Présentation de l’ouvrage Cousu de fil rouge : Voyages des intellectuels français en Union soviétique

Présentation de l’ouvrage Cousu de fil rouge : Voyages des intellectuels français en Union soviétique

26 mars 2012, 18h00-20h00

Paris

 

Présentation de l’ouvrage Cousu de fil rouge : Voyages des intellectuels français en Union soviétique, qui vient de paraître à CNRS Editions en 2012, dans la collection «Mondes russes et est-européens».

Cette présentation est organisée par le CERCEC (Centre d’Etudes du Monde russe, caucasien et centre-européen, CNRS/EHESS) et le Centre Roland Mousnier (Université Paris-Sorbonne/CNRS). Au cours de cette présentation, prendront la parole les auteures de l’ouvrage :

  • Sophie Coeuré (professeur à l’Université de Paris-Diderot)
  • Galina Kouznestova (collaboratrice du GARF ou Archives d’Etat de la Fédération de Russie)
  • Rachel Mazuy (chargée de cours à l’Université Sorbonne Nouvelle)

Ainsi que :

  • Jean-François Fayet (Maître d’enseignement et de recherche suppléant à l’Université de Genève)
  • les directeurs de la collection «Mondes russes et est-européens» : Sergey Mironenko (directeur du GARF), Francine-Dominique Liechtenhan (directrice de recherche au Centre Roland Mousnier, CNRS), Wladimir Berelowitch (directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences sociales)

Lieu : Centre Roland Mousnier (Sorbonne, escalier G, Salle G 647), 1 rue Victor Cousin, 75005 Paris

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Séance 8 : intellectuels en guerre froide

La huitième séance du séminaire «Autour du système de guerre froide» aura lieu le lundi 30 mai 2011, de 13h00 à 15h00. Svetka Moussakova (MCF HDR à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle présentera le cas des intellectuels bulgares.

Lieu : Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris (métros Saint-Michel ou Odéon). Salle S02 : couloir immédiatement à gauche dans le hall du rez-de-chaussée.

Renseignements : Émilia Robin Hivert (emilia.robin@free.fr)

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Music and Communism

Red Strains: Music and Communism outside the Communist Bloc after 1945
The British Academy, London
13-15 janvier 2011

Keynote speakers: Professor Anne Shreffler (Harvard University) Professor Gianmario Borio (University of Pavia), Professor Georgina Born (University of Cambridge)

Panel session: Konrad Boehmer, Henry Flynt, Giacomo Manzoni

The relationship between state communism and music behind the Iron Curtain has been the subject of much scholarly interest. The importance of communism for musicians outside the communist bloc, by contrast, has received little sustained attention. This conference aims to examine:

  • the nature and extent of individual musicians’ involvement with communist organisations and parties;
  • the appeal and reach of different strands of communist thought (e.g.  Trotskyist; Castroist; Maoist);
  • the significance of music for communist parties and groups (e.g.  groups’ cultural policies; use of music in rallies and meetings);
  • the consequences of communist involvement for composition and music-making;
  • how this involvement affected musicians’ careers and performance opportunities in different countries.

Programme et résumés : http://www.nottingham.ac.uk/music/documents/communism-programme.pdf

Renseignements : http://www.nottingham.ac.uk/Music/Research/conferences/communism.aspx

Contact : Dr Robert Adlington (robert.adlington@nottingham.ac.uk).

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Trois séances du séminaire du CERCEC

Le séminaire général du CERCEC (Centre d’étude du monde russe, caucasien et est-européen), organisé par Isabelle Ohayon, propose trois séances au premier trimestre 2011, dont les thèmes peuvent intéresser les historiens de la guerre froide. Cette sélection n’est pas exclusive, merci de vous reporter au programme d’ensemble pour en savoir plus.

  • 21 janvier 2011 : Martine Godet (CERCEC), Présentation de l’ouvrage La pellicule et les ciseaux. La censure dans le cinéma soviétique du Dégel à la perestroïka.
  • 4 février 2011 : Bertrand Schmitt, Présentation et discussion de son film-interview de l’écrivain et dissident tchèque Jan Vladislav.
  • 25 février 2011, Alexander Frese (Standford University), « Le corps diplomatique à Moscou, 1918-1953 ».

Le séminaire a lieu de 15h00 à 17h00, à l’EHESS (105 boulevard Raspail, 75006 Paris), salle 7.

Pour en savoir plus : http://cercec.ehess.fr/

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

La culture «progressiste» pendant la guerre froide

La culture « progressiste » pendant la guerre froide (1945-1989)

15-16 septembre 2011, Grenoble

Date limite de réponse : 13 mars 2011


La guerre froide fut aussi un phénomène culturel : tandis que le mouvement communiste prétendait relancer le combat antifasciste des années 30 en mobilisant les milieux culturels contre l’«impérialisme yankee», les puissances du «monde libre» enrôlaient de nombreux intellectuels et artistes pour dénoncer le «péril rouge», la répression et les crimes staliniens. Le contrôle exercé sur l’art et la pensée par les gouvernements et leurs services fut déclaré et brutal à l’Est, et, quoique plus subtil, bien réel à l’Ouest. Une position intermédiaire ou nuancée était immanquablement perçue comme une marque d’allégeance au camp adverse.

La guerre idéologique n’a cependant pas dispensé les artistes et les intellectuels de chaque camp de traiter les mêmes questions : quelles leçons tirer des horreurs de la période précédente pour l’interprétation du passé, la construction de l’avenir et l’action présente? Sur quels principes fallait-il fonder désormais l’action politique, économique et sociale? Comment les intellectuels et les artistes devaient-ils concevoir leur «engagement» en faveur d’une cause politique et leur rapport au pouvoir politique? L’art se devait-il de répondre à une intention, ou au contraire était-il vain de vouloir le réduire à des objectifs sociaux et politiques?

À ces questions, qui d’une certaine manière réactualisaient celles des années 20 et 30, s’en ajoutaient de nouvelles : la conscience du péril nucléaire, la reconstruction des territoires ravagés par la guerre, la décolonisation et l’irruption du «Tiers Monde» et des pays «non alignés» sur la scène culturelle et politique, la naissance de la «société de consommation», le début de la conquête de l’espace, l’ouverture des enseignements secondaire et supérieur à des milieux qui en étaient traditionnellement exclus, le développement exponentiel de la culture populaire moderne et des moyens techniques de diffusion et de reproduction (disque vinyle, télévision, transistor, magnétophone) et la position dominante des Etats-Unis dans de nombreux secteurs, de la bande dessinée à l’art contemporain, du cinéma et de la télévision à la musique populaire. Grâce à l’expansion et au rayonnement de la culture populaire anglo-saxonne, le «monde libre» bénéficiait d’un atout majeur auprès de la jeunesse des pays industrialisés.

De nos jours, la plupart des spécialistes de la vie culturelle durant la guerre froide mettent à juste titre l’accent sur l’américanisation de la « culture populaire » et sur l’évolution de l’organisation et du contrôle politiques dans les États et entre les États, constatant l’échec du socialisme réel, tout en reconnaissant des spécificités nationales, par exemple une rupture entre «société réelle et société proclamée» plus importante en Europe de l’Est qu’en Russie.

Notre projet voudrait poser « autrement » la question du bilan, en s’appuyant avec toute la prudence requise sur la notion de « culture progressiste » ou « culture du camp progressiste » pour désigner les productions artistiques et intellectuelles qui ont tenté de penser et de transformer le monde d’après 1945 à l’Est comme à l’Ouest. La période concernée s’étend de 1945 au tournant de 1989-1991. On s’intéressera aux formes d’expression destinées à tous les publics et l’on pourra aussi bien se pencher sur les domaines élitaires de la spéculation philosophique, de l’art contemporain ou de l’avant-garde littéraire que sur le cinéma, voire le rock et les shows télévisés et se permettre de glisser, le cas échéant, d’un domaine à l’autre. Sans prétendre nier la pertinence de l’étude des phénomènes «culturels» à l’échelle des nations sous l’angle de différents «champs» – littéraire, artistique, intellectuel, etc. –, c’est à la résonance internationale de ces phénomènes ou à leur décalage par rapport au contexte international que l’on s’intéressera d’abord.

Les communications se feront de préférence en français. L’allemand, l’anglais et l’espagnol seront aussi admis. Les participants sont priés de livrer au plus tard deux semaines après le colloque le fichier électronique (word ou compatible word) ainsi qu’une version imprimée de leur contribution conformes aux normes typographiques de l’éditeur qui leur auront été ommuniquées. Les textes seront publiés en ligne dans les Cahiers de l’ILCEA.

Les propositions (au plus 4000 signes, espaces comprises, avec une petite notice bio-bibliographique) sont à adresser au plus tard le 13 mars 2011 à

Pour en savoir plus : http://w3.u-grenoble3.fr/ilcea/ceraac/spip.php?rubrique3

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

La gauche italienne et la dissidence dans les pays communistes, 1968-1989

LOMELLINI, Valentine, L’appuntamento mancato. La sinistra italiana ed il Dissenso nei regimi comunisti, 1968-1989, Milan : Mondadori, 2010, 288 p.

Présentation : «Nell’agosto 1968, il PCI condannò l’invasione sovietica di Praga: la prospettiva di una collaborazione in seno alla sinistra italiana prendeva forma, preannunciando nuovi scenari nel contesto politico della « democrazia bloccata ». La speranza di ritrovare un’intesa tra PCI e PSI svanì tuttavia rapidamente: tra gli anni Settanta ed Ottanta, i rapporti tra i due partiti si incrinarono, consegnando alla storia una sinistra lacerata, permeata da forti diffidenze reciproche ed incapace di un dialogo costruttivo. Il giudizio sull’esperienza del blocco comunista fu, al contempo, causa e sintomo di tale profonda divisione. Il confronto politico e la riflessione culturale intorno alla contraddizione principe del « socialismo reale » – la repressione dell’opposizione interna – offrono spunti inediti per comprendere il nodo irrisolto nei rapporti tra le forze politiche della sinistra del nostro Paese. Nel passato, e nel presente.»

Présentations de l’ouvrage :

  • 11 novembre 2010, 16h30 (en italien) : université de Bologne, Facoltà di Scienze Politiche, Aula « Carlo Arturo Jemolo »
  • 17 novembre 2010, 17h00-19h00 (en italien), avec Luciano Pellicani, Silvio Pons, Giuseppe Tamburrano et Antonio Varsori : Biblioteca del Senato « Giovanni Spadolini » – Sala Atti Parlamentari, Piazza della Minerva, 38, Roma.

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Simone de Beauvoir, Sartre et la diplomatie

«Simone de Beauvoir, Sartre et la diplomatie. Témoignage et analyse»

Paris, 9 novembre 2010, 18h00

Dans le cadre de son cycle de conférences 2010-2011, l’association des Amis des Archives diplomatiques a le plaisir de vous inviter, le mardi 9 novembre, pour une conférence donnée par Claudine MONTEIL, diplomate et écrivain, sur le thème : «Simone de Beauvoir, Sartre et la diplomatie. Témoignage et analyse». Auteur d’une thèse de doctorat et de nombreux ouvrages sur Sartre et Beauvoir, dont elle a été l’amie dans sa jeunesse, Claudine Monteil, qui est aussi diplomate, évoquera le rôle que ces deux grandes figures de l’engagement politique et de la littérature ont aspiré à jouer dans les relations diplomatiques de leur temps.

Entrée libre, inscription conseillée (lecture.archives@diplomatie.gouv.fr)

Lieu : salle Clergier, ministère des Affaires étrangères, 1 rue Esnault Pelterie, 75007 Paris

Pour en savoir plus : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/ministere_817/archives-patrimoine_3512/9-novembre-2010-beauvoir-sartre-diplomatie-une-conference-claudine-monteil-au-quai-orsay_87010.html

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989)

POPA, Iona, Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989), Paris : CNRS Éditions, coll. «Culture et sociétés», octobre 2010, 590 p.

Présentation : «L’instauration des régimes communistes en Europe de l’Est entraîne une transformation radicale des conditions de publication et d’exercice du métier d’écrivain, due à l’étatisation, à la centralisation, au contrôle idéologique, à l’instauration d’une censure préventive et répressive. Subsiste-t-il alors un espace d’échange intellectuel entre l’Est et l’Ouest ? Comment des oeuvres produites dans des conditions de contrôle étroit de l’imprimé parviennent-elles à circuler au-delà des frontières et à être traduites ? Comment déjouer un faisceau de contraintes politiques, économiques, juridiques, matérielles et linguistiques ?

L’étude magistrale de Ioana Popa répond à ces questions à travers une analyse sociologique et historique des transferts littéraires en provenance de Pologne, Hongrie, Tchécoslovaquie, Roumanie et d’URSS vers la France de 1947 à 1989. Grâce à une approche originale et à un riche matériau empirique en grande partie inédit, elle permet de saisir par quels circuits les textes passent en traduction, retraçant les trajectoires de leurs auteurs et de leurs intermédiaires ainsi que leurs savoir-faire. De l’exportation éditoriale d’oeuvres engagées à la clandestinité littéraire, elle restitue des logiques de circulation qui relèvent aussi bien des Etats et des appareils partisans que des réseaux transnationaux structurés autour de l’exil ou d’organisations de combat « antitotalitaire ». Instrument de propagande extérieure mais aussi de contestation, l’écrit apporte, à travers la traduction, une notoriété qui protège les écrivains de la persécution qu’ils subissent dans leur pays. En restituant les enjeux politiques de ces transferts culturels, ce livre majeur montre que la littérature, à l’heure de la Guerre froise, était d’abord et surtout une arme de combat.»

Ioana Popa est docteur de l’Ecole des hautes études en sciences sociales et chargée de recherche au CNRS (ISP).

Table des matières

Introduction

Première partie – La bipolarisation des enjeux

Chapitre 1. Que faire du patrimoine littéraire?

  • Une configuration clivée du transfert littéraire, p. 33
  • Continuités des réseaux, redéfinitions des enjeux, p. 43
  • Une importation ambivalente, p. 71

Chapitre 2. L’offensive idéologique

  • Hiérarchies littéraires et politiques, p. 86
  • «Nous importons ce qui peut nous servir», p. 94
  • Une offensive à faible portée, p. 102
  • L’exportateur, p. 107

Chapitre 3. Guerre froide en littérature

  • Les enjeux de la littérature de témoignage, p. 114
  • Des intermédiaires «discrets», p. 131
  • Une place à faire, p. 141

Deuxième partie – Une ouverture contrôlée

Chapitre 4. «Moments critiques» et reconfiguration du transfert littéraire

  • À «l’avant-garde» de la déstalinisation, p. 163
  • Un transfert littéraire reconfiguré, p. 172
  • Rendre compte de l’événement, p. 175
  • Autorisé/ interdit : une frontière redéfinie, p. 178
  • Désengagements et reconversions : militants communistes et compagnons de route, p. 197
  • L’enchevêtrement des réseaux d’intermédiation, p. 215
  • Savoir subvertir, p. 227

Chapitre 5. L’invention d’un circuit de traduction

  • La circulation internationale d’un manuscrit, p. 246
  • La multiplication des médiateurs et des supports textuels, p. 274
  • Le prix de la consécration internationale, p. 292

Chapitre 6. Comment «donner des gages au renouveau»

  • Importation littéraire et «réaménagements» du réalisme socialiste, p. 312
  • Le prix «paisible» : la reconnaissance internationale du réalisme socialiste, p. 324
  • Une parenthèse autorisée, p. 330

Chapitre 7. Choix littéraires, intermédiations partisanes

  • Chercher sa voie : recrutement social et ressources scolaires, p. 344
  • Entrer en littérature et en politique, p. 348
  • Le poète-adaptateur, p. 354
  • Le connaisseur des langues, p. 371
  • Le traducteur professionnel, p. 381

Troisième partie – Traductions de la contestation

Chapitre 8. Une circulation par «capillarité». 391

  • Écriture et édition clandestines, p. 392
  • Des circuits transnationaux, p. 421
  • Écritures multiples, textes «mouvants», p. 451

Chapitre 9. (Dé)Politisations du transfert littéraire, p. 463

  • Un espace non autorisé de traduction renforcé, p. 464
  • Importations éditoriales plurielles, p. 485
  • Effets de classement, logiques d’appropriation, p. 508

Conclusion

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Histoire et Liberté (no. 43, automne 2010)

Histoire et Liberté, no. 43, octobre 2010

http://www.souvarine.fr

DOSSIER : «Défense intellectuelle et politique des valeurs démocratiques (1945-1960)»

  • Florence Grandsenne : «Éditorial», p. 3
  • Emmanuel le Roy Ladurie : «Guerres froides?», p. 7
  • Jeannine Verdès-Leroux : «Le poids du PCF dans les milieux intellectuels:  »chiffre arithmétique » et  »chiffre politique »», p.  11
  • Ilios Yannakakis : «La SFIO et les partis socialistes de l’Europe de l’Est (1945-1948)», p. 21
  • Pierre Rigoulot : «Les différentes facettes d’Est & Ouest et de l’Institut d’Histoire sociale», p. 33
  • Pierre Grémion : «Revues et maisons d’édition dans la guerre froide», p. 47
  • Tzvetan Todorov : «Le procès de David Rousset et sa signification», p.  63
  • Alain Besançon : «Kostas Papaïoannou comme ami», p. 71
  • Stephen Launay : «Albert Camus contre le totalitarisme : une pensée de la mesure», p. 79
  • Sylvain Boulouque : «Manès Sperber : écrire et témoigner contre les dictatures», p. 89
  • Éric Mechoulan : «Défense des libertés et impasses internationales : le cas Jules Moch», p. 99
  • Vincent Laloy : «Jules Moch et le Parti communiste», p. 108

ACTUALITÉS

Simon Shen, «Le nationalisme chinois: une diplomatie à double tranchant», p. 111

COMPTES RENDUS DE LECTURE

  • L’affaire de l’Humanité de Sylvain Boulouque, par Benoît Villiers
  • Henri Curiel : «le mythe mesuré à l’histoire de René Galissot, par Ilios Yannakakis

BILLET D’HUMEUR

Arthur Kriegel, «Fonction tribunicienne et projet politique», p. 133

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Deux séances du séminaire du CERCEC

Le séminaire central du CERCEC « Mondes russe, caucasien, centrasiatique et centre-européen : sources et méthodes » reprend en novembre 2010. Deux de ses séances peuvent aider à comprendre les représentations de la guerre froide :

  • 19 novembre 2010, 15h00-17h00 – Mikhaïl Rozhanski, (Center for Independent Social Research and Education, Irkutsk) : « Les générations d’idéalistes soviétiques (années 1960-1970) ».
  • 10 décembre 2010, 15h00-17h00 – Andryi Portnov (rédacteur en chef de la revue Ukraina Moderna), « La Seconde guerre mondiale : interprétations ukrainiennes, russes et biélorusses ».

Lieu : salle 7, EHESS, 105 Boulevard Raspail, 75007 Paris.

Renseignements : http://cercec.ehess.fr/

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts