L’histoire sociale de la Science et des scientifiques communistes français dans la Guerre froide

Deniz Uztopal soutiendra sa thèse de doctorat en histoire sur le sujet suivant :

Pouvoir idéologique et savoir scientifique.  L’histoire sociale de la Science et des scientifiques communistes français dans la Guerre froide (1945-1956)

 

Le jeudi 29 mars 2012 à 14h00

Lieu : salle Jean-Baptiste Duroselle, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, galerie Jean-Baptiste Dumas, 1 Rue Victor Cousin – 75005 Paris

Le jury est composé de :

  • Michel Dreyfus (directeur)
  • Jacques Girault
  • Frédérique Matonti
  • Dominique Pestre (rapporteur)
  • Bernard Pudal (rapporteur)

Télécharger la table des matières

Contact : denizuztopal@gmail.com

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Exploring Ice and Snow in the Cold War

Exploring Ice and Snow in the Cold War
27-29 janvier 2011
Munich (Allemagne)

The scientific exploration of extreme climatic conditions and hostile environments flourished during the Cold War. In the course of these years of confrontation between East and West, research on ‘the cold’ served ambivalent purposes. On the one hand, increasing knowledge about extreme climatic conditions seemed to guarantee political power and access to future resources. One the other hand, the very nature of the earth’s surface and its characteristics challenged dichotomous ideologies of ‘East’ and ‘West’. Events like the International Geophysical Year (1957-1958) structured global efforts to investigate the world as a whole. Spatial images of the ‘blue planet’ can be seen to be a result of the environmental knowledge gained through earth sciences. As the earth’s climate influenced many aspects of human life, culture, and politics, the scientific perception of ice and snow needed to be investigated from different perspectives. Scientific disciplines such as meteorology, geophysics, glaciology and oceanography were part of the exploration of ice and snow.

This workshop is interested in new research projects at the interface of environmental history, military history and the history of science and technology to contribute to the discussion on the scientific perception and constitution of nature in the Cold War.

JEUDI 27 JANVIER

14:30  Opening Remarks: Christof Mauch (Rachel Carson Center, Munich), Helmuth Trischler (Rachel Carson Center / Deutsches Museum, Munich)

15:00  Keynote: Sverker Soerlin (Royal Institute of Technology, Stockholm), « The Birth of Cryohistory: The 2007 Arctic Sea Ice Minimum as an Event and the Slow Growth Legacies of Glacial Decline »

Environmental Knowledge

Chair: Helmuth Trischler (Rachel Carson Center / Deutsches Museum, Munich)

16:30  Roger D. Launius (National Air and Space Museum, Smithsonian Institution, Washington D.C.), « Creating Open Territorial Rights in Cold and Icy Places: Cold War Rivalries and the Antarctic and Outer Space Treaties »

17:15  Ron Doel (Florida State University, Tallahassee), « Constituting the Arctic Environment: Military Funding, Polar Warming, and the Rise of the Physical Environmental Sciences »

18:15  Peder Roberts (University of Strasburg), « Meteorology on the Margins of the World: Norway, South Africa, and Bouvetøya in the Early Cold War »

19:00  Film by Sophie Elixhauser (University of Aberdeen / Universität Augsburg) and Anni Seitz, Sermiligaaq 65°54’N, 36°22’W (Greenland)

VENDREDI 28 JANVIER

Cold Spaces: Greenland

Chair: Sophie Elixhauser (University of Aberdeen / Universität Augsburg)

9:00  Matthias Heymann (Aarhus University), « Exploring Greenland: Denmark, the US Military, and Technology in the Cold War »

9:45  Ingo Heidbrink (Rachel Carson Center, Munich / Old Dominion University, Norfolk), « ‘Camp Century’ and ‘Project Ice-Worm’: Two Experimental US Military Facilities on Greenland during the Early Years of the Cold War »

Sites of Knowledge: Laboratories

Chair: Christian Kehrt (Helmut Schmidt Universität, Hamburg)

11:00  Dania Achermann (DLR, Oberpfaffenhofen), « Snow and Avalanche Research as Patriotic Duty? The Institutionalization of a Scientific Discipline in Switzerland »

11:45  Sebastian Grevesmühl (Centre Alexandre Koyré, Paris), « Deconstructing Laboratory Visions of Antarctic Research since 1900 »

Sites of Knowledge: Practices ‘East’

Chair: Julia Herzberg (Rachel Carson Center, Munich)

14:00  John McCannon (University of Saskatchewan), « Soviet Arctic Science 1945-1953 »

14:45  Pey-Yi-Chu (Princeton University), « From Merzlotovedenie to Geocryology: Soviet Permafrost Science in the Cold War »

Sites of Knowledge: Practices ‘West’

Chair: Frank Uekötter (Rachel Carson Center, Munich)

16:00  Cornelia Lüdecke (Rachel Carson Center, Munich / SCAR), « Traditions in German Arctic Research »

16:45  Christian Kehrt (Helmut Schmidt Universität, Hamburg), « EGIG I and German Polar Research Traditions »

17:30  Anne M. Jensen/ Glenn W. Sheehan (Ukpeagvik Inupiat Corporation Science Division, Barrow / Barrow Arctic Science Consortium), « Inupiat and Cold War Science in Alaska / Cold Arctic, Cold War »

SAMEDI 29 JANVIER

Representations: Metaphors and narrations

Chair: Franziska Torma (Rachel Carson Center, Munich)

9:00   Pascal Schillings (Universität zu Köln), « An Exploration of the Self, Reinhold Messner’s Antarctic Expedition 1989 »

9:45  Mark Wasiuta (Columbia University, New York), « Distant Early Warning North »

Representations II: Actors and their Environment

Chair: Julia Landau (Ruhr-Universität, Bochum)

11:00  JamesR. Fleming (Colby College, Waterville), « Cold Regions and Cold War: Harry Wexler as Scientific ‘Entrepreneur' »

11:45  Franziska Torma (Rachel Carson Center, Munich), « Staging ‘the Cold’ as Environment: Jacques-Yves and Philippe Cousteau’s Journey to Antarctica (1975/1976) »

12:30  Paul Josephson (Colby College, Waterville), Final Discussion and Comments

Contact : Franziska Torma (franziska.torma@carsoncenter.lmu.de)

Pour en savoir plus : http://www.carsoncenter.uni-muenchen.de/events_conf_seminars/calendar/ice_and_snow/index.html

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Séance 3 : être un scientifique dans la guerre froide

La troisième séance du séminaire «Autour du système de guerre froide» a eu lieu le lundi 17 janvier 2011 à la Maison de la Recherche de Paris IV.

Introduction

Les historiens s’intéressent beaucoup aux contacts artistiques et littéraires entre l’Est et l’Ouest, parce qu’ils sont plus nombreux, plus faciles à comprendre, et que leurs acteurs explicitent leurs motivations, leurs objectifs, leurs arrières-pensées. Mais les contacts scientifiques à proprement parler sont dans l’ensemble méconnus, peu compris, et englobés dans les « échanges techniques ». Cette séance a donc pour but de comprendre ce que cela signifie, être un scientifique, un chercheur, quand on est en guerre froide.  Pourquoi les mathématiques? C’est une discipline dont le contenu est difficilement contaminable par les idéologies (contrairement à la biologie dévastée en URSS par le lyssenkisme, ou les sciences humaines assujetties au moule marxiste);  c’est également une discipline d’excellence pour la France, à égalité avec les États-Unis et l’URSS/la Russie; c’est enfin une discipline dont l’importance a largement dépassé son champ propre depuis le XXe siècle.

Documentation :

  • Amy Dahan (Centre Alexandre Koyré, EHESS) : «Être un scientifique en guerre froide. Le cas des mathématiciens américains» (résumé de l’exposé fait durant le séminaire)
  • Bibliographie
  • Document : Meynaud, Jean, «Les mathématiciens et le pouvoir», Revue française de science politique, 1959, no 2, p. 340-367. L’auteur s’interroge sur l’impact futur de technologies nouvelles – «électronique, automation, cybernétique», en termes modernes l’informatique – sur la prise de décision politique. La décision politique se prend dans des conditions de sous-information, de pressions diverses, d’opportunisme également. Or, on commence à rêver de «machines à penser», de calculateurs capables de tenir compte d’une infinité de variables pour prendre la bonne décision. Dans le domaine des sciences humaines, c’est le mouvement de la prospective autour de Gaston Berger et André Gros, dans le domaine scientifique pur c’est le champ de la «recherche opérationnelle» qui «consiste dans l’application des méthodes de la recherche scientifique à l’analyse des problèmes et à la réalisation des choix», notamment par la modélisation, les probabilités, la théorie des jeux. Les mathématiques pourraient «accroître la part de rationalité dans la conduite des affaires de la cité», sans «rendre vaine la fonction d’arbitrage entre des intérêts rivaux, la tâche de prévention et d’apaisement des tensions sociales». Il conclut en disant que les mathématiques seront de plus en plus présentes dans la société qui se dessine, sous diverses formes de machines, d’automatisations et d’optimisations, et qu’il serait bon que les gouvernants aient un bagage mathématique minimal qui leur permettrait de saisir les limites et les possibilités de ces innovations.
  • Compte-rendu du colloque «US-Foundations and the Power Policies of Knowledge Circulation in the Global Arena (20th century)» (Freiburg, 1-2 juillet 2010). Plusieurs communications portent sur l’utilisation des relations techniques et scientifiques au service de la politique américaine pendant la guerre froide.
  • Atelier international sur «Lysenko’s Legacy: Ignorance, Bliss and the Persistence of a People’s Science», Columbia University,  décembre 2009 : plusieurs vidéos en ligne sur Youtube.

Discussion

Émilia Robin remercie Amy Dahan pour le riche exposé qui a précédé. Elle souligne que cet exposé permet de comprendre, sur un plan anecdotique comment certains laboratoires, certains centres, certaines universités, sont devenus des lieux de recherche clefs, comme New York. Sur un plan plus large, nous comprenons mieux également l’irruption de la science dans différentes domaines d’action (économie, par exemple). Les mathématiques sont devenues dans la deuxième moitié du XXe siècle une clef de compréhension du monde, incontournables, comme le latin avait pu l’être dans les siècles précédents. Cet exposé aide à comprendre ces métamorphoses essentielles.

Nous avons aussi dans cet exposé des clefs pour comprendre l’univers mental des années 1950-1960 ; on constate d’ailleurs que la société n’est pas imperméable à ces évolutions majeures dans le domaine de la science. On peut prendre l’exemple de la science-fiction (Barjavel en France), où on trouve les thèmes récurrents du catastrophisme. La cybernétique et le rêve de l’ordinateur omniscient, mieux capable que les humains de prendre les décisions, se retrouve dans les œuvres d’Asimov, et jusque dans des séries télévisées, comme dans Chapeau melon et bottes de cuir. On retrouve souvent le thème du robot fou qui échappe à ses créateurs, le mythe du robot supérieur à l’homme, qui prend le contrôle de l’humanité… Cette culture populaire est aussi un effet de la guerre froide.

Une question : le rapprochement entre universitaires – militaires – industriels est clair aux États-Unis. Qu’en est-il de la France ? Un des aspects apparus dans le cadre de recherches menées sur les contacts scientifiques franco-soviétiques était qu’ils avaient peu de thèmes communs, car en France, sous l’inspiration du groupe Bourbaki, les travaux étaient abstraits, en URSS, ils étaient plus appliqués, plus concrets. Les méthodes n’étaient pas les mêmes, les objectifs non plus. Est-ce dû au désintérêt des scientifiques, ou au manque d’engagement de l’État ? comment l’expliquer ?

Amy Dahan répond que cela vient certainement de ce que la France se reconstruit après la Seconde Guerre mondiale. Elle se redresse. L’État commence à subventionner les recherches à partir des années 1950 (1957-1958). On le voit en physique nucléaire, avec le CEA. L’informatique (Bull), en revanche, n’est pas un succès. Ce qui est subventionné, c’est la technoscience. Les mathématiques sont en retrait. La France reprend son souffle. Le CERN est lancé tout de suite après la guerre dans un cadre européen, car le coût est très élevé. Le retard scientifique de la France vient surtout de cette situation exsangue.

En outre, les États-Unis ont toujours eu une conception utilitariste de la science. C’est naturel pour eux. Après guerre, une partie des mathématiciens américains, fascinés par le groupe Bourbaki, se sont joints à ce groupe, et ont mené des recherches en mathématiques pures. Mais les États-Unis sont tellement grands qu’il y a de la place et des financements pour tous : il y a beaucoup de chercheurs, cela ne se ressent pas. En France, le pays est petit, et la recherche est dominée par l’ENS, qui donne le la. Donc, ce sont les mathématiques pures et abstraites qui l’emportent. À l’ENS, à l’époque, même les probabilités sont déconsidérées.

Amy Dahan ajoute une remarque sur les contacts entre l’URSS et les USA, évoqués par Émilia Robin. Un exemple[1] : à Princeton, en 1947-1948 Solomon Lefschetz, qui est d’origine russe et parle russe, travaille sur le problème des auto-oscillations, des vibrations, des systèmes dynamiques, essentiel en aéronautique. Il a lu les travaux d’Andronov en russe et des liens se nouent, entre Andronov et Lefschetz. Bien sûr, Andronov ne vient pas aux États-Unis, mais les deux chercheurs échangent leurs publications, se lisent l’un l’autre. Des contacts existent par ces liens entre Princeton et Gorki. Et par ce biais, la production scientifique d’Andronov, assez isolé en URSS à Gorki (d’autant plus que son groupe de chercheurs a des problèmes sous Staline) exerce une influence internationale. On aboutit ainsi à une unification des méthodes.

Patrick Boureille demande si l’alliance entre universitaires, militaires et industriels est encouragée par la concurrence avec l’effort scientifique de l’Allemagne nazie. Amy Dahan répond que certes, il y a une course de vitesse pour la construction de la bombe atomique, mais il n’y a pas de concurrence directe et concrète, car il n’y a pas de points d’étape permettant la comparaison.

Elle renvoie au livre de Pap Ndiaye sur DuPont de Nemours[2], qui montre bien comment aux États-Unis, les industriels sont très médiatisés par les agences militaires, qui servent d’intermédiaire entre les scientifiques et les industriels. Les scientifiques élaborent plus de liens directs avec les milieux politiques et militaires que directement avec les industriels. Même à la RanD, la direction est assurée par les militaires, pas les industriels. Il y a des pressions du pouvoir politique. Les résultats de la RanD sur la guerre stratégique à mener face aux Soviétiques sont d’ailleurs parfois assez délirants. Les militaires se montrent parfois plus raisonnables que les scientifiques en mettant de côté des études irréalistes.

Patrick Boureille revient sur l’influence allemande. Si on prend l’exemple des recherches allemandes sur l’infrarouge, elles ont été déterminantes. Le principe de la torpille qui a causé tant de problèmes au Koursk était construite sur une technologie héritée des recherches allemandes. Il revient également sur le décalage de 10 ans entre l’Europe et les États-Unis, pour demander s’il y a eu des essais de recherches appliquées au moment de la fondation d’institutions comme le CNRS. Y-a-t-il eu une vision de prospective, une politique volontariste ? Amy Dahan répond que oui, avec le groupe qui a travaillé autour de PMF dans les années 1950, par exemple.

Pierre Levy ajoute que l’idée a bien existé dans les années 1945, 1946 de faire travailler le CNRS pour des recherches appliquées (les militaires le souhaitaient également), mais que le CNRS n’a pas souhaité prendre cette voie. Amy Dahan confirme qu’il y a une tradition française qui a longtemps conduit les chercheurs à hésiter à travailler sous contrats, à être subventionnés. Dans les années 1950, l’idée de travailler avec l’armée, avec l’industrie n’est pas bien reçue. Pierre Levy souligne tout de même l’existence d’agences spécialisées, comme le CEA, pour ces missions.

Patrick Boureille ajoute que les militaires eux-mêmes ont créé le comité d’action scientifique à cette fin. Mais il demande si en France le Centre de prospective et d’évaluation a travaillé sur des plans de feu, comme la RanD a pu le faire. Amy Dahan répond qu’elle l’ignore, mais qu’elle n’en a jamais entendu parler. La prospective en France est plus tardive. D’ailleurs, même aux États-Unis, ce n’est pas exactement de la prospective. Les études sur le futur ne se développent que dans les 1970. Peu avant. Elle renvoie à une thèse en cours sous sa direction sur le club de Rome qui montre que peu d’études de prospectives existent dans les années 1960. Les études sur la guerre avec l’URSS sont plus dans l’esprit du prolongement de la Seconde Guerre mondiale, que dans la prospective, car on pense la guerre en question imminente. Dans les années 1960, avec la Détente, on commence à l’envisager sur le temps long : on est davantage dans l’idée d’une compétition économique, on gagnera la guerre froide par le bien-être. Cela modifie les méthodes de travail, l’effort mental, les énergies ne sont plus orientées dans la même direction. Par exemple, le NIH (National Institute of Health) reçoit davantage de subventions. On ne pense plus seulement à tuer l’ennemi mais aussi à prouver la supériorité du mode de vie occidental.

Deniz Uztopal présente sa thèse en cours sur les scientifiques communistes en France pendant la guerre froide. Il demande dans quelle mesure on peut parler d’idéologisation de la science. Amy Dahan répond qu’il ne faut pas, selon elle, envisager la question sous ce terme d’idéologisation. On ne peut pas dire qu’il existe une science, un savoir scientifique absolument objectif, qui ensuite serait idéologisé. La science c’est construire un objet, pas seulement découvrir un objet pré-existant. Par exemple, les missiles peuvent se penser en termes de cybernétique, ou bien de théorie des jeux. On formule un objet selon des paradigmes qui cherchent à tout dire dans leurs propres termes. Prenons le cas des modèles financiers. Ils ont contribué à forger l’idéologie néo-libérale, même si, en eux-mêmes, ils sont un outile mathématique et théorique à part entière. Ce n’est donc pas une relation unilatéral, comme le sous-entendrait le terme d’« idéologisation » : il y a des feed-backs, des effets en retour dans les deux sens.

Emilia Robin utilise un exemple pour aller dans le sens de cette démonstration. En URSS, la psychanalyse n’existe pas, comme matière en soi. En effet, la psychanalyse n’est pas compatible avec l’idéologie de la lutte des classes. Elle est considérée comme une émanation de la société bourgeoise. Elle est donc inutile et n’a pas sa place en URSS.

Deniz Uztopal demande si on peut dire que les sciences de la nature ont été instrumentalisées par l’idéologie. Amy Dahan répond que les idéologies utilisent les résultats, mais elle préfère éviter ce terme « instrumentaliser » pour éviter le déterminisme, justement parce qu’il y a des effets en retour. Les bellicistes utilisent le nucléaire, mais qu’ils ne l’instrumentalisent pas. Dans les années 1970, la montée de l’environnementalisme aux États-Unis a vu naître une idéologie nouvelle.

[1] Dahan-Dalmedico, Amy, « L’école d’Andronov à Gorki, profil d’un centre scientifique dans la Russie soviétique », in Dahan, Amy, et Pestre, Dominique (dir.), Les sciences pour la guerre, 1940-1960, Paris: publications de l’EHESS, 2004, p. 275-316.

[2] Ndiaye, Pap, Du nylon et des bombes : DuPont de Nemours, le marché et l’État américain, Paris : Belin, 2001, 400 p.

(compte-rendu : Jenny Raflik)

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts