La culture «progressiste» pendant la guerre froide

La culture « progressiste » pendant la guerre froide (1945-1989)

15-16 septembre 2011, Grenoble

Date limite de réponse : 13 mars 2011


La guerre froide fut aussi un phénomène culturel : tandis que le mouvement communiste prétendait relancer le combat antifasciste des années 30 en mobilisant les milieux culturels contre l’«impérialisme yankee», les puissances du «monde libre» enrôlaient de nombreux intellectuels et artistes pour dénoncer le «péril rouge», la répression et les crimes staliniens. Le contrôle exercé sur l’art et la pensée par les gouvernements et leurs services fut déclaré et brutal à l’Est, et, quoique plus subtil, bien réel à l’Ouest. Une position intermédiaire ou nuancée était immanquablement perçue comme une marque d’allégeance au camp adverse.

La guerre idéologique n’a cependant pas dispensé les artistes et les intellectuels de chaque camp de traiter les mêmes questions : quelles leçons tirer des horreurs de la période précédente pour l’interprétation du passé, la construction de l’avenir et l’action présente? Sur quels principes fallait-il fonder désormais l’action politique, économique et sociale? Comment les intellectuels et les artistes devaient-ils concevoir leur «engagement» en faveur d’une cause politique et leur rapport au pouvoir politique? L’art se devait-il de répondre à une intention, ou au contraire était-il vain de vouloir le réduire à des objectifs sociaux et politiques?

À ces questions, qui d’une certaine manière réactualisaient celles des années 20 et 30, s’en ajoutaient de nouvelles : la conscience du péril nucléaire, la reconstruction des territoires ravagés par la guerre, la décolonisation et l’irruption du «Tiers Monde» et des pays «non alignés» sur la scène culturelle et politique, la naissance de la «société de consommation», le début de la conquête de l’espace, l’ouverture des enseignements secondaire et supérieur à des milieux qui en étaient traditionnellement exclus, le développement exponentiel de la culture populaire moderne et des moyens techniques de diffusion et de reproduction (disque vinyle, télévision, transistor, magnétophone) et la position dominante des Etats-Unis dans de nombreux secteurs, de la bande dessinée à l’art contemporain, du cinéma et de la télévision à la musique populaire. Grâce à l’expansion et au rayonnement de la culture populaire anglo-saxonne, le «monde libre» bénéficiait d’un atout majeur auprès de la jeunesse des pays industrialisés.

De nos jours, la plupart des spécialistes de la vie culturelle durant la guerre froide mettent à juste titre l’accent sur l’américanisation de la « culture populaire » et sur l’évolution de l’organisation et du contrôle politiques dans les États et entre les États, constatant l’échec du socialisme réel, tout en reconnaissant des spécificités nationales, par exemple une rupture entre «société réelle et société proclamée» plus importante en Europe de l’Est qu’en Russie.

Notre projet voudrait poser « autrement » la question du bilan, en s’appuyant avec toute la prudence requise sur la notion de « culture progressiste » ou « culture du camp progressiste » pour désigner les productions artistiques et intellectuelles qui ont tenté de penser et de transformer le monde d’après 1945 à l’Est comme à l’Ouest. La période concernée s’étend de 1945 au tournant de 1989-1991. On s’intéressera aux formes d’expression destinées à tous les publics et l’on pourra aussi bien se pencher sur les domaines élitaires de la spéculation philosophique, de l’art contemporain ou de l’avant-garde littéraire que sur le cinéma, voire le rock et les shows télévisés et se permettre de glisser, le cas échéant, d’un domaine à l’autre. Sans prétendre nier la pertinence de l’étude des phénomènes «culturels» à l’échelle des nations sous l’angle de différents «champs» – littéraire, artistique, intellectuel, etc. –, c’est à la résonance internationale de ces phénomènes ou à leur décalage par rapport au contexte international que l’on s’intéressera d’abord.

Les communications se feront de préférence en français. L’allemand, l’anglais et l’espagnol seront aussi admis. Les participants sont priés de livrer au plus tard deux semaines après le colloque le fichier électronique (word ou compatible word) ainsi qu’une version imprimée de leur contribution conformes aux normes typographiques de l’éditeur qui leur auront été ommuniquées. Les textes seront publiés en ligne dans les Cahiers de l’ILCEA.

Les propositions (au plus 4000 signes, espaces comprises, avec une petite notice bio-bibliographique) sont à adresser au plus tard le 13 mars 2011 à

Pour en savoir plus : http://w3.u-grenoble3.fr/ilcea/ceraac/spip.php?rubrique3

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

La dissidence filmée : enjeux et réceptions

«La dissidence filmée : enjeux et réceptions»
7 décembre 2010, 16h00-20h00
EHESS, Paris

16h00 – Projection du film Dissidents. Les artisans de la liberté, Réal. Ruth Zylberman (100 mn)

Ruth Zylberman a choisi de retracer l’histoire de la dissidence en Europe de l’Est à partir du fil ténu des vies de dissidents. Elle restitue ainsi la matière unique d’une opposition politique dans laquelle les engagements collectifs, les grandes manifestations se mêlaient aux actes de la résistance quotidienne et solitaire. Scandé par les grands événements que furent 1956, 1968, 1989, le documentaire croise les témoignages d’anciens dissidents que la réalisatrice a rencontrés, avec les images d’archives et les images des lieux que ses interlocuteurs la conduisent à traverser. Produit par Zadig Productions et Arte France, Dissidents. Les artisans de la liberté a reçu le Prix du documentaire historique lors des Rendez-vous de l’histoire de Blois en octobre 2010.

18h00 – Débat

Réunis autour de la cinéaste, des représentants des sciences sociales et des spécialistes de l’Europe centrale rendront compte de la réception du film dans leur discipline. La richesse cinématographique du documentaire ouvre sur un éventail de questions historiographiques, biographiques, mémorielles, politiques, qui seront discutées. C’est également la question du passé, de son récit dans les témoignages, de sa présence dans des images, et de sa transmission dans le travail de la réalisatrice qui sera débattue.

Séance commune au séminaire du GRIHL (« Ecritures du passé : visualisation, localisations ») et au séminaire de Jérôme Heurtaux et  Morgane Labbé («Les États en Europe centrale et orientale 19e-20e siècles. Approches croisées des sciences sociales»), avec la collaboration de l’Institut Polonais. Organisateurs et intervenants :

  • Rémy Besson, doctorant en histoire à l’EHESS (Lhivic, associé à l’IHTP)
  • Marek Beylin, éditorialiste au journal Gazeta Wyborcza (Varsovie)
  • Jérôme Heurtaux, maître de conférences à l’université Paris-Dauphine (IRISSO)
  • Morgane Labbé, maître de conférences à l’EHESS (CRIA)
  • Judith Lyon-Caen, maître de conférences à l’EHESS (CRH-GRIHL)
  • Antoine Marès, professeur d’histoire à l’université Paris-I
  • Ruth Zylberman, réalisatrice

Lieu : EHESS, Amphithéâtre François Furet, 105 boulevard Raspail, 85007 Paris

Pour en savoir plus : http://www.institutpolonais.fr/#/event/247

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Arts et sociétés : nouveautés soviétiques

Le séminaire «Arts et sociétés», organisé par le Centre d’histoire de Sciences Po avec le soutien de la Fondation de France, vient de mettre en ligne un dossier sur l’art soviétique (Lettre du séminaire, no. 31; avril 2010). Trois contributions accompagnéees de documents :

  • Élisabeth Essaïan : «L’architecture et l’économie à la période stalinienne : une réalité au-delà des contraintes?»
  • Cécile Pichon-Bonin : «La place de l’économie dans la création picturale soviétique des années 1920-1930»
  • Valérie Pozner : «Pour une histoire économique du cinéma soviétique»

Éditorial de Françoise Bertrand-Dorléac : «Notre savoir de la Russie et de l’URSS n’est plus au point : c’est la conclusion infligée par trois chercheuses qui nous offrent un panorama historiographique de la peinture, du cinéma, de l’architecture et de l’urbanisme. Nous sortons avec elles d’une histoire centrée sur le décryptage de messages idéologiques imposés efficacement par l’appareil d’État. Il est question désormais de pratiques artistiques, de commandes, de marché, de vente et de revente, de distribution, de mode d’exposition, de publics, d’œuvres d’art qui échappent au modèle de la rhétorique propagandiste, notamment par soucis de rentabilité économique. Cette question économique pèse ainsi largement sur tout, y compris sur des domaines où l’on avait oublié cette dimension sous prétexte que le capitalisme était officiellement banni.»

Lien : http://www.artsetsocietes.org/f/f-index31.html

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Sous les plis du drapeau rouge

ZNAMENSKY, Pierre, et GALLICE, Guy, Sous les plis du drapeau rouge, Rodez, Éditions du Rouergue, septembre 2010, 348 p.

Présentation de l’éditeur : «Objet symbolique du communisme s’il en est, le drapeau rouge a donné lieu à des expressions artistiques remarquables. Pour ne retenir que l’exemple soviétique, les plus grands artistes du pays, de Chagall à Malevitch en passant par Rodtchenko ont prêté leur talent à la réalisation d’esquisses pour des drapeaux. Histoire fractale du communisme à travers la présentation de 180 drapeaux de l’URSS et des pays socialistes, commentés et assortis d’images d’archives, ce livre magnifique témoigne de la vitalité d’un art populaire à part entière, d’unfoisonnement de représentations, d’un mariage de techniques (broderies, art graphique, peinture) et de formes d’une richesse inattendue.»

Pierre Znamensky est diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Grenoble. Fin connaisseur de la Russie, il y a travaillé plus de quatre ans, notamment pour le service culturel de l’Ambassade de France. Passionné par l’histoire des pays d’Europe de l’Est et de l’ex-URSS au cours du XXe siècle, il lit l’histoire et les hommes qui l’ont faite dans la trame de ces objets textiles d’une puissance et d’une virtuosité incomparables.

Photographe de plateau passé à la publicité, Guy Gallice se passionne depuis des années pour les objets relatifs à l’Union soviétique. Il a publié plusieurs livres, parmi lesquels Le Mao au Rouergue.

Autour de l’ouvrage :

  • Vendredi 19 novembre 2010 : rencontre avec les auteurs, Pierre Znamensky et Guy Gallice.
  • 19 novembre-31 décembre 2010 : exposition de drapeaux et de reproductions tirées du livre.

Lieu : librairie du Globe, 67 boulevard Beaumarchais, 75003  Paris

Pour en savoir plus : http://www.librairieduglobe.com

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Vie quotidienne et pouvoir sous le communisme

Vie quotidienne et pouvoir sous le communisme

26 novembre 2010, 10h00-12h00

Paris

Table ronde avec Antonela Capelle-Pogacean (Sciences Po-CERI), Sandrine Kott (université de Genève), Nadège Ragaru (CNRS/Sciences Po-CERI) et Larissa Zakharova (EHESS). Discutant : Thomas Lindenberger (Ludwig Boltzmann Institute for European History and Public Spheres, Vienne).

Lieu : salle du Conseil, 56 rue Jacob, 75006 Paris


Nadège Ragaru et Antonela Capelle-Pogăcean viennent de diriger Vie quotidienne et pouvoir sous le communisme. Consommer à l’Est, Paris : Karthala & CERI, 2010, 468 p. Présentation de l’ouvrage : «
Vingt ans après la chute du mur de Berlin, des musées proposent aux écoliers des reconstitutions de la vie quotidienne sous le communisme, au risque de leur donner une image exotique d’un passé récent.  La consommation fournit aux auteurs de cet ouvrage un prisme à travers lequel interroger les vies quotidiennes sous le socialisme, au-delà de la seule dimension répressive des ordres politiques. Elle met en lumière des goûts et des sensibilités, des savoirs et savoir-faire qui particiupèrent également d’une logique de distinction sociale. en réinsérant les expériences socialistes dans des historicités plus longues, son analyse invite à envisager autrement l’articulation entre les démocraties populaires et le centre impérial soviétique, et donne à voir des circulations Est-Ouest au tracé plus complexe que ne le laisse penser l’image manichéenne de la Guerre froide. En définitive, se trouvent éclairés certaines des conditions de possibilité et de reproduction des systèmes communistes.»

Pour en savoir plus : http://www.ceri-sciences-po.org/reunion_affiche.php?id=141

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Postcolonial Representations of the Iron Curtain

« The Global Cold War: Postcolonial Representations of the Iron Curtain »

31 mars-1er avril 2011, Vancouver

Date limite : 12 novembre 2010

The past five years have seen the publication of scholarship in the humanities and the social sciences that begins to adumbrate a new, more complex view of the Cold War. Historians and political scientists (Odd Arne Westad, Piero Gleijeses, Gary Baines, Pater Vale) are starting to go beyond the traditional view of a bipolar conflict in which only the heavyweights count (the USA and the USSR). Instead, the image of a global Cold War is emerging. In this conflict postcolonial nations played an essential role and their literatures and cultures recorded the ideological divisions created by the Iron Curtain.

This panel invites papers on postcolonial literary and film representations of the Cold War. Possible topics include (but are not limited to):

  • The Bandung conference and the Non-Aligned nations
  • Tricontinental alliances
  • Diasporas from the postcolonies to the Eastern Bloc and the Western metropolitan centers
  • Communism in India
  • Cuba and the idea of revolution
  • The war in Angola reflected in Southern African literatures
  • From Indochina to the Vietnam War

Papers have to be submitted through the ACLA website (http://www.acla.org/acla2011/?page_id=33) but e-mail confirmations (monica.popescu@mcgill.ca) are encouraged.

Seminar at the American Comparative Literature Association conference, March 31-April 1, 2011, Vancouver. Organizer: Monica Popescu, McGill University.

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

La gauche italienne et la dissidence dans les pays communistes, 1968-1989

LOMELLINI, Valentine, L’appuntamento mancato. La sinistra italiana ed il Dissenso nei regimi comunisti, 1968-1989, Milan : Mondadori, 2010, 288 p.

Présentation : «Nell’agosto 1968, il PCI condannò l’invasione sovietica di Praga: la prospettiva di una collaborazione in seno alla sinistra italiana prendeva forma, preannunciando nuovi scenari nel contesto politico della « democrazia bloccata ». La speranza di ritrovare un’intesa tra PCI e PSI svanì tuttavia rapidamente: tra gli anni Settanta ed Ottanta, i rapporti tra i due partiti si incrinarono, consegnando alla storia una sinistra lacerata, permeata da forti diffidenze reciproche ed incapace di un dialogo costruttivo. Il giudizio sull’esperienza del blocco comunista fu, al contempo, causa e sintomo di tale profonda divisione. Il confronto politico e la riflessione culturale intorno alla contraddizione principe del « socialismo reale » – la repressione dell’opposizione interna – offrono spunti inediti per comprendere il nodo irrisolto nei rapporti tra le forze politiche della sinistra del nostro Paese. Nel passato, e nel presente.»

Présentations de l’ouvrage :

  • 11 novembre 2010, 16h30 (en italien) : université de Bologne, Facoltà di Scienze Politiche, Aula « Carlo Arturo Jemolo »
  • 17 novembre 2010, 17h00-19h00 (en italien), avec Luciano Pellicani, Silvio Pons, Giuseppe Tamburrano et Antonio Varsori : Biblioteca del Senato « Giovanni Spadolini » – Sala Atti Parlamentari, Piazza della Minerva, 38, Roma.

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Cold War and Post-Colonial Humanitarian Aid

« The Governance of Relief: Cold War and Post-Colonial Humanitarian Aid »

Mannheim, 10-11 décembre 2010

Vendredi 10 décembre

13.30 – Welcome and Introduction

  • 14.00-15.00 – Heike Wieters (Frankfurt/O.):  « Private-Public Governance of the Food Aid System in Egypt 1950-1975 »
  • 15.00-16.00 – Michael Vössing (Mannheim): « Conflicting Strategies of Relief: German Aid to Vietnam in the 1960s and 1970s »

16.00 – Coffee Break

  • 16.30-17.30 -Marie-Luce Desgrandchamps (Geneva): « Bringing Relief to Biafra: The ICRC’s Dilemma during the Nigerian Civil War »
  • 17.30-18.30 – Claus Kjersgaard Nielsen (Aarhus): « The Response of Joint Church Aid to the Politics of Relief Surrounding the Nigerian Civil War »

19.00 – Dinner

Samedi 11 décembre

  • 9.30-10.30 – Pascal Schmid (Basel): « Local Strategies, National Policies and Transcontinental Concepts: Perspectives on Medical Practice in Rural Ghana in the Pre-Alma Ater Period »
  • 10.30-11.30 – Maria Dörnemann (Tübingen): « ‘Plan your family, plan your nation’: Population Policies of International Organisations in Kenia, 1965-1990 »

11.30 -Coffee Break

12.00-13.00 -Julian Culp (Frankfurt/M.): « Development Aid: Duty of Social Justice or Demand of Humanity? »

13.00 – Conclusion

Lieu : Universität Mannheim, Schloss, Raum O 126

Organisateurs : Prof. Dr. Johannes Paulmann and Michael Vössing (Universität Mannheim, Historisches Institut, Neuere und Neueste Geschichte)

Contact : Michael Vössing (mvoessin@mail.uni-mannheim.de)

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

La censure dans le cinéma soviétique du Dégel à la perestroïka

GODET, Martine, La pellicule et les ciseaux. La censure dans le cinéma soviétique du Dégel à la perestroïka, Paris, CNRS Éditions, 2010, 350 p.

Présentation : «Les coulisses politiques du cinéma soviétique de la mort de Staline à Gorbatchev. 1953 : avec la mort de Staline s’achève l’ère du  »réalisme socialiste » soviétique. L’étau se desserre enfin sur la production cinématographique. À l’interdiction brutale et spectaculaire longtemps pratiquée par le  »petit père des peuples », se substitue une forme de censure subtile et complexe. Pourquoi certains films ne représentant rien de répréhensible sont-ils censurés, tandis que d’autres, plus subversifs, sont réalisés ? Martine Godet signe la première étude de fond sur cette gestion politique de l’image par un régime autoritaire en crise. Dans les années 1960-1970, après le dégel kroutchevien, une nouvelle vague de répression s’abat sur les réalisateurs. Certains films resteront bloqués des années durant : La Commissaire d’A. Askoldov (1967), La Vérification d’A. Guerman (1971), Longs adieux de K. Mouratova (1971)… Et les cinéastes joueront un rôle de premier plan dans la perestroïka, dont le coup d’envoi sera donné par l’incroyable Ve congrès de l’Union des cinéastes, en mai 1986, qui décide la suppression de toute censure à l’écran.»

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Radio propaganda during the Cold War

« War of the Ether: Radio propaganda during the Cold War »

3 décembre 2010, Reading (Grande-Bretagne)

9:30-10:00 Registration and Coffee

10:00-11:00 Keynote address

  • Jean Seaton, School of Media, Arts and Design, University of Westminster : « The BBC World Service and the Cold War: Respect for Audiences brings Down Walls. The strange Case of the Battle for who interprets the National Interest ».
  • Chair: Jon Bell, Department of History, University of Reading

11:00-12:30 — Panel 1: Speaking to the allies

Chair: Tony Shaw, Department of history, University of Hertfordshire

  • Hilary Footitt, School of Languages and European Studies, University of Reading : « ‘A hideously difficult country’: British propaganda efforts in France in the early Cold War »
  • Simona Tobia, Research Fellow, School of Languages and European Studies, University of Reading : « VOA, the BBC and the RAI’s Western Choice. British and American International Broadcasting in Italy, 1945-1957 ».

12:30-1:30 Lunch (room 142)

1:30-3:30 — Panel 2: Speaking to the enemy

Chair: Linda Risso, Department of History, University of Reading.

  • Alban Webb, Centre for Research on Socio-Cultural Change, Department of Sociology, The Open University : « Cultures of Diplomacy: Cold War radio and the Hungarian Uprising, 1956 ».
  • Marsha Siefert, Department of History, Central European University, Budapest : « Radio Free Europe, Radio Liberty and Émigré Politics ».
  • Friederike Kind-Kovacs, Südost-Institut, University of Regensburg : « Thinking, publishing and broadcasting ‘Europe’: The early mission of Radio Free Europe and its effect on featuring European Tamizdat ».

3:30-4:00 Coffee

4:00-5:30 — Panel 3: Germany

Chair: Ute Wölfel, Department of German, University of Reading

  • Patrick Major, Department of History, University of Reading : « Germany Talks Back: Listeners’ Letters to the BBC from Cold War Germany ».
  • Christoph Classen, Centre for Research on Contemporary History, Potsdam : « Captive Audience? GDR-Radio in the Mirror of Listeners’ Mail ».

There is no registration fee.

All participants must register via email with Ms Astrid House (a.house@reading.ac.uk) by Friday, 26 November 2010. Thank you.

Lunch and coffee break will be provided free to all speakers, moderators and participants.

Venue: Room 127, Humanities and Social Science Building, University of Reading. The conference will take place on the University’s main campus, Whiteknights. All panel sessions and coffee breaks will take place in room 127 in the Humanities and Social Science Building (number 1 on the map of Whiteknights Campus).

Adresses : http://www.reading.ac.uk/about/find/about-findindex.aspx

Pour en savoir plus : http://www.history.ac.uk/events/event/2156

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts