Transferts d’expérience d’occupation en Europe

«Vom Gegner lernen»[1] : transferts d’expérience d’occupation en Europe (1914-1968)

30 juin 2011, Centre Marc Bloch (Berlin)

Date limite de réponse : 28 février 2011

Journée d’études doctorales, juin 2011. Équipe organisatrice : Masha Cerovic, Aurélie Denoyer, Sophie Schifferdecker, Regis Schlagdenhauffen

Toute proposition est à envoyer avant le 28 février 2011 accompagnée d’un résumé et d’une courte biographie de son auteur (une page au total) à l’adresse suivante : workshop.cmb2011@gmail.com

Un avis de confirmation sera envoyé aux personnes sélectionnées avant la fin du mois de mars 2011.

Présentation

En septembre 2004, un colloque international s’était déjà tenu au Centre Marc Bloch sur les expériences d’occupation en Europe de 1914 à 1945.  Concluant ce colloque, Bernhard Struck avait souligné les pistes qui restaient ouvertes à la recherche, notamment autour de la problématique des transferts; il avait alors attiré l’attention sur trois formes de transferts dont l’analyse semblait particulièrement prometteuse pour le chercheur : «: l’intégration du discours et des pratiques coloniales dans les pratiques d’occupation, les transferts entre les différentes situations d’occupation (d’Est en Ouest, de la Première à la Deuxième Guerre mondiale entre autres), et enfin, les transferts entre occupants et occupés»[2]. Sept ans plus tard, la journée d’études aujourd’hui proposée veut donner à des jeunes chercheurs la possibilité de répondre à l’invitation à la recherche qu’il avait alors lancée.

Dépassement et approfondissement de l’approche comparatiste, le concept de transfert est né du renouvellement de l’histoire culturelle franco-allemande et se trouve au cœur des tentatives, au cours des quinze dernières années au moins, d’écrire une histoire véritablement européenne[3]. Deux éléments centraux définissent le transfert : «déplacement matériel», «mouvements humains» d’une part; «transformation en profondeur liée à la conjoncture changeante de la structure d’accueil», parce que «les besoins spécifiques du système d’accueil opèrent une sélection» d’autre part[4].

Née de la collaboration franco-allemande, cette notion de transfert ne pouvait faire l’économie d’une réflexion sur les conflits et les échanges entre ennemis[5]. Aust et Schönpflug ont ainsi rappelé que les situations de conflits s’avéraient aussi être des «phases d’apprentissage intensif», mais ont aussi avancé «qu’il peut y avoir un échange non malgré, mais justement en raison de relations riches en conflits»[6]. Nous reprenons ici leur hypothèse, que nous nous proposons donc de tester, en l’élargissant, sur un terrain qu’ils n’ont pas abordé – celui des occupations, une expérience partagée par l’écrasante majorité des pays européens, où pour le moins, la première condition du transfert — celle des mouvements humains — est un donné. Dans cette Europe où les militaires, les administrateurs, les experts, les victimes, les réfugiés circulent par dizaines de millions pendant quarante ans, comment les expériences de l’occupation, celles des occupants et des occupés, circulent-elles? Comment sont-elles comprises, formulées, mobilisées, réutilisées?

Nous nous proposons d’ouvrir le champ de l’analyse à l’Europe d’après-guerre : si la polémique ouverte par Jürgen Zimmerer autour de l’apport de la lecture post-coloniale à la compréhension du nazisme a définitivement rendu incontournable la discussion sur les liens entre occupations en et hors d’Europe[7], il semble tout aussi intéressant d’explorer en miroir l’impact des expériences d’occupation de la Deuxième Guerre mondiale en Europe sur les guerres coloniales et sur la montée concomitante de l’anticolonialisme et de l’anti-impérialisme en Europe.

Le champ ainsi ouvert est évidemment immense. Dès l’occupation même, acteurs et victimes se livrent à une analyse réflexive de leur expérience, qu’ils construisent en discours et en connaissance.  Emergent ainsi plusieurs catégories d’acteurs des transferts : militaires, résistants, victimes, mais aussi administrateurs, experts, agents de renseignement participent à ce processus, qui aboutit donc dès ce stade à des interprétations profondément divergentes de l’expérience d’occupation, y compris au sein d’un même État. Cette production initiale de discours et de connaissances est ensuite à la fois utilisée dans des contextes différents et transmise à des groupes allant au-delà des acteurs initiaux. En effet, au-delà des trajectoires personnelles d’acteurs qui ont pu incarner dans leur activité le transfert, notamment dans l’inversion des rôles entre résistants et occupants, il s’agit d’explorer la transmission de cette expérience, afin d’affiner notre perception des «continuités», «traditions», «mémoires». Logiques institutionnelles, poids des réseaux, sociabilités associatives, politiques culturelles et mémorielles, transmissions familiales : autant de canaux possibles, dans cette liste non exhaustive, du transfert de l’expérience; autant de voies par lesquelles la perception de cette expérience se transforme. L’analyse permet alors de tracer les contours d’une histoire certes pleinement européenne, mais qui fait d’autant mieux ressortir les spécificités de chaque situation.

Honorant la longue tradition de dialogue franco-allemand du centre Marc Bloch, les interventions privilégieront l’histoire des transferts entre France et Allemagne, qui d’une occupation à l’autre et jusqu’en 1968 inclus, partagent une riche histoire de transferts des expériences d’occupation. L’analyse sera cependant ouverte au reste du continent européen, en particulier à l’Europe de l’Est et l’URSS. S’il est impossible de proposer un panorama complet au cours de cette journée d’études, nous pensons en effet qu’une comparaison ciblée de transferts d’expérience entre ces deux Europes ne peut qu’enrichir l’analyse. Les intervenants seront des doctorants ou jeunes chercheurs, qui auront pour discutants des chercheurs confirmés. Les langues de travail seront l’allemand, l’anglais et le français.

Notes :

[1] Martin Aust, Daniel Schönpflug (dir.), Vom Gegner lernen: Feindschaften und Kulturtransfers im Europa des 19. und 20.  Jahrhunderts, Frankfurt / Main, Campus Verlag, 2007.

[2] Voir le compte-rendu par Fabian Lemmes, http://geschichte-transnational.clio-online.net/tagungsberichte/id=762&count=164&recno=17&sort=datum&order=up&segment=16.

[3] La notion est née de l’article-manifeste de M. Espagne et M.  Werner, «La Construction d’une référence culturelle allemande en France : Genèse et histoire (1750-1914)», Annales ÉSC, 4 (juillet-août 1987), p. 969-992; repris dans M. Espagne et M. Werner (dir.), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècle), Paris, 1988.

[4] M. Espagne et M. Werner, Transferts, p. 286.

[5] Voir l’introduction – et le programme – d’Aust & Schönpflug, Vom Gegner lernen.

[6] Aust & Schönpflug, p.14.

[7] Pour une présentation récente des positions sur cette question, voir Sven Müller et Cornelius Trop (dir.), Das Deutsche Kaiserreich in der Kontroverse, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2009, en particulier les 3e et 4e parties, notamment les contributions de Jürgen Zimmerer, «Kein Sonderweg im Rassenkrieg. Der Genozid an den Herero und Nama 1904-1908 zwischen deutschen Kontinuität und der Globalgeschichte der Massengewalt», p.323-340, et Birthe Kundrus, «Von der Peripherie ins Zentrum. Zur Bedeutung des Kolonialismus für das Deutsche Kaiserreich», p.359-373. Cette dernière avait déjà critiqué les thèses de Jürgen Zimmerer en plaidant pour l’utilisation du concept de transfert pour analyser les rapports entre colonialisme et nazisme, afin de mieux prendre en compte justement l’importance du contexte de réception : «Kontinuitäten, Parallelen, Rezeptionen. Überlegungen zur « Kolonialisierung » des Nationalsozialismus», in: Werkstatt Geschichte 43 (2006), p. 45-62.

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Trois séances du séminaire du CERCEC

Le séminaire général du CERCEC (Centre d’étude du monde russe, caucasien et est-européen), organisé par Isabelle Ohayon, propose trois séances au premier trimestre 2011, dont les thèmes peuvent intéresser les historiens de la guerre froide. Cette sélection n’est pas exclusive, merci de vous reporter au programme d’ensemble pour en savoir plus.

  • 21 janvier 2011 : Martine Godet (CERCEC), Présentation de l’ouvrage La pellicule et les ciseaux. La censure dans le cinéma soviétique du Dégel à la perestroïka.
  • 4 février 2011 : Bertrand Schmitt, Présentation et discussion de son film-interview de l’écrivain et dissident tchèque Jan Vladislav.
  • 25 février 2011, Alexander Frese (Standford University), « Le corps diplomatique à Moscou, 1918-1953 ».

Le séminaire a lieu de 15h00 à 17h00, à l’EHESS (105 boulevard Raspail, 75006 Paris), salle 7.

Pour en savoir plus : http://cercec.ehess.fr/

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

The story of the Assembly of Captive European Nations

« The Cold War Victims or Weapons? The story of the Assembly of Captive European Nations »

4 novembre 2010, Budapest, 17h30

The wave of the East European exiles which reached the American shores after World War II posed a significant challenge to the American administration. One of the tools introduced to assist and coordinate the exile activities was the National Committee for a Free Europe. Under its aegis, an organization of the East European émigrés was created in the U.S. under a well crafted name – the Assembly of Captive European Nations. From its inception the ACEN represented: Albania, Bulgaria, Czechoslovakia, Estonia, Hungary, Latvia, Lithuania, Poland and Romania. Officially sponsored by the Free Europe this new organization repeatedly called for free elections and immediate withdrawal of the Soviet troops, which would provide for a “peaceful liberation” of Eastern Europe. ACEN addressed its appeals to the United Nations, the Council of Europe, both American and foreign governments.

Although the role of the ACEN was far from decisive and its suggestions were not crucial in shaping of the American foreign policy, supported with the American taxpayers’ money this organization run a series of information campaigns directed both to the U.S. and foreign public. As such, the U.S. government found it a useful element of its anti-Communist propaganda both at home and abroad, as well as a tool to legitimize its Cold War policies. At the same time, the exiles used the opportunities provided by the American government to advance their agenda without compromising their ideological positions. Or, so they’d hoped.

Dr. Anna Mazurkiewicz is a visiting Visegrad Fund Fellow at the Open Society Archives. She has already published two books on the U.S. response to the elections in Poland in 1947 and 1989; “Dyplomacja Stanów Zjednoczonych wobec wyborów w Polsce w latach 1947 i 1989” (Warsaw: Neriton, 2007) and “Prasa amerykanska wobec yborów w Polsce w latach 1947 i 1989” (Gdansk: University Press, 2009). Preliminary findings of her current research are already available in two Western language publications: Assembly of the Captive European Nations: “The Voice of the Silenced Peoples” [in:] Anti-Communist Minorities: The Political Activism of Ethnic Refugees in the United States, ed. by Ieva Zake, (Palgrave Macmillan 2009); Die „Stimme Freies Polen“ aus München. Radio Free Europe, die Amerikanische Deutchlandpolitik und die deutschpolnischen Beziehungen [in:] „Inter Finitimos. Jahrbuch zur deutsch-polnischen Beziehungsgaschichte”, Vol.6, Berlin 2008, s.146-170. A monograph on the ACEN in English is scheduled for 2012.

Lieu : Central European University, Nador u. 11, Budapest, Hanak Room

Pour en savoir plus : http://www.ceu.hu/node/18775

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts