Actualité bibliographique (hiver 2011)

Le fichier ci-joint récapitule les ouvrages et revues signalés sur ce blog de janvier à mars 2011, ainsi que des articles portant sur la guerre froide parus dans d’autres revues. Cette compilation a été réalisée par Alexandre Rocha et Émilia Robin Hivert.

Actualités bibliographiques sur la guerre froide (janvier-mars 2011) (PDF)


guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Gagarine comme figure de mémoire et objet d’archive

Gagarin als Erinnerungsfigur und Archivkörper.  Workshop und Filmreihe zum 50. Jahrestag von Jurij Gagarins Weltraumflug [Gagarine comme figure de mémoire et objet d’archive. Atelier et cycle de films pour le 50e anniversaire du vol spatial de Iouri Gagarine]

15-16 avril 2011, Berlin

Date limite d’inscription : 7 avril

Konzeption: Kevin Anding, Holt Meyer, Matthias Schwartz

Als erster Mensch im Weltraum umkreiste Jurij Gagarin am 12. April 1961 in seinem Raumschiff Vostok-1 die Erde. Er ist wohl der einzige Held der Sowjetunion, der deren Zusammenbruch weitgehend unbeschadet überstanden hat. Nach wie vor gilt er in Umfragen in Russland als leuchtendes Beispiel für die Errungenschaften der eigenen Vergangenheit. Gagarin wurde auf paradoxe Weise im engen ideologischen Korsett des Ost-West-Konflikts geboren und überdauerte nach dessen Ende im Kontext einer veränderten Geschichtspolitik und Erinnerungskultur in Osteuropa als grenzüberschreitende Erinnerungsfigur. Der Workshop und die Filmreihe fragen in interdisziplinärer Perspektive danach, wie sich das Bild Gagarins im Laufe eines halben Jahrhunderts gewandelt hat.

Für die Teilnahme an dem Workshop wird um eine kurze schriftliche Anmeldung per E-Mail bei Matthias Schwartz (schwartz@zedat.fu-berlin.de) bis Donnerstag, den 7. April 2011, gebeten.

Filmreihe: Freier Eintritt

Freitag, 15. April 2011

Deutsch-Russisches Museum Berlin-Karlshorst, Zwieseler Str. 4, 10318 Berlin

10.15-10.45 Begrüßung durch die Organisatoren, Grußworte

10.45-13.00 Sektion 1: Gagarin als utopische Figur

Moderation: Matthias Schwartz (Berlin)

  • Holt Meyer (Erfurt): Gagarin im « Volk » – Erfurt 1961 und 1963
  • Thomas Tetzner (Chemnitz): Der Kosmonaut als « neuer Mensch ». Zur utopischen Vorgeschichte der sowjetischen Raumfahrt
  • Kevin Anding (Erfurt): Gagarins pädagogische Funktion in der Kinder- und Jugendliteratur

13.00-14.00 Mittagspause

14.00-16.15 Sektion 2: Gagarin als Archivkörper

Moderation: Kevin Anding (Erfurt)

  • Iina Kohonen (Helsinki): Picturing Gagarin – Visual strategies for representing a Khrushchevian hero
  • Julia Fertig (Berlin): Das TOTALE ARCHIV oder der Mann, der in den Kosmos flog und als Archiv zurückkehrte
  • Francis Hunger (Leipzig): Chor der toten Raumfahrer und die Frau, die nie ins Weltall flog

16.00-16.45 Kaffeepause

16.45-19.00 Sektion 3: Gagarin als akustisches Signal

Moderation: Holt Meyer (Erfurt)

  • Nikita Braguinski (Berlin). Gagarin als universelles musikalisches Zeichen. Von Aleksandra Pachmutovas Liederzyklus « Sozvezd’e Gagarina » bis zum Dance-Track
  • Larissa Medvedeva-Türk (Darmstadt): Gagarin als Lieder-Held. Sowjetische und russische Lieder über Gagarin vor und nach 1991
  • Tom Jürgens (München): Gagarin – das Rauschen als Ikone

20.00-22.00 Podiumsdiskussion: Gagarin als Erinnerungsfigur

unter Teilnahme von Gerhard Kowalski und Dieter B. Herrmann (angefragt)

Filmreihe (Freier Eintritt, mit Einführungen und Diskussion)

Samstag, 16. April 2011

Russisches Haus der Wissenschaft und Kultur, Friedrichstr. 176-179, 10117 Berlin

16.00

  • Der Mensch zurück aus dem Kosmos (Sowjetunion 1961, OmenglU)
  • Unser Gagarin (Sowjetunion 1971, OmenglU)
  • Gagarin, ich habe Sie geliebt (Deutschland/Ukraine 1991, OmU)

18:15

Always remember Juri Gagarin (Österreich 2010, OmenglU). Deutschlandpremiere anschließend Publikumsdiskussion mit dem Regisseur Christian Reiser

20:00

  • Das Lächeln Gagarins (Russland 2009, OF)
  • So begann die Legende (Sowjetunion 1976, OF) Deutsche Erstaufführung

Anmeldung bei: Matthias Schwartz (schwartz@zedat.fu-berlin.de), Institut für Slawistik der Humboldt-Universität zu Berlin / Osteuropa-Institut der Freien Universität Berlin

Weitere Ansprechpartner:

Informationen zu Konzept, Abstracts, Filmen und anderes : http://www.oei.fu-berlin.de/kultur/dates/gagarin.html

Organisateurs : Osteuropa-Institut der Freien Universität Berlin; Institut für Slawistik der Humboldt-Universität Berlin; Slawistische Literaturwissenschaft der Universität Erfurt; in Zusammenarbeit mit dem Deutsch-Russischen Museum Berlin-Karlshorst und dem Russischen Haus der Wissenschaft und Kultur, Berlin

Lieux : Deutsch-Russisches Museum Berlin-Karlshorst (Workshop) / Russisches Haus der Wissenschaft und Kultur (Filmreihe)

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

La Fabrique du Soviétique dans les arts et la culture

«La Fabrique du Soviétique dans les arts et la culture»

2 avril 2011, Paris

10 heures – Accueil et introduction (Marie-Christine Autant-Mathieu, CNRS / Arias, et Cécile Vaissié, Université Rennes II)

10h30 – «Le champ sémantique du terme soviétique : paradigmes et connotations» (Ludmila Kastler, Université Stendhal-Grenoble 3)

11h15 – «Quelques pistes pour étudier la soviétisation du théâtre (années 1920-1930) dans les œuvres dramatiques (Boulgakov), les journaux intimes (Afinoguénov), les écrits théoriques (Stanislavski) et les institutions (Théâtre d’Art)» (Marie-Christine Autant-Mathieu, CNRS / Arias)

12h00 – «Une chronologie du cinéma des ‘minorités’, vue de Moscou» (Gabrielle Chomentowski, docteure en sciences politiques)

12h45-14h30 – Déjeuner

14h30 – «L’ébauche d’une périodisation (1918-1953) dans la musique.  Prokofiev, un compositeur soviétique?» (Laetitia LeGuay, Université de Cergy-Pontoise)

15h15 – «Vladimir Nefed – le rôle de l’individu et la fabrique du théâtre biélorussien soviétique à l’épreuve de la « loi Nefed » (1916-1999)» (Virginie Symaniec, docteure en études théâtrales)

16h00 – «La question du genre littéraire : l’otcherk – De la norme artistique à la norme sociale» (Éric Aunoble, docteur en histoire)

16h15 – «L’intellectuel soviétique vu à travers le prisme de la diplomatie française (1947-1979). Exploitation des ressources du Centre des Archives diplomatiques de Nantes (dépêches) et approche méthodologique» (Eléna Ivanova-Glédel, docteur en linguistique)

17h30 – Débat final et conclusion Cécile Vaissié (Université Rennes 2)

Lieu : INHA, 2 rue Vivienne, 75 002 Paris, salle Vasari

Contact :  Cécile Vaissié (cecilevaissie@yahoo.fr)

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Revue d’Allemagne (42/4, 2010)

Revue d’Allemagne, vol. 42, no. 4, 2010

Mémoires et représentations de la résistance allemande au national-socialisme en RDA et République Fédérale d’Allemagne

Numéro dirigé par Hélène Camarade et Nadine Willmann

Gilbert Merlio : «Préface.  La résistance allemande dans l’historiographie de la RDA».

Carola Hähnel-Mesnard : «Mémoire de la résistance et construction de soi. La représentation de la résistance dans les premiers récits de Stephan Hermlin».

Florence Baillet : «Le démontage d’un mythe en RDA. Critique et abandon du discours officiel antifasciste dans les oeuvres dramatiques de Heiner Müller et Thomas Brasch».

Hélène Camarade : «L’héritage de la résistance au national-socialisme revendiqué par les résistants et opposants de RDA (1946-1989)».

André Combes : «Ambivalences d’une mythocinématographie de la résistance communiste : Nackt unter Wölfen (Nus parmi les loups) de Frank Beyer».

Valérie Carré : «Cinéma et résistance dans les années cinquante : peut-on parler de (deux) mémoire(s)?».

Peter Steinbach, Johannes Tuchel : «Georg Elser und das Attentat vom 8.  November 1939 – Realgeschichte und Wahrnehmung».

Nadine Willmann : «Le 20 Juillet 1944 dans la presse ouest-allemande entre 1954 et 2004.  L’instrumentalisation et le démantèlement d’un mythe fondateur».

Beate Kosmala : «Stille Helden im Widerstand gegen die Judenverfolgung 1941-1945.  Forschung und Erinnerung».

Régis Schlagdenhauffen : «Les lesbiennes sont-elles des victimes du nazisme ? Analyse d’une controverse mémorielle à Berlin».

Corine Defrance : «Échanges culturels franco-bavarois après la Seconde Guerre mondiale».

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Relations germano-allemandes durant la guerre froide

Brüder und Schwestern? Deutsch-deutsche Beziehungen im Kalten Krieg [Frères et soeurs? Relations germano-allemandes dans la guerre froide]

Hambourg, avril-juin 2011

Das Gedenkjahr zur 50-jährigen Wiederkehr des Mauerbaus nimmt die Forschungsstelle für Zeitgeschichte in Hamburg zum Anlass, sich mit der Geschichte der deutschen Teilung unter Gesichtspunkten zu beschäftigen, die bisher eher selten eine Rolle gespielt haben: im Mittelpunkt soll die Frage stehen, welche Folgen die Teilung für die westdeutsche Gesellschaft hatte. Dazu werden vier Einzelstudien vorgestellt, die sich mit deutsch-deutschen Beziehungen unterhalb der offiziellen politischen Sphäre befassen, und in zwei Fällen eng mit der Hamburger Perspektive verbunden sind. Die Vortragsreihe wird eingeleitet durch einen konzeptionellen Beitrag, in dem die Möglichkeiten und Schwierigkeiten einer integrierten deutschen Nachkriegsgeschichte diskutiert werden.

Donnerstag, 14.4.2011, 18.30 Uhr

Konrad Jarausch (Chapel Hill): Gemeinsam Getrennt. Herausforderungen einer integrierten Nachkriegsgeschichte [Partagés ensemble. Pour une histoire intégré de l’après-guerre]

Der Vortrag greift aktuelle Debatten um eine integrierte deutsche Nachkriegsgeschichte auf. Dabei soll es insbesondere um die Frage gehen, inwieweit die Entwicklung der westlichen Bundesrepublik durch die Bedingung der Teilung geprägt wurde – eine Frage, die angesichts der offensichtlichen Bezogenheit des ostdeutschen Teilstaats auf die Bundesrepublik bisher nicht genügend reflektiert worden ist. Ausgehend von einem kurzen Resümee der in den bisherigen Versuchen einer gemeinsamen Nachkriegsgeschichte vorherrschenden Darstellungsweisen, werden die methodischen Probleme einer solchen Geschichte erörtert, die zentralen wechselseitigen Abhängigkeiten der beiden Teilstaaten betrachtet und schließlich ein Modell vorgestellt, mit dem man die gesamte Teilungsgeschichte angemessen erfassen könnte.

Donnerstag, 12.5.2011, 18.30 Uhr

Christoph Strupp (Hamburg): Hafen und Hinterland. Hamburg und die DDR seit den fünfziger Jahren [Port et arrière-pays. Hambourg et la RDA depuis les années 1950]

Die 1949 besiegelte deutsche Teilung bedeutete für den Hamburger Hafen den Verlust eines wichtigen Teils seines Hinterlandes und schadete damit in besonderer Weise der Wirtschaft der Hansestadt. Darauf haben Hamburger Politiker nicht nur bis in die späten achtziger Jahre immer wieder hingewiesen, sondern sich auch frühzeitig bemüht, den eisernen Vorhang wieder durchlässiger zu machen. Der Vortrag wird über die Hochphase der « Politik der Elbe » in den fünfziger Jahren hinaus die von den wirtschaftlichen Interessen des Hafens bestimmte « Ostpolitik » der Hamburger Senate bis in die Zeit nach der deutschen Vereinigung beleuchten.

Donnerstag, 19.5.2011, 18.30 Uhr

Karin Hartewig (Göttingen): Einen Blick riskieren. Ost- und westdeutscher Fotojournalismus über das andere Deutschland [Risquer un regard. Photo-journalisme est- et ouest-allemand au sujet de l’autre Allemagne]

Bereits in den fünfziger Jahren beschäftigten sich die Deutschen in Ost und West am liebsten mit sich selbst. Im Vordergrund stand der schnelle Weg in die neue Normalität und das flinke Sicheinrichten in Verhältnisse, die nicht zu ändern waren. Die Aufmerksamkeit für das jeweils andere Deutschland blieb in vierzig Jahren Zweistaatlichkeit eher mäßig. Reportagen über Deutsch-Deutsches genossen Seltenheitswert.  Am Beispiel einer deutsch-deutschen Fotogeschichte werden die Bilder untersucht, die man sich vom jeweils anderen Deutschland machte. Diese Bilder veränderten sich im Laufe der Jahrzehnte, besonders seit den siebziger Jahren. Die Ansichten der beiden deutschen Gesellschaften über das jeweils andere Land machen augenfällig, was uns bewegte, was uns verbindet und was uns vielleicht bis heute trennt.

Donnerstag, 26.5.2011, 18.30 Uhr

Sylvia Necker (Hamburg): Fahren und Rasten. Die Autobahnstrecke A24 zwischen Hamburg und Berlin in den deutsch-deutschen Beziehungen 1971 bis 1998 [Marche-arrêt. Le tronçon d’autoroute A24 entre Hambourg et Berlin dans les relations inter-allemandes entre 1971 et 1998]

Die Autobahnstrecke A 24 zwischen Hamburg und Berlin wurde erst 1982 für den Verkehr freigegeben und war damit die jüngste Transitstrecke zwischen den beiden deutschen Staaten. Zahlreiche Bundesbürger, West-Berliner und DDR-Bürger nutzen die Strecke als Verbindungsbahn zwischen Ost und West. Die fünf Raststätten an der Strecke waren aber auch Treffpunkte und Kommunikationsorte in den deutsch-deutschen Beziehungen. Am Beispiel der Autobahn-Raststätte Stolpe/Mecklenburg lassen sich die besonderen Orts- und Nutzertypologien der Autobahnstrecke zwischen Hamburg und Berlin aufzeigen. Dabei stehen Fragen nach verschiedenen Erfahrungsräumen von reisenden Bundesbürgern, ostdeutschen Raststättenmitarbeitern sowie durchreisenden DDR-Bürger und der sehr spezifischen Perspektive der West-Berliner, die die Strecke regelmäßig im Transitverkehr nutzen, im Vordergrund.

Donnerstag, 9.6.2011, 18.30 Uhr

Anita Krätzner (Rostock): ‘Wir wollen nicht auf Euch schießen! Zeigt Solidarität mit uns!’ Zu den studentischen Protesten nach dem Mauerbau an den ost- und westdeutschen Universitäten [« Nous ne voulons pas vous tirer dessus! Soyez solidaires avec nous! » À propos des protestations étudiantes après la construction du Mur dans les universités est- et ouest-allemandes]

Nach dem Mauerbau gab die FDJ mit Berufung auf die angebliche Abwendung eines Krieges den ‘Kampfauftrag’ heraus, der vor allem forderte, dass sich alle Jugendlichen zwischen 18 und 23 Jahren für einen ‘freiwilligen’ Dienst in der Nationalen Volksarmee verpflichten sollten.  Auch die Studierenden in der DDR mussten diesem Aufgebot folgen, leisteten jedoch vielfach erheblichen Widerstand und wandten sich in ihrer Verzweiflung auch an die bundesdeutschen Kommilitonen. Der Vortrag wird die Diskussionen im studentischen Milieu nach dem 13. August 1961 in Ost und West nachzeichnen und die folgende Reaktion der Steuerungsinstanzen in der DDR beleuchten.

Lieu :

Forschungsstelle für Zeitgeschichte in Hamburg (FZH)
Beim Schlump 83
20144 Hamburg

Contact : http://www.zeitgeschichte-hamburg.de

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Diplomacy and Statecraft (22/1, 2011)

Diplomacy & Statecraft, vol. 22, no. 1, hiver 2011

Effie G. H. Pedaliu and John W. Young, « Introduction: Professor Saki R.  Dockrill (1952-2009) », p. 1-3

Articles

  • Christopher Baxter, « A Closed Book? British Intelligence and East Asia, 1945-1950 », p. 4-27.
  • Wolfgang Krieger, « German-American Intelligence Relations, 1945-1956: New Evidence on the Origins of the BND », p. 28-43.
  • Geoffrey Warner, « Anglo-American Relations and the Cold War in 1950 », p.  44-60.
  • Günter Bischof, « United States Responses to the Soviet Suppression of Rebellions in the German Democratic Republic, Hungary, and Czechoslovakia », p. 61-80.
  • John W. Young, « Ambassador David Bruce and ‘LBJ’s War’: Vietnam Viewed from London, 1963-1968 », p. 81-100.
  • Effie G. H. Pedaliu, « ‘A Discordant Note’: NATO and the Greek Junta, 1967-1974 », p. 101-120.
  • Thomas A. Schwartz, « Henry Kissinger: Realism, Domestic Politics, and the Struggle Against Exceptionalism in American Foreign Policy », p.  121-141.
  • Geraint Hughes, « The Cold War and Counter-Insurgency », p. 142-163.

Compte-rendus

  • G. R. Berridge (2009). British Diplomacy in Turkey, 1583 to the Present.  A Study in the Evolution of the Resident Embassy (p. 164-166, par Saul Kelly).
  • K. Robbins, and J. Fisher (Eds.) (2010). Religion and Diplomacy: Religion and British Foreign Policy, 1815 to 1941 (p. 167-169, par Peter J. Beck).
  • Y. Alon, (2009). The Making of Jordan: Tribes, Colonialism and the Modern State (p. 170-171, par Nigel Ashton).
  • W. Borodziej, S. Debski, (Eds.), Polish Documents on Foreign Policy, 24 October 1938-30 September 1939 (p. 172-174, par Anna M. Cienciala).
  • R. Wigg (2008). Churchill and Spain. The Survival of the Franco Regime, 1940-1945 (p. 175-177, par Tim Rees).

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Carnet de recherches «Poussières d’empire»

«Le carnet de recherche «Poussières d’empire» est dédié à l’analyse des anciennes villes fermées du complexe militaro-industriel soviétique de Dubna, Baïkonour et Sébastopol. Il s’agit d’abord d’une analyse géopolitique sur la mutation des territoires de puissance autrefois dédiés à la puissance soviétique, et aujourd’hui maintenus comme lieux de la puissance russe. Ce carnet prend donc le parti de considérer ces anciennes villes fermées comme des « laboratoires géopolitiques » permettant de mieux saisir les mutations de légitimité qui voient le jour après la chute de l’URSS.»

Ouvert en décembre 2010, il propose des articles fouillés et illustrés sur la géographie, l’organisation, la vie quotidienne, les rapports de pouvoir, etc., dans ces villes fermées, objets de nombreux fantasmes occidentaux.

Lien : http://villesfermees.hypotheses.org/

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Séance 6 : «Monsieur de Norpois chez les Camarades»

La cinquième séance du séminaire «Autour du système de guerre froide» a eu lieu le lundi 4 avril 2011.

Georges-Henri Soutou, professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV) et membre de l’Académie des Sciences morales et politiques, a fait une conférence intitulée «Monsieur de Norpois chez les Camarades», évoquant les transformations de la diplomatie, comme pratique et comme système, à l’épreuve de la guerre froide.

Discussion

Émilia Robin-Hivert remarque que souvent les diplomates se vexent de l’apparition d’une diplomatie au sommet, notamment à partir de Khrouchtchev, puis avec l’apparition dans les années 1970 des G6-G7, etc. Comment cela s’articule-t-il avec la conception soviétique de la politique extérieure ?

GHS répond que la dépossession des diplomates commence avant. D’une part, des rencontres directes entre dirigeants ont lieu à la conférence de Versailles, dans l’entre-deux-guerres. D’autre part, le deuxième facteur de dépossession remonte au progrès des moyens de communications. Lors de la négociation du traité de Turin en 1860, il y a plusieurs échanges par jour entre Paris et les négociateurs à Turin : le télégraphe tourne à fond pour contrôler les négociations.

Concernant la stratégie des rencontres au sommet, Staline ne les aimait pas, même s’il se débrouillait très bien, il préférait cultiver la distance, le secret autour de lui. Mais en Occident, après la mort de Staline, les Britanniques ont voulu renouer avec ces rencontres entre chefs d’Etat, comme pendant la guerre. Pour l’URSS, cela a posé un problème de personne. Qui doit représenter l’URSS ? Le secrétaire général ou le Président du Conseil ? Khrouchtchev ou Boulganine ? en 1955, à la conférence de Genève, le protocole suisse fait passer Boulganine devant, comme Président du Conseil. Mais lorsqu’ils remontent dans l’avion, Khrouchtchev arrête Boulganine et passe devant. C’est lui qui dirige…

Par la suite, les Soviétiques ont compris l’importance de la médiatisation et de l’opinion publique occidentale. Mais ils ne sont jamais très demandeurs : la rencontre au sommet est surtout une conception anglo-américaine. Cette conception a posé des problèmes, parfois. Après la rencontre entre Reagan et Gorbatchev à Reykjavik, les diplomates américains ont passé des mois à récupérer tout ce que Reagan avait lâché par imprudence.

Stanislas Jeannesson demande si, face aux difficultés de la vie quotidienne à Moscou qui ont été évoquées, il y a eu une solidarité des diplomates occidentaux.

GHS répond que oui. Il y avait une communauté occidentale à Moscou, non seulement entre diplomates des pays OTAN, mais aussi avec les Suisses, les Finlandais, les Suédois… Il existe une vraie sociabilité régulière. Le milieu était très concentré, faute de pouvoir vraiment se divertir ou se déplacer. Mais cela a donné lieu à ce que Georges Henri Soutou a parfois qualifié de « Kolkhoze intellectuel », qu’il y ait eu ou non des micros. Il y avait des échanges sur les expériences, les analyses (certains pays ont une expérience concrète de l’URSS, à cause d’anciens investissements de leurs nationaux, ou des événements de la deuxième guerre mondiale, comme la Finlande). Souvent, ces diplomates se recevaient entre eux, puisque c’étaient les seules mondanités possibles, et quelques ambassades avaient des datchas où les Occidentaux se retrouvaient le week-end.

Stanislas Jeannesson demande s’il y avait une méthode particulière pour négocier avec les Soviétiques, des instructions spéciales à ce sujet pour les diplomates en poste.

GHS répond qu’il n’y avait pas, à sa connaissance, d’instructions écrites particulières. Mais sous forme orale, certains conseils étaient donnés. Par exemple : faire attention à la vodka, aux femmes ; faire attention aux « amis russes », toujours d’une façon ou d’une autre manipulés par le KGB ; ne pas se laisser impressionner, être toujours patient, et également vigilant (le déplacement d’une virgule dans un texte peut signifier un changement de disposition des négociateurs soviétiques…). S’y ajoutaient des conseils techniques, sur la lecture de la presse, par exemple. Dans ce type de régime, où la presse est étroitement encadrée et ritualisée, il y a des codes à déchiffrer, donc un sens à des allusions qui demandent une bonne connaissance du pays, de ses pratiques, de ses codes (GHS donne des exemples : « danger venu d’une autre planète » est une allusion à la Chine, dans un article d’une revue scientifique en 1956).

Jenny Raflik revient, au sujet des instructions, sur une remarque du Professeur Soutou dans sa conférence. Les diplomates français à Moscou ont été invités, au début du septennat de Valéry Giscard d’Estaing, à se tourner vers d’autres interlocuteurs que les diplomates soviétiques habituels. Sait-on pourquoi ? Comment peut-on l’expliquer ?

GHS répond qu’Henri Froment-Meurice, qui évoque ces nouvelles instructions dans ses mémoires, ne les explique pas. Mais plusieurs pistes sont à étudier : un changement de l’Élysée, ou à Matignon ? Le rôle de certains universitaires est peut-être à envisager, comme celui de Jean-Claude Casanova qui était directeur de cabinet de Raymond Barre à Matignon, et connaissait beaucoup de soviétologues qu’il a ensuite retrouvés dans les cercles de Commentaire. Peut-être les services secrets ont-ils aussi eu une influence ?

Patrick Boureille s’interroge sur le rôle des services secrets, et sur leurs approches timides des Soviétiques en France, en comparaison avec la posture offensive des services soviétiques vers l’étranger.

GHS répond qu’il y a sans doute eu d’abord un problème d’effectifs et de moyens. Les services français pouvaient difficilement mener plus de 10 opérations de front.

Ensuite, les Soviétiques étaient très protégés à l’étranger. En Occident, les diplomates soviétiques ne circulaient jamais seuls, toujours en groupe. Ceux qui pouvaient circuler seuls étaient les agents des services secrets soviétiques, les plus fiables pour Moscou, les plus difficiles à retourner pour les Occidentaux. Quant aux délégations d’universitaires, de sportifs, de danseurs, d’acteurs, etc., elles étaient très surveillées, très encadrées.

Par ailleurs, les politiques occidentaux étaient très méfiants sur le retournement d’agents soviétiques. C’étaient des bombes médiatiques, qui pouvaient donner l’impression d’offrir à un politique plus de risques que d’avantages (ne pas compromettre la Détente avec une grosse prise). Un agent des services secrets russes qui retournait un Occidental était félicité, un Occidental qui faisait la même chose l’était moins…le seul exemple français connu est celui de l’affaire Farewell, sous François Mitterrand. Mais dans cette affaire, les récits qui nous sont donnés comportent beaucoup d’incohérences. On sait finalement peu de choses.

Pour un agent soviétique qui était retourné par un pays occidental, avec les fuites possibles, l’espérance de vie était assez faible. Un peu meilleure chez les Américains, mais faible…beaucoup de risques, donc peu de volontaires !

Françoise Noirant revient sur la réforme des services de transmission diplomatique en 1948. Les informations circulaient bien. Dans les archives tchécoslovaques qu’elle a consultées, elle trouve beaucoup d’informations sur la France. Qu’en était-il de l’infiltration du Quai d’Orsay par des agents soviétiques ?

GHS répond que les informations circulent toujours…parfois par maladresses. Il raconte des anecdotes : un marchand de marrons chauds vendant ses marrons dans des cornets de papier fabriqués avec des télégrammes diplomatiques, jetés à la poubelle au lieu d’être détruits par les huissiers ; un accord secret franco-américain qui s’envole par une fenêtre ouverte et se retrouve dans la rue. Les informations peuvent toujours circuler. Sur l’infiltration de l’administration, une secrétaire isolée est plus vulnérable (et plus rentable pour les services secrets) qu’un ambassadeur. Mais les cas délicats étaient réglés directement, pas sur la place publique comme chez les Anglo-Saxons.

Mais il y a deux choses distinctes : les Soviétiques avaient des informations de très bonne qualité, certes, mais il faut aussi pouvoir les exploiter. Et le système soviétique repose plus sur la quantité que sur l’expertise. Donc, tout est à relativiser.

Pour étudier ce problème, il n’y a pas vraiment de sources disponibles. Ces affaires ne se règlent pas devant des tribunaux, on n’en parle pas dans la presse. Il y a des choses dans les archives de l’inspection des postes, mais elles ne sont pas communicables aux chercheurs.

GHS fait une remarque sur l’affaire Dejean. Les Soviétiques ont fait une erreur en envoyant une femme auprès de Dejean. Il était favorable à un rapprochement entre la France et l’URSS et finalement, les Soviétiques ont stoppé la carrière d’un diplomate qui leur était favorable par conviction.

Alexandre Moreli Rocha évoque un article de Frank Costigliola paru dans la Revue Diplomatic History en 2010 sur les coulisses des ambassades anglo-américaines à Moscou en 1944-1946 : les diplomates, surtout George Kennan et Frank Roberts, auraient été déçus par la réalité et le quotidien qu’ils trouvèrent en URSS, et cette déception expliquerait aussi le « long télégramme ». Qu’en pense le professeur Soutou ?

GHS répond qu’il n’a pas lu l’article en question, mais qu’il connaît l’auteur. Il précise que Kennan connaissait bien le sujet, et qu’il n’a pas été « déçu » par les conditions de vie à Moscou, comme un enfant gâté. Il avait vu les pays baltes avant la guerre, Moscou pendant la guerre, le climat oppressant qui y régnait. Ce que l’on appelle le « long télégramme » de Kennan (http://www.gwu.edu/~nsarchiv/coldwar/documents/episode-1/kennan.htm) est une très bonne analyse, de nature politique, par un bon expert.

Lorenzo Delgado demande quel a été le rôle des dirigeants du PCF : ont-ils joué un rôle d’information supplémentaire sur l’URSS pour les dirigeants français ?

GHS répond qu’il n’y avait pas de contacts entre le PCF et les diplomates français à Moscou. Les amitiés de la Résistance ont été rompues avec la guerre froide, en France, ce qui n’a pas été le cas en Italie où les relations étaient plus souples. D’autre part, il semble que le PCF n’ait pas été pour l’URSS un instrument de connaissance de la politique française. Les Soviétiques préféraient des sources non communistes, d’autres agents.

Noël Bonhomme demande ce qu’il en était de l’analyse des diplomates français sur la Chine.

GHS répond que le débat URSS-Chine n’a pas été bien compris en France. L’univers communiste est déjà complexe. L’univers chinois est encore plus complexe. Le mélange des deux est très difficile à aborder. Les Etats-Unis ont essayé de comprendre le système, le débat, ses enjeux. Les Français ont compris l’importance de ce phénomène, mais ils n’avaient pas les moyens humains de le conceptualiser.

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Le SPD, les Verts et le mouvement de la paix contre le réarmement

SPD, Grüne und die Friedensbewegung gegen die Nachrüstung» [Le SPD, les Verts et le mouvement de la paix contre le réarmement [dans les années 1980]]

18-19 mars 2011

Berlin

Der Beschluss zur Stationierung von Pershing II-Raketen in der Bundesrepublik – innerhalb der Zeitgeschichtschreibung als eine zweite Phase des Kalten Krieges benannt – führte zu einer der größten Massenbewegung in ihrer Geschichte. Die daraus folgende Nachrüstungsdebatte bescherte der Bundesrepublik ein politisches Erdbeben. Die Entscheidung der damaligen Bundesregierung, Nuklearraketen auf deutschem Boden zu stationieren, rief die größte Friedensbewegung seit ihrem Bestehen ins Leben. Mit Massendemonstrationen und lokal und überregional vernetzten Initiativen wurde eine Mobilisierung bisher nicht gekannten Ausmaßes initiiert, die gesellschaftlich eine große Wirkungsbreite entfaltete.

Die politisch Verantwortlichen reagierten mit Unverständnis. In der SPD, die mit Helmut Schmidt den Bundeskanzler stellte, brach der Konflikt zwischen Befürwortern und Gegnern offen aus. Das Unvermögen der etablierten Parteien, angemessen zu reagieren, führte nicht nur zur Stärkung der Bewegung, sondern auch zu Gründung der Grünen, in ihrem Selbstverständnis eine Antiparteienpartei.  In vier Sektionen sollen die politischen und sozialen Ursachen, Verläufe und Folgen vorgestellt und untersucht werden.

1. Mit dem Scheitern des SALT II Abkommens und der Ankündigung der Stationierung von SS 20 Raketen und der Reaktion des Westens darauf kam die Entspannungspolitik zum Stillstand. Wie entwickelte sich das Verhältnis der Großmächte zueinander? Wie sahen die strategischen Planungen der Supermächte aus und welche Auswirkungen und Erwartungen hatten sie auf die Bundesrepublik?

2. Auf der politischen Bühne geriet die Entspannungspolitik in Bedrängnis, die DDR interpretierte den Nachrüstungsbeschluss als einen Rückfall in den Kalten Krieg. Zugleich verschärften sich die Auseinandersetzungen in der Sozialdemokratie durch das Bekenntnis führender Parteileute wie Erhard Eppler zur Friedensbewegung. Schmidt geriet in der eigenen Partei in die Kritik, als auf dem Parteitag 1982 ein Drittel der Delegierten sich gegen die Nachrüstung aussprachen. Das Panel fragt sowohl nach den Motiven und Interessen, die die Handlungen der politisch Verantwortlichen, allen voran Bundeskanzler Schmidt, beeinflussten, wie auch den alternativen Sicherheitskonzepten, die die Kritiker und Vertreter der Friedensbewegung und -forschung vorlegten.

3. Die Massenbewegung, die sich aus dem Protest entwickelte, veränderte die Bundesrepublik entscheidend. Sie führte zu einer Dynamisierung der Friedenspolitik als einer Alternative zur Stabilitäts- und Sicherheitspolitik der etablierten Parteien und veränderte die politische Kultur der Bundesrepublik nachhaltig.

4. Die daraus folgende Milieubildung und deren verschiedenen Ausformungen bereiteten für die Grünen den Boden, um zu einer politischen Bewegung in den nächsten Jahren zu werden. Die Herausbildung einer politischen Bewegung dieses Ausmaßes und des daraus entstehende Spannungsverhältnis zur verfassten Politik lassen nach einem erweiterten Politikbegriff fragen. Zugleich kam es zu Interferenzen zwischen verschiedenen Milieus und Bewegungen (Frauenfriedensbewegung) und zu einer Professionalisierung und Etab-lierung der Friedensforschung.

Das Kolloquium bringt Promovierende, Postdoktoranden und Zeitzeug/innen zusammen und dient dem Austausch über Forschungsansätze und Ergebnisse zur Friedensbewegung im Kontext der sog. Nachrüstung.

Freitag, 18. März 2011

15:00 Uhr – Begrüßung: Christoph Becker-Schaum, Marianne Zepp (Heinrich-Böll-Stiftung)

15:15 Uhr – Sektion 1: Von der Krise der Entspannungspolitik zum Nachrüstungsbeschluss

Chair: Tim Geiger (Institut für Zeitgeschichte, Berlin)

  • Oliver Bange (Militärgeschichtliches Forschungsamt, Potsdam) : «Die Entwicklung der Waffensysteme in den 1970er Jahren, der Wandel des Kriegsbildes und die Dynamisierung der Ost-West Beziehungen»
  • Julia Metger (Freie Universität Berlin) : «Moskauer Auslandskorrespondenten im Akteursdreieck zwischen deutscher Botschaft und sowjetischem Außenministerium»

17:15 – Pause

17:30 – Abendessen

19.00 – Öffentlicher Vortrag mit Diskussion und anschließendem Empfang Gewerkschafterinnen und Frieden

  • Sibylle Plogstedt (Journalistin, Bonn)
  • Moderation: Martin Klimke (GHI Washington)

Samstag, 19. März 2011


9.00 – Sektion 2: Auswirkungen in der SPD und die Entstehung eines Gegenexpertentums

Chair: Marianne Zepp (Heinrich-Böll-Stiftung, Berlin)

  • Mit Otfried Nassauer (BITS, Berlin) und Wolfgang Biermann (SPD, Oslo)
  • Jan Hansen (Humboldt-Universität Berlin) : «’Die Priorität bleibt der Friede’. SPD und Nachrüstung, 1979-1983»

11.00 Kaffeepause

11.15 – Sektion 3: Grüne

Chair: Philipp Gassert (GETK, Universität Augsburg)

  • Martin Klimke (GHI Washington) : «Sonne statt Reagan: Die Wahlkampfstrategie der Grünen bei der Bundestagswahl 1983»
  • Christoph Becker-Schaum (Heinrich-Böll-Stiftung, Berlin) : «Die Grünen und die unabhängigen Friedensgruppen»

12.45-13:30 – Mittagessen

13:30 – Sektion 4: Friedensbewegung

Chair: Christoph Becker-Schaum (Heinrich-Böll-Stiftung, Berlin)

  • Alexander Holmig (Universität Augsburg) : «Sicherheitspolitik von unten. Gewaltfreie Blockaden gegen nukleare Mittel-streckenraketen in Mutlangen 1983-1987»
  • Achim Schmitz (Trainer für praxisorientierte Friedensforschung, Stuttgart) : «Training in gewaltfreier Aktion»
  • Corinna Hauswedell (Conflict Analysis and Dialogue (CoAD), Bonn) : «Friedensbewegung und Friedenswissenschaft»

15.30 – Abschlussrunde

16:00 – Ausklang

Contact :

Christoph Becker-Schaum
Archiv Grünes Gedächtnis der Heinrich-Böll-Stiftung
Eldenaer Straße 35, 10247 Berlin
(030) 28534265
(030) 285345265
becker-schaum@boell.de

Lieu : Heinrich-Böll-Stiftung, Eldenaer Straße 35, 10247 Berlin

Date limite pour les inscriptions : 15.03.2011

Site Web : http://www.boell.de/archiv (Internetseite des Archivs Grünes Gedächtnis der Heinrich-Böll-Stiftung)

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Cahiers d’histoire (no. 112-113, 2010)

Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, no. 112-113, 2010

Le texte des articles sera disponible gratuitement en ligne à partir de juillet 2013. Les textes des compte-rendus sont accessibles dès maintenant en version intégrale : http://chrhc.revues.org/index2105.html

Anne Jollet : Le mot de la rédaction

DOSSIER : Histoires croisées du communisme français et italien

Marco Di Maggio : Présentation

  • Serge Wolikow : «Problèmes méthodologiques et perspectives historiographiques de l’histoire comparée du communisme»
  • Marco Di Maggio : «PCI, PCF et la notion de ‘centre’. Enjeux stratégiques et questions identitaires des PC de l’Europe occidentale»
  • Roger Martelli : «Le PCF et le PCI face à Khrouchtchev (1953-1964)»
  • Sante Cruciani : «Histoire d’une rencontre manquée : PCF et PCI face au défi de la construction communautaire (1947-1964)»
  • Marco Galeazzi : «Le PCI, le PCF et les luttes anticoloniales (1955-1975)»
  • Giulia Strippoli : «Le PCF et le PCI face au mouvement étudiant de 1968»
  • Giorgio Caredda : «Washington et la ‘réformabilité’ du communisme dans les années soixante-dix»
  • Marco Di Maggio : «Le PCF et l’Union de la gauche vus par le PCI»

ARCHIVES

  • Pierre Boichu : «Les archives du Parti communiste français. Les relations entre le PCF et le PCI dans les années 60 et 70»
  • Cristiana Pipitone : «Les archives du Parti communiste italien»
  • Table ronde : Histoires croisées du communisme italien et français

CHANTIERS

Thierry Pastorello : «L’abolition du crime de sodomie en 1791 : un long processus social, répressif et pénal»

MÉTIERS

  • Guillaume Davranche : «Bientôt un dictionnaire Maitron des anarchistes»
  • Marco Di Maggio : «L’empreinte communiste dans la société française (1920-2010). Interview à propos du livre de Roger Martelli»

DÉBATS

Chloé Maurel : «Une histoire mondiale des peuples noirs. Au sujet de Patrick Manning, The African Diaspora. A History through Culture, New York, Columbia University Press, 2010, 394 p.»

LIVRES LUS

  • Giusto Traina, 428. Une année ordinaire à la fin de la fin de l’Empire romain (par Frank Noulin)
  • Giovanni Careri, François Lissarrague, Jean-Claude Schmitt, Carlo Severi (dir.), Traditions et temporalité des images (par Thomas Béraud)
  • Michel Vovelle, Pierre Donaint, Le mystérieux monument Joseph Sec à Aix-en-Provence (par Jérôme Lamy)
  • Yannick Ripa, L’Affaire Rouy. Une femme contre l’asile au XIXe siècle (par Nicole Edelman)
  • Stéphan Soulié, Les philosophes en République. L’aventure intellectuelle de la Revue de métaphysique et de morale et de la Société française de philosophie (1891-1914) (par Thomas Béraud)
  • Guillaume Quashie-Vauclin, L’Union de la Jeunesse Républicaine de France. Entre organisation de masse de jeunesse et mouvement d’avant-garde communiste (par Etienne Bordes)
  • Pierre Bourdieu, Roger Chartier, Le sociologue et l’historien (par Pierre Bruno)
  • Luc Boltanski, De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation (par Arnaud Saint-Martin)
  • Nicolas Offenstadt, L’histoire bling-bling. Le retour du roman national (par Claudette Toulmonde)

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts