Voyage au pays des Ze-Ka

MARGOLIN, Julius, Voyage au pays des Ze-Ka, Paris : Le Bruit du Temps, octobre 2010, 784 p.

Traduction du russe par Nina Berberova et Mina Journot, révisée et complétée par Luba Jurgenson. Nouvelle édition établie et présentée par Luba Jurgenson.

«Par l’immensité du témoignage, la rigueur de son architecture, le souffle épique, la richesse de l’émotion, la force de l’ironie et, surtout, la lumière qui traverse ce sous-sol déshumanisé de notre planète, L’Archipel du Goulag nous a imposé sa marque. Ce n’est nullement parce qu’il a révélé les camps de concentration soviétiques.  D’autres l’avaient fait avant lui ; nous ne nommerons qu’un livre, entre une quarantaine : l’émouvant et authentique Voyage au pays des Z/K, de Jules Margolin, écrit en 1947.» (Georges Nivat, «Le Cri et l’avalanche», 2005)

Les Ze-Ka ou Zeks (abréviation écrite sous la forme «z/k» de «zaklioutchonny kanaloarmeets») ce sont les «détenus-combattants du canal», ces esclaves d’un des grands chantiers soviétiques du début des années 1930, le canal mer Blanche-Baltique. Le terme désigne par la suite tout détenu des camps du Goulag. Comme l’écrit Julius Margolin : «Le pays des Ze-Ka ne figure sur aucune carte soviétique et ne se trouve dans aucun atlas. C’est le seul pays au monde où il n’y a aucune discussion sur l’URSS, aucune illusion et aucune aberration.»

Enfin publié dans son intégralité pour la première fois au monde, et sous son titre original, le Voyage au pays des Ze-Ka est l’un des plus bouleversants témoignages jamais écrits sur le Goulag. Le livre était paru en France en 1949 sous le titre La Condition inhumaine, bien avant les chefs- d’oeuvre de Soljenitsyne et de Chalamov. Cet hallucinant récit de cinq années passées dans les camps soviétiques ne le cède en rien à ceux de ses célèbres successeurs, ni pour la qualité littéraire, ni pour l’acuité de pensée et la hauteur de vue avec lesquelles l’auteur s’efforce de donner un sens à son expérience, aux limites de l’humain.

Né dans une famille juive de Pinsk (Biélorussie), Julius Margolin (1900-1971) est élevé dans la culture russe. En 1923, il termine ses études de philosophie à Berlin. Installé en Palestine en 1936, il est en séjour à Lodz en 1939 lorsque la Pologne est envahie. Il se réfugie alors dans sa ville natale, à l’est du pays où il est arrêté le 19 juin par les Soviétiques. Ayant par miracle survécu à cinq années de Goulag, libéré en 1945, il écrit le Voyage dès son retour à Tel-Aviv, face à une opinion internationale incrédule, l’URSS étant encore auréolée de sa contribution à la victoire contre le nazisme. Il vient à Paris en 1950 témoigner au procès de David Rousset contre Les Lettres françaises.  Jusqu’à sa mort, en 1971, il ne cessera de lutter pour la libération des Ze-Ka, les prisonniers des camps.

Luba Jurgenson, maître de conférence en littérature russe à l’université de Paris-IV Sorbonne, écrivain et traductrice, est l’auteur de L’expérience concentrationnaire est-elle indicible?, éditions du Rocher, 2003, et de Création et tyrannie, Sulliver, 2009.

Emilia Robin

Histoire de la guerre froide, humanités numériques, linux, médiation scientifique

More Posts


Publié par

Emilia Robin

Histoire de la guerre froide, humanités numériques, linux, médiation scientifique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.