L’environnement à l’Est : identités et territoires

Séminaire de recherche : «L’environnement à l’Est : identités et territoires»

Novembre 2012-juin 2013

EHESS (salle 9, 105 bd Raspail 75006 Paris)

 

Les sociétés «socialistes» et «communistes» ont partagé avec les pays occidentaux, à des rythmes et avec une ampleur variables, une même matrice de développement industrialiste, scientiste et techniciste, née au XIXe siècle.

Au cours du XXe siècle, les pays et les empires autoritaires, à l’économie planifiée et se revendiquant de l’idéologie communiste ont-ils développé un rapport particulier aux ressources naturelles, aux aléas et aux catastrophes, à l’environnement en général? Comment les États et les sociétés qui en sont les héritiers font-ils face aujourd’hui à une crise environnementale devenue multiforme et globale : conséquences des catastrophes (Kychtym, Tchernobyl, Aral…) ; inégalités environnementales ; pollutions industrielles ; risques naturels et technologiques ; changement climatique, etc.?

À l’approche historique développée ces dernières années, s’ajoutera la volonté d’aborder ces territoires dans une double perspective, celle d’espaces socialement construits par des acteurs et des stratégies et celle d’espaces structurants pour l’action publique. Les séances s’organisent autour d’interventions portant principalement sur l’Europe centrale et orientale, la Russie, les ex-républiques soviétiques du Caucase et de l’Asie centrale, la Mongolie, la Chine, etc.

Elles s’appuient sur des présentations de travaux en cours et des films documentaires.

Des lectures préparatoires et la participation active aux débats sont attendues.

Ce séminaire est ouvert à tous les étudiants de Master (6 ECTS pour l’année).

16 novembre

Présentation générale et présentation de Marc Elie, CERCEC/CNRS : «Introduction aux questionnements d’histoire environnementale à l’Est»

 

30 novembre

Katrin Jordan, ZZF Potsdam : «Tchernobyl et les médias. Le débat public sur ‘Tchernobyl’ dans l’espace médiatique de la République fédérale d’Allemagne et de la France 1986-1991»

 

7 décembre

Yves Luginbühl, directeur de recherche au CNRS, UMR LADYSS : «Les rapports sociaux au paysage au rythme des crises : l’exemple de l’Europe centrale»

lecture : http://www.cnrseditions.fr/Geographie/6636-la-mise-en-scene-du-monde-yves-luginbuhl.html

L’analyse des sens que les sociétés européennes ont donnés au paysage révèle le rôle essentiel qu’ont joué les grandes crises, politiques, économiques, sociales et écologiques. Celles-ci ont en effet modifié les représentations que se construisent des paysages les populations de l’Europe et permettent de comprendre la trajectoire sémantique, symbolique et esthétique des mots équivalents au terme paysage dans les diverses langues européennes. En revenant sur ces crises, l’exposé mettra l’accent sur la crise du système collectiviste dans les pays d’Europe centrale, la Hongrie et la Pologne en particulier.

 

21 décembre

Nicolas Crosnier, Université Paris VIII : «Politiques urbanistiques et discours écologique dans la péninsule de l’Absheron (Azerbaïdjan»

 

18 janvier

Katiana Le Mentec, LESC, CNRS/Paris Ouest Nanterre La Défense : «Faire face aux ruptures après la construction du barrage des Trois Gorges. Aperçu de modalités de résilience à Yunyang (Chongqing, Chine)»

 

1er février

Présentation et discussion du film documentaire «1937 : Les Soviétiques au pôle Nord», Christian Klemke et Andreas Christoph Schmidt, Allemagne, 2009, 55′ (http://iconotheque-russe.ehess.fr/film/1091/)

 

15 février

Guillaume Lacquement, Université de Perpignan : «Le paysage comme patrimoine: répertoires culturels et politiques d’aménagement rural dans les Nouveaux Lander»

Lecture : (à paraître) Guillaume Lacquement, Karl Martin Born, Béatrice von Hirschhausen (éd.), Réinventer les campagnes en Allemagne, Paysage, patrimoine et développement rural, Paris, ENS Éditions, coll. Sociétés, Espaces, Temps, 2012

 

1er mars

Laurent Touchart, CEDETE Université d’Orléans : «La Russie et le changement climatique, une nouvelle géographie du froid»

Lecture : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=35319

 

29 mars : tbd

 

5 avril

Andrei Stepanov, European Humanities University, Minsk/ Vilnius, boursier FMSH/Braudel : «Comment faire entrer les sciences en régime autoritaire? Les controverses scientifiques et débats politiques autour de la construction d’une centrale nucléaire en Biélorussie»

 

19 avril

Denis Shaw, University of Birmingham : «The Stalin Plan for the Transformation of Nature, 1948-53»

 

Les séances de mai et juin seront annoncées ultérieurement.

 

Contacts :

Séminaire animé par Laurent Coumel (docteur en histoire, chercheur associé au CERCEC; l.coumel@free.fr), Marc Elie (chargé de recherche au CNRS/CERCEC; marc.elie@cercec.cnrs.fr), Marie-Hélène Mandrillon (ingénieure d’études au CNRS/CERCEC; marie-helene.mandrillon@ehess.fr) et Marie-Claude Maurel (directrice d’études à l’EHESS/CERCEC; maurel@ehess.fr).

Renseignements : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/839/

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Guerre et Environnement au XXe siècle

Séminaire Guerre et Environnement au XXe siècle

Janvier-juin 2013

Paris

 

Responsable : Fabien Locher, CNRS-EHESS, Centre de Recherches Historiques (flocher@ehess.fr)

Dates : 3e mercredi du mois de 15h00 à 17h00, du 16 janvier au 19 juin 2013

Lieu : EHESS, 190 avenue de France 75013 Paris :

  • salle 527 (séances du 16 janvier, 17 avril, 15 mai, 19 juin)
  • salle 3 (RdC, séances du 20 février et 20 mars).

Ce séminaire se propose d’étudier les rapports qu’entretiennent guerre et environnement au XXe siècle. Jusqu’ici cette question a peu retenu l’attention des historiens. Pourtant ces rapports, considérés au sens large, ont constitué au cours de cette période un opérateur majeur de reconfiguration de la biosphère et des liens Nature/Société. Ils ont dans le même temps contribué à façonner le champ et les modalités de l’agir militaire.

Les conflits et leur préparation ont transformé les environnements en profondeur : effets directs des combats; extraction effrénée des ressources; territoires en «état d’exception» environnemental (zones d’essais d’armement, usines et bases militaires échappant aux régulations communes, no man’s land sous contrôle militaire constituant de facto des zones de préservation). C’est aussi notre connaissance de l’environnement qui a en grande partie été façonnée en situation de conflit. Pendant la Seconde Guerre mondiale puis la guerre froide la Terre, transformée en champ de bataille, a été cartographiée, sondée, modélisée pour être maîtrisée en tant qu’espace d’évolution des troupes, des sous-marins, des vecteurs nucléaires. Ce formidable mouvement a été à l’origine des «sciences du système-Terre» contemporaines; il a catalysé l’émergence du diagnostic sur le changement climatique et des premiers projets de géo-ingénierie. Après 1945 l’écologie scientifique, elle aussi, a été reconfigurée par les rationalités savantes et les nouveaux enjeux issus de la guerre froide.

L’expertise environnementale contemporaine a émergé sous le signe de l’affrontement militaire entre les blocs. Les guerres chaudes et froides du XXe siècle ont également été décisives en matière d’inventaire, d’exploitation, de conservation et d’usage des ressources naturelles. Les deux conflits mondiaux ont suscité de vastes schémas d’approvisionnement se déployant à l’échelle des nations, des empires coloniaux et du globe tout entier. Après 1945 la «course aux ressources» s’est intensifiée, dans une situation géopolitique de conflictualité et d’instabilité chronique liée à la guerre froide et la décolonisation.

Dans ce contexte les institutions militaires et les acteurs industriels vivant en symbiose avec elles ont joué un rôle décisif pour orienter, théoriser, accompagner et imposer des politiques de recherche et de captation des ressources qui ont transformé les environnements et les sociétés à l’échelle globale. L’environnementalisme moderne s’est lui-même affirmé en lien avec les menaces suscitées par la guerre froide. Au péril atomique a répondu l’émergence d’une réflexivité nouvelle quant aux conséquences potentiellement tragiques, globales et définitives de l’agir humain. L’essor de l’environnementalisme politique, dans les années 1960-1970, s’est fait dans un contexte où «protection de la Nature», pacifisme et critique des guerres illégitimes (impérialistes, coloniales) étaient mis en rapport et revendiqués d’une même voix. Ces éléments sont loin d’épuiser la question des rapports entre guerre et environnement au XXe siècle : à titre d’exemple elle pourra aussi être abordée à partir de l’analyse historique des représentations (de la Nature, de l’ennemi), d’une entrée par la question animale (place des animaux dans les conflits, interactions entre les technologies d’éradication et les technologies militaires), de l’étude de la diplomatie environnementale analysée dans son lien aux enjeux militaires.

 

Séance du 16 janvier 2013

Fabien Locher : Introduction générale, présentation du séminaire

 

Séance du 20 février 2013

Gabrielle Hecht (University of Michigan) : Le prix de la souveraineté : l’uranium françafricain

 

Séance du 20 mars 2013

Paul Edwards (University of Michigan) : Cold War and carbon knowledge: the strange relations of climate science and nuclear weapons research

 

Séance du 17 avril 2013

Sandrine Revet (IEP de Paris) : Guerre froide et catastrophes naturelles : de la prédiction à la préparation

 

Séance du 15 mai 2013

Matthias Dörries (Université de Strasbourg) : Chilly computations: Cold war and nuclear winter

 

Séance du 19 juin 2013

Gene Tempest (Yale university), à confirmer : Pour une histoire environnementale de 1914-1918: Le cas des chevaux aux armées

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

L’environnement à l’Est : histoire et sciences sociales

L’environnement à l’Est : histoire et sciences sociales

Paris

Novembre-décembre 2011

 

Plusieurs séances du séminaire 2011-2012 «L’environnement à l’Est: histoire et sciences sociales, XIXe-XXIe siècles», organisé par Laurent Coumel, Marc Élie et Marie-Hélène Mandrillon à l’EHESS, portent sur la période de la guerre froide :

  • 18 novembre 2011 – Laurent Coumel, CERCEC : «Un « dégel » pour l’environnement : l’adoption de la loi de Russie soviétique sur la protection de la nature de 1960 et ses conséquences»
  • 2 décembre 2011 – Carole Sigman, ISP/CNRS : «La fin d’un mouvement écologique de masse? La campagne des élections au Congrès des députés de l’URSS à Moscou en 1989»
  • 16 décembre 2011 : Marc Élie, CERCEC/CNRS : «La gestion des catastrophes à la fin de l’Union soviétique: apogée de la pensée technocratique soviétique ou naissance d’une nouvelle approche de la gestion de crise?»

Contacts : l.coumel@free.fr, marc.elie@cercec.cnrs.fr et marie-helene.mandrillon@ehess.fr

Lieu : les vendredis de 11ho0 à 13h00, EHESS, 105 Bd Raspail, 75006 Paris, salle 9

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Environmental Protection in the Global Twentieth Century

Environmental Protection in the Global Twentieth Century: International Organizations, Networks and Diffusion of Ideas and Policies

25-27 October 2012, Berlin

Deadline: 15 January 2012

 

Issues of pollution, excessive use of natural resources, nature protection and climate change transcend national boundaries. They tend to be of a regional or even global scope. In historical perspective, the European Union was relatively slow to take up environmental protection (beyond health and safety related issues) in the 1970s, followed by the formal introduction of this policy field into the EC treaty with the Single European Act only in 1986-7. In fact, other International Organizations (IOs) had addressed environmental issues much earlier starting with the League of Nations in inter-war Europe. After World War II the United Nations and its Economic Commission for Europe, the Council of Europe and the Organization for European Economic Co-operation and Development, the present-day OECD, addressed environmental issues such as water and air pollution by pooling scientific expertise, collecting comparative data, propagating and funding international scientific programmes and inducing greater media attention to the cross-border dimension of environmental protection.  These IOs became norm entrepreneurs in environmental protection and crucial sites for the diffusion of ideas and policies to other IOs, to states and governments and probably, across world regions and regional integration organizations.

In a long-term perspective covering what might be called the global twentieth century, the UN Conference Man and the Environment in 1972 appears to be a turning point. From then onwards, environmental protection increasingly became the focus of policy-making at the transnational and international level, in the context of IOs, and was no longer confined to bilateral treaties, for example concerning river pollution. This is also when the European Communities developed their first Environmental Action Programmes and began to become involved in issues such as bird and habitat protection. The conference will take the event of 1972 as a point of departure for analyzing the origins of the role of IOs in environmental protection prior to this event and for exploring how it evolved until the early 1990s, with a perspective to the present-day.

Academically, the conference has two main objectives. The first objective is to explore the structural environment for IO activities and agenda-setting in environmental protection, especially their linkages with scientific institutions and experts and any network-type relationships with societal NGO actors as well as member states and governments, which were pioneering new environmental policies nationally. The second aim is to study how the IOs helped to diffuse, or transfer, ideas and policy concepts – by uploading them from societal or state actors at national or regional level or by downloading and re-contextualizing ideas and policy concepts developed within and among IOs to national and regional policy-makers or even, businesses. We assume, and hope to explore in greater detail, that despite the absence in most cases of formal decision-making powers, IOs have been able to play a key role in the diffusion of ideas and policy concepts drawing upon crucial competences such as information gathering and diffusion and translating ideas and concepts across institutional and cultural divides, for example.

Strategically, the proposed conference has three main objectives. The first objective is to de-center the EU as a transformative power by embedding the analysis of its role in environmental protection within a broader study of the transnationalization of this policy field which includes other IOs (including those operating globally and in other world regions) and the EU’s relations with them. The second aim is to connect historical research, which so far has mainly focused on the history of the environment rather than of environmental protection, with social science research on regional and global environmental policy and politics. The third objective is to broaden the study of IOs and environmental protection in Europe to a comparative regional and global analysis which begins to address the question to what extent « Europe » and its regional integration institutions have been the recipients of ideas and policy concepts downloaded from global organizations like the UN or other non-European national or regional actors like the US, and to what extent more recently, « Europe » and the EU have also increasingly acted as norm entrepreneurs and exporters in this policy field.

Historical research on Europe and other world regions in the twentieth-century is currently beginning to develop an interest in the multiple roles of IOs including those with limited policy-making powers, but manifold other functions. At a global level this type of research appears to be even less developed. The initial purpose of the conference is, therefore, to identify and mobilize researchers, research projects and avenues of further enquiry regarding IOs and environmental protection, and bringing these researchers in dialogue with social scientists who work in the field.

We invite paper proposals on any topic or period, which address the role of IOs, experts and networks in the diffusion of ideas and policies of environmental protection. All papers must be based in original research drawing upon archival sources, interviews, media reporting etc. Paper proposals must include the name of the paper-giver, a short CV and a paper abstract of no more than 250 words. The deadline for the submission of paper proposals is 15 January 2012. Paper proposals have to be sent simultaneously to Wolfram.Kaiser@port.ac.uk and jhmeyer@gmx.de.

Successful applicants will be informed on or shortly after 31 January 2012. The KFG « The Transformative Power of Europe » will cover their overnight accommodation in Berlin and reasonable travel costs.

Research College (Kollegforschergruppe, KFG) « The Transformative Power of Europe », Free University of Berlin; Wolfram Kaiser (Portsmouth) and Jan-Henrik Meyer (Aarhus)

Organizers:

Prof. Wolfram Kaiser (Wolfram.Kaiser@port.ac.uk)
University of Portsmouth
School of Social, Historical and Literary Studies
Milldam, Burnaby Road
Portsmouth PO1 3AS
England
Tel.: 0044 23 9284 2215

Jan-Henrik Meyer, Dr. phil.  (ihojhm@hum.au.dk and jhmeyer@gmx.de)
Aarhus University
Department of History and Area Studies
Building 1411
Bartholins Allé 16
8000 Århus C
Denmark
Tel: +45 8942 8066
http://person.au.dk/en/ihojhm@hum

Website: http://person.au.dk/en/ihojhm@hum.au.dk

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Exploring Ice and Snow in the Cold War

Exploring Ice and Snow in the Cold War
27-29 janvier 2011
Munich (Allemagne)

The scientific exploration of extreme climatic conditions and hostile environments flourished during the Cold War. In the course of these years of confrontation between East and West, research on ‘the cold’ served ambivalent purposes. On the one hand, increasing knowledge about extreme climatic conditions seemed to guarantee political power and access to future resources. One the other hand, the very nature of the earth’s surface and its characteristics challenged dichotomous ideologies of ‘East’ and ‘West’. Events like the International Geophysical Year (1957-1958) structured global efforts to investigate the world as a whole. Spatial images of the ‘blue planet’ can be seen to be a result of the environmental knowledge gained through earth sciences. As the earth’s climate influenced many aspects of human life, culture, and politics, the scientific perception of ice and snow needed to be investigated from different perspectives. Scientific disciplines such as meteorology, geophysics, glaciology and oceanography were part of the exploration of ice and snow.

This workshop is interested in new research projects at the interface of environmental history, military history and the history of science and technology to contribute to the discussion on the scientific perception and constitution of nature in the Cold War.

JEUDI 27 JANVIER

14:30  Opening Remarks: Christof Mauch (Rachel Carson Center, Munich), Helmuth Trischler (Rachel Carson Center / Deutsches Museum, Munich)

15:00  Keynote: Sverker Soerlin (Royal Institute of Technology, Stockholm), « The Birth of Cryohistory: The 2007 Arctic Sea Ice Minimum as an Event and the Slow Growth Legacies of Glacial Decline »

Environmental Knowledge

Chair: Helmuth Trischler (Rachel Carson Center / Deutsches Museum, Munich)

16:30  Roger D. Launius (National Air and Space Museum, Smithsonian Institution, Washington D.C.), « Creating Open Territorial Rights in Cold and Icy Places: Cold War Rivalries and the Antarctic and Outer Space Treaties »

17:15  Ron Doel (Florida State University, Tallahassee), « Constituting the Arctic Environment: Military Funding, Polar Warming, and the Rise of the Physical Environmental Sciences »

18:15  Peder Roberts (University of Strasburg), « Meteorology on the Margins of the World: Norway, South Africa, and Bouvetøya in the Early Cold War »

19:00  Film by Sophie Elixhauser (University of Aberdeen / Universität Augsburg) and Anni Seitz, Sermiligaaq 65°54’N, 36°22’W (Greenland)

VENDREDI 28 JANVIER

Cold Spaces: Greenland

Chair: Sophie Elixhauser (University of Aberdeen / Universität Augsburg)

9:00  Matthias Heymann (Aarhus University), « Exploring Greenland: Denmark, the US Military, and Technology in the Cold War »

9:45  Ingo Heidbrink (Rachel Carson Center, Munich / Old Dominion University, Norfolk), « ‘Camp Century’ and ‘Project Ice-Worm’: Two Experimental US Military Facilities on Greenland during the Early Years of the Cold War »

Sites of Knowledge: Laboratories

Chair: Christian Kehrt (Helmut Schmidt Universität, Hamburg)

11:00  Dania Achermann (DLR, Oberpfaffenhofen), « Snow and Avalanche Research as Patriotic Duty? The Institutionalization of a Scientific Discipline in Switzerland »

11:45  Sebastian Grevesmühl (Centre Alexandre Koyré, Paris), « Deconstructing Laboratory Visions of Antarctic Research since 1900 »

Sites of Knowledge: Practices ‘East’

Chair: Julia Herzberg (Rachel Carson Center, Munich)

14:00  John McCannon (University of Saskatchewan), « Soviet Arctic Science 1945-1953 »

14:45  Pey-Yi-Chu (Princeton University), « From Merzlotovedenie to Geocryology: Soviet Permafrost Science in the Cold War »

Sites of Knowledge: Practices ‘West’

Chair: Frank Uekötter (Rachel Carson Center, Munich)

16:00  Cornelia Lüdecke (Rachel Carson Center, Munich / SCAR), « Traditions in German Arctic Research »

16:45  Christian Kehrt (Helmut Schmidt Universität, Hamburg), « EGIG I and German Polar Research Traditions »

17:30  Anne M. Jensen/ Glenn W. Sheehan (Ukpeagvik Inupiat Corporation Science Division, Barrow / Barrow Arctic Science Consortium), « Inupiat and Cold War Science in Alaska / Cold Arctic, Cold War »

SAMEDI 29 JANVIER

Representations: Metaphors and narrations

Chair: Franziska Torma (Rachel Carson Center, Munich)

9:00   Pascal Schillings (Universität zu Köln), « An Exploration of the Self, Reinhold Messner’s Antarctic Expedition 1989 »

9:45  Mark Wasiuta (Columbia University, New York), « Distant Early Warning North »

Representations II: Actors and their Environment

Chair: Julia Landau (Ruhr-Universität, Bochum)

11:00  JamesR. Fleming (Colby College, Waterville), « Cold Regions and Cold War: Harry Wexler as Scientific ‘Entrepreneur' »

11:45  Franziska Torma (Rachel Carson Center, Munich), « Staging ‘the Cold’ as Environment: Jacques-Yves and Philippe Cousteau’s Journey to Antarctica (1975/1976) »

12:30  Paul Josephson (Colby College, Waterville), Final Discussion and Comments

Contact : Franziska Torma (franziska.torma@carsoncenter.lmu.de)

Pour en savoir plus : http://www.carsoncenter.uni-muenchen.de/events_conf_seminars/calendar/ice_and_snow/index.html

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts