The story of the Assembly of Captive European Nations

« The Cold War Victims or Weapons? The story of the Assembly of Captive European Nations »

4 novembre 2010, Budapest, 17h30

The wave of the East European exiles which reached the American shores after World War II posed a significant challenge to the American administration. One of the tools introduced to assist and coordinate the exile activities was the National Committee for a Free Europe. Under its aegis, an organization of the East European émigrés was created in the U.S. under a well crafted name – the Assembly of Captive European Nations. From its inception the ACEN represented: Albania, Bulgaria, Czechoslovakia, Estonia, Hungary, Latvia, Lithuania, Poland and Romania. Officially sponsored by the Free Europe this new organization repeatedly called for free elections and immediate withdrawal of the Soviet troops, which would provide for a “peaceful liberation” of Eastern Europe. ACEN addressed its appeals to the United Nations, the Council of Europe, both American and foreign governments.

Although the role of the ACEN was far from decisive and its suggestions were not crucial in shaping of the American foreign policy, supported with the American taxpayers’ money this organization run a series of information campaigns directed both to the U.S. and foreign public. As such, the U.S. government found it a useful element of its anti-Communist propaganda both at home and abroad, as well as a tool to legitimize its Cold War policies. At the same time, the exiles used the opportunities provided by the American government to advance their agenda without compromising their ideological positions. Or, so they’d hoped.

Dr. Anna Mazurkiewicz is a visiting Visegrad Fund Fellow at the Open Society Archives. She has already published two books on the U.S. response to the elections in Poland in 1947 and 1989; “Dyplomacja Stanów Zjednoczonych wobec wyborów w Polsce w latach 1947 i 1989” (Warsaw: Neriton, 2007) and “Prasa amerykanska wobec yborów w Polsce w latach 1947 i 1989” (Gdansk: University Press, 2009). Preliminary findings of her current research are already available in two Western language publications: Assembly of the Captive European Nations: “The Voice of the Silenced Peoples” [in:] Anti-Communist Minorities: The Political Activism of Ethnic Refugees in the United States, ed. by Ieva Zake, (Palgrave Macmillan 2009); Die „Stimme Freies Polen“ aus München. Radio Free Europe, die Amerikanische Deutchlandpolitik und die deutschpolnischen Beziehungen [in:] „Inter Finitimos. Jahrbuch zur deutsch-polnischen Beziehungsgaschichte”, Vol.6, Berlin 2008, s.146-170. A monograph on the ACEN in English is scheduled for 2012.

Lieu : Central European University, Nador u. 11, Budapest, Hanak Room

Pour en savoir plus : http://www.ceu.hu/node/18775

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Simone de Beauvoir, Sartre et la diplomatie

«Simone de Beauvoir, Sartre et la diplomatie. Témoignage et analyse»

Paris, 9 novembre 2010, 18h00

Dans le cadre de son cycle de conférences 2010-2011, l’association des Amis des Archives diplomatiques a le plaisir de vous inviter, le mardi 9 novembre, pour une conférence donnée par Claudine MONTEIL, diplomate et écrivain, sur le thème : «Simone de Beauvoir, Sartre et la diplomatie. Témoignage et analyse». Auteur d’une thèse de doctorat et de nombreux ouvrages sur Sartre et Beauvoir, dont elle a été l’amie dans sa jeunesse, Claudine Monteil, qui est aussi diplomate, évoquera le rôle que ces deux grandes figures de l’engagement politique et de la littérature ont aspiré à jouer dans les relations diplomatiques de leur temps.

Entrée libre, inscription conseillée (lecture.archives@diplomatie.gouv.fr)

Lieu : salle Clergier, ministère des Affaires étrangères, 1 rue Esnault Pelterie, 75007 Paris

Pour en savoir plus : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/ministere_817/archives-patrimoine_3512/9-novembre-2010-beauvoir-sartre-diplomatie-une-conference-claudine-monteil-au-quai-orsay_87010.html

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Séance d’introduction (22 novembre 2010)

La première séance du séminaire «Autour du système de guerre froide»a eu lieu à la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris, salle SO2. Elle a proposé une introduction bibliographique et méthodologique à l’étude de la guerre froide :

Discussion

La discussion a commencé par un témoignage de Massimo Picchianti sur le poids, dans les pays communistes, de l’éducation au marxisme : l’on apprend que l’histoire a un sens, est gouvernée par des lois, et que l’avenir de l’histoire tend vers la disparition du capitalisme. C’est un conditionnement qui fait ressentir comme normal la guerre froide, l’idée d’un adversaire sournois et omniprésent. Il y a aussi beaucoup de désinformation, avec une utilisation efficace des Partisans de la Paix comme auxiliaire dans la lutte idéologique, en particulier pendant la guerre de Corée.

Françoise Noirant insiste sur le mode de pouvoir dans le monde communiste, que l’on retrouve aussi bien au sommet que dans les documents administratifs quotidiens. Les sociétés sont en état de guerre. Tous les aspects de la société civile sont affectés, jusqu’au sens des mots qui est modifié. Il y a création d’une sorte de prison mentale fondée sur des représentations au quotidien, et engendant la peur au quotidien. La clandestinité qu’ont connue les dirigeants communistes avant et pendant le conflit mondial renforce cette idée que l’on est en guerre. Du point de vue des citoyens, il y a une grande incertitude sur les objectifs du pouvoir, mais tous les dispositifs sont en place et on ne sait pas quand ils commenceront à fonctionner. Cela a un impact direct sur la sociabilité élémentaire, quotidienne. Tout ceci relève du totalitarisme, difficile à faire sentir à ceux qui ne l’ont pas connu, et qui de plus disparaît des mémoires. Sans le vivre directement, on ne peut pas le comprendre : d’ailleurs, les dirigeants communistes occidentaux en voyage en Europe de l’Est niaient la réalité de l’Europe de l’Est quand un homologue un peu plus hardi essayait de la leur faire comprendre.

Massimo Picchianti explique que cette situation est la conséquence de la philosophie marxiste de guerre au capitalisme, et de la figure de l’ennemi à nos portes. Jenny Raflik observe que ce schéma est également valable dans les pays occidentaux (surveillance de la société, anticommunisme). Bernard Ludwig fait remarquer que la guerre psychologique et la propagande des deux camps sont induits par le système même de la Guerre froide. De plus, il ne faut pas oublier que dans les systèmes totalitaires, il y a des espaces de manœuvre, des espaces de liberté ; il font donc être prudent quand on manie le concept de « totalitarisme ». Françoise Noirant est d’accord, mais la sanction reste possible, et elle tombe de manière imprévisible, aléatoire, avec des spécificités qui varient selon les époques.

Philippe Buton revient sur certains éléments du bilan historiographique proposé en première partie. Il souligne que l’analyse de la guerre froide est un enjeu politique. S’il y a consensus pour admettre que la guerre froide commence en 1947, la question reste de savoir : quand en 1947 ? Est-ce mai-juin (éviction des ministres communistes, Plan Marshall), est-ce septembre-octobre (doctrine Jdanov et Kominform) ? La date détermine les origines politiques de la guerre froide. Jenny Raflik relève que pour les chefs militaires français, la guerre froide commence bien plus tôt : Billotte, dès mars 1945, face aux problèmes rencontrés avec l’URSS au sujet de la bataille de Berlin ou de la libération de l’Europe de l’Est, pense qu’on ne pourra pas s’entendre avec elle. Est-il une voix dans le désert ? Non, il a une audience dans les milieux militaires. Pour Philippe Buton, la question importante est celle du point de non-retour : à partir de quand l’idée « Nous sommes en guerre froide » devient-elle majoritaire, décisive ? Du point de vue communiste, cela se produit avec la création du Kominform : en juin 1947, les ministres communistes sont persuadés de revenir au gouvernement. Jenny Raflik remarque qu’on ne peut pas forcément dire ce dont on est désormais conscient : le maintien de l’alliance de guerre, la défense de la paix, la persective d’une guerre froide sont des enjeux électoraux.

En ce qui concerne la fin de la guerre froide, Philippe Buton note une spécificité française : quand on regarde les manuels scolaires, la guerre froide finit en 1962, avec Cuba ; ensuite c’est autre chose, la Détente, le monde multipolaire. D’autre part, qui se sent en guerre froide en France dans les années 1960 ? Pas l’extrême-gauche ; par exemple, la guerre du Vietnam est pour elle moins un conflit Est-Ouest qu’un conflit Nord-Sud, de décolonisation. En revanche l’extrême-droite, elle, est en guerre froide (lutter contre l’agression communiste), mais ce discours ne lui donne pas une audience particulière. Dans les années 1960-1970, en France, la guerre n’est pas un horizon.

Françoise Noirant confirme ces souvenirs : dans les années 1950-1960, clairement, on ne voit pas la guerre froide dans les milieux de gauche. L’affrontement entre capitalisme et communisme, c’est une question d’organisation sociale, de bonheur, mais pas de guerre froide. Il y a autour de cela une propagande diffuse et efficace, et un interdit inconscient de critiquer l’URSS.

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Une séance du séminaire de l’IRICE

Le séminaire général de l’IRICE, organisé par Robert Frank et Isabelle Davion, consacre une séance aux questions de guerre froide, le 2 novembre 2010 (17h00-19h00) :

  • Annette Wieviorka : Maurice et Jeannette. Biographie du couple Thorez,  Paris, Fayard, 2010, 600 p.
  • Émilia Robin Hivert, docteur, Fondation Georges Pompidou : « Les contacts non politiques entre la France et l’Europe communiste dans les années 1950 ».

Lieu : Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris, salle D035. Métro Saint-Michel ou Odéon.

Renseignements : http://irice.univ-paris1.fr/spip.php?article630

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Between « Total War » and « Small Wars »

Between « Total War » and « Small Wars »: Studies in the Societal History of the Cold War

Institut de recherches sociologiques de Hambourg (Allemagne)

Ce projet, dirigé par Bernd Greiner, Dierk Walter et Claudia Weber, a été lancé en 2002, en coopération avec de nombreux centres de recherche en Europe et aux États-Unis. Il s’interroge à la fois sur l’héritage de violence issu du deuxième conflit mondial et l’accumulation militaire qui a marqué les décennies de guerre froide, pour évaluer leurs conséquences sur les sociétés. Sept colloques se sont succédés de 2003 à 2010, et un huitième est prévu en 2011 sur les héritage de la guerre froide. Trois ouvrages ont pour l’instant été publiés.

Pour en savoir plus : http://www.his-online.de/en/research/theory-and-history-of-violence/cold-war.html

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Le séminaire «Autour du système de guerre froide»

Ce séminaire mensuel de recherche, ouvert aux chercheurs, aux masters et doctorants, est organisé dans le cadre de l’UMR IRICE par Jenny Raflik (MCF à l’université de Cergy-Pontoise, j.raflik@free.fr) et Émilia Robin Hivert (chargée de recherche à l’Association Georges Pompidou, emilia.robin@free.fr). Il aura lieu à la Maison de la Recherche de Paris IV de novembre 2010 à juin 2011.

Il explore en 2010-2011 la question des identités dans le système de guerre froide : dans quelle mesure le système bipolaire conditionne-t-il le champ politique, diplomatique, social ou encore intellectuel? L’affrontement entre les deux systèmes est-il, entre 1945 et 1990, l’unique élément structurant des relations diplomatiques, mais aussi des autres formes de contacts entre États voire entre individus? À partir de quel moment l’appartenance à un système prend-elle le pas sur d’autres appartenances ou d’autres identités?

On prendra en compte la guerre froide dans son ensemble : au niveau chronologique, en interrogeant la pertinence des bornes usuellement admises, en s’intéressant aussi bien aux perspectives longues qu’à certains moments-clés ou épisodes; au niveau thématique, en s’intéressant aux cultures, aux mentalités, à l’économie, aux questions militaires, etc.; en prenant en compte les différents horizons géographiques; et en fin, au niveau des acteurs (acteurs étatiques et non-étatiques, peuples, élites, gouvernements, intellectuels, organisations, niveau bilatéral et multilatéral).

Ce séminaire veut ainsi proposer un lieu pour croiser les branches disciplinaires : relations internationales, histoire politique, économie, histoire culturelle, aires géographiques (monde slave, africain, asiatique, etc.). Ouvert aux jeunes chercheurs (étudiants de master, doctorants, jeunes docteurs) comme aux praticiens (invitation de témoins) et aux chercheurs confirmés, il se veut aussi un lieu de discussion et d’échange. On insistera en particulier sur la dimension historiographique (en faisant le point sur les recherches récentes, dans le champ national comme international) et méthodologique (état des sources, approches conceptuelles, nouveaux champs historiographiques).

Ce faisant, il s’agira de refléter l’actualité des recherches en cours sur la guerre froide, en France et à l’étranger. Dans ce but, une liste de diffusion (guerre.froide@yahoo.fr) permet aux personnes intéressées de se tenir au courant des activités du séminaire, et ce carnet de recherches en ligne (http://guerre-froide.hypotheses.org) propose des informations sélectionnées (colloques, publications, etc.).

Télécharger le programme 2010-2011 (PDF)

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Transnational Perspectives on the Soviet Bloc, 1944-1991

Concours d’articles : « Transnational perspectives on the Soviet bloc, 1944-1991 »

Date limite : 31 janvier 2011

The Department of History at the University of Texas-Arlington is announcing its 46th Annual Walter Prescott Webb Essay Competition. The topic for 2010-2011 is “Transnational Perspectives on the Soviet Bloc.” Graduate students, post-doctoral researchers, and scholars at all other stages are invited to participate. We are looking for original, unpublished article-length essays (maximum 10,000 words plus endnotes) that explore the problem of movements of people, goods and ideas across the Bloc’s internal and external boundaries. Geographically, submissions dealing with any combination of links between the Soviet Union, the East European “people’s democracies” and the broader world are most welcome.

Sample problems may include: scientific interactions, technology transfers, cultural influences, imaginary encounters, social or cultural consequences of transnational economic exchange, migration or displacement, travel, tourism as well as issues of theory and method.

A prize in the amount of $500 will be awarded to the author of the winning entry during the 46th Annual Webb Lecture Series on March 10, 2011 at UTA. The one-day conference seeks to reflect critically on the need—and opportunities—for studying flows of people, objects and ideas across the Soviet Bloc during the Cold War. In the spirit of the event, we encourage the Competition participants to engage with the growing body of scholarship that challenges the vision of the Soviet Bloc’s total isolation and internal atomization. The winning entry will appear in an edited monograph, to be published by Texas A&M University Press.

The competition is open to non-US citizens as well.  However, the submissions must be in English.

The deadline for submissions is January 31, 2011 (date of receipt).  Essays should be submitted electronically to the coordinator of the 2011 Webb Lecture Series, Dr. Jennifer Lawrence at jlawrenc@exchange.uta.edu.For further information about the event, please visit our website: http://www.uta.edu/history/webb.htm

Patryk Babiracki
(Until January, 2011):
Józef Tischner Fellow
/Institut für die Wissenschaften vom Menschen
/Spittelauer Lände 3
1090 Wien
Austria

Permanent:
Assistant Professor
Modern Russian and East European History
Department of History
University of Texas-Arlington

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989)

POPA, Iona, Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989), Paris : CNRS Éditions, coll. «Culture et sociétés», octobre 2010, 590 p.

Présentation : «L’instauration des régimes communistes en Europe de l’Est entraîne une transformation radicale des conditions de publication et d’exercice du métier d’écrivain, due à l’étatisation, à la centralisation, au contrôle idéologique, à l’instauration d’une censure préventive et répressive. Subsiste-t-il alors un espace d’échange intellectuel entre l’Est et l’Ouest ? Comment des oeuvres produites dans des conditions de contrôle étroit de l’imprimé parviennent-elles à circuler au-delà des frontières et à être traduites ? Comment déjouer un faisceau de contraintes politiques, économiques, juridiques, matérielles et linguistiques ?

L’étude magistrale de Ioana Popa répond à ces questions à travers une analyse sociologique et historique des transferts littéraires en provenance de Pologne, Hongrie, Tchécoslovaquie, Roumanie et d’URSS vers la France de 1947 à 1989. Grâce à une approche originale et à un riche matériau empirique en grande partie inédit, elle permet de saisir par quels circuits les textes passent en traduction, retraçant les trajectoires de leurs auteurs et de leurs intermédiaires ainsi que leurs savoir-faire. De l’exportation éditoriale d’oeuvres engagées à la clandestinité littéraire, elle restitue des logiques de circulation qui relèvent aussi bien des Etats et des appareils partisans que des réseaux transnationaux structurés autour de l’exil ou d’organisations de combat « antitotalitaire ». Instrument de propagande extérieure mais aussi de contestation, l’écrit apporte, à travers la traduction, une notoriété qui protège les écrivains de la persécution qu’ils subissent dans leur pays. En restituant les enjeux politiques de ces transferts culturels, ce livre majeur montre que la littérature, à l’heure de la Guerre froise, était d’abord et surtout une arme de combat.»

Ioana Popa est docteur de l’Ecole des hautes études en sciences sociales et chargée de recherche au CNRS (ISP).

Table des matières

Introduction

Première partie – La bipolarisation des enjeux

Chapitre 1. Que faire du patrimoine littéraire?

  • Une configuration clivée du transfert littéraire, p. 33
  • Continuités des réseaux, redéfinitions des enjeux, p. 43
  • Une importation ambivalente, p. 71

Chapitre 2. L’offensive idéologique

  • Hiérarchies littéraires et politiques, p. 86
  • «Nous importons ce qui peut nous servir», p. 94
  • Une offensive à faible portée, p. 102
  • L’exportateur, p. 107

Chapitre 3. Guerre froide en littérature

  • Les enjeux de la littérature de témoignage, p. 114
  • Des intermédiaires «discrets», p. 131
  • Une place à faire, p. 141

Deuxième partie – Une ouverture contrôlée

Chapitre 4. «Moments critiques» et reconfiguration du transfert littéraire

  • À «l’avant-garde» de la déstalinisation, p. 163
  • Un transfert littéraire reconfiguré, p. 172
  • Rendre compte de l’événement, p. 175
  • Autorisé/ interdit : une frontière redéfinie, p. 178
  • Désengagements et reconversions : militants communistes et compagnons de route, p. 197
  • L’enchevêtrement des réseaux d’intermédiation, p. 215
  • Savoir subvertir, p. 227

Chapitre 5. L’invention d’un circuit de traduction

  • La circulation internationale d’un manuscrit, p. 246
  • La multiplication des médiateurs et des supports textuels, p. 274
  • Le prix de la consécration internationale, p. 292

Chapitre 6. Comment «donner des gages au renouveau»

  • Importation littéraire et «réaménagements» du réalisme socialiste, p. 312
  • Le prix «paisible» : la reconnaissance internationale du réalisme socialiste, p. 324
  • Une parenthèse autorisée, p. 330

Chapitre 7. Choix littéraires, intermédiations partisanes

  • Chercher sa voie : recrutement social et ressources scolaires, p. 344
  • Entrer en littérature et en politique, p. 348
  • Le poète-adaptateur, p. 354
  • Le connaisseur des langues, p. 371
  • Le traducteur professionnel, p. 381

Troisième partie – Traductions de la contestation

Chapitre 8. Une circulation par «capillarité». 391

  • Écriture et édition clandestines, p. 392
  • Des circuits transnationaux, p. 421
  • Écritures multiples, textes «mouvants», p. 451

Chapitre 9. (Dé)Politisations du transfert littéraire, p. 463

  • Un espace non autorisé de traduction renforcé, p. 464
  • Importations éditoriales plurielles, p. 485
  • Effets de classement, logiques d’appropriation, p. 508

Conclusion

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

1956, une date européenne

MINK, Georges, LAZAR, Marc, et SIELSKI, Mariuzs J. (dir.), 1956, une date européenne, Paris : éditions Noir sur Blanc, 2010, 480 p.

Présentation de l’éditeur : «Il y a plus d’un demi-siècle les deux Europe ont été traversées par une formidable onde de choc d’Est en Ouest. Le rapport Khrouchtchev au XXe Congrès du PCUS, l’Octobre polonais et l’intervention soviétique en Hongrie, ont été le plus souvent analysés et commémorés comme un premier schisme dans le système totalitaire soviétique. Rares étaient ceux qui établissaient des corrélations à l’échelle européenne, entre l’évolution du communisme au pouvoir et l’évolution politique dans les démocraties occidentales. On constatait certes un lien entre le conflit de Suez et l’écrasement de l’insurrection hongroise, mais l’effet « boule de neige » de la décomposition du communisme était moins perceptible. Le mur de la guerre froide séparait aussi les récits et les analyses de 1956.

Par les textes qui le composent, cet ouvrage insiste sur le caractère organiquement européen de l’héritage de 1956. Il s’inscrit dans les efforts pour niveler l’asymétrie entre les mémoires des anciens et des nouveaux membres de l’Union européenne. 1956 n’a pas toujours était perçu comme une date qui relie tout notre continent – tantôt cantonnée au cadre national, polonais ou hongrois, tantôt exportée ailleurs, pour être mise en musique dans les enjeux internes occidentaux, notamment dans les tentatives d’affaiblissement des partis communistes encore relativement puissants en France ou en Italie. L’hypothèse du grand troc diplomatique « à vous le Suez, à nous Budapest » ne faisait que creuser la séparation en deux réalités en apparence distinctes. L’européanisation de l’événement est venue bien plus tard. Et pour qu’elle s’accomplisse pleinement il a fallu deux tournants de l’histoire : la fin du communisme est-européen en 1989 et l’adhésion des pays de l’Europe centrale à l’Union Européenne en 2004.»

Table des matières :

Georges Mink : «1956 : une date européenne», p. 7

Première partie : URSS – Craquements du Centre, échos en périphérie

Le XXe Congrès

  • Nicolas Werth : «Le `Rapport secret’ en perspective», p. 35
  • Marc Élie : «Quelques aspects de la recherche récente», p. 59
  • Léonid Trous : «Comment cela fut-il vécu dans les camps et à l’extérieur», p. 73
  • Témoignages d’Elena Bonner, Sergueï Kovaliov, Georges Nivat

Périphérie

  • Elena Zoubkova : «L’année 1956 et l’`autre URSS’: le phénomène balte dans le contexte du `dégel’», p. 107
  • Olaf Mertelsmann : «1956, un tournant dans l’histoire de l’Estonie soviétique?», p. 136

Deuxième partie : La Pologne comme aiguillon

  • Leszek Kotakowski : «Cinquante ans plus tard», p. 145
  • Andrzej Paczkowski : «La Pologne après le XXe Congrès : enjeux et rapports de force», p. 152
  • Konrad Bialeski et Stanislaw Jankowiak : «`De la liberté et du pain!’ Le soulèvement de Poznán de juin 1956», p. 168
  • Pawel Machcewicz : «Crise politique ou mobilisation sociale?», p. 197
  • Paulina Codogni : «La différenciation du communisme – Le cas de la Pologne», p. 217
  • Stefan Meller : «Dédoublement : les jeux intérieurs du parti et les courants dnas la société populaire», p. 224
  • Adam Michnik : «La leçon de 1956 – cinquante après. Les rivages de l’anticommunisme», p. 229
  • Agnieszka Grudzińska : «Le XXe Congrès et la culture en Pologne», p. 233
  • Marcin Frybes : «L’Octobre polonais et ses conséquences pour les relations franco-polonaises», p. 253

Troisième partie : Hongrie : au-delà du tolérable

  • George Gömöri : «Deux octobres : la Pologne et la Hongrie en 1956», p.  265
  • Árpád Fasang : «Trois dimensions de la révoution hongoise», p. 275
  • Gusztáv D. Kecskés : «Les démocraties occidentales face à la révolution hongroise (1956 à partir des documents d’archives de l’OTAN», p. 281
  • Témoignage : Thomas Schreiber

Quatrième partie : La Tchécoslovaquie à la traîne? Contexte de la spécificité tchèque

  • Antoine Marès : «Les prolégomènes de 1956», p. 317
  • Jacques Rupnik : «La Tchécoslovaquie face à la crise de 1956», p. 333
  • Antonin J. Liehm : «La Tchécoslovaquie entre 1956 et 1968», p. 341

Cinquième partie : interdépendances et effets sur l’espace européen

  • René Rémond : «La rencontre des deux Europe – octobre 1956», p. 351
  • Norman Davies : «Interdépendances des développements. De Suez à Budapest», p. 353
  • Gérard Grunberg : «1956 dans l’opinion publique en France et en Italie.  Les communistes et les autres», p. 356
  • Marc Lazar : «Les partis communistes français et italien et l’année 1956. Entre crise et fidélité», p. 364
  • Alain Besançon : «Les voies du communisme européen après 1956», p. 374
  • Bronislaw Geremek : «Le chemin de la liberté européenne», p. 378
  • Gergely Fejérdy : «Action diplomatique de Paul-Henri Spaak», p. 385
  • Mariusz J. Sielski : «La nouvelle image de la Russie en Pologne à la suite des événements de 1956», p. 392

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

«L’unification allemande vingt ans après : le temps des historiens»

«L’unification allemande vingt ans après : le temps des historiens»

Paris, 15 novembre 2010

Séminaire d’histoire de la guerre froide (Programme de recherche de la Sorbonne sur la Guerre froide), en coopération avec l’Institut historique allemand, avec le soutien de l’Agence nationale de la recherche (ANR -programme «Cold War»), l’ICEE/Etudes européennes (EA 2291, Université Sorbonne Nouvelle -Paris III) et l’IRICE (UMR 8138, Universités Panthéon Sorbonne -Paris I et Paris-Sorbonne -Paris IV, CNRS).

9h00 – Arrivée des participants

9h15 – Accueil : Gudrun Gersmann (directrice de l’Institut historique allemand à Paris)

Introduction : Frédéric Bozo (Sorbonne nouvelle-Université Paris III) et Marie-Pierre Rey (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne)

9h30 – Séance 1 : Une nouvelle historiographie?/A New Historiography?

  • Président : Reiner Marcowitz (Université de Metz)
  • Intervenants : Michael Cox (London School of Economics) et Andreas Rödder (Johannes Gutenberg Universität, Mayence)
  • Discutants : Hélène Miard-Delacroix (Université Paris Sorbonne-Paris IV) et Ulrich Pfeil (Université de Metz)

11h15 – Pause

11h30 – Séance 2 : Quel rôle pour les superpuissances?

  • Président : Stefan Martens (Institut historique allemand, Paris)
  • Intervenants : Vladislav Zubok (Temple University, Philadelphia) et Mary Elise Sarotte (University of Southern California, Los Angeles)
  • Discutants : Laurent Césari (Université d’Artois, Arras) et Anne de Tinguy (INALCO, Paris)

14h30 – Séance 3 : Les puissances moyennes : le temps des révisions?

  • Président : Maurice Vaïsse (Sciences Po Paris)
  • Intervenants : Frédéric Bozo (Sorbonne nouvelle-Université Paris III) et Patrick Salmon (Foreign and Commonwealth Office, Londres)
  • Discutants : Michael Cox (London School of Economics) et Christian Wenkel (Institut historique allemand, Paris)

16h15 – Conclusions : Frédéric Bozo (Sorbonne nouvelle-Université Paris III) et Marie-Pierre Rey (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne)

Attention : Colloque ouvert au public dans la limite des places disponibles. Inscription obligatoire, merci de cliquer sur le lien suivant : http://www.univ-paris3.fr/79459912/0/fiche___actualite/&RH=1236178100008

Lieu : Institut historique allemand, Hôtel Duret-de-Chevry, 8 rue du Parc-Royal, 75003 Paris

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts