Séminaire, année 2012-2013

Chers amis, chers collègues, malgré plusieurs mois d’inactivité, dû à des problèmes familiaux, notre séminaire va reprendre cet automne, et ce site sera bientôt mis à jour. Merci pour votre soutien, et à bientôt!

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

L’environnement à l’Est : identités et territoires

Séminaire de recherche : «L’environnement à l’Est : identités et territoires»

Novembre 2012-juin 2013

EHESS (salle 9, 105 bd Raspail 75006 Paris)

 

Les sociétés «socialistes» et «communistes» ont partagé avec les pays occidentaux, à des rythmes et avec une ampleur variables, une même matrice de développement industrialiste, scientiste et techniciste, née au XIXe siècle.

Au cours du XXe siècle, les pays et les empires autoritaires, à l’économie planifiée et se revendiquant de l’idéologie communiste ont-ils développé un rapport particulier aux ressources naturelles, aux aléas et aux catastrophes, à l’environnement en général? Comment les États et les sociétés qui en sont les héritiers font-ils face aujourd’hui à une crise environnementale devenue multiforme et globale : conséquences des catastrophes (Kychtym, Tchernobyl, Aral…) ; inégalités environnementales ; pollutions industrielles ; risques naturels et technologiques ; changement climatique, etc.?

À l’approche historique développée ces dernières années, s’ajoutera la volonté d’aborder ces territoires dans une double perspective, celle d’espaces socialement construits par des acteurs et des stratégies et celle d’espaces structurants pour l’action publique. Les séances s’organisent autour d’interventions portant principalement sur l’Europe centrale et orientale, la Russie, les ex-républiques soviétiques du Caucase et de l’Asie centrale, la Mongolie, la Chine, etc.

Elles s’appuient sur des présentations de travaux en cours et des films documentaires.

Des lectures préparatoires et la participation active aux débats sont attendues.

Ce séminaire est ouvert à tous les étudiants de Master (6 ECTS pour l’année).

16 novembre

Présentation générale et présentation de Marc Elie, CERCEC/CNRS : «Introduction aux questionnements d’histoire environnementale à l’Est»

 

30 novembre

Katrin Jordan, ZZF Potsdam : «Tchernobyl et les médias. Le débat public sur ‘Tchernobyl’ dans l’espace médiatique de la République fédérale d’Allemagne et de la France 1986-1991»

 

7 décembre

Yves Luginbühl, directeur de recherche au CNRS, UMR LADYSS : «Les rapports sociaux au paysage au rythme des crises : l’exemple de l’Europe centrale»

lecture : http://www.cnrseditions.fr/Geographie/6636-la-mise-en-scene-du-monde-yves-luginbuhl.html

L’analyse des sens que les sociétés européennes ont donnés au paysage révèle le rôle essentiel qu’ont joué les grandes crises, politiques, économiques, sociales et écologiques. Celles-ci ont en effet modifié les représentations que se construisent des paysages les populations de l’Europe et permettent de comprendre la trajectoire sémantique, symbolique et esthétique des mots équivalents au terme paysage dans les diverses langues européennes. En revenant sur ces crises, l’exposé mettra l’accent sur la crise du système collectiviste dans les pays d’Europe centrale, la Hongrie et la Pologne en particulier.

 

21 décembre

Nicolas Crosnier, Université Paris VIII : «Politiques urbanistiques et discours écologique dans la péninsule de l’Absheron (Azerbaïdjan»

 

18 janvier

Katiana Le Mentec, LESC, CNRS/Paris Ouest Nanterre La Défense : «Faire face aux ruptures après la construction du barrage des Trois Gorges. Aperçu de modalités de résilience à Yunyang (Chongqing, Chine)»

 

1er février

Présentation et discussion du film documentaire «1937 : Les Soviétiques au pôle Nord», Christian Klemke et Andreas Christoph Schmidt, Allemagne, 2009, 55′ (http://iconotheque-russe.ehess.fr/film/1091/)

 

15 février

Guillaume Lacquement, Université de Perpignan : «Le paysage comme patrimoine: répertoires culturels et politiques d’aménagement rural dans les Nouveaux Lander»

Lecture : (à paraître) Guillaume Lacquement, Karl Martin Born, Béatrice von Hirschhausen (éd.), Réinventer les campagnes en Allemagne, Paysage, patrimoine et développement rural, Paris, ENS Éditions, coll. Sociétés, Espaces, Temps, 2012

 

1er mars

Laurent Touchart, CEDETE Université d’Orléans : «La Russie et le changement climatique, une nouvelle géographie du froid»

Lecture : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=35319

 

29 mars : tbd

 

5 avril

Andrei Stepanov, European Humanities University, Minsk/ Vilnius, boursier FMSH/Braudel : «Comment faire entrer les sciences en régime autoritaire? Les controverses scientifiques et débats politiques autour de la construction d’une centrale nucléaire en Biélorussie»

 

19 avril

Denis Shaw, University of Birmingham : «The Stalin Plan for the Transformation of Nature, 1948-53»

 

Les séances de mai et juin seront annoncées ultérieurement.

 

Contacts :

Séminaire animé par Laurent Coumel (docteur en histoire, chercheur associé au CERCEC; l.coumel@free.fr), Marc Elie (chargé de recherche au CNRS/CERCEC; marc.elie@cercec.cnrs.fr), Marie-Hélène Mandrillon (ingénieure d’études au CNRS/CERCEC; marie-helene.mandrillon@ehess.fr) et Marie-Claude Maurel (directrice d’études à l’EHESS/CERCEC; maurel@ehess.fr).

Renseignements : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/839/

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Les Américains à Paris dans les années 1950-1960

Élisa Capdevila soutiendra sa thèse de doctorat (IEP de Paris) sur le sujet suivant :

Les Américains à Paris dans les années 1950-1960

Le 5 décembre 2012 à 9h30

Lieu : Sciences Po Paris, salle François Goguel, 56 rue des Saints-Pères, 75007 Paris

Jury : Éric de Chassey, Yvan Combeau, Jean-François Sirinelli (directeur de recherche), Tyler Stovall, Ludovic Tournès

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Que reste-t-il de l’Union soviétique dans la Russie d’aujourd’hui ?

Que reste-t-il de l’Union soviétique dans la Russie d’aujourd’hui?

18 novembre 2012

Bordeaux

 

(programme des conférences publiques dans le cadre du Congrès biannuel de l’Association Française des Russisants. Pour l’ensemble du programme, voir http://www.afr-russe.fr/spip.php?article2844)

  • Svetlana Séville, maître de conférences à l’université Michel-de-Montaigne/Bordeaux 3, CERCS (Centre d’études et de recherches sur les civilisations slaves) : «Héritage soviétique du russe contemporain»
  • Valéry Kossov, maître de conférences à l’université de Grenoble III : «Les vestiges soviétiques dans le discours politique russe contemporain»
  • Ronan Hervouet, maître de conférences à l’Université de Bordeaux 2 (Laboratoire Centre Emile Durkheim) : «La tradition soviétique des subbotniki dans la Biélorussie de Loukachenko»
  • Natalia Noussinova, écrivain et historienne du cinéma, directrice de recherche au NIIK /VGIK (Ecole du cinéma de Moscou) : «L’enfance soviétique : souvenir ou mythologie»
  • Nikolaï Aleksandrov, maître de conférences à la faculté de journalisme de l’Université d’Etat de Moscou : «Les écrivains dans l’espace post-idéologique : le «soviétique» comme phénomène dans le débat sur l’art et la littérature» (en russe)
  • Svetlana Moskvitcheva, maître de conférences à l’université de l’Amitié des Peuples, Moscou : «Entre le tragique et le comique de la vie quotidienne : l’anecdote comme fait culturel russe du XX siècle»
  • Katia Metelizza, journaliste, chroniqueur sur les faits de société au journal Nezavissimaïa Gazeta et auteur des livres Nouvel abécédaire russe (prix «Ostap d’or» 1998), Nouveau livre de cuisine russe, L’Abécédaire de la vie : «La place du «soviétique» dans les traditions culinaires russes» (en russe)
  • Eugénie Zvonkine, maître de conférences en études cinématographiques à l’université de Paris-VIII : «La critique cinématographique contemporaine et l’héritage du réalisme socialiste» (vidéo, sous réserves)

N.B. Les interventions en russe seront traduites en français.

L’ordre des interventions sera précisé ultérieurement.

Lieu des interventions : Amphithéâtre du musée d’Aquitaine, Bordeaux (20 cours Pasteur, tramway B, arrêt : Musée d’Aquitaine).

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

La construction et l’instrumentalisation de l’idée nationale pendant le régime communiste de Roumanie (1948-1971)

M. Petru Rusu soutiendra sa thèse de doctorat (cotutelle Université de Paris 4/ Babes-Bolyai) sur le sujet suivant :

La construction et l’instrumentalisation de l’idée nationale pendant le régime communiste de Roumanie (1948-1971)

mardi 13 novembre 2012 à 14h00 à l’Université de Babes-Bolyai, Roumanie

En présence du jury :

  • M. BARRAT (PARIS 2)
  • M. BLED (PARIS 4)
  • M. CIPAIANU (B. Bolyai)
  • M. GRANDHOMME (Strasbourg)
  • M. SUCIU (Ac. Roum.)
  • M. TARAV (B. Bolyai)

Résumé :

La perception de la communauté humaine construite par l’écrivain Ayn Rand intégrait le principe selon lequel une culture ne peut exister sans un courant permanent des idées, sans les «esprits indépendants» pour le soutenir, vu que l’être humain a impérativement besoin d’un espace de référence, une vision globale de l’existence – quelque rudimentaire qu’elle soit, en assurant les repères de la conscience sociale, en argumentant le bien et le mal, en justifiant les actions et un code de valeurs intrinsèques.

Cette prémisse génère les hypothèses de recherche de notre thèse, le palier épistémique général visant à identifier la grille fonctionnelle inhérente au régime totalitaire/marxiste-léniniste de Roumanie, impliquée dans la structuration du milieu intellectuel et dans l’inculcation d’une nouvelle identité nationale référentielle et adaptée aux principes idéologiques.

En ce sens, les interrogations de base proposent un sujet peu étudié dans l’historiographie relative au contexte politique et culturel d’après la Seconde Guerre Mondiale : y-avait-il un discours identitaire créé dans l’espace de recherche, intrinsèque dans la «nouvelle culture socialiste» construite par l’idéologie communiste? La différenciation du discours schématique officiel, caractérisé par une simplicité intelligible pour les masses «prolétariennes», a-t-elle donné au discours théorique sur l’idée de nation (nationalisme, spécificité de la communauté nationale et traditions culturelles) les fonctions d’extension/application des prémisses idéologiques définitoires? Les normes du milieu intellectuel, déterminées par les effets totalitaires et destructeurs de la «dictature du prolétariat», mises en contraste avec les valeurs culturelles et scientifiques des régimes libres et démocratiques, ont mis en oeuvre un modèle de comportement qui dépend des intérêts politiques du parti-État.

Ainsi, notre thèse reconstruira-t-elle le cadre institutionnel pour l a création du discours national-identitaire, analysera les étapes de formation et les thèmes récurrents, les modèles de transformation conceptuelle des phrases clés extraites de la pléthore du phénomène national rendra la relation des acteurs impliqués dans l’établissement de l’identité nationale.

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Guerre et Environnement au XXe siècle

Séminaire Guerre et Environnement au XXe siècle

Janvier-juin 2013

Paris

 

Responsable : Fabien Locher, CNRS-EHESS, Centre de Recherches Historiques (flocher@ehess.fr)

Dates : 3e mercredi du mois de 15h00 à 17h00, du 16 janvier au 19 juin 2013

Lieu : EHESS, 190 avenue de France 75013 Paris :

  • salle 527 (séances du 16 janvier, 17 avril, 15 mai, 19 juin)
  • salle 3 (RdC, séances du 20 février et 20 mars).

Ce séminaire se propose d’étudier les rapports qu’entretiennent guerre et environnement au XXe siècle. Jusqu’ici cette question a peu retenu l’attention des historiens. Pourtant ces rapports, considérés au sens large, ont constitué au cours de cette période un opérateur majeur de reconfiguration de la biosphère et des liens Nature/Société. Ils ont dans le même temps contribué à façonner le champ et les modalités de l’agir militaire.

Les conflits et leur préparation ont transformé les environnements en profondeur : effets directs des combats; extraction effrénée des ressources; territoires en «état d’exception» environnemental (zones d’essais d’armement, usines et bases militaires échappant aux régulations communes, no man’s land sous contrôle militaire constituant de facto des zones de préservation). C’est aussi notre connaissance de l’environnement qui a en grande partie été façonnée en situation de conflit. Pendant la Seconde Guerre mondiale puis la guerre froide la Terre, transformée en champ de bataille, a été cartographiée, sondée, modélisée pour être maîtrisée en tant qu’espace d’évolution des troupes, des sous-marins, des vecteurs nucléaires. Ce formidable mouvement a été à l’origine des «sciences du système-Terre» contemporaines; il a catalysé l’émergence du diagnostic sur le changement climatique et des premiers projets de géo-ingénierie. Après 1945 l’écologie scientifique, elle aussi, a été reconfigurée par les rationalités savantes et les nouveaux enjeux issus de la guerre froide.

L’expertise environnementale contemporaine a émergé sous le signe de l’affrontement militaire entre les blocs. Les guerres chaudes et froides du XXe siècle ont également été décisives en matière d’inventaire, d’exploitation, de conservation et d’usage des ressources naturelles. Les deux conflits mondiaux ont suscité de vastes schémas d’approvisionnement se déployant à l’échelle des nations, des empires coloniaux et du globe tout entier. Après 1945 la «course aux ressources» s’est intensifiée, dans une situation géopolitique de conflictualité et d’instabilité chronique liée à la guerre froide et la décolonisation.

Dans ce contexte les institutions militaires et les acteurs industriels vivant en symbiose avec elles ont joué un rôle décisif pour orienter, théoriser, accompagner et imposer des politiques de recherche et de captation des ressources qui ont transformé les environnements et les sociétés à l’échelle globale. L’environnementalisme moderne s’est lui-même affirmé en lien avec les menaces suscitées par la guerre froide. Au péril atomique a répondu l’émergence d’une réflexivité nouvelle quant aux conséquences potentiellement tragiques, globales et définitives de l’agir humain. L’essor de l’environnementalisme politique, dans les années 1960-1970, s’est fait dans un contexte où «protection de la Nature», pacifisme et critique des guerres illégitimes (impérialistes, coloniales) étaient mis en rapport et revendiqués d’une même voix. Ces éléments sont loin d’épuiser la question des rapports entre guerre et environnement au XXe siècle : à titre d’exemple elle pourra aussi être abordée à partir de l’analyse historique des représentations (de la Nature, de l’ennemi), d’une entrée par la question animale (place des animaux dans les conflits, interactions entre les technologies d’éradication et les technologies militaires), de l’étude de la diplomatie environnementale analysée dans son lien aux enjeux militaires.

 

Séance du 16 janvier 2013

Fabien Locher : Introduction générale, présentation du séminaire

 

Séance du 20 février 2013

Gabrielle Hecht (University of Michigan) : Le prix de la souveraineté : l’uranium françafricain

 

Séance du 20 mars 2013

Paul Edwards (University of Michigan) : Cold War and carbon knowledge: the strange relations of climate science and nuclear weapons research

 

Séance du 17 avril 2013

Sandrine Revet (IEP de Paris) : Guerre froide et catastrophes naturelles : de la prédiction à la préparation

 

Séance du 15 mai 2013

Matthias Dörries (Université de Strasbourg) : Chilly computations: Cold war and nuclear winter

 

Séance du 19 juin 2013

Gene Tempest (Yale university), à confirmer : Pour une histoire environnementale de 1914-1918: Le cas des chevaux aux armées

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Images de l’Autre en Europe centrale et orientale. Continuité et changement des perceptions réciproques entre 1968 et 1989

Bilder vom ‘Anderen’ in Mittel- und Osteuropa. Kontinuität und Wandel wechselseitiger Wahrnehmungen zwischen 1968 und 1989 [Images de l’Autre en Europe centrale et orientale. Continuité et changement des perceptions réciproques entre 1968 et 1989]

15-17 November 2012

Deutsches Historisches Institut, Palac Karnickich, Aleje Ujazdowskie 39, 00-540 Warszawa

 

Deutsches Historisches Institut Warschau (DHI Warschau); Europäisches Netzwerk Erinnerung und Solidarität (ENRS); Institut für Politische Studien der Polnischen Akademie der Wissenschaften (ISP PAN); Technische Universität Chemnitz (TU Chemnitz); Institut für Kultur und Geschichte der Deutschen in Nordosteuropa e.V. (IKGN) an der Universität Hamburg-Nordost-Institut

Die beiden Jahrzehnte zwischen der Niederschlagung des Prager Frühlings 1968 und dem Fall der kommunistischen Regime in Mittel- und Osteuropa 1989 waren von einer Vielfalt politischer, sozialer, kultureller, religiöser und anderer Vorstellungen geprägt, die einerseits von innergesellschaftlichen Entwicklungen, andererseits aber auch durch Ereignisse in den Nachbarländern beeinflusst wurden. Wachsende grenzüberschreitende Eindrücke und Erfahrungen-innerhalb der Gesellschaften und darüber hinaus-führten zu einer allmählichen Horizonterweiterung und einer Ausdifferenzierung von Denk- und Verhaltensweisen sowie zu einer entsprechend komplexeren Wahrnehmung fremder Positionen. Auf der Konferenz sollen diese Veränderungen der “Bilder vom Anderen” sowohl im eigenen Land als auch gegenüber dem Ausland nachgezeichnet werden. Mit dem Begriff des “Anderen” sind soziale Schichten, Gruppen und Individuen gemeint, die für den jeweiligen Betrachter relevant waren. Dies gilt sowohl für Mitglieder derselben Gesellschaft als auch für Angehörige anderer Nationen-sei es innerhalb des eigenen Bündnisses oder über den Eisernen Vorhang hinweg. Die Konferenz soll die Vielschichtigkeit der diesen Bildern und ihren Veränderungen zugrundeliegenden gesellschaftlichen Kommunikations prozesse zeigen wie auch die Mannigfaltigkeit an Kontakten staatlicher und nichtstaatlicher Akteure etwa in den Bereichen Kultur, Medien, Politik, Wirtschaft, Bildung und Sport dokumentieren. Ein besonderes Augenmerk der Tagung gilt dem Kulturtransfer über System- und Landesgrenzen hinweg.

Insbesondere mit Hilfe der Perspektive “von unten” sollen gesellschaftliche Kontakte und Begegnungen untersucht werden, bei denen langlebige Bilder und kulturelle Muster interferierten. Im Ergebnis erhoffen wir uns neue Erkenntnisse über das Leben und die Weltsicht der europäischen Nationen im Kalten Krieg.

Donnerstag, 15. November 2012

Begrüßung und Einführung

16.00-16.05-Ruth Leiserowitz, stellvertretende Direktorin des DHI Warschau; Rafal Rogulski, Direktor des Sekretariats des Europäischen Netzwerks Erinnerung und Solidarität : Begrüßung
16.05-16.15 Burkhard Olschowsky, Wanda Jarzabek, Jens Boysen : Einführung in das Tagungsthema

16.15-18.15 Panel 1-Politische und soziale Bilder im Europa des späten Kalten Krieges

Vorsitz: Piotr Madajczyk, ISP PAN

  • Stefan Garsztecki, Technische Universität Chemnitz: Die Solidarnosc zwischen Bedrohung und Aufbruch: Perzeption in Ostmittel- und Osteuropa
  • Gunter Dehnert, Katholische Universität Eichstätt: Modernisierung und Entideologisierung in der polnischen Opposition
  • Pierre Frédéric Weber, Universität Stettin: Westdeutscher Revisionismus in Ostmitteleuropa (1968-1989). Zur Normativität und Delegitimierung eines politischen Leitdiskurses
  • Robert Brier, DHI Warschau: The fall and rise of totalitarianism: East-West exchanges on human rights, Communism and Peace

Kommentar: Jens Boysen, DHI Warschau

18.00-18.30 Kaffeepause

18.30 Festvortrag-Georges Mink, Warschau/Paris (angefragt)

20.00 Empfang im DHI

 

Freitag, 16. November 2012

09.00-10.45 Panel 2-Freunde, Feinde, Nachbarn: Zur Evolution ‘nationaler’ Beziehungen

Vorsitz: Jens Boysen, DHI Warschau

  • Csaba G. Kiss, Lorand Eötvös-Universität Budapest: Das ungarische Tschechenbild nach 1968
  • Elena Glushko, Moskau: “Czechs were our hope”: Image of Czechoslovakia in the Soviet Union in the year 1968 and after
  • Christie Miedema, Duitsland Instituut Amsterdam/Universiteit Amsterdam: The Western Left and opposition under socialism: misunderstandings, disagreements and a dialogue ‘from below’
  • David Tompkins, Carleton College, Northfield/Minn.: A Special Enemy: The Image of Israel in Central Europe after 1967

Kommentar: Burkhard Olschowsky, ENRS

10.45-11.00 Kaffeepause

11.00-12.30 Panel 3-Reisen und Handeln: “Freundschaftliche” Begegnungen im sozialistischen Lager

Vorsitz: Ruth Leiserowitz, DHI Warschau

  • Sönke Friedreich, Institut für Sächsische Geschichte und Volkskunde, Dresden: DDR-Touristen im sozialistischen Ausland
  • Daniel Logemann, Museum des Zweiten Weltkriegs, Danzig: Leipziger Urlauber in Volkspolen-zwischen sozialistischem Urlaubsidyll und “polnischer Konterrevolution”
  • Piotr Woloszyn, Europa-Universität Viadrina/Collegium Polonicum, Frankfurt (Oder)-Slubice: Handel zwischen dem stationierten sowjetischen Militär und der Zivilbevölkerung in Polen und in der DDR im Vergleich

Kommentar: Jerzy Kochanowski, Universität Warschau

12.30-14.00 Mittagspause

 

14.00-15.45 Panel 4-Die Medien als Vermittler von Bildern

Vorsitz: Wanda Jarzabek, ISP PAN

  • Karolina Pietras, Universität Nancy/Paris: The Polish crisis of the 1980s in West German and French media
  • Oleg Rjabov, Ivanovo State University: The West and the East in the caricature of the Polish SOLIDARITY
  • Rüdiger Ritter, Universität Bremen: Die ehemaligen polnischen Ostgebiete in der Wahrnehmung der oppositionellen polnischen Publizistik im Zeitraum von ca. 1970 bis 1989

Kommentar: Ruth Leiserowitz, DHI Warschau

15.45-16.00 Kaffeepause

16.00-17.45 Panel 5-Kunst, Kultur und Gender als Faktoren grenzüberschreitender Verbindungen

Vorsitz: Maren Röger, DHI Warschau

  • Marianne Rostgaard, Department of Culture and Global Studies, Universität Aalborg: Danish-Polish cultural exchange c. 1965-1985 and European détente
  • Elena Korowin, Wien: Kunstausstellungen als Mittel der Diplomatie. Eine Untersuchung der sowjetischen Ausstellungen in der Bundesrepublik 1970-1990
  • Eva Schäffler, Universität Salzburg: Geschlechterverhältnisse in der BRD im Spiegel der DDR-Frauenzeitschrift “Für Dich”

Kommentar: Dominik Pick, ENRS

19.00 Abendessen (gemeinsam)

 

Samstag, 17. November 2012

9.30-12.00 Panel 6-Wandlungen innergesellschaftlicher Gruppenbeziehungen

Vorsitz: Burkhard Olschowsky, ENRS

  • Silvia Petzoldt, Friedrich-Schiller-Universität Jena: Selbst- und Fremdbeschreibungen deutscher und ungarischer Minderheitenschriftsteller im kommunistischen Rumänien
  • Sybille Reinke de Buitrago, Institut für Friedensforschung und Sicherheitspolitik an der Universität Hamburg: Cross-Border Othering in the GDR and FRG: An Empirical Analysis of National versus Personal Perspectives
  • Hella Dietz, Georg-August-Universität Göttingen: Die Genealogien der Aufbegehrenden: Vom Wandel der Bilder des jeweils Anderen bei Linkskatholiken und oppositionellen Linken in Polen nach 1968
  • Andrzej J. Kutylowski, Universität Oslo: ‘Us’ versus ‘them’ in Poland, from the ‘SOLIDARITY’ breakthrough to the onset of quasi-parliamentarism (1980-1990)

Kommentar: Wanda Jarzabek, ISP PAN

12.00-12.15 Kaffeepause

12.15-13.30 Abschlussdiskussion

13.30 Ende der Tagung/Verabschiedung

 

Kontakt:

Dr. Jens Boysen (boysen@dhi.waw.pl)
Deutsches Historisches Institut Warschau
Palac Karnickich
Aleje Ujazdowskie 39
00-540 Warszawa
Tel. + 48-22-525-83-12

Flyer (deutsch) zur Konferenz: http://www.dhi.waw.pl/fileadmin/user_upload/_temp_/Flyer_DE_01.pdf

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

War Children in the Post-war

War Children in the Post-war: A West-East perspective on child policies, child experiences and war childhood remembrance cultures in Europe since 1945

13-15 December 2012

Vienna, Polish Academy of Sciences

 

This international conference is organized by: Dr. Machteld Venken, Ludwig Boltzmann Institute for European History and Public Spheres and
Dr. Maren Röger, German Historical Institute Warsaw

The event is sponsored by the following institutions:

  • Ludwig Boltzmann Institute for European History and Public Spheres, Vienna
  • German Historical Institute Warsaw
  • Polish Academy of Sciences, Vienna
  • Zukunftsfonds der Republik Österreich, Vienna
  • FWF. Der Wissenschaftsfonds, Vienna

Thursday, 13 December

 

09:00-10:00: Welcome notes

  • Mag. Claudia Lingner, Managing Director of the Ludwig Boltzmann Gesellschaft
  • Prof. Dr. Bogus?aw Dybas, Director of the Polish Academy of Sciences
  • Dr. habil. Ruth Leiserowitz, Research Director of the German Historical Institute in Warsaw

Introduction : Maren Röger and Machteld Venken

10:00-10:45: Keynote I

Tara Zahra: The Lost Children. Reconstructing Europe´s Families After World War II

11:00-13:00: Panel I: Comparing child experiences in East and West

  • Lu Seegers: “Living with A Dead Dad”. Experiences, Memories and Interpretations of Fatherless War Children in Germany and Poland
  • Anna Wylegala: Children’s experience of the deportation and cultural adaptation: comparative study of biographical narratives from Poland and Ukraine
  • Machteld Venken: Children´s War Experiences in European Border Regions

Commentary: Tara Zahra

13:00-14:30: Lunch

14:30-17:30: Panel II: Competition for war children I: Nationalization

  • Johannes-Dieter Steinert: Who are the displaced children? Child forced labourers from Poland and SU
  • Iris Helbing: Polish Displaced Children under protection of UNRRA
  • Beata Halicka: Children’s everyday life in Western Poland in the early post-war – methodological remarks on the work with written memories
  • Ruth Leiserowitz: Children as Objects of Desire. The Soviet Repatriation Policy 1944-1959

Commentary: Bengt Sandin

18:30: Dinner

Friday, 14 December

 

10:00-10:45: Keynote II

Bengt Sandin: The war time experience – neutrality – and building of welfare for children in Sweden

11:00-13:00: Panel III: Competition for war children II: International framework

  • Michal Shapira: Psychoanalysis and Jewish Child Survivors
  • Christina Norwig: The ideological competition for the war children: The European Youth Campaign 1951-1958 in the context of European integration and Cold War
  • Stefania Bernini: Postwar Family Policy in Italy, Poland and Great-Britain. A Comparison

Commentary: Machteld Venken

13:00-14:30: Lunch

14:30-17:30: Panel IV: Perpetrators’ children – child perpetrators

  • Barbara Stelzl-Marx: Occupation children in Austria
  • Maren Röger: Occupation children in West and Eastern Europe
  • Gregory Weeks: Giving Meaning to a Wartime Childhood in the Post-World War II Era. The Case of Herbert L.
  • Dorothy Mas: Confronting the Past: The Nationalpolitische Erziehungsanstalten in Post-War and Contemporary Memory

Commentary: Johannes-Dieter Steinert

18:00-19:00: Keynote III – Public Lecture

Joanna Michlic: What Does A Child Remember? The Recollections of the War and the Early Post-War Period Amongst Child Survivors From Poland

20:00: Walking Dinner

 

Saturday, 15 December

09:00-10:30: Panel V: War Children and Religion

  • Sarah Van Ruyskensvelde: A school trip down memory lane … Catholic education, pupils’ memory and World War II; the case of Belgium.
  • Martha Ansilewska: Jewish Children in a Polish Catholic Surrounding

Commentary: Joanna Michlic

11:00-12:30: Panel VI: Patterns of Cultural Remembrance in East and West

  • Ulrike Präger: ‘Musicking’ Children from the Bohemian Borderlands: Hidden and Nurtured Musical Practices on Both Sides of the Iron Curtain
  • Ann Holian: Children and War in Postwar European films

Commentary: Muriel Blaive

12:30-13:00: Final Remarks : Maren Röger and Machteld Venken

 

Contact:

Machteld Venken (machteld.venken@ehp.lbg.ac.at)
Nußdorfer Straße 64, 4. Stock
1090 Wien
0043 1 5134068-21
0043 1 5134068-30

Conference website: http://ehp.lbg.ac.at/en/conference-2012

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Social Movements and the Change of Economic Elites in Europe after 1945

Social Movements and the Change of Economic Elites in Europe after 1945

8-9 November 2012

Institut für soziale Bewegungen, Clemensstr. 17-19, 44789 Bochum

 

In post-Second World War Europe, the elimination of the remains of the National Socialist hegemony was an omnipresent question. For the Central Powers, the implementation lay in the hands of the Allied occupying forces. They organised the process of denazification and the establishment of a new economic order. In countries without military occupation, there was a deep gap between the new governmental forces and the former collaborators. In both cases, social movements which were formed by anti-fascists on the left of the political spectrum assumed the task of social reorganisation. Trade unionists were prominent amongst them. Their actions were directed against war criminals, war profiteers and former Nazi supporters. Moreover, in many cases, political activists did not only adopt anti-fascist but also anti-capitalist positions.

In our context, “social movement” is used as an analytical term. In the conpemtorary discussion, it was mostly absent (especially in the German-speaking countries) because of its use by the National Socialists (German: die Bewegung or Volksbewegung). In other countries such as France, the term was used as other movements had emerged during the war, for instance the mouvement de libération nationale in 1940.

The post-war movements formed spontaneously and were highly diverse. Their form of organisation were commissions and committees such as the comités d’épuration in France or the Antifaschistische Kommissionen in Germany. Special groups were factory committees or works councils that aimed at establishing the worker’s power within the companies. Sometimes the seizure of power extended to the judicial sector when lay judges were appointed for the prosecution of collaborators. Many of these social movements envisioned a political order that went beyond the re-establishment of pre-war liberal-democratic regimes.

Thursday, 8 November

 

14.30 – Welcome programme

15.00 – Stefan Berger / Marcel Boldorf (Bochum): Introduction

Session 1: Germany

  • 15.20 – Till Kössler (Bochum): Worker´s protest movements and trade union politics in West Germany, 1945-1951
  • 15.40 – Marcel Boldorf (Bochum): Social movements and the change of business elites in East Germany

16.00 – Discussion of session 1

16.30 Coffee break

Session 2: Western and Southern Europe

  • 17.20 – Xavier Vigna (Dijon): France after 1945 : When a left-wing government tried to control the social movement
  • 18.00 – Rik Hemmerijckx (Sint-Amands): Social movements and the change of economic elites: the Belgian case

18.20 – Discussion of session 2

 

Friday, 9 November

 

Session 3: Eastern Europe

  • 9.30 – Jaromír Balcar/Jaroslav Kucera (Bremen/Prag): Social movements within a “National Revolution”: Czechoslovakia after 1945
  • 9.50 – Tanja Penter (Hamburg): Rebuilding the Donbass – the impact of Nazi-Occupation on workers, engineers and the economic development of the postwar Soviet Union in late Stalinism

10.10 Discussion of Session 3

10.40 Coffee break

Session 4: Northern Europe

  • 11.00 – Niels Wium Olesen (Aarhus): Change or return to normalcy. The Danish transition from war to peace
  • 11.20 – Harald Espeli (Oslo): Political radicalization and social movements in liberated Norway (1945-1947)

11.40 – Short Discussion of the two papers
Session 4: Northern Europe (continued)

  • 14.30 – Niklas Jensen-Eriksen (Helsinki): Continuity and change: New social movements and traditional economic elites in postwar Finland
  • 14.50 – Lars Ekdahl (Södertörn): The Swedish labour movement and post-war radicalisation

15.10 – Discussion of session 4

Session 5: Non-occupied countries

  • 15.50 – Marc Prat Sarbatés (Barcelona):Economic elites and labour movement under surviving fascism: Spain in the 1940s
  • 16.10 – Peter Ackers (Loughborough): Saving British social democracy? Hugh Clegg, the Oxford School of academic Industrial Relations and the 1965-68 Donovan Commission on Trade Unions and Employers Association

16.30 – Discussion of Session 5

17.00 – General discussion: European patterns of post-war recovery

17.30 – Final announcements (Stefan Berger/Marcel Boldorf)

 

Contact:

Marcel Boldorf (marcel.boldorf@rub.de)
Lehrstuhl Wirtschafts- und Unternehmensgeschichte, Ruhr-Universität
Bochum, 44780 Bochum
0234/3224660

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Germany and Eastern Europe

Germany and Eastern Europe

3-6 October 2013, Denver        

Deadline: December 1st, 2012

 

Call for papers: “Germany and its Eastern European Neighbors,” linked panel series for 20th/21st-Century historians, German Studies Association meeting, October 3 – October 6, 2013, in Denver, Colorado.

Since the collapse of Soviet Communism in 1989, a rich historical literature has emerged on Germany’s relationship with Eastern Europe over the twentieth century. In North America and Europe, historians have been engaged in a wide range of questions about German imaginations and practices in the region. Our thinking about German nationalism, violence, colonialism, memory, migration, diaspora, Jewish history — among many other themes — has been enriched by this growing field of twentieth-century German history. Dolores L. Augustine and Michael Meng, the two 20th/21st-Century History program coordinators, request informal proposals for panels, roundtables, or papers that address Germany’s relationship with Eastern Europe.

Please send proposals by December 1, 2012 to Prof. Michael Meng at mmeng@clemson.edu or Prof. Dolores L. Augustine at augustid@stjohns.edu.

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

L’espace et le temps dans un régime autoritaire. La Tchécoslovaquie 1948-1989

Roman Krakovsky (université Paris 1, dir. Antoine Marès) soutiendra sa thèse de doctorat intitulée

L’espace et le temps dans un régime autoritaire. La Tchécoslovaquie 1948-1989

le 3 décembre 2012 à 15h00

Lieu : Salle Duroselle – Galerie Dumas – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – 1 rue Victor Cousin – 75005 Paris (France)

Jury :

Alain BLUM (EHESS)
Paul GRADVOHL (Nancy 2)
Marie-Claire LAVABRE (CNRS)
Antoine MARES (Paris 1)
Pascal ORY (Paris 1)

Résumé :

Ce travail analyse les conceptions socialement dominantes de l’espace et du temps d’un régime autoritaire moderne, le communisme tchécoslovaque (1948-1989). Il cherche à définir les spécificités de la gestion du temps et de l’espace par celui-ci, à montrer comment ce processus contribue à la naissance d’une nouvelle société socialiste et participe à la construction du lien social au quotidien. Avec les méthodes de la socio-histoire, le travail analyse la représentation, la perception et le vécu des principaux cadres sociaux : le temps linéaire et le temps cyclique, l’espace public et l’espace privé, et l’espace-temps politique. Dans la période fondatrice de la démocratie populaire, nous assistons à la transformation radicale de ces cadres, posant les bases d’un nouveau contrat social (1945-1958). Le régime construit un cadre temporel prospectif, fondé la compression et l’accélération du temps. Les démarcations entre le public et le privé se déplacent au détriment du privé. Le rapport au politique se construit par la ritualisation des interactions sociales. Face aux difficultés à imposer ces nouveaux cadres dans la durée, le régime réduit l’horizon de ses attentes. Du contrôle de l’espace et du temps, on se dirige progressivement vers leur autonomisation (1958-1973). Le constat de l’échec du projet social, à partir du milieu des années 1970, conduit à un éloignement progressif et réciproque entre l’État et la société à la fois dans leur conception et leur perception de l’espace et du temps (1974-1989). L’objectif initial de construire une nouvelle société socialiste par la maîtrise totale des cadres sociaux est abandonné au profit du maintien formel de cadres vidés de leur contenu.

Abstract :

The thesis analyzes socially dominant conceptions of time and space in a modern authoritarian regime, the Czechoslovak communism (1948-1989). It seeks to define how the management of time and space contributes to the creation of new socialist society and in what extent it helps building social relations in everyday life. With the methods of social history, the thesis analyzes representations, perceptions and experiences of some key social frameworks: linear and cyclical time, public and private sphere and space-time relations regarding to politics. During the founding period of the popular democracy, these frameworks are radically transformed, laying the foundations for a new social contract (1945-1958). The regime builds a prospective timeframe based upon compression and acceleration of time. The boundaries between the public and the private are displaced to the detriment of the privacy. The relation to politics is based on the ritualization of social interactions. Given the difficulties in imposing these new frameworks over time, the regime reduces its expectations. The control of time and space is gradually heading towards the conquest of their autonomy (1958-1973). The failure of the social project, from the mid-1970s, is resulting in a progressive alienation between state and society both in their conception and perception of time and space (1974-1989). The initial goal to build a new socialist society by a total control over social settings is abandoned in favour of the formal maintaining of its empty frameworks.

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts