de l’actuelle Union européenne.

Cet ouvrage bénéficie du soutien et du prix de l’Association des anciens pensionnaires et amis de la Fondation Thiers (prix 2007).

Les auteurs :

Ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm) et ancien pensionnaire de la Fondation Thiers (Institut de France–CNRS), François David est agrégé d’histoire et maître de conférences en science politique à l’université Jean Moulin (Lyon III), au Centre lyonnais d’études de sécurité internationale et de défense (CLESID).

Georges-Henri Soutou est membre de l’Académie des Sciences morales et politiques et Professeur émérite à l’Université Paris-Sorbonne (Paris-IV). Membre de la Commission des archives diplomatiques auprès du Ministère des Affaires étrangères, il siège au conseil de rédaction de diverses revues, dont Relations internationales et la Revue historique des Armées; il est co-directeur de la Revue d’histoire diplomatique.

Il travaille sur les relations internationales au XXe siècle, en particulier sur la Première guerre mondiale, les rapports franco-allemands et les relations Est-Ouest après 1945. Il a publié notamment L’Or et le Sang. Les buts de guerre économiques de la Première guerre mondiale, Fayard, 1989; L’Alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-allemands, 1954-1996, Fayard, 1996; La Guerre de Cinquante Ans. Les relations Est-Ouest 1943-1990, Paris, Fayard, 2001; L’Europe de 1815 à nos jours, PUF, 2007.

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l’UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Relations internationales (2011/3)

Relations internationales, no. 147, été 2011. Dossier «Politiques étrangères de l’URSS et des démocraties populaires depuis 1945 – I»

 

Antoine Marès et Marie-Pierre Rey : «Introduction», p. 3-5

Jean-François Fayet : «Le 9 mai contre le 7 novembre : concurrence commémorative et nouvelle légitimité internationale de l’URSS», p. 7-18

Mikhail Lipkin : «Avril 1952, la conférence économique de Moscou : changement de tactique ou innovation dans la politique extérieure stalinienne?», p. 19-33

Sabine Dullin : «Des frontières s’ouvrent et se ferment. La mise en place d’un espace socialiste derrière le rideau de fer, 1953-1970», p.  35-48

Pauline Gallinari : «Une offensive cinématographique soviétique en France? Les enjeux du retour du cinéma soviétique sur les écrans français dans l’après-guerre», p. 49-58

Andreï Kozovoï : «Défier Hollywood : la diplomatie culturelle et le cinéma-l’ère Brejnev», p. 59-71

Marie-Pierre Rey : «L’Europe occidentale dans la politique extérieure soviétique de Brejnev à Gorbatchev, évolution ou révolution?», p. 73-84

André Liebich : «Les promesses faites à Gorbatchev : l’avenir des alliances au crépuscule de la guerre froide», p. 85-96

Irène Herrmann : «Quand Berne aidait Moscou. Conception et perception de l’aide humanitaire suisse lors de l’effondrement de l’Union soviétique», p. 97-107

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l’UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Diplomacy & Statecraft (22/4, automne 2011)

Diplomacy & Statecraft, vol. 22, no. 4, automne 2011

 

Articles :

  • Patrick Porter, « Beyond the American Century: Walter Lippmann and American Grand Strategy, 1943–1950 », p. 557-577
  • Mitch Lerner, « Climbing off the Back Burner: Lyndon Johnson’s Soft Power Approach to Africa », p. 578-607
  • James Llewelyn, « Steadfast Yet Reluctant Allies: Japan and the United Kingdom in the Vietnam War », p. 608-633
  • Tetsuro Iji, « Contact Group Diplomacy: The Strategies of the Western Contact Group in Mediating Namibian Conflict », p. 634-650
  • Nigel J. Ashton, « Love’s Labours Lost: Margaret Thatcher, King Hussein and Anglo–Jordanian Relations, 1979–1990 », p. 651-677
  • Asaf Siniver, « Change Nobody Believes In: Obama and the Israeli–Palestinian Conflict », p. 678-695
  • Karen Gram-Skjoldager, « Never Talk to Strangers? On Historians, Political Scientists and the Study of Diplomacy in the European Community/European Union », p. 696-714
  • J. J. Widen, « Naval Diplomacy—A Theoretical Approach », p. 715-733

Compte rendus :

  • B. Reinalda (2009). Routledge History of International Organizations: From 1815 to the Present Day, par Edward Johnson, p. 734-736
  • G.R. Berridge (2011). The Counter-Revolution in Diplomacy–and Other Essays, par Maaike Okano-Heijmans, p. 737-738
  • M. Soroka (2011). Britain, Russia and the Road to the First World War: The Fateful Embassy of Count Aleksandr Benckendorff (1903–16), par Michael Hughes, p. 739-741
  • C. Bridge, F. Bongiorno, and D. Lee (Eds) (2010). The High Commissioners. Australia’s Representatives in the United Kingdom, 1910–2010, par Lorna Lloyd, p. 742-744
  • J. D. Doenecke (2011). Nothing Less Than War: A New History of America’s Entry Into World War I, par Ross A. Kennedy, p. 745-746
  • K. Hitchins (2011). Ionel Brătianu. Romania, par Dennis Deletant, p. 747-749
  • C. Aston (2010). Antonius Piip, Zigfrrīids Meierovics, and Augustinas Voldemaras: the Baltic States, par Geoff Swain, p. 750-751
  • J. Clements (2008). Prince Saionji: Japan, et J. Clements (2008). Wellington Koo: China, par Peter Lowe, p. 752-755
  • D. R. Watson (2009). Georges Clemenceau: France, par P. M. H. Bell, p. 756-757
  • H. Harmer (2008). Friedrich Ebert: Germany, par William Mulligan, p. 758-759
  • A. Dalby (2010). Eleftherios Venizelos: Greece, par Patrick Finney, p. 760-762
  • D. Lee (2010). Stanley Melbourne Bruce: Australian Internationalist, par B. Attard, p. 763-765
  • P. Finney (2011). Remembering the Road to World War Two: International History, National Identity, Collective Memory, par Talbot Imlay, p. 766-767
  • A. Heraclides (2010). The Greek–Turkish Conflict in the Aegean: Imagined Enemies, New Perspectives on South-East Europe Series, par Ioannis D. Stefanidis, p. 768-770
  • M. J. Turner (2010). Britain’s International Role, 1970–1991, par Peter Catterall, p. 771-773

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l’UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Journal of Genocide Research (13/4, automne 2011)

Journal of Genocide Research, vol. 13, no. 4, automne 2011

 

Numéro spécial : «East Pakistan War, 1971»
Articles :

  • « Introduction », A. Dirk Moses, p. 391-392
  • « The question of genocide and the quest for justice in the 1971 war », Sarmila Bose, p. 393-419
  • « British perceptions of the East Pakistan Crisis 1971: ‘hideous atrocities on both sides’? », Angela Debnath, p. 421-450
  • « In the national interest? Canada and the East Pakistan crisis of 1971 », Richard Pilkington, p. 451-474
  • « Insaniyat for peace: survivor’s narrative of the 1971 war of Bangladesh », Yasmin Saikia, p. 475-501
  • « Justice after decades in Bangladesh: national trials for international crimes », Morten Bergsmo and Elisa Novic, p. 503-510

 

Compte rendus :

  • Changing Homelands: Hindu Politics and the Partition of India, par Uditi Sen, p. 511-515
  • Genocide and the Europeans, par Mark Swatek-Evenstein, p. 516-518
  • No Enchanted Palace: The End of Empire and the Ideological Origins of the United Nations, par Mark Levene, p. 519-522
  • Hitler’s Generals on Trial: The Last War Crimes Tribunal at Nuremberg, par Daniel Segesser, p. 523-525
  • The Warsaw Ghetto: A Guide to the Perished City, par Dan Stone, p. 526-527
  • Antisemitism: A History, par Michael Berenbaum, p. 528-529
  • Legal Institutions and Collective Memories, par Gregory D. Smithers, p. 530-531
  • Less than human: why we demean, enslave, and exterminate others by David Livingstone Smith, par Edwin Hodge, p. 532-534
  • Human Killing Machines: Systematic Indoctrination in Iran, Nazi Germany, al-Qaeda, and Abu Ghraib, par Peter G. Prontzos, pages 535-537

 

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l’UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Les années Perestroïka

AJAM, Carole, MELOT-HENRY, Annette, et RAVIOT, Jean-Robert (dir.), URSS : fin de parti(e). Les années Perestroïka, Paris, Fage, novembre 2011, 128 p.

 


Présentation de l’éditeur :

La perestroïka débute en 1985, avec l’arrivée de Mikhaïl Gorbatchev à la tête du parti. Le lecteur est invité à suivre les méandres de l’histoire d’une période pleine de contradictions et de rebondissements, à travers la vision qu’ont alors eue les Soviétiques des événements, grands et petits, qui ont marqué leur quotidien et changé pour toujours leurs habitudes et leur regard sur le monde.

Sommaire :

  • Les années Perestroïka – Jean-Robert Raviot
  • Télévision :  la levée des tabous – Sophie Lambroschini
  • La presse informelle – Elena Stroukova
  • Que nous disent les photographies? – Annette Melot
  • Le retour du religieux dans l’espace public – Yves Hamant
  • L’écologie, vecteur de l’ouverture de l’espace public – Marie-Hélène Mandrillon
  • Le déclassement d’une armée «invincible et légendaire» – Françoise Daucé
  • Nouveaux acteurs politiques : la naissance du pluralisme – Carole Sigman
  • La société en mouvement(s) : les mobilisations citoyennes – Anne Le Huérou
  • Mouvements nationaux, revendications de souveraineté, indépendances – Taline Ter Minassian
  • Le putsch d’août 1991 et les interrogations historiographiques sur la période – Jean-Robert Raviot
  • Chronologie – Bibliographie
  • Présentation des collections de la BDIC

Livre publié à l’occasion de l’exposition Fin de parti(e) – Les années perestroïka, présentée au musée d’Histoire contemporaine, Hôtel des Invalides, Paris, du 2 décembre 2011 au 26 février 2012

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l’UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Le cinéma roumain dans la période communiste

VASILE, Aurélia, Le cinéma roumain dans la période communiste. Représentations de l’histoire nationale, Bucurest: Editura Universitatii din Bucuresti, 2011, 580 p.

 

 

Présentation de l’éditeur :

Ce livre est issu d’une thèse de doctorat en cotutelle entre l’Université de Bourgogne et l’Université de Bucarest et soutenue à Dijon en 2011. Il porte sur le film de reconstitution historique réalisé en Roumanie pendant la période communiste et vise à analyser les enjeux politiques et culturels de la mise en scène du passé national.

La compréhension de cette problématique passe d’abord par la mise en évidence des différentes logiques qui ont présidé l’action étatique à l’égard de la culture et en particulier de la cinématographie tout au long de la période communiste. L’auteur envisage d’analyser les conditions économiques, politiques et idéologiques de la production cinématographique, les directives concernant la thématique générale et l’orientation que le parti tente d’imprégner au cinéma. Dans un second temps, cette étude tente de restituer les processus socioculturels qui ont donné naissance aux films historiques. L’auteur cherche à comprendre la conception interne de chaque œuvre, les forces sociales qui se mettent en route, les positions idéologiques du parti, des artistes, des bureaucrates ou des historiens, les mécanismes de prise de décision.

Enfin, le troisième niveau d’analyse s’intéresse au décryptage du film, en tant que produit artistique complexe dans le but de dégager les significations politiques ou culturelles de la mise en scène du passé.

Aurélia Vasile est docteur en histoire de l’Université de Bourgogne et de l’Université de Bucarest. Elle est chercheur associé au CHCSC (centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines).

Lien vers présentation et table des matières

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l’UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Gorbatchev, le pari perdu? De la perestroïka à l’implosion de l’URSS

GRATCHEV, Andreï, Gorbatchev, le pari perdu? De la perestroïka à l’implosion de l’URSS, Paris, Armand Colin, 2011, 296 p.

 

Présentation de l’éditeur :

La fin de la guerre froide marque une grande rupture dans l’histoire contemporaine. Victoire des États- Unis, piège de la coexistence pacifique… les grandes lignes sont tracées. Mais pour Andreï Gratchev, conseiller et dernier porte-parole de Mikhaïl Gorbatchev, les origines de ce bouleversement historique restent mal comprises. Les visions occidentalo-centrées ont tendance à minimiser ce qui s’est passé au sein du système soviétique : les fissures qui sont apparues dans le monolithe, la vision démocratique, moderne et sincère de Mikhaïl Gorbatchev qui a conçu cette rupture avec le soviétisme.

En s’appuyant sur des témoignages exclusifs des principaux dirigeants de l’URSS, Andreï Gratchev reconstitue ce chaînon manquant. Il révèle ces débats internes, ces luttes ou ces décisions restées secrètes qui ont conduit au retrait des Soviétiques d’Afghanistan, à la chute du mur de Berlin, la fin du pacte du Varsovie et de l’URSS elle-même. De cette confession à plusieurs voix, sincère et documentée, se dégage une autre vision de l’implosion de l’URSS, qui nous permet aussi de mieux comprendre la Russie post-soviétique, et de réfléchir à sa place dans la mondialisation.

Traduit de l’anglais par Monique et Jean Poirel (ICEO, Institut de coopération avec l’Europe Orientale, Montpellier)

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l’UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts