La fin de l’URSS au regard des transformations politiques, sociales et culturelles

Le «moment 1991» : la fin de l’URSS au regard des transformations politiques, sociales et culturelles (1970-1991)

12-14 décembre 2011
Paris

Colloque organisé par

  • Sciences Po (Centre d’histoire de Sciences Po, CERI)
  • CRPM (EA n°4418), Université Paris Ouest Nanterre La Défense
  • Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC)
  • Centre d’Etudes des mondes russe, caucasien et centre-européen (EHESS/CNRS)
  • Fondation Maison des Sciences de l’Homme
  • Université Libre de Bruxelles
  • avec le soutien du Centre franco-russe de Moscou, du Musée de l’armée et du CNRS

 

Vingt ans après l’effondrement de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (1918-1991), il semble pertinent de s’interroger sur l’année 1991. La question de l’effondrement de l’Union soviétique a certes été étudiée dans une grande partie de ses composantes dès le début des années 1990. Mais au cours des vingt dernières années, des travaux novateurs, en particulier en histoire sociale et en histoire culturelle, ont pu établir de nouveaux liens entre les processus politiques et sociaux des décennies qui ont précédé la perestroïka et l’effondrement du système soviétique.

Ce colloque porte sur le «moment 1991» en ex-URSS, en articulant plusieurs échelles de temps et dans une approche d’histoire politique, sociale et culturelle :

  • Une première échelle de temps se situe sur le temps long et tente de remettre en perspective les bouleversements politiques de la fin des années 1980 à la lumière des transformations de la société soviétique depuis les années 1970.
  • La deuxième échelle de temps sera resserrée sur la perestroïka proprement dite et les «tentatives» de réformes introduites par M.  Gorbatchev à partir de 1985. S’il y a eu échec des réformes du système par le haut, qu’en est-il des transferts culturels et de la circulation des idées entre l’Europe et l’ex-URSS?
  • La troisième échelle de temps sera consacrée au «moment 1991».  Nous postulons en effet qu’il y a eu un «moment 1991» et nous tenterons de le mettre en évidence dans les interventions notamment au travers de témoignages et d’archives.

Loin d’être monolithique, la société soviétique des années 1970 est profondément stratifiée. Les élites se transforment. Une nouvelle génération de cadres : directeurs d’entreprise, managers et technocrates, entrent en rivalité avec ceux du parti, les apparatchiki.  Dans un contexte persistant de pénurie, tandis que la population aspire de plus en plus à consommer, la difficulté à obtenir des biens de consommation devenus rares provoque le développement du marché noir. Les tensions nationales s’exacerbent.

Les évolutions socioéconomiques tout comme les frustrations et aspirations d’une partie croissante de la société engendrent un désir de changement. Formés à l’ère brejnévienne, diplomates, cadres du commerce extérieur et du réseau bancaire à l’étranger constitueront l’élite politique et économique post-soviétique.

Notre propos sera d’étudier ici ces différentes logiques d’autonomisation tout comme les ferments de la crise sociale.  La période qui s’ouvre avec les premières réformes initiées par Gorbatchev dès 1985 peut être réinterrogée à l’aune des tendances précédentes. Ainsi, au lieu d’être présentées comme un moment fondateur, l’année 1985 et l’arrivée de Mikhaïl Gorbatchev comme premier secrétaire du PCUS sont analysées comme les conséquences de processus déjà à l’œuvre dans la société politique soviétique post-stalinienne.  Assiste-t-on en ce sens à une «accélération» de processus déjà à l’œuvre auparavant? Nous mettrons l’accent sur l’effervescence des mouvements politiques et d’organisations sociales qui se structurent à partir de mouvements informels, et interrogerons la dichotomie existant entre ces organisations sociales et les structures du parti.  Nous reviendrons aussi sur les transformations internes des institutions soviétiques et du Parti à partir de 1985. C’est, en effet, au sein même du Komsomol, qu’apparaîtront de nouveaux capitalistes. Nous analyserons la fabrication de l’opinion publique, notamment les premiers sondages réalisés pendant la perestroïka par des personnes de l’équipe de Iouri Levada. Enfin, un intérêt particulier sera accordé à la circulation des flux financiers, des idées, mais aussi des personnes de part et d’autre du rideau de fer et à l’impact de celle-ci sur l’effondrement de l’URSS.

Dans un troisième temps, nous étudierons les transferts culturels et la circulation des idées. En dépit du rideau de fer les transferts culturels se font des marges de l’Union soviétique vers le centre, en particulier à partir de la fin des années 1980 avec les déclarations d’indépendance unilatérales des Républiques et régions de l’Union soviétique (pays Baltes, Transcaucasie).  Nous prendrons des objets d’histoire tels que les droits de l’homme, le genre, les révoltes de groupes sociaux tels que les mineurs et tenterons de voir l’impact sur la construction identitaire.

La dernière demi journée sera consacrée à «l’événement 1991» et son inscription dans l’histoire à l’aune des éléments que nous aurons étudiés dans les panels précédents.

Comité scientifique et d’organisation : Alain Blum, Pascal Cauchy, Gabrielle Chomentowski, Gabrielle Costa de Beauregard, Gilles Favarel-Garrigues, Anne Le-Huérou, Aude Merlin, Jean-Robert Raviot, Kathy Rousselet.

 

Lundi 12 décembre

 

9h00 – Accueil des participants

Jean-François Sirinelli, Directeur du Centre d’histoire de Sciences Po, Gabrielle Costa de Beauregard, Directrice exécutive du CHSP, Michel Wieviorka, Administrateur de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme

9h15-12h45 – Les transformations politiques

Introduction, par Marc Ferro, historien

Présidence : Gilles Favarel-Garrigues, CNRS/Sciences Po-CERI

Discutant : Alain Blum, directeur du CERCEC (CNRS/EHESS)

  • Alexei Yurchak, Associate Professor, Université de Berkeley : Everything Was Forever Until it was no more. Late Socialism as an object of social analysis.
  • Rudolf G. Pihoia, Ancien directeur des archives d’Etat de la Fédération de Russie : Du pouvoir à la propriété.
  • Nikolay Mitrokhin, Centre d’études et de recherches est-européennes, Université de Brême : (Former) Staff Members of Central Committee Apparatus and the Demise of the Soviet Union
  • Sergeï V. Zakharov, Institut de démographie, Haut collège d’économie, Moscou : Mounting crisis of the demographic system and public policy in the Era of ‘Developed socialism’: a narrative story with sad end.”

14h-16h30 – Les sources et l’information. Revues, journaux, radio, télévision

Présidence : Yves Hamant, CRPM/Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense

Table ronde animée par Jean-Robert Raviot, CRPM/Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense

Avec la participation de Carole Ajam (BDIC), Hélène Kaplan (RIDECO), Elena Strukova (Bibliothèque publique historique de Russie), Sergueï Buntman, rédacteur en chef adjoint de la radio Les échos de Moscou, Annette Melot (BDIC-MHC)), Boris Belenkin (Memorial)

17h-19h30 : Projection de film

La table ronde sera suivie de la projection du film «Le Repentir» de Tenguiz Abuladze (1984), présenté par Gabrielle Chomentowski, chargée d’enseignement à Sciences Po

 

Mardi 13 décembre

 

9h15-12h45 – Les nouveaux acteurs et enjeux de la Glasnost

Présidence : Anne Le Huérou, CERCEC (CNRS/EHESS)

Discutant : Alexis Berelowitch, CERCEC (CNRS/EHESS)

  • Carole Sigman, chargée de recherche au CNRS, Institut des Sciences Sociales du Politique : De nouvelles formes de mobilisation : les clubs politiques informels
  • Olessia Kirtchik, Institut de démographie, Haut Collège d’Economie, Moscou : Les économistes comme auteurs et acteurs de la Perestroïka
  • Luc Duhamel, Université de Montréal : La bureaucratie du commerce de détail et le KGB
  • Alexandra Goujon, Université de Bourgogne et CERCEC (CNRS/EHESS) : Les Fronts populaires d’Ukraine et de Biélorussie

14h-17h30 – Les transferts culturels

Présidence : Brigitte Krulic, Directrice du CRPM, Université de Paris-Ouest Nanterre

Discutant : Pierre Grosser, Centre d’histoire de Sciences Po

  • Myriam Désert, Université de Paris IV-Sorbonne et CERCEC (CNRS/EHESS) : La quête d’un modèle étatique : réinvention de l’empire et de la
  • démocratie
  • Sophie Lambroschini, doctorante, CRPM, Université Paris Ouest Nanterre La Défense : Les mutations intervenues dans la télévision soviétique et l’audiovisuel en URSS
  • Anna Zaytseva, doctorante, Université de Paris IV-Sorbonne et CERCEC (CNRS/EHESS) : Le rock et la contestation
  • Kathy Rousselet, Sciences Po-CERI : Le religieux au coeur des bouleversements politiques

17h30-20h00 – Projection de film
L’après-midi sera prolongée par la projection du film «Assa» de Serguei Soloviev (1988), présenté par Gabrielle Chomentowski, chargée d’enseignement à Sciences Po

 

Mercredi 14 décembre

9h15-12h45 – Ruptures et fragmentation

Présidence : Jean-Michel de Waele, Doyen de la Faculté de Sciences sociales et politiques (FSP-ULB)

Discutante : Anne de Tinguy, Professeur des universités, INALCO et CERI

  • Marc Elie et Marie-Hélène Mandrillon, CERCEC (CNRS/EHESS) : La “glasnost” écologique
  • Tatiana Hlukhava-Kasperki, doctorante, Sciences Po : Les “retombées” politiques de l’accident nucléaire de Tchernobyl.  Le cas de la Biélorussie.
  • Taline Ter Minassian, INALCO : La revendication du Karabagh et le nationalisme arménien : formes et évolution du mouvement de protestation (1987-1991)
  • Silvia Serrano, Université d’Auvergne et CERCEC (CNRS/EHESS) : Mutations de l’espace public en Géorgie
  • Ioulia Shukan, Université de Paris-Ouest Nanterre-La Défense et CERCEC (CNRS/EHESS) : Les cadres communistes dans la tourmente de la perestroïka en Ukraine et en Biélorussie

Après-midi : 14h15-17h30 – Le moment 1991

Présidence : Pascal Cauchy, Centre d’histoire de Sciences Po

Discutant : Jean Radvanyi, Directeur du Centre franco-russe, Moscou

  • Nikolai Petrov, Académie des sciences, Institut de géographie et Fondation Carnégie, Moscou : Russian regions as subjects of politics in 1991
  • Aude Merlin, ULB/CEVIPOL : Les ressorts de la “révolution tchétchène”
  • Françoise Daucé, Université Blaise-Pascal, CHEC et CERCEC (CNRS/EHESS) : Les militaires en 1991 : les ressorts de l’inaction

Témoignages :

  • Andreï Kovalev, Ancien conseiller auprès de M Gorbatchev
  • Sergei Mironenko, Directeur du GARF (Archives d’Etat de la Fédération de Russie)

16h30 : Conclusions du colloque : Anatoly Vichnievsky, Directeur de l’Institut de démographie, Haut Collège d’Economie, Moscou, et Mikhail Afanassiev, Directeur de la bibliothèque historique de Russie, Moscou

17h30 : Le colloque se terminera par une visite de l’exposition URSS, fin de parti(e). Les années Perestroïka, organisée par la BDIC dans ses salles d’exposition du Musée d’histoire contemporaine, aux Invalides (du 2 décembre 2011 au 26 février 2012)

Inscription obligatoire :
http://chsp.sciences-po.fr/evenement/le-%C2%AB-moment-1991-%C2%BB-la-fin-de-l%E2%80%99urss-au-regard-des-transformations-politiques-sociales-et-c


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.