Séance 6 : «Monsieur de Norpois chez les Camarades»

La cinquième séance du séminaire «Autour du système de guerre froide» a eu lieu le lundi 4 avril 2011.

Georges-Henri Soutou, professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV) et membre de l’Académie des Sciences morales et politiques, a fait une conférence intitulée «Monsieur de Norpois chez les Camarades», évoquant les transformations de la diplomatie, comme pratique et comme système, à l’épreuve de la guerre froide.

Discussion

Émilia Robin-Hivert remarque que souvent les diplomates se vexent de l’apparition d’une diplomatie au sommet, notamment à partir de Khrouchtchev, puis avec l’apparition dans les années 1970 des G6-G7, etc. Comment cela s’articule-t-il avec la conception soviétique de la politique extérieure ?

GHS répond que la dépossession des diplomates commence avant. D’une part, des rencontres directes entre dirigeants ont lieu à la conférence de Versailles, dans l’entre-deux-guerres. D’autre part, le deuxième facteur de dépossession remonte au progrès des moyens de communications. Lors de la négociation du traité de Turin en 1860, il y a plusieurs échanges par jour entre Paris et les négociateurs à Turin : le télégraphe tourne à fond pour contrôler les négociations.

Concernant la stratégie des rencontres au sommet, Staline ne les aimait pas, même s’il se débrouillait très bien, il préférait cultiver la distance, le secret autour de lui. Mais en Occident, après la mort de Staline, les Britanniques ont voulu renouer avec ces rencontres entre chefs d’Etat, comme pendant la guerre. Pour l’URSS, cela a posé un problème de personne. Qui doit représenter l’URSS ? Le secrétaire général ou le Président du Conseil ? Khrouchtchev ou Boulganine ? en 1955, à la conférence de Genève, le protocole suisse fait passer Boulganine devant, comme Président du Conseil. Mais lorsqu’ils remontent dans l’avion, Khrouchtchev arrête Boulganine et passe devant. C’est lui qui dirige…

Par la suite, les Soviétiques ont compris l’importance de la médiatisation et de l’opinion publique occidentale. Mais ils ne sont jamais très demandeurs : la rencontre au sommet est surtout une conception anglo-américaine. Cette conception a posé des problèmes, parfois. Après la rencontre entre Reagan et Gorbatchev à Reykjavik, les diplomates américains ont passé des mois à récupérer tout ce que Reagan avait lâché par imprudence.

Stanislas Jeannesson demande si, face aux difficultés de la vie quotidienne à Moscou qui ont été évoquées, il y a eu une solidarité des diplomates occidentaux.

GHS répond que oui. Il y avait une communauté occidentale à Moscou, non seulement entre diplomates des pays OTAN, mais aussi avec les Suisses, les Finlandais, les Suédois… Il existe une vraie sociabilité régulière. Le milieu était très concentré, faute de pouvoir vraiment se divertir ou se déplacer. Mais cela a donné lieu à ce que Georges Henri Soutou a parfois qualifié de « Kolkhoze intellectuel », qu’il y ait eu ou non des micros. Il y avait des échanges sur les expériences, les analyses (certains pays ont une expérience concrète de l’URSS, à cause d’anciens investissements de leurs nationaux, ou des événements de la deuxième guerre mondiale, comme la Finlande). Souvent, ces diplomates se recevaient entre eux, puisque c’étaient les seules mondanités possibles, et quelques ambassades avaient des datchas où les Occidentaux se retrouvaient le week-end.

Stanislas Jeannesson demande s’il y avait une méthode particulière pour négocier avec les Soviétiques, des instructions spéciales à ce sujet pour les diplomates en poste.

GHS répond qu’il n’y avait pas, à sa connaissance, d’instructions écrites particulières. Mais sous forme orale, certains conseils étaient donnés. Par exemple : faire attention à la vodka, aux femmes ; faire attention aux « amis russes », toujours d’une façon ou d’une autre manipulés par le KGB ; ne pas se laisser impressionner, être toujours patient, et également vigilant (le déplacement d’une virgule dans un texte peut signifier un changement de disposition des négociateurs soviétiques…). S’y ajoutaient des conseils techniques, sur la lecture de la presse, par exemple. Dans ce type de régime, où la presse est étroitement encadrée et ritualisée, il y a des codes à déchiffrer, donc un sens à des allusions qui demandent une bonne connaissance du pays, de ses pratiques, de ses codes (GHS donne des exemples : « danger venu d’une autre planète » est une allusion à la Chine, dans un article d’une revue scientifique en 1956).

Jenny Raflik revient, au sujet des instructions, sur une remarque du Professeur Soutou dans sa conférence. Les diplomates français à Moscou ont été invités, au début du septennat de Valéry Giscard d’Estaing, à se tourner vers d’autres interlocuteurs que les diplomates soviétiques habituels. Sait-on pourquoi ? Comment peut-on l’expliquer ?

GHS répond qu’Henri Froment-Meurice, qui évoque ces nouvelles instructions dans ses mémoires, ne les explique pas. Mais plusieurs pistes sont à étudier : un changement de l’Élysée, ou à Matignon ? Le rôle de certains universitaires est peut-être à envisager, comme celui de Jean-Claude Casanova qui était directeur de cabinet de Raymond Barre à Matignon, et connaissait beaucoup de soviétologues qu’il a ensuite retrouvés dans les cercles de Commentaire. Peut-être les services secrets ont-ils aussi eu une influence ?

Patrick Boureille s’interroge sur le rôle des services secrets, et sur leurs approches timides des Soviétiques en France, en comparaison avec la posture offensive des services soviétiques vers l’étranger.

GHS répond qu’il y a sans doute eu d’abord un problème d’effectifs et de moyens. Les services français pouvaient difficilement mener plus de 10 opérations de front.

Ensuite, les Soviétiques étaient très protégés à l’étranger. En Occident, les diplomates soviétiques ne circulaient jamais seuls, toujours en groupe. Ceux qui pouvaient circuler seuls étaient les agents des services secrets soviétiques, les plus fiables pour Moscou, les plus difficiles à retourner pour les Occidentaux. Quant aux délégations d’universitaires, de sportifs, de danseurs, d’acteurs, etc., elles étaient très surveillées, très encadrées.

Par ailleurs, les politiques occidentaux étaient très méfiants sur le retournement d’agents soviétiques. C’étaient des bombes médiatiques, qui pouvaient donner l’impression d’offrir à un politique plus de risques que d’avantages (ne pas compromettre la Détente avec une grosse prise). Un agent des services secrets russes qui retournait un Occidental était félicité, un Occidental qui faisait la même chose l’était moins…le seul exemple français connu est celui de l’affaire Farewell, sous François Mitterrand. Mais dans cette affaire, les récits qui nous sont donnés comportent beaucoup d’incohérences. On sait finalement peu de choses.

Pour un agent soviétique qui était retourné par un pays occidental, avec les fuites possibles, l’espérance de vie était assez faible. Un peu meilleure chez les Américains, mais faible…beaucoup de risques, donc peu de volontaires !

Françoise Noirant revient sur la réforme des services de transmission diplomatique en 1948. Les informations circulaient bien. Dans les archives tchécoslovaques qu’elle a consultées, elle trouve beaucoup d’informations sur la France. Qu’en était-il de l’infiltration du Quai d’Orsay par des agents soviétiques ?

GHS répond que les informations circulent toujours…parfois par maladresses. Il raconte des anecdotes : un marchand de marrons chauds vendant ses marrons dans des cornets de papier fabriqués avec des télégrammes diplomatiques, jetés à la poubelle au lieu d’être détruits par les huissiers ; un accord secret franco-américain qui s’envole par une fenêtre ouverte et se retrouve dans la rue. Les informations peuvent toujours circuler. Sur l’infiltration de l’administration, une secrétaire isolée est plus vulnérable (et plus rentable pour les services secrets) qu’un ambassadeur. Mais les cas délicats étaient réglés directement, pas sur la place publique comme chez les Anglo-Saxons.

Mais il y a deux choses distinctes : les Soviétiques avaient des informations de très bonne qualité, certes, mais il faut aussi pouvoir les exploiter. Et le système soviétique repose plus sur la quantité que sur l’expertise. Donc, tout est à relativiser.

Pour étudier ce problème, il n’y a pas vraiment de sources disponibles. Ces affaires ne se règlent pas devant des tribunaux, on n’en parle pas dans la presse. Il y a des choses dans les archives de l’inspection des postes, mais elles ne sont pas communicables aux chercheurs.

GHS fait une remarque sur l’affaire Dejean. Les Soviétiques ont fait une erreur en envoyant une femme auprès de Dejean. Il était favorable à un rapprochement entre la France et l’URSS et finalement, les Soviétiques ont stoppé la carrière d’un diplomate qui leur était favorable par conviction.

Alexandre Moreli Rocha évoque un article de Frank Costigliola paru dans la Revue Diplomatic History en 2010 sur les coulisses des ambassades anglo-américaines à Moscou en 1944-1946 : les diplomates, surtout George Kennan et Frank Roberts, auraient été déçus par la réalité et le quotidien qu’ils trouvèrent en URSS, et cette déception expliquerait aussi le « long télégramme ». Qu’en pense le professeur Soutou ?

GHS répond qu’il n’a pas lu l’article en question, mais qu’il connaît l’auteur. Il précise que Kennan connaissait bien le sujet, et qu’il n’a pas été « déçu » par les conditions de vie à Moscou, comme un enfant gâté. Il avait vu les pays baltes avant la guerre, Moscou pendant la guerre, le climat oppressant qui y régnait. Ce que l’on appelle le « long télégramme » de Kennan (http://www.gwu.edu/~nsarchiv/coldwar/documents/episode-1/kennan.htm) est une très bonne analyse, de nature politique, par un bon expert.

Lorenzo Delgado demande quel a été le rôle des dirigeants du PCF : ont-ils joué un rôle d’information supplémentaire sur l’URSS pour les dirigeants français ?

GHS répond qu’il n’y avait pas de contacts entre le PCF et les diplomates français à Moscou. Les amitiés de la Résistance ont été rompues avec la guerre froide, en France, ce qui n’a pas été le cas en Italie où les relations étaient plus souples. D’autre part, il semble que le PCF n’ait pas été pour l’URSS un instrument de connaissance de la politique française. Les Soviétiques préféraient des sources non communistes, d’autres agents.

Noël Bonhomme demande ce qu’il en était de l’analyse des diplomates français sur la Chine.

GHS répond que le débat URSS-Chine n’a pas été bien compris en France. L’univers communiste est déjà complexe. L’univers chinois est encore plus complexe. Le mélange des deux est très difficile à aborder. Les Etats-Unis ont essayé de comprendre le système, le débat, ses enjeux. Les Français ont compris l’importance de ce phénomène, mais ils n’avaient pas les moyens humains de le conceptualiser.

Emilia Robin

Histoire de la guerre froide, humanités numériques, linux, médiation scientifique

More Posts


Publié par

Emilia Robin

Histoire de la guerre froide, humanités numériques, linux, médiation scientifique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.