Séance 2 : Les contacts entre parlements en temps de guerre froide

La deuxième séance du séminaire «Autour du système de guerre froide» a eu lieu le lundi 13 décembre 2010 à la Maison de la Recherche de Paris IV.

Sur le thème «Les contacts entre parlements en temps de guerre froide», deux chercheurs, Christian Wenkel et Jérémy Bougrat ont présenté leurs travaux. Documents :

Discussion

Quelqu’un demande pourquoi les contacts entre la France et la Chine populaire ne sont lancés qu’en 1963-1964. Jérémy Bougrat explique que cela tient aux affaires intérieures françaises : jusqu’à l’été 1962, c’est la guerre d’Algérie, dans laquelle la Chine populaire soutient le FLN. Le rapprochement est donc impossible. À l’automne 1962, c’est le référendum sur l’élection du président au suffrage universel et de nouvelles élections législatives. La relance intervient au printemps 1963, lorsque la nouvelle Chambre commence son activité. D’autre part, la date exacte dépend de l’état des négociations officieuses en cours, de l’évolution de la situation au Vietnam, de la rupture sino-soviétique. La maîtrise de l’arme atomique ne semble pas déterminante dans le choix de la relance. Christian Wenkel ajoute qu’en 1963, le parlement ouest-allemand ratifie le traité de l’Élysée avec un amendement célèbre. Il faut donc désormais trouver un autre allié pour la politique à l’Est de la France.

On demande comment les membres communistes du groupe parlementaire avec les pays asiatiques réagissent à la rupture sino-soviétique. Réponse : ils ne viennent jamais aux réunions.

Christian Wenkel évoque la question de la liberté et de l’autonomie de la diplomatie parlementaire. La diplomatie parlementaire est une initiative orientale : la RDA envoie des invitations dès le début des années 1950, on n’y répondra qu’à partir de 1959-1960. La réponse dépend de l’intérêt des parlementaires français. Les parlementaires orientaux, eux, n’ont aucune liberté : il n’existe pas de diplomatie indépendante menée par les Assemblées, la diplomatie parlementaire orientale est juste un aspect de la politique extérieure du pays.

On pose la question de l’instrumentalisation des contacts parlementaires par les pays qui sont visités. Jérémy Bougrat explique que les Français ont été reçus par Mao, ce qui montre l’intérêt très net des autorités chinoises pour cette visite parlementaire. Cet entretien, qui devait durer 40 minutes, s’est prolongé pour durer une heure et demie. Mais les pays étrangers comprennent-ils bien l’influence réelle dont disposent leurs visiteurs ? Au cours de l’année 1964, le groupe reçoit une lettre de l’Institut de politique étrangère de Pékin, demandant que les Français interviennent en faveur de neuf Chinois arrêtés au Brésil, alors dirigé par une junte militaire. Cette demande, qui cause de la surprise et de la gêne en France, fait l’objet d’une relance quelques semaines plus tard. Marie François-Bénard écrit à Couve de Murville, le ministre des Affaires étrangères, pour l’informer de cette demande. Mais qu’attendaient donc les Chinois d’une telle démarche ?

On demande si le groupe avait des contacts avec la Corée du Nord. Jérémy Bougrat répond qu’il n’a trouvé aucun document à ce sujet.  La France n’avait pas de contacts avec cet État.

Jenny Raflik pose la question de l’impact local : qui assiste aux conférences que font les députés à leur retour ? Jérémy Bougrat explique que certaines conférences sont organisées au Rotary, au Lyon’s Club, ce qui garantit de l’audience. Les conférences générales attirent notamment les électeurs. Dans l’ensemble, elles ont beaucoup de succès : on refuse du monde. Le public est varié, mais les documents ne donnent pas de détails. En tout cas, la publicité que les parlementaires font autour de leurs visites fait partie d’un processus de légitimisation de leur activité sur le plan international. D’autre part, il y a des considérations économiques. Les parlementaires français sont interrogés en permanence sur les possibilités commerciales vers la Chine. En fait, le vrai problème n’est pas les débouchés, mais le règlement financier des transactions (la Chine manque de devises).

Christian Wenkel développe le cas de la RDA. Beaucoup de sénateurs sont allés en RDA au début des années 1960, puis y retournent avec une délégation locale pour prendre des contacts économiques et techniques. Il y a donc un impact direct sur l’économie locale en France. Par exemple, Pierre Sudreau, président de la Fédération des industries ferroviaires, s’est rendu plusieurs fois en RDA dans le cadre de contacts parlementaires, ce qui a contribué à faire conclure des marchés. L’intérêt économique n’est pas la seule motivation des parlementaires français, ce qui pose le problème de l’information. Les députés et sénateurs souhaitent découvrir une terre inconnue, c’est une aventure. Les députés français sont souvent victimes d’une propagande bien faite. Par exemple, on leur faire rencontrer d’anciens résistants est-allemands qui sont déjà allés en France : les souvenirs communs permettent de transcender et de relativiser le clivage idéologique.

On pose la question du rôle du Sénat : pourquoi semble-t-il en retrait dans ces contacts ? Jérémy Bougrat émet l’hypothèse suivante : la Commission des Affaires étrangères du Sénat étant aussi celle des forces armées, elle préfère peut-être éviter les contacts potentiellement compromettant avec un adversaire. Christian Wenkel ajoute que dans le cas de la RDA, il n’y a pas d’assemblée homologue au Sénat.

On évoque le problème des archives. Il n’y a pas, en France, de tradition des archives au sein des groupes d’amitié, documentant leur activité. Pour la reconstituer, il faut faire appel à de nombreux fonds disparates et croiser les informations. Étudier un groupe précis est difficile, il vaut mieux passer par l’action d’un individu, parlementaire ou administrateur. Jérémy Bougrat remarque qu’à partir des années 1980, une politique d’archives se développe.

On demande ce que deviennent ces groupes, créés en l’absence de liens officiels entre les États, une fois que les contacts sont établis (reconnaissance officielle de la Chine populaire en 1964, de la RDA en 1973). Dans le cas de la RDA, explique Christian Wenkel, le groupe disparaît après quelques années. Toutefois, comme le problème allemand subsiste pour la France (réunification, Berlin, etc.), le gouvernement français préfère éviter d’avoir des contacts trop approfondis avec la RDA ; la diplomatie parlementaire permet de contourner le problème. Dans le cas de la Chine, explique Jérémy Bougrat, le groupe est relancé en 1972 par Alain Peyrefitte ; son rôle n’est pas politique, mais économique et culturel (même si la frontière est poreuse).

Françoise Noirant demande si ces parlementaires sont considérés comme des agents d’influence dans les milieux gouvernementaux. En Tchécoslovaquie, dans les années 1947-1952, le ministère de l’Information a des contacts étroits avec Souslov, qui dirige le Kominform. Il existe en 1947 un groupe d’amitié France-Tchécoslovaquie à l’Assemblée nationale, dirigé par Robert Chambeiron et Madeleine Braun, qui sont également les animateurs de France-Tchécoslovaquie (association pro-communiste). Braun et Chambeiron publient en 1950 Tchécoslovaquie, carrefour de l’Europe, composé selon les règles de la propagande envers les non-communistes.

Christian Wenkel confirme que les contacts parlementaires sont organisés par le Parti, qui veille à l’encadrement des visites.  Cependant, plus les visites se multiplient et plus les Français veulent voir des choses spécifiques, en dehors du programme classique. On rajoute donc des éléments au programme, qui évolue peu à peu.  Quelqu’un revient sur le terme « agent d’influence ». Il n’y a aucun doute qu’en Italie, par exemple, certains députés étaient des agents d’influence, au sens du renseignement. On le sait par la commission Mitrokhine qui a fonctionné en Italie, et par le témoignage de Kolossov, correspondant des Izvestia. On a des noms de députés non communistes utilisés, par exemple dans l’affaire de l’usine Fiat construite à Togliatti, en URSS.

Françoise Noirant précise qu’elle ne l’entendait pas dans ce sens. Les archives montrent en revanche que les parlementaires venus en Tchécoslovaquie étaient invités à avoir un certain nombre d’activités à leur retour en France (informer sur les « réalités tchécoslovaques », « dissiper les mensonges de l’impérialisme », etc.).

Jenny Raflik rappelle que c’est la même chose dans le camp occidental. Il existe une assemblée parlementaire de l’OTAN, qui se rend régulièrement au siège de l’Organisation à Fontainebleau. C’est une visite obligatoire et incontournable.

Jérémy Bougrat estime que les parlementaires jouent un rôle d’influence dans les deux sens. Ils jouent un rôle dans la fabrication et l’évolution des représentations mutuelles. Pour Françoise Noirant, on en est bien conscient à l’Est.

Émilia Robin Hivert conclut en s’interrogeant sur la signification de cet essor des contacts parlementaires à partir des années 1950.

Tout d’abord, quelle est leur portée ? Ils ont un impact local certain, sur le plan économique (contrats) comme culturel (jumelages), mais il faudrait davantage d’études pour mesurer cet impact et savoir s’il est anecdotique ou régulier. À l’échelle globale, ils facilitent les contacts entre États quand des rapports directs ne sont pas réellement possibles, mais la diplomatie parlementaire dans l’ensemble se fait en lien avec le ministère des Affaires étrangères ; la diplomatie des parlementaires ne modifie pas la diplomatie des États.  Les voyages en pays communiste contribuent à faire connaître ces pays, à les faire entrer dans les destinations normales, ce qui est une victoire pour les régimes en place ; l’on voudrait en savoir davantage sur l’utilisation de ces contacts par les démocraties populaires, et là aussi des études seraient nécessaires. Il reste un champ inexploré : l’effet de ces contacts sur les démocraties populaires, l’impact des visites de parlementaires orientaux en Occident sur leurs représentations et leurs convictions, le possible transfert de modèles et de normes vers l’Est.

Deuxième interrogation, la diplomatie parlementaire est-elle un effet de la guerre froide ? Voit-on se multiplier ce type de contacts en réaction à la coupure de l’Europe ? Ou bien les pays communistes ne sont-ils qu’un terrain spécifique pour l’action internationale globale des députés, les groupes France-URSS, France-Pologne, etc., n’étant que l’équivalent des groupes France-Grande-Bretagne, France-Mexique, etc ?  La diplomatie parlementaire serait alors le produit, non de la guerre froide, mais de la mondialisation, qui entraîne une multiplication des acteurs internationaux et des niveaux d’action, du supranational au local.


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search