Documents diplomatiques français, 1948-I

MAEE Paris, Commission des archives diplomatiques, Documents diplomatiques français, 1948, tome 1, Bruxelles, Peter Lang, 2011, 1010 p.

 

Présentation :

L’essentiel du premier semestre 1948 concerne l’aggravation de la situation en Europe orientale (« coup de Prague » en particulier), la détérioration accélérée des relations Est-Ouest avec l’entrée désormais évidente dans la Guerre froide, les premières réactions des Européens de l’Ouest (Pacte de Bruxelles), le début de l’organisation du monde occidental (mise en place effective du European Recovery Program, premières réflexions et démarches en vue de ce qui sera en 1949 l’Alliance atlantique, conférence de Londres lançant le processus qui aboutira l’année suivante à la création de la République fédérale d’Allemagne) et le début de la réaction soviétique face à ce raidissement occidental au moyen du blocus de Berlin.  La France joue pleinement son rôle dans toutes ces affaires, tout en s’efforçant de maintenir deux objectifs essentiels de sa politique : que l’évolution de la question allemande ne remette pas en cause sa sécurité et ses moyens de contrôle par rapport à l’Allemagne, et que les Occidentaux en général, et en particulier les Américains, ne durcissent pas davantage la situation en réagissant de façon excessive face à Moscou.

En même temps, on voit apparaître ce qui allait constituer les deux axes majeurs de la politique de la IVe République : la construction européenne comme un cadre pour permettre à la France de contrôler l’évolution de l’Allemagne; et l’idée que, si les États-Unis veulent relever le défi soviétique, en prenant le risque de graves tensions, ils doivent alors s’engager concrètement pour garantir la sécurité de l’Europe occidentale. En effet, dès le mois d’avril, en liaison avec l’évolution du problème allemand à la conférence de Londres, où les Trois Occidentaux se dirigent de plus en plus vers la création d’un État allemand, l’hypothèse d’une réaction soviétique à Berlin est évoquée, ce qui pose la question du type d’appui que Washington serait disposé à apporter à l’Europe occidentale. À partir de là, le thème de la défense de l’Europe, dans le cadre du pacte de Bruxelles et avec l’appui américain, prend une importance considérable. À partir de la fin mai, la stratégie du Quai d’Orsay est de conseiller au gouvernement de monnayer auprès des Anglo-Saxons la fusion des zones et la création d’un État ouest-allemand contre la mise sur pied d’un système de défense du monde occidental.

Auteurs et collection :

Les séries 1932-1935 et 1936-1939 ont été publiées de 1964 à 1984 sous la responsabilité de la Commission pour la publication des documents relatifs aux origines de la guerre 1939-1945, présidée par Pierre
Renouvin (†), puis par Jean-Baptiste Duroselle (†).

En 1984 a été créée, toujours sous la présidence de Jean-Baptiste Duroselle, la Commission de publication des Documents diplomatiques français pour publier une sélection de documents à partir du 21 juillet 1954 (fin de la guerre française du Vietnam).

Présidée par Gabriel Robin, Ambassadeur de France, sa compétence a été étendue en 1992 aux périodes non encore traitées du XXe siècle (1914-1932 et 1939-1954); les professeurs Baechler (qui succède au Professeur Bariéty), Kaspi, Montant, Soutou et Vaïsse sont responsables chacun d’une série.

En 2004, la Commission de publication des Documents diplomatiques français a fusionné avec la Commission des Archives diplomatiques, placée sous la présidence du ministre des Affaires étrangères.


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search