Les ambassadeurs de France à Bonn (1955-1999)

Matthieu Osmont soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire le lundi 12 décembre 2011 à 14h00 sur le sujet suivant :

Les ambassadeurs de France à Bonn (1955-1999)

Le jury sera composé de :

  • M. Guillaume DEVIN, professeur à l’Institut d’Études Politiques de Paris
  • M. Wilfried LOTH, professeur à l’Université de Duisburg-Essen
  • Mme Hélène MIARD-DELACROIX, professeur à l’Université Paris IV Sorbonne (rapporteur)
  • M. Bernard de MONTFERRAND, diplomate, ancien ambassadeur de France à Berlin
  • M. Sylvain SCHIRMANN, professeur à l’Institut d’Études Politiques de Strasbourg (rapporteur)
  • M. Maurice VAÏSSE, professeur émérite à l’Institut d’Études Politiques de Paris (directeur de thèse)

Lieu : salle de réunion de l’Ecole Doctorale de Sciences Po, 3e étage, 199 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris

Plan d’accès : http://ecoledoctorale.sciences-po.fr/presentation/equipe.html

Résumé :

«La relation franco-allemande se porte si bien que l’on pourrait se demander à quoi cela sert d’avoir des ambassadeurs à Bonn et à Paris». Cette phrase, prononcée en juin 1960 par l’ambassadeur François Seydoux, résume bien l’enjeu de cette thèse. Dans un contexte de rapprochement franco-allemand ininterrompu des années 1950 aux années 1990, la place des représentants permanents dans la relation entre les deux pays mérite d’être interrogée. Les ambassadeurs ont-ils encore un rôle à jouer à partir du moment où les chefs d’État et de gouvernement, les ministres, mais aussi les hauts fonctionnaires français et allemands se rencontrent fréquemment et tiennent le devant de la scène?

L’observation attentive de l’action des ambassadeurs français à Bonn contredit la thèse d’un «déclin des ambassades ».Accompagnant l’institutionnalisation du partenariat franco-allemand, les douze diplomates français qui se succèdent à Bonn entre 1955 et 1999 ne cessent pas d’assurer leurs traditionnelles fonctions d’information, de négociation et de représentation. Ils s’en acquittent toutefois selon des modalités sans cesse renouvelées.

Cette thèse apporte également un éclairage nouveau sur les évolutions récentes d’une administration régalienne, le Quai d’Orsay. Malgré le poids de certains héritages et la permanence d’une certaine idée de l’Allemagne, le corps diplomatique est loin d’être immobile et la vision des relations internationales ou la conception même de leur mission ne sont pas les mêmes d’un diplomate à l’autre.

Télécharger la table des matières


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.