Décolonisation et monde communiste

Décolonisation et Monde communiste : l’exemple de la Guerre d’Algérie

2e semestre 2012, Dijon

Date limite de réponse : non précisée

 

La décolonisation est devenue un thème récurrent dans la recherche historique sur le XXe siècle. Les aspects internationaux ont souvent été évoqués – mais curieusement peu traités dans les études spécifiques. Or, les anciennes colonies, et donc futurs États, ont été un enjeu à la fois économique, mais surtout politique dans le contexte de la guerre froide. Si certaines études s’occupent de l’intégration des États issus de la décolonisation dans l’un des blocs – occidental ou «socialiste» -, il n’y a que très peu d’études sur la rivalité des deux blocs pendant le processus même de la décolonisation afin d’intégrer ces futurs États dans son propre camp. L’unique possibilité pour ces États de ne pas être accaparés semblait être l’adhésion au mouvement des «non-alignés» – aussi mal vue par l’un comme par l’autre bloc.

L’Algérie est un exemple complexe de ce processus, ne serait-ce que par sa lutte armée pour l’indépendance. Cette guerre qui à l’époque ne disait pas son nom a impliqué l’«Occident» comme l’«Orient» – jusqu’à la Chine – militairement (armement du FLN par la Tchécoslovaquie, transport des armes aussi par des entreprises ouest-allemandes et la Yougoslavie), politiquement (position de la France dont l’Algérie était un département), idéologiquement (le FLN était-il comparable au Viet-Minh – et quid du PCA?), économiquement (richesses de l’Algérie en minerais).

Que le monde «socialiste» fût particulièrement intéressé par cette lutte pour l’indépendance (depuis quand?) semble évident, mais les travaux sur cette partie de la problématique sont rares. Ce colloque ambitionne de susciter des recherches dans ce sens et de faire le point des recherches existantes. Les axes de recherche sont formulés ci-dessous sous forme de questions ouvertes.

L’Union soviétique et son rôle dirigeant face à l’Algérie en guerre

L’URSS est souvent présentée comme ayant distribué les tâches – mais quelles tâches? La seule qui soit assez clairement définie incombe à la Tchécoslovaquie : fournir des armes. Le rôle de la RDA est certes d’accueillir des réfugiés politiques et des étudiants et de les former/formater pour le futur État algérien. Mais la RDA a un intérêt propre : sa propre reconnaissance pour contrer la «doctrine Hallstein» de la RFA et cet intérêt détermine toutes ses actions. Où commence le rôle «directeur» de l’URSS et où trouve-t-il ses limites? (Demandés pour une contribution : Thomas Gomart et Evgenia Obychkina)

Les «démocraties populaires» et leurs actions envers l’Algérie en guerre

  • CS(S)R et FLN (Petr Fidek/Prague et Martin Pavlik/Wasserburg)
  • Le rôle d’un pays «non-aligné» : la Yougoslavie (Vojislav Pavlovic/Belgrad)
  • Recherche sur la Roumanie : Traïan Sandu (Paris III)
  • Manquent : Pologne, Bulgarie, Hongrie, éventuellement Albanie ET Chine

L’analyse des forces sur place : FLN vs. PCA?

L’engagement de l’URSS est assez tardif, donc celui des pays «socialistes» également. Quel rôle la difficulté de cerner le FLN joue-t- elle dans cette hésitation? Le PCA a-t-il influencé cette analyse? L’a-t- on surestimé? Y a-t-il une influence du PCF sur l’analyse des «démocraties populaires» (la fameuse théorie de l’Algérie en tant que «nation en formation» de Maurice Thorez)? (Proposition de contribution : Kamel Kateb)

Le rôle de la France dans la stratégie soviétique

Quel est l’impact de l’argumentaire de la France et de son attitude en Algérie au niveau international, en particulier dans les «démocraties populaires»?

Le rôle de la Chine

La Chine a – selon les rapports des services militaires sur place – participé massivement à l’armement et à la formation de l’ALN – et surtout ses leaders. Est-ce une conséquence des tensions entre URSS et Chine à partir de la fin des années 1950 ou y a-t-il une stratégie propre de la Chine envers l’Algérie et par là à d’autres pays africains issus de la décolonisation?

En 2012, l’Algérie fêtera les 50 ans de son indépendance. La conférence doit contribuer à éclairer le rôle des États «socialistes» lors de la lutte pour cette indépendance. L’Algérie a connu, après 1962, un système pseudo-socialiste, mais l’un des premiers pays qui a été reconnu par le nouvel État était la RFA, capitaliste…

Fritz Taubert, Professeur à l’Université de Bourgogne UFR Langues et Communication (fritz.taubert@orange.fr)

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

The Cold War: History, Memory, Representation

The Cold War: History, Memory, Representation

European Academy Berlin, Bismarckallee 46/48

13-17 juillet 2011

 

Date limite d’inscription : 12 juillet 2011

 

Télécharger le programme

Two decades after the end of the Cold War, the time has come to reflect upon its lingering legacy. This international and interdisciplinary conference will discuss the main features of the East­-West conflict, probe its conflicting memories and analyze its cultural representations.  By presenting the views of participants the public opening session intends to focus on the peaceful way in which the Cold War was concluded in order to contribute to the ongoing reintegration of Europe.

Thursday, July 14th 2011

Opening session of the conference (Berliner Rathaus, Festsaal). The opening session of the conference is funded by the Senate of Berlin.

Overcoming the Cold War: European division, detente and reintegration

7:00 p.m. — Welcome by Konrad H. Jarausch, Chair of the Cold War Museum Association

Welcome by Walter Momper, President of the Berlin State Parliament, Former Lord Mayor of Berlin

Keynote Speech : Markus Meckel, Former GDR Foreign Minister

Panel Discussion :

  • James D. Bindenagel, Former Ambassador of the United States
  • Andrei Grachev, Last advisor and official spokesman of Former Soviet President Mikhail Gorbachev
  • Wolfgang Ischinger, Chairman of the Munich Security Conference
  • Moderated by Mary Fulbrook, Professor of German History University College London

9:00 p.m. — Reception

 

Friday, 15th of July 2011

European Academy Berlin

9:00 Panel 1 — The Cold War: Master narratives in East and West

Opening by Eckart D. Stratenschulte (Director of the European Academy Berlin Andreas Etges (Professor of North American History, John F. Kennedy Institute, Freie Universität Berlin)

Chair: Christian Ostermann (Director of Cold War International History Project, Woodrow Wilson Center, Washington, D.C.)

  • « On the historiography of the Cold War », Odd Arne Westad (Professor of International History, London School of Economics and Political Science)
  • « Western Europe – Probing the Cold War narrative », David Reynolds (Professor of International History Cambridge University)

11:00 a.m. — Coffee break

11:20 a.m. :

  • « The Cold War as metaphor and trope », Anders Stephanson (James P. Shenton Professor of History, Columbia University)
  • « Twenty years of changing interpretations of the Cold War in Russia », Vladimir Pechatnov (Director of the Department of European and American Studies,  Moscow State Institute of International Relations

01:00 p.m. — Lunch

02:00 p.m. — History, memory and the Cold War

Introduction by Andreas Etges

« The Cold War between history and memory », Keynote speech by Jay Winter (Charles J. Stille Professor of History Yale University)

03:15 p.m. — Coffee break

03:45 p.m. — PANEL 2 : Official and biographical memorialization

Chair: Martin Klimke (Research Fellow, German Historical Institute, Washington)

  • « Memorialization or mythologization? A comparative approach to the attitudes of the French and Russian states towards the Cold War », Marie­Pierre Rey (Professor of History University Panthéon-Sorbonne, Paris
  • « Painful memories: Russian attitudes towards the end of the Cold War in Europe », Sergej Kudryashov (Research Associate German Historical Institute, Moscow)
  • « Spies which saved the world? The construction of biographies of George Blake and Oleg Penkovsky – New approaches », Matthias Uhl (Research Associate German Historical Institute, Moscow)
  • « ‘The Cold War? I rather have it in my family…’ East -West discrepancies in remembering Cold War times », Thomas Lindenberger (Director of the Ludwig Boltzmann Institute for European History and Public Spheres, Vienna)

05:45 p.m.  Film screening of PBS Documentary After the Wall – A World United (2011), Commented by James D. Bindenagel, Introduced by Axel Klausmeier (Director of the Berlin Wall Foundation)

07:00 p.m. — Barbecue in the garden of the European Academy Berlin

 

Saturday, 16th of July 2011

09:00 a.m. — PANEL 3 : Popular culture and school books

Chair: Andreas Etges

  • « Cold War films (East and West) », Tony Shaw (Professor of Contemporary History University of Hertfordshire)
  • « Ian Fleming, British spy fiction and the public profile of the Central Intelligence Agency », Christopher Moran (Postdoctoral Research Scholar University of Warwick)
  • « Pedagogy of history? The Cold War in history and social studies textbooks », Falk Pingel (Former Deputy Directorn of the Georg Eckert Institute for international research on schoolbooks, Braunschweig)

11:00 a.m. — Coffee break

11:15 a.m. — PANEL 4 : Places of memory

Chair: Andreas Gestrich (Director German Historical Institute, London)

  • « Protect and survive: Protecting, preserving and presenting Cold War heritage », Wayne Cocroft (Senior Archaeological Investigator English Heritage)
  • « Cold War memory sites and museums in Central Europe », Csaba Békés (Director Cold War History Research Center, Budapest, Hungary)
  • « The postcolonial Cold War », Heonik Kwon (Reader in anthropology, London School Of Economics and Political Sciences)

01:00 p.m. — Lunch

02:00 p.m. — PANEL 5 : Berlin as a place of memory of the Cold War

Chair: Winfried Heinemann (Colonel in the general staff (Oberst i.G.), Head of Department education, information and studies Military History Research Institute Potsdam

« The resurrection of the Berlin Wall as a site of memory », Hope Harrison (Associate Professor of History and International Affairs, George Washington University Washington, DC)

04:00 p.m. — Coffee break

04:15 p.m. —

  • « Competing of the best wall memorial: The heritage industry at Checkpoint Charlie, Berlin », Sybille Frank (LOEWE research area « Intrinsic Logic of Cities », Technische Universität Darmstadt)
  • « Project for a museum of the Cold War at Checkpint Charlie », Konrad Jarausch (Lurcy Professor of European Civilization University of North Carolina)

07:00 p.m  — « Reading and Dinner », György Dalos (Writer of the biography: « Gorbatschow. Mensch und Macht », Publicist, Leipzig Book Award winner for European Understanding (2010))

Moderated by Andrea Despot (Deputy Director of the European Academy Berlin)

Sunday, 17th of July 2011

Tour of museums and Cold War sites

09:30 a.m. Start of the bus tour
10:00 a.m. Allied Museum
Tempelhof
Checkpoint Charlie
Berlin Wall Museum
Museum Karlshorst (German-­ Russian Museum)

4:00 p.m. finish

Organizers: Europäische Akademie Berlin, Militärgeschichtliches Forschungsamt Potsdam, Zentrum für Zeithistorische Forschung Potsdam, Alliierten Museum, German Historical Institute London, Deutsches Historisches Institut Moskau, German Historical Institute Washington, Museum Berlin Karlshorst, John F. Kennedy-Institut Berlin, FU Berlin, Stiftung Luftbrückendank, Stiftung Berliner Mauer, Cold War International History Project

 

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

La guerre froide vue par les manuels scolaires

MORAND, Brigitte, Cinquante ans de guerre froide vue par les manuels scolaires français, Paris, L’Harmattan, mai 2011, 298 p.

 

Présentation : «Les manuels d’histoire présentent aujourd’hui la chute de l’URSS comme l’aboutissement inéluctable d’une expérience vouée à l’échec. C’est oublier le temps où ils considéraient l’URSS comme une grande puissance dont personne ne pouvait imaginer la fin. Il en va de même pour la guerre froide : qui aurait pu, malgré les premiers doutes de la décennie 1970, en prévoir le dénouement ? Comment les manuels scolaires ont-ils raconté cette histoire aux élèves ? Quelle y est la place de la France et de l’Europe ?»

Brigitte Morand est intervenue dans le séminaire «Autour du système de guerre froide» en février 2011, lors d’une séance intitulée «Dire la guerre froide».

Télécharger la couverture

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Juillet-août 2011

[AAC : appels à communications — SEM : séminaires — COLL : colloques]

 

[AAC] 1er juillet 2011

[COLL] 14-17 juillet 2011

[AAC] 13 juillet 2011

[AAC] 31 juillet 2011

[COLL] 24-26 août 2011

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts