War Children in the Post-war

War Children in the Post-war: A West-East perspective on child policies, child experiences and war childhood remembrance cultures in Europe since 1945

13-15 December 2012

Vienna, Polish Academy of Sciences

 

This international conference is organized by: Dr. Machteld Venken, Ludwig Boltzmann Institute for European History and Public Spheres and
Dr. Maren Röger, German Historical Institute Warsaw

The event is sponsored by the following institutions:

  • Ludwig Boltzmann Institute for European History and Public Spheres, Vienna
  • German Historical Institute Warsaw
  • Polish Academy of Sciences, Vienna
  • Zukunftsfonds der Republik Österreich, Vienna
  • FWF. Der Wissenschaftsfonds, Vienna

Thursday, 13 December

 

09:00-10:00: Welcome notes

  • Mag. Claudia Lingner, Managing Director of the Ludwig Boltzmann Gesellschaft
  • Prof. Dr. Bogus?aw Dybas, Director of the Polish Academy of Sciences
  • Dr. habil. Ruth Leiserowitz, Research Director of the German Historical Institute in Warsaw

Introduction : Maren Röger and Machteld Venken

10:00-10:45: Keynote I

Tara Zahra: The Lost Children. Reconstructing Europe´s Families After World War II

11:00-13:00: Panel I: Comparing child experiences in East and West

  • Lu Seegers: « Living with A Dead Dad ». Experiences, Memories and Interpretations of Fatherless War Children in Germany and Poland
  • Anna Wylegala: Children’s experience of the deportation and cultural adaptation: comparative study of biographical narratives from Poland and Ukraine
  • Machteld Venken: Children´s War Experiences in European Border Regions

Commentary: Tara Zahra

13:00-14:30: Lunch

14:30-17:30: Panel II: Competition for war children I: Nationalization

  • Johannes-Dieter Steinert: Who are the displaced children? Child forced labourers from Poland and SU
  • Iris Helbing: Polish Displaced Children under protection of UNRRA
  • Beata Halicka: Children’s everyday life in Western Poland in the early post-war – methodological remarks on the work with written memories
  • Ruth Leiserowitz: Children as Objects of Desire. The Soviet Repatriation Policy 1944-1959

Commentary: Bengt Sandin

18:30: Dinner

Friday, 14 December

 

10:00-10:45: Keynote II

Bengt Sandin: The war time experience – neutrality – and building of welfare for children in Sweden

11:00-13:00: Panel III: Competition for war children II: International framework

  • Michal Shapira: Psychoanalysis and Jewish Child Survivors
  • Christina Norwig: The ideological competition for the war children: The European Youth Campaign 1951-1958 in the context of European integration and Cold War
  • Stefania Bernini: Postwar Family Policy in Italy, Poland and Great-Britain. A Comparison

Commentary: Machteld Venken

13:00-14:30: Lunch

14:30-17:30: Panel IV: Perpetrators’ children – child perpetrators

  • Barbara Stelzl-Marx: Occupation children in Austria
  • Maren Röger: Occupation children in West and Eastern Europe
  • Gregory Weeks: Giving Meaning to a Wartime Childhood in the Post-World War II Era. The Case of Herbert L.
  • Dorothy Mas: Confronting the Past: The Nationalpolitische Erziehungsanstalten in Post-War and Contemporary Memory

Commentary: Johannes-Dieter Steinert

18:00-19:00: Keynote III – Public Lecture

Joanna Michlic: What Does A Child Remember? The Recollections of the War and the Early Post-War Period Amongst Child Survivors From Poland

20:00: Walking Dinner

 

Saturday, 15 December

09:00-10:30: Panel V: War Children and Religion

  • Sarah Van Ruyskensvelde: A school trip down memory lane … Catholic education, pupils’ memory and World War II; the case of Belgium.
  • Martha Ansilewska: Jewish Children in a Polish Catholic Surrounding

Commentary: Joanna Michlic

11:00-12:30: Panel VI: Patterns of Cultural Remembrance in East and West

  • Ulrike Präger: ‘Musicking’ Children from the Bohemian Borderlands: Hidden and Nurtured Musical Practices on Both Sides of the Iron Curtain
  • Ann Holian: Children and War in Postwar European films

Commentary: Muriel Blaive

12:30-13:00: Final Remarks : Maren Röger and Machteld Venken

 

Contact:

Machteld Venken (machteld.venken@ehp.lbg.ac.at)
Nußdorfer Straße 64, 4. Stock
1090 Wien
0043 1 5134068-21
0043 1 5134068-30

Conference website: http://ehp.lbg.ac.at/en/conference-2012

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

La fabrique de la Paix : Acteurs, Processus et Mémoires

«La fabrique de la Paix : Acteurs, Processus et Mémoires»

2-4 octobre 2013, Université Paul-Valéry Montpellier III

Date limite : 30 janvier 2013

 

Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences Humaines et Sociales «C.R.I.S.E.S.» (Université Paul-Valéry-Montpellier 3) en partenariat institutionnel avec la Chaire Raoul-Dandurand en Études stratégiques et diplomatiques (Université du Québec à Montréal)

Argumentaire scientifique

L’idée de ce colloque international a germé à la lecture, entre autres, de l’ouvrage publié en 2010 par Charles Kupchan, de l’Université Georgetown : How Enemies Become Friends. The Sources of Stable Peace (Princeton University Press). Sur le plan formel, d’abord, car l’approche de Charles Kupchan privilégie une vingtaine études de cas pour parvenir aux conclusions de ses chapitres de synthèse. De ce point de vue, quoi de plus adapté qu’un colloque international pour discuter les problématiques soulevées ou explorer d’autres horizons et l’apport d’autres disciplines? En ce sens, le Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences humaines et sociales de l’Université de Montpellier apparaissait comme le forum idéal pour se livrer à cette entreprise.

S’attachant d’abord à dissiper certains «mythes» sur la paix (les démocraties comme facteur de paix et, partant, la nécessité d’exporter les modèles démocratiques; le poids prépondérant des relations commerciales dans l’établissement d’une structure stable de paix), Kupchan parvient à un modèle en quatre phases de l’instauration de la paix. Il évoque tout d’abord la nécessité d’une «concession unilatérale» (unilateral accommodation), élément déclencheur, qui doit être suivi par une phase de retenue mutuelle (reciprocal restraint). Dans cette seconde étape, on reconnaitra la notion de «retenue stratégique» que John Ikenberry avait développée dans son ouvrage After Victory : Institutions, Strategic Restraint, and the Rebuilding of Orders after Major Wars (Princeton University Press, 2001). La troisième étape, ouvrant la voie à une paix stable est la phase «d’intégration sociale» entre les États partenaires. Elle est suivie par une quatrième et dernière étape, «generation of new narratives and identities», dont l’objet est de créer de nouveaux récits, de nouveaux discours, d’altérer la conception que chaque peuple peut avoir de l’identité même de son ancien ennemi, ou enfin de gérer les mémoires, y compris douloureuses, dans le sens d’une communauté d’esprit, voire… d’identité.

Vaste programme, en vérité, dont Kupchan entend démontrer, historiquement, qu’il est non seulement souhaitable, mais parfaitement possible, avec toutes les conséquences qu’il implique : primat de la diplomatie sur la force, du politique sur l’économique, réfutation sans réserve du néoconservatisme et accent mis sur l’impérieuse nécessité des concessions, à la source des processus des paix, lesquels l’emporteraient sans conteste sur la recherche d’un rapport de force favorable.

Pour expliquer le passage de l’anarchie internationale à une société internationale, ces idées sont séduisantes, car elles effectuent la synthèse entre deux grandes théories des relations internationales habituellement jugées incompatibles. Le réalisme, qui postule qu’une structure stable de paix, dans un monde où les États n’ont pas d’amis, seulement des intérêts, découle d’un équilibre des puissances, et le constructivisme, qui postule que les pratiques et les discours, par leur capacité à modifier et modeler les identités mêmes, jouent un rôle crucial dans l’avènement de la paix.

Quelle contribution les Sciences humaines et sociales, à la lumière des exemples d’époques et de périodes différentes, peuvent-elles apporter à ce débat? Débat, en effet, car les voies et moyens pour parvenir à la paix et, plus encore la maintenir, sont tout sauf évidentes. Il n’est ici que de rappeler, par exemple, le brûlot, vite devenu bestseller, qu’avait publié en 2003 (année du déclenchement de la guerre en Iraq) Robert Kagan, Of Paradise and Power. America and Europe in the New World Order (New York, Alfred Knopf). Il y décrivait une Europe plongée dans le paradis kantien de la paix perpétuelle, alors que les États-Unis avaient pris la place du vieux continent dans l’enfer hobbésien des relations internationales. Ceci expliquant cela. Car pour que les Européens puissent jouir sans entraves de la paix, encore fallait-il qu’une nation providentielle accepte de mener la guerre au pied des murailles protégeant l’Europe.

À l’échelle de la période contemporaine, les questions abondent sur les conditions les plus efficientes pour parvenir à la paix. Les quelques exemples qui suivent, loin d’être exhaustifs, en appellent au contraire d’autres, qui auront vocation à être puisés dans les champs de diverses disciplines ou périodes.

L’échec, puis la reviviscence, du wilsonisme peuvent en être un premier. Reviviscence, car, n’en déplaise à ses détracteurs, le multilatéralisme et la sécurité collective ont souvent fait leur preuve. L’expression même de paradis kantien qui désigne l’Europe construite au lendemain de la Seconde Guerre mondiale en est le symbole. Chacun connaît pourtant les critiques acerbes de Kissinger et de l’école réaliste à l’encontre du père de la Société des Nations. La sécurité collective serait incapable de maintenir la paix («Aucun acte d’agression mettant en cause une grande puissance n’a jamais été tenu en échec en application du principe de sécurité collective», Henry Kissinger, Diplomatie, Paris, Fayard, 1996). S’y ajoutent ceux qui notent que, Wilson s’étant inspiré de Kant, seules les démocraties devraient, de toute façon, être partie prenante de pactes de sécurité collective destinés à faire régner la paix. Pour Kagan (The Return of History and the Ends of Dreams, Alfred Knopf, 2008), la compétition entre régimes libéraux et autoritaires marquera le XXIe siècle. C’est la forme de gouvernement d’un pays, et non sa géographie ou sa civilisation, qui est la marque de l’affrontement. Kagan en veut pour preuve que les Russes eux-mêmes considèrent l’Organisation de Coopération de Shanghai comme un Pacte de Varsovie nouvelle mouture ou bien encore que les Chinois voient un V démocratique qui les enserre du Nord-est asiatique à l’Asie centrale (Inde, Singapour, Australie, Japon).

Un second exemple, qui met l’accent sur le poids des déterminants intérieurs de la politique étrangère et met en question la théorie des concessions initiales, voire de la «retenue stratégique» chère à Kupchan et Ikenberry, est celui de la fin de la guerre du Vietnam, jusqu’aux Accords de Paris, en 1973 et, surtout, leur effondrement dans les deux années qui suivirent. La chute de Saigon aux mains des Nord-Vietnamiens et la prise de Phnom Penh par les Khmers Rouges, en ce même mois d’avril 1975, posèrent, dans des circonstances on ne peut plus tragiques, des questions toujours ouvertes : quelles furent les causes de l’effondrement de ce processus de paix, quelles en furent les conséquences, au Cambodge notamment, et comment s’effectuèrent, dans les deux décennies suivantes, les conditions du retour à une paix durable (guerre sino-vietnamienne de 1979, accords de Paris sur le Cambodge en 1991)?

Un troisième exemple pourrait être celui des processus de paix –et de leurs effondrements- qui n’ont cessé de jalonner le conflit israélo-palestinien. Entre le processus de Camp David et celui d’Oslo, chacun couronnés de succès, quels furent les facteurs qui conduisirent à la paix, et en particulier le rôle joué par la politique étrangère américaine? Dans les deux cas, quelles furent les causes de l’effondrement qui suivit, quelques années plus tard, avec quelles répercussions pour le rôle des États-Unis?

Il est capital de noter que les exemples mentionnés ci-dessus ne le sont qu’à titre indicatif. D’autres pourraient l’être, comme par exemple le rôle crucial des musées et mémoriaux dans la pacification des mémoires (New-York, Pearl Harbor, Santiago du Chili, etc.) À cet égard, l’appel à communication est donc ouvert, large, tout en demeurant encadré par la problématique générale (voir infra); la nature et le champ épistémologique de la manifestation (point 6) et le axes principaux de l’appel (point 7).

Quelques éléments de problématique générale. Le cœur du colloque sera consacré à la notion de processus de paix, avec une première question, simple mais vaste : est-il possible d’identifier un schéma, un modèle ou des similitudes dans les façons de parvenir à la paix? A contrario, la même question peut-elle trouver une réponse s’agissant des échecs, des déraillements, des effondrements de processus de paix? Troisième question, dans une liste qui pourra être étoffée : La paix peut-elle être imposée?

Nature du colloque et champ épistémologique

Compte tenu du thème traité, la dimension internationale du colloque devra être valorisée, tant par l’origine des intervenants que par les sujets traités. S’agissant de ce dernier point, les aspects que l’on peut lato sensu qualifier de politiques ou diplomatiques seront à l’honneur. Ceci en cohérence avec la difficile émergence actuelle, en France, d’une discipline nouvelle, les Relations internationales (création de l’association des Internationalistes, par exemple) dont les attendus épistémologiques sont bien ancrés dans les paysages universitaires hors de l’hexagone. C’est en effet une particularité bien française, et pour tout dire, bien étrange, que les Relations internationales n’existent pas en tant que champ disciplinaire reconnu par les institutions (par exemple, aucune section du Conseil national des Universités ne lui est consacré).

Toutefois, le colloque ne se cantonnera pas à ces aspects et à ces niveaux gouvernementaux et la réflexion sera ouverte au «vécu concret» comme à la question, par exemple, de la pacification des mémoires. La comparaison des processus de paix sur des périodes très différentes est une façon de faire ressortir les continuités, mais aussi les spécificités plus marquées, ce qui invite alors à rechercher des explications. Il n’est pas indifférent qu’à Rome la conclusion de la paix se trouve au cœur d’un discours idéologique qui, de la fides romana à la paix d’Auguste, élabore une représentation des autres, voire du monde. Cette conception s’articule sur des valeurs et sur les mots qui les expriment, mais se concrétise également à travers un rituel religieux et des œuvres figuratives telles que l’autel de la paix. L’histoire s’ouvre à d’autres disciplines comme l’histoire de l’art, la sémantique, la philosophie, l’anthropologie. La paix, comme décision politique, n’est pas seulement le résultat d’un rapport de forces militaires, elle exprime une image de soi et des autres. Elle est plus que la fin de la guerre.

Appel à contributions

Afin d’éviter une collection de contributions sur des sujets très disparates, il a été décidé de fixer quatre axes principaux. Les propositions de communication devront se rattacher à l’un ou plusieurs de ces axes :

  • « Penser la paix »: Théories, discours sur la paix et sur les entreprises de pacification, Représentations.
  • « Faire ou ne pas faire la paix »: Réussites, processus, blocages et échecs: études de cas.
  • « Techniques et stratégies de pacification »: Les différents répertoires de pratiques (gestes de paix; pratiques de négociation; rituels; et pacification des mémoires (commissions, TPY, TPR, musées et mémoriaux), etc.)
  • « Des hommes et des femmes, artisans et acteurs de la paix » : approche biographique ou prosoprographique

Les candidatures sont à adresser conjointement à : jean-francois.thomas@univ-montp3.fr et antoine.coppolani@univ-montp3.fr

Structure du colloque

Tous les participants au colloque soumettront leur texte écrit (35000 signes, espaces compris) au minimum trois semaines avant le début du colloque.

Tous ces textes seront publiés sur le site web de C.R.I.S.E.S et consultables également avant le début du colloque.

Le jour du colloque, les communicants se verront allouer quinze minutes maximum, non pas pour exposer la totalité de leur communication, mais bien au contraire les traits et conclusions majeurs.

Pour chaque session sera désigné à l’avance un rapporteur, appelé à jouer un rôle essentiel (de «pivot», a-t-il été convenu). Le rapporteur présentera un exposé de 15 à 30 minutes faisant la synthèse des contributions de la session placée sous sa houlette. Son objectif sera de confronter les apports et points de vue, poser les termes du débat et, surtout, animer celui-ci, qui interviendra après présentation de la synthèse.

L’idée de cette structure est d’éviter les exposés récitatifs et de favoriser un réel débat, nourri d’échanges aiguillés et alimentés par le rapporteur. L’accent est donc mis sur l’importance de ce rôle.

À l’issue des deux demi-journées quotidiennes, une «grande conférence» pourra être organisée, avec un exposé plus long (de 30 minutes à une heure), elle aussi suivie d’un débat.

Comité d’organisation / Comité scientifique (en cours de constitution) :

  • Jean-François THOMAS, Professeur, Université de Montpellier, responsable du Budget, Équipe C.R.I.S.E.S.;
  • Charles-Philippe DAVID, directeur, Chaire Raoul-Dandurand en Études Diplomatiques et Stratégiques, Université du Québec à Montréal;
  • Antoine COPPOLANI, Professeur, Université de Montpellier, Équipe C.R.I.S.E.S.;
  • Bruno Charbonneau, Directeur de l’Observatoire sur les missions de paix et opérations humanitaires, Chaire Raoul-Dandurand en Études Diplomatiques et Stratégiques, Université du Québec à Montréal;
  • Nicolas Lemay-Hébert, Chaire Raoul-Dandurand en Études Diplomatiques et Stratégiques, Université du Québec à Montréal;
  • Frédéric ROUSSEAU, Professeur, Université de Montpellier, Directeur de l’Équipe C.R.I.S.E.S.;
  • Carol IANCU, Professeur, Université de Montpellier;
  • Jean-François MURACCIOLE, Université de Montpellier, Équipe C.R.I.S.E.S.;
  • Serge BRUNET, Université de Montpellier, Équipe C.R.I.S.E.S;
  • Frédéric HURLET, Université de Paris 10;
  • Vincent MICHELOT, Professeur et Directeur des Relations Internationales, IEP de LYON

 

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Transnational and International Perspectives on Peace Movements, Diplomacy, and the Law, 1975‒2012

Confronting U.S. Power after the Vietnam War: Transnational and International Perspectives on Peace Movements, Diplomacy, and the Law, 1975‒2012

5-6 October 2012, Sheffield

Deadline: 1 May 2012

 

Keynote Speaker: Tariq Ali

The University of Sheffield’s Centre for Peace History, in partnership with the Peace History Society, invite panel and paper proposals for a conference on opposition to United States foreign policy in the years since the end of the Vietnam War. At a time when the United States remains engaged in wars in Iraq and Afghanistan, and with the « unending » war on terror as a backdrop, this conference aims to bring together historians and scholars from other disciplines to discuss the range of political, legal, social, and cultural mobilizations that have challenged U.S. foreign policy since 1975. Although scholars have been writing about the varieties of antiwar activism during the Vietnam War for decades now, opposition to American wars, combat and non-combat interventions, covert operations, and other foreign policies such as sanctions have received, by comparison, and with a few notable exceptions, much less attention. This conference, therefore, aims to shine a light on opposition to as many of these policies as possible.

Historians working from a variety of methodological perspectives are currently crafting new narratives and analyses of interstate relations as well as of transnational forces, nonstate actors—including human rights activists and nongovernmental organizations (NGOs) of all kinds—and their impact on the modern world. We envision a conference where historians of anti-imperialist and anti-war activism grapple directly with the multiple and overlapping dimensions of analysis embodied in transnational history, and also confront transnational and international histories with the political and ethical challenges that peace history and anti-imperialist perspectives create. We invite rigorous dialogue between historians of dissidence against U.S. imperial power and scholars of international relations and transnationalism in general. We are interested in, among other things, the different ways in which the U.S. state and citizen mobilizations have interacted—in patterns including, but not limited to, collision, confrontation, and (perhaps ironic) congruence.

Among the specific historical questions participants in this conference should seek to answer are these: What difference did the end of the Vietnam War, and the end of the Cold War, make in patterns of anti-imperialist and peace activism? Does the quarter-century after 1975 merely form part of a continuous history of U.S. empire and its characteristic opposition (internal and external)? Or did the struggle between U.S. power and its principled opponents take on a new shape, either following the U.S. defeat in Southeast Asia or following the implosion of the Soviet Union?

Finally, as White House and Department of Justice lawyers have in recent years justified policies of preemptive war, extraordinary rendition, indefinite detention, and ‘enhanced interrogation techniques,’ diplomats and lawyers from around the world have challenged those interpretations. We invite papers that explore the history of these diplomatic and legal contests, and their relationship to human rights activists, transnationally and otherwise. In what ways have legal and diplomatic challenges been successful or unsuccessful? To what degree have international institutions such as the United Nations facilitated these challenges? How strong are transnational links between human rights lawyers? What have been the obstacles to influencing and/or changing US policy in wartime?

Possible topics could include opposition to particular events and policies:

  • « Second Cold War » policies, including the arms race
  • U.S. military intervention in the Middle East, the Caribbean, and the Balkans
  • Sponsoring combatants in Nicaragua, El Salvador
  • The « Drug War » in Central and South America
  • Invasions of Grenada, Panama
  • Anti-CIA organizing
  • Anti-Apartheid divestment
  • The First Iraq War (aka the Persian Gulf War)
  • UN/U.S. sanctions against Iraq in the 1990s
  • The War on Terror
  • The Second Iraq War
  • The Afghan War
  • U.S. policies on torture and detention
  • U.S. economic policy (exploiting markets, foreign labor, etc. – though find another way to say this)

Types of opposition could include:

  • Grassroots mobilizations
  • Diplomatic opposition
  • Legal challenges
  • Journalistic exposes
  • Whistleblowing
  • Espionage

We plan to publish a selection of papers from the conference in a special issue of Peace & Change: A Journal of Peace Research (see http://www.wiley.com/bw/journal.asp?ref=0149-0508 for more information).

The Peace History Society has generously contributed funds that will be used to defray travel costs for some presenters (particularly graduate students and untenured junior faculty). Please indicate your interest in applying for some of this type of funding when you submit your paper or panel proposal.

Please send paper and panel proposals, along with a 1 page CV for each presenter, directly to the conference organizers, Michael S. Foley and Doug Rossinow, at their email addresses below. Paper abstracts should be no more than 500 words; panel proposals will bundle together paper abstracts and include an additional 200 word rationale for the panel. The deadline for submissions is 1 May 2012.

Contact: m.foley@sheffield.ac.uk and Doug.Rossinow@metrostate.edu

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

L’Union soviétique et la Seconde Guerre mondiale

L’Union soviétique et la Seconde Guerre mondiale / The Soviet Union and World War II

5-7 mai 2011

Paris

Interventions en français, russe et anglais. Traduction assurée : français vers le russe et russe vers le français uniquement / Presentations in French, Russian and English. Translation exclusively from French to Russian and Russian to French

Le colloque «L’URSS et la seconde guerre mondiale» entend rendre compte des nouvelles approches de l’URSS en guerre telles qu’elles se sont développées au cours de ces vingt dernières années à l’appui de sources nouvellement accessibles. De multiples travaux attestent en effet d’un défrichement important dans des domaines aussi divers que l’expérience civile de la guerre en territoire occupé ou l’arrière du front soviétique, les figures de combattants, les représentations du conflit, son impact sur le système et la société soviétiques, etc. Ces approches, souvent très spécialisées, méritent d’être resituées dans le panorama plus large de la guerre en URSS et du bilan nouveau sinon plus nuancé qui se dégage des introspections récentes sur cette période.  L’intérêt croissant qu’elle suscite confirme la nécessité de procéder à un état du chantier en cours.

La rencontre scientifique explorera la guerre en tant que telle, tout en évoquant la sortie de guerre et les conséquences du conflit dans le «Second stalinisme» et l’histoire soviétique ultérieure.

 

Jeudi 5 mai 2011 / Thursday 5 May 2011


EHESS, 105 bd Raspail, 75007 Paris, Amphithéâtre François Furet

9h30-11h00 – I. Stalin and the War / Staline et la guerre

Chair: Marc Ferro
Discussant : Mark Kramer (Harvard University)

  • Oleg Khlevniuk (State Archive of the Russian Federation), « Stalin at War.  Sources and their interpretation »
  • David Holloway (Stanford University), « Stalin and Intelligence »
  • David Wolff (Hokkaido University), « Stalin and the Redrawing of Soviet Asian Borders »

11h-11h20 – Coffee Break – Pause café

11h30-13h00  – II. Expansion, 1939-1941

Discussant : Silvio Pons (Università di Roma «Tor Vergata»)

  • Sabine Dullin (Université de Paris 1, Panthéon Sorbonne), « Les scénarios staliniens d’annexion territoriale (1939-1940) : modèles, jeux de miroir, filiations »
  • Serhii Plokhii (Harvard University), « The Call of Blood : Government Propaganda and Public Response to the Soviet Entry into World War II »
  • Sergei Sluch (Russian Academy of Sciences), « La politique extérieure soviétique à l’automne 1939 et le droit international »

13h-14h20 – Lunch Break / Pause déjeuner

14h30-16h30 – III. Soviet Discourse on the War / Discours soviétique de la guerre

Discussant : Jean-Christophe Romer (Université de Strasbourg)

  • Sofiya Grachova (Harvard University), « ‘Anti-Soviet Agitation’ during the Great Patriotic War : the Politic of Prosecution »
  • Alexandr Livshin (Moscow State University) et Dietrich Beyrau (University of Tubingen), « Propaganda and Self-Mobilization, 1939-1945 »
  • Valérie Pozner (Arias, CNRS-ENS, Paris), « L’image du conflit à l’écran d’après les actualités filmées »
  • Alexander Statiev (University of Waterloo, Canada), « Soviet World War II mythology: two case studies »

16h30-16h50 – Coffee Break / Pause café

17h00-19h00 – IV. Survival / Survie

Discussant : Nicolas Werth (IHTP, CNRS, Paris)

  • Andrei Markevich (New Economic School, Moscow), « The War Shock and Return to ‘Normality’: Survival Strategies of Soviet Urban Households during and after the WWII »
  • Rebecca Manley (Queens University, Kingston, Ontario), « Towards a History of Wartime Hunger »
  • Juliette Denis (Université Paris 10), « Évacués et déportés : expériences lettones en URSS non occupée (1941-1944) »
  • Donald Filtzer (University of East London), « Keeping Workers Alive : Hunger, Disease, and Discipline in the Soviet Factory During World War II »

 

Vendredi 6 mai 2011 / Friday 6 May 2011


EHESS, 105 bd Raspail, 75007 Paris, Amphithéâtre François Furet

9h30-10h30 – V. War violences / Violences de guerre (part I)

  • Diana Dumitru (‘Ion Creanga’ State Pedagogical University of Moldova), « An Inconvenient Truth : Civilian Violence against Jews in 1941 in Bessarabia »
  • Mark Edele (The University of Western Australia), « Make (No) Prisoners : The Red Army and German POWs, 1941-1943 »
  • Nikita Petrov (Memorial Research Center, Moscow), « L’activité terroriste soviétique durant les années de guerre (1941-1945) (organisation, structure, méthodes) »

10h30-10h50 – Coffee Break – Pause café

10h50-12h – War violences / Violences de guerre (part II)

Discussant : Stéphane Audoin-Rouzeau (Ehess, Paris)

  • Masha Cerovic (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) / Centre Marc Bloch, Berlin), « Insurgency and Counter-Insurgency : the Dynamics of Violence in the Partisan War under German Occupation »
  • Nathalie Moine (CERCEC, CNRS, Paris), « L’attitude des Soviétiques face à la politique allemande d’incendie des villages : propagande, témoignages, interprétations, 1941-1947 »

12h30-13h50 – Free Lunch Break / Pause Déjeuner libre

14h00-16h30 – VI. Public opinion / Opinion publique

Discussant : Dominique Arel (Ottawa University)

  • Eren Tasar (Harvard University), « World War II and the Emergence of an Islamically Informed Soviet Identity in Central Asia »
  • Sergei Kokin (State Archive of Security Service of Ukraine), « La situation en Ukraine durant les premières années de la Grande Guerre patriotique »
  • Roman Podkur (National Academy of Sciences of Ukraine), « Les humeurs de la population de l’oblast’ de Vinnitsa durant la période d’occupation nazie dans les informations des collaborateurs des organes de la sûreté d’État »
  • Ulrike Huhn (Humboldt University), « Voices from Jerusalem? Popular Religion, Rumors and the Religious Revival in the Soviet Union, 1941-1948 »
  • Tanja Penter (Helmut Schmidt University, Hamburg), « Local Memory on War, German occupation and Soviet postwar experiences in the Donbass »

16h30-16h50 – Coffee Break / Pause café

17h00-18h00 – VII. Collaboration and purge / Collaboration et épuration

Discussant : Amir Weiner (Stanford University)

  • Ivan Dereiko (National Academy of Sciences of Ukraine), « Recruiting of Ukrainians to German army and police formations in Reichskommissariat Ukraine : the reasons, conditions and results »
  • Vanessa Voisin (Université de Paris 1, Panthéon Sorbonne), « Redéfinir les contours de la loyauté : l’épuration du parti et des institutions d’État dans la région de Kalinine (1942-1947) »

 

Samedi 7 mai 2011

Saturday 7 May 2011


IRSEM, École militaire, 1 place Joffre, 75007 Paris, Amphithéâtre De Bourcet (mandatory registration at wwii.ussr@ehess.fr / inscription obligatoire auprès de wwii.ussr@ehess.fr)

9h30-10h15 – VIII. Gender

  • Oleg Budnitskii (Higher School of Economics, Moscow), « Men and Women in the Red Army, 1941-1945 »
  • Mie Nakachi (University of Hokkaido), « The Gendered Experience of the USSR’s GPW »

10h15-12h15 – IX. After the war / Sortie de guerre

Discussant : Andrea Graziosi (Université de Naples)

  • Catherine Gousseff (Centre Marc Bloch, Berlin), « L’appel de la patrie : le transfert des Ukrainiens de Pologne vers l’URSS Tsuyoshi Hasegawa (University of California at Santa Barbara), The Soviet Union and the End of the Pacific War »
  • Beate Fieseler (Heinrich-Heine-Universität, Düsseldorf), « The Disabled Servicemen of the ‘Great Patriotic War’. Victors, Victims, Vagrants »
  • Yoram Gorlizki (Manchester University), Adapting to Peace : Regional Political Structures at the end of the Second World War »

12h15-12h50 – Coffee Break / Pause café
13h00-14h30 – Round table / Table ronde

Chair : Robert Frank (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne).

Members : Amir Weiner (Stanford University), Christian Ingrao (IHTP, CNRS, Paris), Alfred Rieber (The central European University), Terry Martin (Harvard University), Andrei Sorokin (Editions Rosspen), Ilya Altman (The Russian Research and Educational Holocaust Center, Moscow)

Comité scientifique / Scientific Committee : Stéphane Audoin-Rouzeau, Alain Blum, Dietrich Beyrau, Sabine Dullin, Catherine Gousseff, Andrea Graziosi, Christian Ingrao, Oleg Khlevniuk, Mark Kramer, Nathalie Moine, Jean-Christophe Romer, Andrei Sorokin, Alexander Vatlin, David Wolff.  Comité d’organisation -Organising Committee : Dominique Bartoli, Alain Blum, Sabine Dullin, Andrea Graziosi, Christian Ingrao, Marie-Hélène Mandrillon Jean-Christophe Romer, Elisabeth Sieca-Kozlowski, Nadja Vuckovic.

Avec le soutien de / Institutions sponsoring the event : Ambassade de France en Ukraine (Kiev) ; CERCEC (EHESS ; CNRS, Paris) ; Centre Franco-Russe de recherche en sciences sociales et humaines (Moscou) ; CNRS (Paris) ; CRH (EHESS ; CNRS, Paris) ; Davis Center (Harvard University, Harvard) ; FMSH (Paris), IHTP (CNRS) ; INED (Paris) ; INSHS (CNRS) ; IRICE (Université de Paris 1; CNRS, Paris) ; IRSEM (Ministère de la Défense, Paris) ; Kaken, a Grant from the Japanese Society for the Promotion of Science, administered by the Slavic Research Center at Hokkaido University ; Mairie de Paris ; Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (Paris), Ministero dell’Università e della Ricerca, PRIN «Ridefinire la nazione diritti di cittadinanza et minoranze nelle crisi dello stato (1914-1999)».

Contacts : wwii.ussr@ehess.fr

Site Web : http://www.wwii-ussr.eu

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Transferts d’expérience d’occupation en Europe

«Vom Gegner lernen»[1] : transferts d’expérience d’occupation en Europe (1914-1968)

30 juin 2011, Centre Marc Bloch (Berlin)

Date limite de réponse : 28 février 2011

Journée d’études doctorales, juin 2011. Équipe organisatrice : Masha Cerovic, Aurélie Denoyer, Sophie Schifferdecker, Regis Schlagdenhauffen

Toute proposition est à envoyer avant le 28 février 2011 accompagnée d’un résumé et d’une courte biographie de son auteur (une page au total) à l’adresse suivante : workshop.cmb2011@gmail.com

Un avis de confirmation sera envoyé aux personnes sélectionnées avant la fin du mois de mars 2011.

Présentation

En septembre 2004, un colloque international s’était déjà tenu au Centre Marc Bloch sur les expériences d’occupation en Europe de 1914 à 1945.  Concluant ce colloque, Bernhard Struck avait souligné les pistes qui restaient ouvertes à la recherche, notamment autour de la problématique des transferts; il avait alors attiré l’attention sur trois formes de transferts dont l’analyse semblait particulièrement prometteuse pour le chercheur : «: l’intégration du discours et des pratiques coloniales dans les pratiques d’occupation, les transferts entre les différentes situations d’occupation (d’Est en Ouest, de la Première à la Deuxième Guerre mondiale entre autres), et enfin, les transferts entre occupants et occupés»[2]. Sept ans plus tard, la journée d’études aujourd’hui proposée veut donner à des jeunes chercheurs la possibilité de répondre à l’invitation à la recherche qu’il avait alors lancée.

Dépassement et approfondissement de l’approche comparatiste, le concept de transfert est né du renouvellement de l’histoire culturelle franco-allemande et se trouve au cœur des tentatives, au cours des quinze dernières années au moins, d’écrire une histoire véritablement européenne[3]. Deux éléments centraux définissent le transfert : «déplacement matériel», «mouvements humains» d’une part; «transformation en profondeur liée à la conjoncture changeante de la structure d’accueil», parce que «les besoins spécifiques du système d’accueil opèrent une sélection» d’autre part[4].

Née de la collaboration franco-allemande, cette notion de transfert ne pouvait faire l’économie d’une réflexion sur les conflits et les échanges entre ennemis[5]. Aust et Schönpflug ont ainsi rappelé que les situations de conflits s’avéraient aussi être des «phases d’apprentissage intensif», mais ont aussi avancé «qu’il peut y avoir un échange non malgré, mais justement en raison de relations riches en conflits»[6]. Nous reprenons ici leur hypothèse, que nous nous proposons donc de tester, en l’élargissant, sur un terrain qu’ils n’ont pas abordé – celui des occupations, une expérience partagée par l’écrasante majorité des pays européens, où pour le moins, la première condition du transfert — celle des mouvements humains — est un donné. Dans cette Europe où les militaires, les administrateurs, les experts, les victimes, les réfugiés circulent par dizaines de millions pendant quarante ans, comment les expériences de l’occupation, celles des occupants et des occupés, circulent-elles? Comment sont-elles comprises, formulées, mobilisées, réutilisées?

Nous nous proposons d’ouvrir le champ de l’analyse à l’Europe d’après-guerre : si la polémique ouverte par Jürgen Zimmerer autour de l’apport de la lecture post-coloniale à la compréhension du nazisme a définitivement rendu incontournable la discussion sur les liens entre occupations en et hors d’Europe[7], il semble tout aussi intéressant d’explorer en miroir l’impact des expériences d’occupation de la Deuxième Guerre mondiale en Europe sur les guerres coloniales et sur la montée concomitante de l’anticolonialisme et de l’anti-impérialisme en Europe.

Le champ ainsi ouvert est évidemment immense. Dès l’occupation même, acteurs et victimes se livrent à une analyse réflexive de leur expérience, qu’ils construisent en discours et en connaissance.  Emergent ainsi plusieurs catégories d’acteurs des transferts : militaires, résistants, victimes, mais aussi administrateurs, experts, agents de renseignement participent à ce processus, qui aboutit donc dès ce stade à des interprétations profondément divergentes de l’expérience d’occupation, y compris au sein d’un même État. Cette production initiale de discours et de connaissances est ensuite à la fois utilisée dans des contextes différents et transmise à des groupes allant au-delà des acteurs initiaux. En effet, au-delà des trajectoires personnelles d’acteurs qui ont pu incarner dans leur activité le transfert, notamment dans l’inversion des rôles entre résistants et occupants, il s’agit d’explorer la transmission de cette expérience, afin d’affiner notre perception des «continuités», «traditions», «mémoires». Logiques institutionnelles, poids des réseaux, sociabilités associatives, politiques culturelles et mémorielles, transmissions familiales : autant de canaux possibles, dans cette liste non exhaustive, du transfert de l’expérience; autant de voies par lesquelles la perception de cette expérience se transforme. L’analyse permet alors de tracer les contours d’une histoire certes pleinement européenne, mais qui fait d’autant mieux ressortir les spécificités de chaque situation.

Honorant la longue tradition de dialogue franco-allemand du centre Marc Bloch, les interventions privilégieront l’histoire des transferts entre France et Allemagne, qui d’une occupation à l’autre et jusqu’en 1968 inclus, partagent une riche histoire de transferts des expériences d’occupation. L’analyse sera cependant ouverte au reste du continent européen, en particulier à l’Europe de l’Est et l’URSS. S’il est impossible de proposer un panorama complet au cours de cette journée d’études, nous pensons en effet qu’une comparaison ciblée de transferts d’expérience entre ces deux Europes ne peut qu’enrichir l’analyse. Les intervenants seront des doctorants ou jeunes chercheurs, qui auront pour discutants des chercheurs confirmés. Les langues de travail seront l’allemand, l’anglais et le français.

Notes :

[1] Martin Aust, Daniel Schönpflug (dir.), Vom Gegner lernen: Feindschaften und Kulturtransfers im Europa des 19. und 20.  Jahrhunderts, Frankfurt / Main, Campus Verlag, 2007.

[2] Voir le compte-rendu par Fabian Lemmes, http://geschichte-transnational.clio-online.net/tagungsberichte/id=762&count=164&recno=17&sort=datum&order=up&segment=16.

[3] La notion est née de l’article-manifeste de M. Espagne et M.  Werner, «La Construction d’une référence culturelle allemande en France : Genèse et histoire (1750-1914)», Annales ÉSC, 4 (juillet-août 1987), p. 969-992; repris dans M. Espagne et M. Werner (dir.), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècle), Paris, 1988.

[4] M. Espagne et M. Werner, Transferts, p. 286.

[5] Voir l’introduction – et le programme – d’Aust & Schönpflug, Vom Gegner lernen.

[6] Aust & Schönpflug, p.14.

[7] Pour une présentation récente des positions sur cette question, voir Sven Müller et Cornelius Trop (dir.), Das Deutsche Kaiserreich in der Kontroverse, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2009, en particulier les 3e et 4e parties, notamment les contributions de Jürgen Zimmerer, «Kein Sonderweg im Rassenkrieg. Der Genozid an den Herero und Nama 1904-1908 zwischen deutschen Kontinuität und der Globalgeschichte der Massengewalt», p.323-340, et Birthe Kundrus, «Von der Peripherie ins Zentrum. Zur Bedeutung des Kolonialismus für das Deutsche Kaiserreich», p.359-373. Cette dernière avait déjà critiqué les thèses de Jürgen Zimmerer en plaidant pour l’utilisation du concept de transfert pour analyser les rapports entre colonialisme et nazisme, afin de mieux prendre en compte justement l’importance du contexte de réception : «Kontinuitäten, Parallelen, Rezeptionen. Überlegungen zur « Kolonialisierung » des Nationalsozialismus», in: Werkstatt Geschichte 43 (2006), p. 45-62.

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Afghanistan and the English-Speaking World since 1979: from the Cold War to the Global War on Terror

« Afghanistan and the English-Speaking World since 1979: from the Cold War to the Global War on Terror »

Paris, 14 octobre 2011

Date limite : 1er mars 2011

In 1979 the Soviet Union invaded Afghanistan in support of a Marxist oriented government there, making that nation a major conflict zone in the Cold War. The United States and other Western governments quickly became involved, providing material assistance to the mujahidin, the anti-communist, Islamist guerrilla groups. This eventually resulted in a Soviet withdrawal in the late 1980s, but, far from bringing peace, civil war continued as elements within the mujahidin fought each other.  However, with the end of the Cold War, the West lost interest in what was happening there – at least until the attacks of 11 September 2001 thrust Afghanistan dramatically back into their consciousness.

This conference aims to examine the evolution of policy by the English-speaking nations – especially Britain and the U.S. – towards Afghanistan in the period since 1979. Among the topics under consideration:

  • Afghanistan’s role in the Cold War: Zbigniew Brzezinski’s views on the subject, the role of Charlie Wilson, and American involvement; the participation of other English-speaking nations; the role of the CIA and MI6, military and diplomatic relations
  • American and British relations with post-Soviet Afghanistan, in particular with the Taliban
  • War on Terror: the English-speaking nations and Afghanistan since 11 September: armed participation, economic assistance, relations with the Afghan government and with territorial leaders, the drug trade, repercussions on domestic policy

This is by no means an exhaustive list and papers on other subjects will be considered. Essentially we are interested in all major aspects of the English-speaking world’s relations with Afghanistan. Proposals should be 300 to 500 words and should be sent by 1 March 2011 to lori.maguire@univ-paris8.fr.

The one-day conference will be at the University of Paris VIII on 14 October 2011 and is sponsored by the research group Frontières et politique étrangère dans le monde Anglophone (FRONTS) at Paris VIII. Papers may be either in French or English.

Contact : Lori Maguire (lori.maguire@univ-paris8.fr)

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

From the Iron Curtain to the Schengen Area: Bordering Communist and Postcommunist Europe

« From the Iron Curtain to the Schengen Area: Bordering Communist and Postcommunist Europe »
Vienne (Autriche), 29-30 septembre 2011
Date limite de réponse : 15 février 2011

Edit, September 21th, 2011 : the program is available online (conference’s website)

Edit, January 10th, 2012 : conference report online (H-Soz-u-Kult)

Organisation : Ludwig Boltzmann Institute for European History and Public Spheres, Vienna; Institute for Human Sciences (IWM), Vienna; Historical Commission, Austrian Academy of Sciences (ÖAW), Vienna

Almost 50 years ago, on August 13 1961, the Berlin Wall was erected in order to prevent the East German communist dictatorship from collapsing.

It was and still is by far the best-known segment of the long fortified border separating the two opponents of the Cold War era, Soviet communism in the East and liberal democracy in the West. Departing from this symbol of the division of Europe, the conference intends to reflect on the significance of the border regimes for the ideology and practice of post-war communist regimes and their demise in general. The conference will focus on the latter half of the 20th century: from the aftermath of World War II that saw the spread of communist rule westwards, into the Soviet-dominated « people’s republics », to the aftermath of the dissolution of the Eastern Bloc accompanied by the creation of new borders within its former territory and by its participation in European efforts toward unification. The conference sets out to reflect on the historical relevance and implications of the communist border regimes for societies of the former Eastern Bloc, including the lasting imprints of those regimes in the memories and commemorations of their lived experience.

We encourage contributions employing approaches from history (political, economic, military, social, and everyday life history), sociology, anthropology, political science, legal studies, geography, and cultural and gender studies. Case studies and more general investigations should be based on original archival, empirical or field research. Discussions of comparative and transnational perspectives are particularly welcome.

Keynote addresses will be delivered by Sabine Dullin, Alf Lüdtke, and Alfred Rieber.

We invite conference paper proposals addressing issues, such as, but not limited to:

  • Sovietization of the Eastern Bloc border space, including the ideological and legal basis of border regimes and bordering.
  • The State as the perpetrator of repression and violence at the border: killings, kidnappings, forcible removals, deterrence, technology of fortification.
  • The making of the border populations: purges, resettlements, homogenisation.
  • « Making the borders more permeable in the interest of the people » (Willy Brandt): The détente, Helsinki Accords, and the dissolution of the Bloc.
  • Collective self-surveillance: border residents « assisting » the state border regime practices.
  • National agendas and discourses: nationalisms, intra-Eastern Bloc border issues, emergence of new borders after 1989.
  • Heroes and villains: the border in propaganda and mass media on both sides of the Iron Curtain.
  • Economic and consumerist aspects of borders: trading, smuggling, commuting for work.
  • Borders in creative representations: literature, film, graffiti.
  • Intellectual cross-border cooperation and penetration: technology and cultural transfers across borders, intellectual networks.
  • Borders in memory cultures and everyday life: narratives, memoires, museums.

Please send abstracts of no more than 300 words and a short c.v. by 15 February 2011 to: Libora Oates-Indruchová, Ludwig Boltzmann Institute for European History and Public Spheres Vienna, Austria (Libora.Oates-Indruchova@ehp.lbg.ac.at).

The authors of the selected abstracts will be invited to submit their written papers by 15 August 2011.

The full versions of the papers for the edited conference volume will be due by 31 December 2011.

The organisers are currently applying for funding to cover travel and accommodation costs of the participants.

For the extended call for papers see: http://ehp.lbg.ac.at/en/conference-2011/call-papers

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

« Trust, but Verify » – Confidence and Distrust from Détente to the End of the Cold War

« Trust, but Verify » – Confidence and Distrust from Détente to the End of the Cold War

7-9 novembre 2011, Washington (États-Unis)

Date limite de réponse : 1er mars 2011

U.S. President Ronald Reagan once famously quipped, « Nations do not mistrust each other because they are armed. They are armed because they mistrust each other. » To transcend this quagmire, Reagan employed the strategy « Trust, but Verify, » one of his signature phrases, during the second half of the Cold War. Presenting this maxim as a translation of a Russian proverb, Reagan predominantly used it when describing U.S.-Soviet relations – for example, when the two countries signed the groundbreaking INF (Intermediate-Range Nuclear Forces) Treaty in December 1987.

The landmark INF treaty, accompanied by reservations among U.S. and Soviet allies about the increasingly cordial relations between the former opponents, exemplifies the significance of trust and trustworthiness in international relations during the Cold War. Recent historiography of this conflict has begun to explore the crucial role of emotions such as fear and insecurity, which permeated both foreign policy strategy and large segments of society. It has not yet, however, explicitly made trust either an independent analytical category or an object of historical analysis, despite its wide application in the fields of sociology, economics, media studies, and political science.

Yet although Cold War angst (e.g., of nuclear annihilation) shaped the relationship between the ideological blocs, the final two decades of the era – from the period of détente starting in the late 1960s to the gradual rapprochement between the United States and the Soviet Union in the 1980s – saw Cold War policy grow more flexible and diverse as each side sought to escape the orthodoxy of mutual assured destruction and deterrence. Because these transformations affected relations between the two superpowers and caused uncertainties within both blocs, the second half of the Cold War was characterized by a complex mixture of fear and trust, which manifested itself, among other things, in confidence-building and risk-taking, both on an international and domestic level.

As a construct, trust is transient and can be actively built or destroyed. It is the result of a process of risk assessment based on interactions and perceptions, strategic self-interest, shared values, and goodwill, and can be regarded as a form of social and political capital. Trust regimes, symbolic actions, and the effective staging of trust, trustworthiness, distrust, and other such qualities influence attention, rationality, and decision-making. Thus, they are major factors in international relations. The idea of trust or distrust is, furthermore, interrelated with concepts of the past and future. Past experiences color estimates of someone’s trustworthiness and affect expectations of future developments. They also shape historical and ideological notions about countries and their interactions with one another, for example, ideas about so-called archenemies or special relationships in international relations.

This conference will use the categories of trust and distrust to explore and reevaluate the final two decades of the Cold War, beginning in the late 1960s. The temporal dimension will receive special emphasis, because trust among competing powers is limited and reversible and can be monitored or reinforced through checks and regulations. Within this framework, the conference seeks to analyze the conditions for the presence or absence of trust in the following areas:

  • the dynamics of the relationship between the two superpowers, that is, their foreign policy and diplomatic relations on various levels (official, cultural, and public) as well as their military and security objectives and negotiation strategies;
  • the dynamics within each ideological bloc, i.e., the internal cohesion of NATO and the Warsaw Pact as well as the loyalty of their members vis-à-vis their respective ideological hegemons (including extra-bloc interactions with non-aligned countries, ideas of transcending the bloc system, and tensions such as the Sino-Soviet split), alliance policies, ideological agendas, and the eventual transcendence of the bipolar system after the Cold War;
  • the dynamics inside the individual countries concerning domestic politics and society, debates about national leadership, the ideological enemy, and the legitimacy of the Cold War order as well as their representations, for example, in media and (popular) culture.

The conference will examine the dynamic entanglements between the international and domestic spheres, thus following an « intermestic » approach, and draw on an integrated perspective of political and cultural history. More specifically, it seeks to extend the recent historiographical emphasis on the role of emotions in contemporary politics, history, and international relations

Possible themes that we would like to pursue from this perspective in this conference include:

  • building versus the destruction of trust
  • maintaining and managing trust (trust regimes)
  • possessing trustworthiness and a propensity to trust
  • structures that foster trust and reliability (checks, regulations, consequences, and so on)
  • predictability, community, and cooperation
  • reciprocation of trust
  • trust as social and political capital
  • public trust
  • narratives and memories of trust and betrayal
  • representations of trust in (popular) culture
  • linguistic, performative, and symbolic expressions of trust, trustworthiness, and distrust (e.g., in diplomatic rituals and performances such as official visits, signing ceremonies, « private » meetings, and joint media activities)
  • interpersonal (mis-)trust, loyalty, and disappointment (personal political friendships and enmities among decision makers on all levels)
  • perceptions and imaginings of trustworthiness (e.g. with regard to specific policies, political leaders or allies, technological or military developments, or abstract notions of progress and modernity)

Focusing on trust as an analytical category, researchers from all disciplines are therefore invited to discuss the Cold War from this perspective for the period from the late 1960s to 1990/91. Particular emphasis will be laid on the intersection of diplomatic, political, cultural, and media history.

Please send a paper proposal of no more than 500 words and a brief CV via e-mail to Bärbel Thomas (b.thomas@ghi-dc.org).

The deadline for submission is March 1, 2011. Participants will be notified by the end of March.

The conference, held in English, will focus on the discussion of 5,000-6,000-words, pre-circulated papers (due September 1, 2011).

Expenses for travel (economy class) and accommodation will be covered, though you may defray organizing costs by soliciting funds from your home institution.

Convenors: Martin Klimke (German Historical Institute, Washington, DC); Reinhild Kreis (History Department, University of Augsburg); Sonya Michel (United States Studies, Woodrow Wilson International Center for Scholars, Washington, DC); Christian Ostermann (Cold War International History Project, Woodrow Wilson Center, Washington, DC), Washington, DC

For more information, please contact Dr. Martin Klimke, German Historical Institute(1607 New Hampshire Ave, NW, Washington, DC 20009-2562, USA) :  klimke@ghi-dc.org

Pour en savoir plus : http://www.ghi-dc.org/index.php?option=com_content&view=article&id=1138&Itemid=1004

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Guerres mondiales et conflits contemporains (no. 239, novembre 2010)

Guerres mondiales et conflits contemporains, no. 239, novembre 2010.

Dossier «La Corée dans les conflits du XXe siècle»

  • Chantal Metzger, «Introduction», p. 3-5.
  • Heo Man-Ho, «La guerre de Corée vue du côté coréen», p. 7-26.
  • Jean-Jacques Becker, «L’éclatement de la guerre en Corée et l’opinion française», p. 27-35.
  • Claude Carlier, «L’effort de réarmement des États-Unis dans la première année du conflit coréen (1950-1951)», p. 37-60.
  • Jérôme de Lespinois, «L’apprentissage de la contingence ou l’emploi de la puissance aérienne en Corée (1950-1953)», p. 61-76.
  • Young S. Kim, «La position stratégique de la Chine dans la Mer Jaune et la compétition sino-américaine contemporaine dans la péninsule coréenne», p. 77-106.
  • Francis Latour, «Le général Gambiez et les catholiques vietnamiens pendant la guerre d’Indochine», p. 107-118.
  • Élie Tenenbaum, «Les déplacements de populations comme outil de contre-insurrection : l’exemple du programme des hameaux stratégiques au Sud-Vietnam», p. 119-141.
  • Henri Piatier, «Souvenirs de résistance en Allemagne», p. 143-157.

En ligne : https://www.cairn.info/revue-guerres-mondiales-et-conflits-contemporains-2010-3.htm

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Cold War and Post-Colonial Humanitarian Aid

« The Governance of Relief: Cold War and Post-Colonial Humanitarian Aid »

Mannheim, 10-11 décembre 2010

Vendredi 10 décembre

13.30 – Welcome and Introduction

  • 14.00-15.00 – Heike Wieters (Frankfurt/O.):  « Private-Public Governance of the Food Aid System in Egypt 1950-1975 »
  • 15.00-16.00 – Michael Vössing (Mannheim): « Conflicting Strategies of Relief: German Aid to Vietnam in the 1960s and 1970s »

16.00 – Coffee Break

  • 16.30-17.30 -Marie-Luce Desgrandchamps (Geneva): « Bringing Relief to Biafra: The ICRC’s Dilemma during the Nigerian Civil War »
  • 17.30-18.30 – Claus Kjersgaard Nielsen (Aarhus): « The Response of Joint Church Aid to the Politics of Relief Surrounding the Nigerian Civil War »

19.00 – Dinner

Samedi 11 décembre

  • 9.30-10.30 – Pascal Schmid (Basel): « Local Strategies, National Policies and Transcontinental Concepts: Perspectives on Medical Practice in Rural Ghana in the Pre-Alma Ater Period »
  • 10.30-11.30 – Maria Dörnemann (Tübingen): « ‘Plan your family, plan your nation’: Population Policies of International Organisations in Kenia, 1965-1990 »

11.30 -Coffee Break

12.00-13.00 -Julian Culp (Frankfurt/M.): « Development Aid: Duty of Social Justice or Demand of Humanity? »

13.00 – Conclusion

Lieu : Universität Mannheim, Schloss, Raum O 126

Organisateurs : Prof. Dr. Johannes Paulmann and Michael Vössing (Universität Mannheim, Historisches Institut, Neuere und Neueste Geschichte)

Contact : Michael Vössing (mvoessin@mail.uni-mannheim.de)

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts