L’Europe entre guerre froide et intégration européenne 1981-1985

L’Europe entre guerre froide et intégration européenne 1981-1985

2-3 décembre 2011

Padoue

 

4e workshop du groupe de travail IHA-RICHIE, en coopération avec le Dipartimento di studi internazionali, Facoltà di Scienze Politiche & Centro UPE, Università degli studi di Padova

 

Vendredi 2 décembre 2011

 

9h30 – Conférence inaugurale

L’Italie, la fin de la guerre froide et l’intégration européenne (Antonio Varsori, Università degli studi di Padova)

Pause-café

11h15-13h15 – Rapports Est-Ouest

Présidence : Silvio Pons, Università di Roma Tor Vergata
Discutant : Gérard Bossuat, Université de Cergy Pontoise

  • La modération l’emporte sur les tendances à l’affrontement. La France et la rencontre CSCE de Madrid (1980-1983) (Angela Romano, LSE)
  • Le retour à la détente dans les relations bilatérales sous François Mitterrand (Christian Wenkel, IfZ Munich-Berlin/IHA Paris)
  • The Thatcher Government between European integration and the second Cold War (Giulia Bentivoglio, Università degli Studi di Trieste)

Pause déjeuner

14h45-16h00 – Enjeux transatlantiques et mondiaux

Présidence : Lorenzo Mechi, Università degli studi di Padova
Discutant : Piers Ludlow, LSE

  • Nouveau cycle, vieilles tendances: G7s et Conseils européens, entre guerre froide et construction européenne (1982-1985) (Emmanuel Mourlon-Druol, Glasgow University)
  • Le débat sur l’Europe de la Défense et les relations transatlantiques (Jenny Raflik, Université de Cergy-Pontoise)

Pause-café

16h30-18h00 – Réseaux et acteurs

Présidence : Antonio Varsori, Università degli studi di Padova
Discutant : Daniele Caviglia, LUSPIO Roma

  • Les diplomates français à la croisée des questions de guerre froide et de coopération européenne (Matthieu Osmont, Sciences-Po Paris)
  • Entre l’opposition et le gouvernement. Les changements de la politique du PCF comme acteur de gouvernement et protagoniste de l’opposition (Valentine Lomellini, Università degli studi di Padova)

 

 

Samedi 3 décembre 2011

 

9h00-12h00 – Formes d’une coopération politique et technologique européenne

Présidence : Marco Gervasoni, Università del Molise
Discutant : Eric Bussière, Université Paris-Sorbonne (Paris IV)

  • EEC reactions to the Soviet invasion of Afghanistan: European political cooperation and CAP issues in 1980 (Mauro Elli, Università degli studi di Milano)
  • La CEE et la coopération avec les Etats ACP (Guia Migani, Università degli studi di Padova)

Pause-café

  • Western Europe after the Second Oil Shock (Giuliano Garavini, Università degli studi di Padova)
  • La France et l’innovation technologique, l’histoire d’une politique étrangère? Réflexion et action entre ‘dialogue compétitif’ transatlantique, nouveaux cadres communautaires, et perspectives ‘mondialisées’ (David Burigana, Università degli studi di Padova)

 

12h00 – Débat général

Présidence : Mark Gilbert, John Hopkins University

Università degli studi di Padova, Emeroteca, via del Santo 22, 35123 Padova

Contact : Guia Migani (guia.migani@unipd.it) et Christian Wenkel (cwenkel@dhi-paris.fr)

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Austria: A player in the Cold War?

Austria: A player in the Cold War? Analysis and perceptions within the international context from 1955 to 1991

Vienna, 21 September 2012

Deadline: 28 February 2012

 

On the occasion of the anniversaries 1945/55-2005, 1956-2006, 1968-2008, 1989/90-2009/10 and 1961-2011, the Cold War increasingly became a matter of media and public interest in Austria. Apart from « anniversary-oriented » research and publication activities, a systematic study about the role and position of Austria in the Cold War has not yet been undertaken.

Exceptions are the occupation period from 1945 to 1955, the Austrian connection to the crises in the years 1956 and 1968, and numerous studies on bilateral relations between Austria and the socialist states of Europe. These were only possible due to the opening of Eastern European archives after 1989. Long-term studies are still lacking in many research areas. However, the lack of available Austrian archival sources has complicated research on the last two decades of the Cold War.

In this workshop the role and position of Austria in the Cold War over the period from 1955 to 1991 is to be analysed in a global context.  Contributions to the fields of diplomacy, politics, economy, society, intelligence services, culture, church, media and migration are all desired. However, Austria should not by any means take an « isolated position ». The workshop’s explicit goal is to discuss Austrian perceptions of the global Cold War, as well as international perceptions of the role and position of Austria.

Examples of insufficiently researched areas include the perception of Austrian neutrality from the viewpoint of small European states, and the Austrian « Ostpolitik » over a longer period. Although a small amount of research into comparisons between Austria and other neutral countries has already been done as part of the CSCE process, further research is necessary. Likewise, the Austrian perception of many aspects of the Cold War and the era of détente (1963-1979) are not adequately explored yet. Detailed studies on the period of ideological competition, European détente (in particular the French and the West German « Ostpolitik »), as well as disarmament negotiations would be of particular interest.  Additionally, further research is needed on the question: how did the society handle the fear of a nuclear war, and can gender-specific aspects be identified?

For the last decade of the Cold War the following research questions, amongst others, emerge: Was the so-called « second » Cold War perceived as a caesura in Austria, and if so in what way? What was the « second » Cold War’s impact on Austria? How did Austria experience the collapse of communism in Eastern Europe? Apart from the « Waldheim affair », external perspectives on Austria have largely been ignored. Another possible question would be: how did the world look at the Alpine republic, which had been affected by significant internal and external political caesuras in the 1980s?

We welcome contributions built on original research and that draw upon a wide variety of sources. Young researchers in particular are invited to send a 500-word proposal including a brief description of the sources on which the paper is to be based, together with a short CV (including publication list) to isabella.lehner@univie.ac.at, florentine.kastner@univie.ac.at and/or maximilian.graf@oeaw.ac.at by 28 February 2012.

To optimise the discussion following the 20-minute lectures, we are planning to circulate rough drafts of the papers among all speakers two weeks before the event. For the planned publication of the papers (ranging in length between 50,000 to 60,000 characters including spaces) an appropriate time limit for revision will be provided. The organisers hope to be able to refund (total or in part) travel and accommodation expenses; however this cannot be guaranteed at this stage.

Contact:
Maximilian Graf (maximilian.graf@oeaw.ac.at)
Historische Kommission der ÖAW, Strohgasse 45/2/4, 1050 Wien

Organisers: Historical Commission of the Austrian Academy of Sciences, Department of Contemporary History at the University of Vienna

Concept and Organisation: Maximilian Graf, Florentine Kastner, Isabella Lehner

Venue: Department of Contemporary History

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Le cinéma roumain dans la période communiste

VASILE, Aurélia, Le cinéma roumain dans la période communiste. Représentations de l’histoire nationale, Bucurest: Editura Universitatii din Bucuresti, 2011, 580 p.

 

 

Présentation de l’éditeur :

Ce livre est issu d’une thèse de doctorat en cotutelle entre l’Université de Bourgogne et l’Université de Bucarest et soutenue à Dijon en 2011. Il porte sur le film de reconstitution historique réalisé en Roumanie pendant la période communiste et vise à analyser les enjeux politiques et culturels de la mise en scène du passé national.

La compréhension de cette problématique passe d’abord par la mise en évidence des différentes logiques qui ont présidé l’action étatique à l’égard de la culture et en particulier de la cinématographie tout au long de la période communiste. L’auteur envisage d’analyser les conditions économiques, politiques et idéologiques de la production cinématographique, les directives concernant la thématique générale et l’orientation que le parti tente d’imprégner au cinéma. Dans un second temps, cette étude tente de restituer les processus socioculturels qui ont donné naissance aux films historiques. L’auteur cherche à comprendre la conception interne de chaque œuvre, les forces sociales qui se mettent en route, les positions idéologiques du parti, des artistes, des bureaucrates ou des historiens, les mécanismes de prise de décision.

Enfin, le troisième niveau d’analyse s’intéresse au décryptage du film, en tant que produit artistique complexe dans le but de dégager les significations politiques ou culturelles de la mise en scène du passé.

Aurélia Vasile est docteur en histoire de l’Université de Bourgogne et de l’Université de Bucarest. Elle est chercheur associé au CHCSC (centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines).

Lien vers présentation et table des matières

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

L’aspiration à la paix et ses manifestations dans les années 1980

Ein bisschen Frieden? Der Wunsch nach Frieden und seine Manifestationsformen in den 1980er-Jahren – Kunst, Literatur, Populärkultur, Politik und Wissenschaft [Un peu de paix? L’aspiration à la paix et ses manifestations dans l’art, la littérature, la culture populaire, la politique et la science des années 1980]

Augsburg, 3-5 août 2012

Date limite : 15 janvier 2012

 

Organisatoren: Philipp Baur, M.A., Lehrstuhl für die Geschichte des europäisch-transatlantischen Kulturraums (GETK); Dr. des. Stefan Hartmann, Lehrstuhl für Kunstgeschichte/Bildwissenschaft; Kooperationspartner: Graduiertenschule für Geistes- und Sozialwissenschaften (GGS), Universität Augsburg; Forschungsprojekt: « Die Nuklearkrise: Transatlantische Friedensbewegung, Nachrüstung & Zweiter Kalter Krieg, 1975-1990 »; Lehrstuhl für Politikwissenschaft, Schwerpunkt Friedens- und Konfliktforschung, Prof. Dr. Christoph Weller, Universität Augsburg; Forum Populärkultur, Universität Augsburg; Dr.  Christoph Becker-Schaum, Heinrich-Böll-Stiftung/Archiv Grünes Gedächtnis, Berlin

Die interdisziplinäre Nachwuchstagung richtet sich an DoktorandInnen und junge Post-DoktorandInnen. Ziel ist eine polyperspektivische Betrachtung der Friedensthematik der 1980er-Jahre, ihrer Manifestationsformen vom politischen Statement über die Medienberichterstattung bis zu Zeugnissen der Literatur, Musik, Kunst und Populärkultur und Wissenschaft selbst.  Hierfür erhoffen wir uns Vorträge (15 Minuten gefolgt von einer Diskussionsrunde von 30 Minuten) aus der Geschichte, der Kunst- und Kulturgeschichte sowie weiteren relevanten Disziplinen – etwa der Musik-, Politik- oder Medienwissenschaft.

Die reale nukleare Bedrohung ‘vor der eigenen Haustür’ machte Frieden Ende der 1970er-, Anfang der 1980er-Jahre zum zentralen Thema in Politik und Gesellschaft, in Kunst und (Populär)Kultur. Nach einer Phase der Entspannung läutete die Kontroverse um den Nato-Doppelbeschluss von 1979 die letzte Phase des Kalten Krieges (des oft sogenannten « Zweiten Kalten Krieges ») ein. Die einsetzende Debatte um die Nachrüstung in Ost und West mobilisierte nicht nur in der Bundesrepublik hunderttausende von Menschen, die für weit mehr als nur « Ein bisschen Frieden » (Nicole, 1982) auf die Straße gingen. Allen Protesten zum Trotz entschied sich die Regierungskoalition unter Bundeskanzler Helmut Kohl Ende November 1983 für die Bündnistreue zur NATO und autorisierte die Stationierung von Pershing II und Cruise Missiles-Marschflugkörpern. Die Friedensbewegung schien damit zumindest an ihren kurzfristigen Zielen (« Frieden um jeden Preis ») gescheitert zu sein. Erst der INF-Vertrag von 1987 (Vernichtung aller atomar bestückten Mittelstreckenraketen) führte zu der erhofften Abrüstung.

Retrospektiv wird deutlich, dass es in der Nachrüstungsdebatte um weit mehr ging als nur militärische oder diplomatische Fragen: Der mannigfaltige Wunsch nach Frieden markierte ein zentrales Moment gesellschaftlicher wie politischer Selbstverständigung. Im Zuge der Nachrüstungsdebatte wandelte sich nicht zuletzt durch den erstmaligen Einzug der Grünen in den Bundestag die politische und parlamentarische Kultur der Bundesrepublik. Gleichzeitig konnten sich auch die Nachrüstungsbefürworter auf Seiten der bürgerlichen Regierungskoalition einer öffentlichen wie internen Debatte um Frieden und Freiheit nicht entziehen. Das heterogene Spektrum der Friedensbewegung und die öffentliche Diskussion verdeutlichen, wie das Thema die deutsche Gesellschaft auf voller Breite mobilisierte und politisierte. Darüber hinaus fand die Problematik der nuklearen Bedrohung quer durch alle Medien Eingang in die Populärkultur.

Die Tagung beschäftigt sich mit den Forme(l)n und Medien der Darstellung und Propagierung von ‘Frieden’ und stellt drei Leitfragen ins Zentrum.  Sie fragt erstens nach den Feind- und Weltbildern, die mit diesen Prozessen verbunden waren:

I. Feind- und Weltbilder

  • 1.) Welche Stereotype und Topoi von Feindbildern lassen sich im Zuge der Propagierung von Frieden eruieren? Worauf wurde rekurriert, worauf reagiert?
  • 2.) Welche Weltbilder wurden vertreten?
  • 3.) Welche sprachlichen, literarischen, ikonographischen, ästhetischen, musikalischen und habituellen Forme(l)n kamen zur Anwendung?
  • 4.) Welche Überschneidungen/Gemeinsamkeiten lassen sich hierbei über die Disziplinen-/Gattungsgrenzen und die tradierte Trennung von Hoch- und Trivial- bzw. Populärkultur hinweg beobachten?

In diesem Zusammenhang gilt es auch, die jeweiligen Akteure und deren spezifische institutionelle, ideengeschichtliche und (kultur-)historische Kontexte zu betrachten: Politische Parteien und einzelne Politiker, die Medien, die Kirchen und christlichen Gruppierungen, Künstler, Musiker, Regisseure, Schriftsteller, Wissenschaftler und die Aktivisten der Friedensbewegung – sowohl im « Westen » wie im « Osten ».

Die zweite Leitfrage zielt auf die Klärung der Selbstbilder sowie die Formen und Medien der Selbstdarstellung von Kollektiven und Individuen:

II. Selbstbilder und Selbstinszenierung

  • 5.) Welche Muster und Forme(l)n lassen sich hier beobachten? Wie hat man sich selbst als « friedlich » konstruiert?
  • 6.) Entwickelten sich beispielsweise ein spezifischer sprachlicher Code und eine eigene Kleidungsikonographie der « Protestkultur »?
  • 7.) Welche Symbolsprache wurde in der Friedensbewegung oder in der Friedensforschung verwendet?
  • 8.) Gab es z.B. ästhetische Rekurse auf die « 68er »-Bewegung?

Im Kontext beider Leitfragen ist nach der Bedeutung von ‘Kurswechseln’ – etwa von Parteien, einzelnen Politikern und Aktivisten zu fragen.

  • 9.) Führten solche Kurswechsel auch zur Übernahme der jeweiligen Selbst- und Fremdbilder sowie der zugehörigen Forme(l)n und Ästhetiken ihrer Darstellung? Oder wurde in dieser Hinsicht nach Alternativen gesucht?

Die dritte Leitfrage ist dem « Nachleben » der Friedensbewegung im ersten Jahrzehnt des 21. Jahrhunderts gewidmet: In Anbetracht des aktuellen Diskurses um die Atomkraft, des globalen Kampfes gegen den Terrorismus (« Achse des Bösen »), aber auch angesichts der Planungen für einen Raketenschild, der in der Ära Bush forciert wurde, ergeben sich unter anderem die folgenden Fragen:

III. Nachleben der Friedensbewegung in der Gegenwart

  • 10.) Gab oder gibt es unter einer neuen Generation von Akteuren Rekurse auf die Forme(l)n und Strategien der achtziger Jahre? Spielen beispielsweise Akteure der Friedensbewegung der achtziger Jahre eine aktive Rolle?
  • 11.) Falls ja: worauf wird rekurriert? Konkret: Ist die Übernahme von Forme(l)n und bestimmten Strategien an das Zitieren der ursprünglichen Ästhetik gekoppelt? Oder umgekehrt: Wird auf bestimmte Ästhetiken rekurriert, die mit neuen Forme(l)n und Inhalten verbunden wird?

Bitte senden Sie Ihren Vorschlag für einen Vortrag (max. 500 Worte) und einen kurzen akademischen CV (max. 2 Seiten) bis 15. Januar 2012 an Stefan Hartmann (stefan.hartmann@phil.uni-augsburg.de)

Reise- (2. Klasse, Economy) und Übernachtungskosten werden übernommen.

Finanziert durch die Gesellschaft der Freunde der Universität Augsburg e.V. und das Archiv Grünes Gedächtnis, Berlin.

Die Konferenz wird von einem kulturellen Rahmenprogramm (Augsburger Friedensfest) begleitet und findet in den Tagungsräumen des Annahofes im Zentrum von Augsburg statt.

Weitere Informationen dazu in Kürze auf der Tagungshomepage: http://www.uni-augsburg.de/forschung/ggs_graduiertenschule/tagungen/frieden.html

 

Contact:
Philipp Baur (philipp.baur@phil.uni-augsburg.de)
LS Geschichte des europäisch-transatlantischen Kulturraums
Universität Augsburg

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Gorbatchev, le pari perdu? De la perestroïka à l’implosion de l’URSS

GRATCHEV, Andreï, Gorbatchev, le pari perdu? De la perestroïka à l’implosion de l’URSS, Paris, Armand Colin, 2011, 296 p.

 

Présentation de l’éditeur :

La fin de la guerre froide marque une grande rupture dans l’histoire contemporaine. Victoire des États- Unis, piège de la coexistence pacifique… les grandes lignes sont tracées. Mais pour Andreï Gratchev, conseiller et dernier porte-parole de Mikhaïl Gorbatchev, les origines de ce bouleversement historique restent mal comprises. Les visions occidentalo-centrées ont tendance à minimiser ce qui s’est passé au sein du système soviétique : les fissures qui sont apparues dans le monolithe, la vision démocratique, moderne et sincère de Mikhaïl Gorbatchev qui a conçu cette rupture avec le soviétisme.

En s’appuyant sur des témoignages exclusifs des principaux dirigeants de l’URSS, Andreï Gratchev reconstitue ce chaînon manquant. Il révèle ces débats internes, ces luttes ou ces décisions restées secrètes qui ont conduit au retrait des Soviétiques d’Afghanistan, à la chute du mur de Berlin, la fin du pacte du Varsovie et de l’URSS elle-même. De cette confession à plusieurs voix, sincère et documentée, se dégage une autre vision de l’implosion de l’URSS, qui nous permet aussi de mieux comprendre la Russie post-soviétique, et de réfléchir à sa place dans la mondialisation.

Traduit de l’anglais par Monique et Jean Poirel (ICEO, Institut de coopération avec l’Europe Orientale, Montpellier)

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Journal de Moscou : ambassadeur au temps de la guerre froide

FROMENT-MEURICE, Henri, Journal de Moscou.  Ambassadeur au temps de la guerre froide, Paris, Armand Colin, 2011, 744 p.

 

Présentation de l’éditeur :

Il n’aura fallu que deux décennies pour que ce qui fut un monde à part, avec son soleil trompeur et sa nuit enveloppante, son arbitraire et ses règles, sa grisaille et ses couleurs singulières, sa brutalité et sa sociabilité, obsédant les uns, en asservissant d’autres, donnant de l’espoir à d’autres encore, s’évanouisse comme s’il n’avait jamais existé… Ce monde courut-il à sa fin selon un processus aussi inéluctable que discret, pour ainsi dire souterrain? Ou bien cette disparition ne fut-elle elle-même qu’un artifice d’apparence, nombre de traits essentiels du régime défunt lui ayant survécu avec une inaltérable vigueur?

Tout ce qui entoure l’expérience soviétique nous paraît aujourd’hui bien étrange. Comment cette étrangeté, avec son coeur d’opacité encerclé par les murailles du Kremlin, fut-elle perçue par les observateurs avisés?  Un Français, issu d’un canton raisonnable, plutôt apaisé, voire un peu rassis de la vieille Europe, pouvait-il comprendre ce pays anormal, s’exempter d’humeurs et pour autant ne pas tout sacrifier à ce réalisme politique dont, après coup, l’opportunité est si souvent sujette à caution? Pouvait-il aussi ne pas se sentir plus stimulé, fût-ce pour lui opposer un zeste d’esprit missionnaire, par ce curieux empire que par la République livrée à ses calculs, mais qu’il servait de toute sa loyauté?

Le Journal tenu par Henri Froment-Meurice, au fil de trois postes successifs dont au final celui d’Ambassadeur, est un précieux document.  L’acuité du regard et le style élégant du diplomate n’assèchent en rien la capacité d’indignation et la force d’enthousiasme de l’homme. La haine du communisme contrebalancée par l’amour de la Russie, la croyance dans les vertus de la présence culturelle de la France, la complexité parfois savoureuse des rapports de l’Ambassadeur, qui n’en pense pas moins, avec son administration et un pouvoir qui se laissaient trop souvent abuser par le langage de paix venu du Kremlin… Nous voilà ramenés aux heures chaudes de la relation très particulière, très intéressée de part et d’autre, mais empreinte à sa manière de sincérité entre la France et l’URSS.

Henri Froment-Meurice a été un témoin privilégié de l’émergence du monde surgi des bouleversements de la Seconde Guerre mondiale, de la guerre froide, des épisodes de dégel et de tension qui l’ont ponctuée comme des prémisses de l’écroulement de l’URSS. Ambassadeur de France, il a déjà publié, entre autres, Vu du Quai (1945-1983), chez Fayard.

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

L’Ostpolitik vaticane de Mgr Augustin Casaroli (1965-1975)

Marco LAVOPA soutiendra sa thèse de doctorat (Université de Cergy-Pontoise) sur le sujet suivant :

La diplomatie des «petits pas». L’Ostpolitik vaticane de Mgr Augustin Casaroli (1965-1975)

Le vendredi 25 novembre 2011 à 10h00.

Lieu : salle des thèses, Université de Cergy-Pontoise, site des chênes, 33 boulevard du port, 95011 Cergy-Pontoise

Composition du jury:

  • Gérard BOSSUAT, Université de Cergy-Pontoise, Directeur de thèse
  • Elena CALANDRI, Université de Padoue, Rapporteur
  • Antoine MARèS, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne – département Histoire, Rapporteur
  • Jean-Dominique DURAND, Université Jean Moulin Lyon 3 – Faculté des lettres et Civilisations, Examinateur

 
Résumé :

L’étude «La diplomatie des `petits pas’. L’Ostpolitik vaticane de Mgr Augustin Casaroli (1965-1975)» cherche, à travers l’histoire de l’œuvre du prélat Placentin, Augustin Casaroli de 1965 à 1975, à circonscrire les raisons historiques qui ont mené le Saint-Siège (sous la direction de Paul VI) à entreprendre des négociations avec les États socialistes de l’Europe orientale et à choisir une «politique du dialogue».  Casaroli est le représentant d’une diplomatie vaticane qui se trouve au centre de la scène européenne et internationale pendant ces années (1965-1975), tant au niveau bilatéral que multilatéral (avec la participation de Mgr Casaroli lui-même – comme délégué du Saint-Siège – à la Conférence d’Helsinki de 1975).  Les manuscrits des «Archives Casaroli» utilisés pour la réalisation du travail de thèse mettent en évidence des aspects peu connus de l’œuvre du prélat Placentin. C’est une représentation des faits très importante car elle met en relief toute la force de l’Ostpolitik vaticane et la persévérance du négociateur Casaroli au cours des contacts avec les représentants de l’Église locale et des gouvernements des États socialistes au-delà du rideau de fer. À la lecture du travail, on peut mesurer le grand mérite du négociateur du Saint-Siège en tant qu’exécutant matériel de la /politique du dialogue’ du pape Paul VI pendant la période postconciliaire entre 1965 et 1975: sauvegarder, grâce à un dur travail de médiation, en parcourant un chemin long et tortueux et dans les limites du possible, les intérêts de l’Église catholique et apporter sa contribution à la construction de la maison commune européenne.

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

La fin de l’URSS au regard des transformations politiques, sociales et culturelles

Le «moment 1991» : la fin de l’URSS au regard des transformations politiques, sociales et culturelles (1970-1991)

12-14 décembre 2011
Paris

Colloque organisé par

  • Sciences Po (Centre d’histoire de Sciences Po, CERI)
  • CRPM (EA n°4418), Université Paris Ouest Nanterre La Défense
  • Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC)
  • Centre d’Etudes des mondes russe, caucasien et centre-européen (EHESS/CNRS)
  • Fondation Maison des Sciences de l’Homme
  • Université Libre de Bruxelles
  • avec le soutien du Centre franco-russe de Moscou, du Musée de l’armée et du CNRS

 

Vingt ans après l’effondrement de l’Union des Républiques Socialistes Soviétiques (1918-1991), il semble pertinent de s’interroger sur l’année 1991. La question de l’effondrement de l’Union soviétique a certes été étudiée dans une grande partie de ses composantes dès le début des années 1990. Mais au cours des vingt dernières années, des travaux novateurs, en particulier en histoire sociale et en histoire culturelle, ont pu établir de nouveaux liens entre les processus politiques et sociaux des décennies qui ont précédé la perestroïka et l’effondrement du système soviétique.

Ce colloque porte sur le «moment 1991» en ex-URSS, en articulant plusieurs échelles de temps et dans une approche d’histoire politique, sociale et culturelle :

  • Une première échelle de temps se situe sur le temps long et tente de remettre en perspective les bouleversements politiques de la fin des années 1980 à la lumière des transformations de la société soviétique depuis les années 1970.
  • La deuxième échelle de temps sera resserrée sur la perestroïka proprement dite et les «tentatives» de réformes introduites par M.  Gorbatchev à partir de 1985. S’il y a eu échec des réformes du système par le haut, qu’en est-il des transferts culturels et de la circulation des idées entre l’Europe et l’ex-URSS?
  • La troisième échelle de temps sera consacrée au «moment 1991».  Nous postulons en effet qu’il y a eu un «moment 1991» et nous tenterons de le mettre en évidence dans les interventions notamment au travers de témoignages et d’archives.

Loin d’être monolithique, la société soviétique des années 1970 est profondément stratifiée. Les élites se transforment. Une nouvelle génération de cadres : directeurs d’entreprise, managers et technocrates, entrent en rivalité avec ceux du parti, les apparatchiki.  Dans un contexte persistant de pénurie, tandis que la population aspire de plus en plus à consommer, la difficulté à obtenir des biens de consommation devenus rares provoque le développement du marché noir. Les tensions nationales s’exacerbent.

Les évolutions socioéconomiques tout comme les frustrations et aspirations d’une partie croissante de la société engendrent un désir de changement. Formés à l’ère brejnévienne, diplomates, cadres du commerce extérieur et du réseau bancaire à l’étranger constitueront l’élite politique et économique post-soviétique.

Notre propos sera d’étudier ici ces différentes logiques d’autonomisation tout comme les ferments de la crise sociale.  La période qui s’ouvre avec les premières réformes initiées par Gorbatchev dès 1985 peut être réinterrogée à l’aune des tendances précédentes. Ainsi, au lieu d’être présentées comme un moment fondateur, l’année 1985 et l’arrivée de Mikhaïl Gorbatchev comme premier secrétaire du PCUS sont analysées comme les conséquences de processus déjà à l’œuvre dans la société politique soviétique post-stalinienne.  Assiste-t-on en ce sens à une «accélération» de processus déjà à l’œuvre auparavant? Nous mettrons l’accent sur l’effervescence des mouvements politiques et d’organisations sociales qui se structurent à partir de mouvements informels, et interrogerons la dichotomie existant entre ces organisations sociales et les structures du parti.  Nous reviendrons aussi sur les transformations internes des institutions soviétiques et du Parti à partir de 1985. C’est, en effet, au sein même du Komsomol, qu’apparaîtront de nouveaux capitalistes. Nous analyserons la fabrication de l’opinion publique, notamment les premiers sondages réalisés pendant la perestroïka par des personnes de l’équipe de Iouri Levada. Enfin, un intérêt particulier sera accordé à la circulation des flux financiers, des idées, mais aussi des personnes de part et d’autre du rideau de fer et à l’impact de celle-ci sur l’effondrement de l’URSS.

Dans un troisième temps, nous étudierons les transferts culturels et la circulation des idées. En dépit du rideau de fer les transferts culturels se font des marges de l’Union soviétique vers le centre, en particulier à partir de la fin des années 1980 avec les déclarations d’indépendance unilatérales des Républiques et régions de l’Union soviétique (pays Baltes, Transcaucasie).  Nous prendrons des objets d’histoire tels que les droits de l’homme, le genre, les révoltes de groupes sociaux tels que les mineurs et tenterons de voir l’impact sur la construction identitaire.

La dernière demi journée sera consacrée à «l’événement 1991» et son inscription dans l’histoire à l’aune des éléments que nous aurons étudiés dans les panels précédents.

Comité scientifique et d’organisation : Alain Blum, Pascal Cauchy, Gabrielle Chomentowski, Gabrielle Costa de Beauregard, Gilles Favarel-Garrigues, Anne Le-Huérou, Aude Merlin, Jean-Robert Raviot, Kathy Rousselet.

 

Lundi 12 décembre

 

9h00 – Accueil des participants

Jean-François Sirinelli, Directeur du Centre d’histoire de Sciences Po, Gabrielle Costa de Beauregard, Directrice exécutive du CHSP, Michel Wieviorka, Administrateur de la Fondation Maison des Sciences de l’Homme

9h15-12h45 – Les transformations politiques

Introduction, par Marc Ferro, historien

Présidence : Gilles Favarel-Garrigues, CNRS/Sciences Po-CERI

Discutant : Alain Blum, directeur du CERCEC (CNRS/EHESS)

  • Alexei Yurchak, Associate Professor, Université de Berkeley : Everything Was Forever Until it was no more. Late Socialism as an object of social analysis.
  • Rudolf G. Pihoia, Ancien directeur des archives d’Etat de la Fédération de Russie : Du pouvoir à la propriété.
  • Nikolay Mitrokhin, Centre d’études et de recherches est-européennes, Université de Brême : (Former) Staff Members of Central Committee Apparatus and the Demise of the Soviet Union
  • Sergeï V. Zakharov, Institut de démographie, Haut collège d’économie, Moscou : Mounting crisis of the demographic system and public policy in the Era of ‘Developed socialism’: a narrative story with sad end. »

14h-16h30 – Les sources et l’information. Revues, journaux, radio, télévision

Présidence : Yves Hamant, CRPM/Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense

Table ronde animée par Jean-Robert Raviot, CRPM/Université de Paris Ouest Nanterre-La Défense

Avec la participation de Carole Ajam (BDIC), Hélène Kaplan (RIDECO), Elena Strukova (Bibliothèque publique historique de Russie), Sergueï Buntman, rédacteur en chef adjoint de la radio Les échos de Moscou, Annette Melot (BDIC-MHC)), Boris Belenkin (Memorial)

17h-19h30 : Projection de film

La table ronde sera suivie de la projection du film «Le Repentir» de Tenguiz Abuladze (1984), présenté par Gabrielle Chomentowski, chargée d’enseignement à Sciences Po

 

Mardi 13 décembre

 

9h15-12h45 – Les nouveaux acteurs et enjeux de la Glasnost

Présidence : Anne Le Huérou, CERCEC (CNRS/EHESS)

Discutant : Alexis Berelowitch, CERCEC (CNRS/EHESS)

  • Carole Sigman, chargée de recherche au CNRS, Institut des Sciences Sociales du Politique : De nouvelles formes de mobilisation : les clubs politiques informels
  • Olessia Kirtchik, Institut de démographie, Haut Collège d’Economie, Moscou : Les économistes comme auteurs et acteurs de la Perestroïka
  • Luc Duhamel, Université de Montréal : La bureaucratie du commerce de détail et le KGB
  • Alexandra Goujon, Université de Bourgogne et CERCEC (CNRS/EHESS) : Les Fronts populaires d’Ukraine et de Biélorussie

14h-17h30 – Les transferts culturels

Présidence : Brigitte Krulic, Directrice du CRPM, Université de Paris-Ouest Nanterre

Discutant : Pierre Grosser, Centre d’histoire de Sciences Po

  • Myriam Désert, Université de Paris IV-Sorbonne et CERCEC (CNRS/EHESS) : La quête d’un modèle étatique : réinvention de l’empire et de la
  • démocratie
  • Sophie Lambroschini, doctorante, CRPM, Université Paris Ouest Nanterre La Défense : Les mutations intervenues dans la télévision soviétique et l’audiovisuel en URSS
  • Anna Zaytseva, doctorante, Université de Paris IV-Sorbonne et CERCEC (CNRS/EHESS) : Le rock et la contestation
  • Kathy Rousselet, Sciences Po-CERI : Le religieux au coeur des bouleversements politiques

17h30-20h00 – Projection de film
L’après-midi sera prolongée par la projection du film «Assa» de Serguei Soloviev (1988), présenté par Gabrielle Chomentowski, chargée d’enseignement à Sciences Po

 

Mercredi 14 décembre

9h15-12h45 – Ruptures et fragmentation

Présidence : Jean-Michel de Waele, Doyen de la Faculté de Sciences sociales et politiques (FSP-ULB)

Discutante : Anne de Tinguy, Professeur des universités, INALCO et CERI

  • Marc Elie et Marie-Hélène Mandrillon, CERCEC (CNRS/EHESS) : La « glasnost » écologique
  • Tatiana Hlukhava-Kasperki, doctorante, Sciences Po : Les « retombées » politiques de l’accident nucléaire de Tchernobyl.  Le cas de la Biélorussie.
  • Taline Ter Minassian, INALCO : La revendication du Karabagh et le nationalisme arménien : formes et évolution du mouvement de protestation (1987-1991)
  • Silvia Serrano, Université d’Auvergne et CERCEC (CNRS/EHESS) : Mutations de l’espace public en Géorgie
  • Ioulia Shukan, Université de Paris-Ouest Nanterre-La Défense et CERCEC (CNRS/EHESS) : Les cadres communistes dans la tourmente de la perestroïka en Ukraine et en Biélorussie

Après-midi : 14h15-17h30 – Le moment 1991

Présidence : Pascal Cauchy, Centre d’histoire de Sciences Po

Discutant : Jean Radvanyi, Directeur du Centre franco-russe, Moscou

  • Nikolai Petrov, Académie des sciences, Institut de géographie et Fondation Carnégie, Moscou : Russian regions as subjects of politics in 1991
  • Aude Merlin, ULB/CEVIPOL : Les ressorts de la « révolution tchétchène »
  • Françoise Daucé, Université Blaise-Pascal, CHEC et CERCEC (CNRS/EHESS) : Les militaires en 1991 : les ressorts de l’inaction

Témoignages :

  • Andreï Kovalev, Ancien conseiller auprès de M Gorbatchev
  • Sergei Mironenko, Directeur du GARF (Archives d’Etat de la Fédération de Russie)

16h30 : Conclusions du colloque : Anatoly Vichnievsky, Directeur de l’Institut de démographie, Haut Collège d’Economie, Moscou, et Mikhail Afanassiev, Directeur de la bibliothèque historique de Russie, Moscou

17h30 : Le colloque se terminera par une visite de l’exposition URSS, fin de parti(e). Les années Perestroïka, organisée par la BDIC dans ses salles d’exposition du Musée d’histoire contemporaine, aux Invalides (du 2 décembre 2011 au 26 février 2012)

Inscription obligatoire :
http://chsp.sciences-po.fr/evenement/le-%C2%AB-moment-1991-%C2%BB-la-fin-de-l%E2%80%99urss-au-regard-des-transformations-politiques-sociales-et-c

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Les ambassadeurs de France à Bonn (1955-1999)

Matthieu Osmont soutiendra sa thèse de doctorat d’histoire le lundi 12 décembre 2011 à 14h00 sur le sujet suivant :

Les ambassadeurs de France à Bonn (1955-1999)

Le jury sera composé de :

  • M. Guillaume DEVIN, professeur à l’Institut d’Études Politiques de Paris
  • M. Wilfried LOTH, professeur à l’Université de Duisburg-Essen
  • Mme Hélène MIARD-DELACROIX, professeur à l’Université Paris IV Sorbonne (rapporteur)
  • M. Bernard de MONTFERRAND, diplomate, ancien ambassadeur de France à Berlin
  • M. Sylvain SCHIRMANN, professeur à l’Institut d’Études Politiques de Strasbourg (rapporteur)
  • M. Maurice VAÏSSE, professeur émérite à l’Institut d’Études Politiques de Paris (directeur de thèse)

Lieu : salle de réunion de l’Ecole Doctorale de Sciences Po, 3e étage, 199 boulevard Saint-Germain, 75007 Paris

Plan d’accès : http://ecoledoctorale.sciences-po.fr/presentation/equipe.html

Résumé :

«La relation franco-allemande se porte si bien que l’on pourrait se demander à quoi cela sert d’avoir des ambassadeurs à Bonn et à Paris». Cette phrase, prononcée en juin 1960 par l’ambassadeur François Seydoux, résume bien l’enjeu de cette thèse. Dans un contexte de rapprochement franco-allemand ininterrompu des années 1950 aux années 1990, la place des représentants permanents dans la relation entre les deux pays mérite d’être interrogée. Les ambassadeurs ont-ils encore un rôle à jouer à partir du moment où les chefs d’État et de gouvernement, les ministres, mais aussi les hauts fonctionnaires français et allemands se rencontrent fréquemment et tiennent le devant de la scène?

L’observation attentive de l’action des ambassadeurs français à Bonn contredit la thèse d’un «déclin des ambassades ».Accompagnant l’institutionnalisation du partenariat franco-allemand, les douze diplomates français qui se succèdent à Bonn entre 1955 et 1999 ne cessent pas d’assurer leurs traditionnelles fonctions d’information, de négociation et de représentation. Ils s’en acquittent toutefois selon des modalités sans cesse renouvelées.

Cette thèse apporte également un éclairage nouveau sur les évolutions récentes d’une administration régalienne, le Quai d’Orsay. Malgré le poids de certains héritages et la permanence d’une certaine idée de l’Allemagne, le corps diplomatique est loin d’être immobile et la vision des relations internationales ou la conception même de leur mission ne sont pas les mêmes d’un diplomate à l’autre.

Télécharger la table des matières

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts

Parti et société en RDA et en Tchécoslovaquie

Michel Christian soutiendra sa thèse de doctorat (Université de Genève, Suisse) sur le sujet suivant :

«Parti et société en RDA et en Tchécoslovaquie: une histoire sociale et comparée des partis communistes au pouvoir du début des années 1950 à la fin des années 1970»

Le 25 novembre 2011 à 14h15

Lieu : Université de Genève, Aile Jura, 2e étage, Uni Bastions

Entrée libre à tout public intéressé

guerre-froide

Le carnet de recherches «Autour du système de guerre froide» accompagne le séminaire du même nom organisé dans le cadre de l'UMR IRICE par Jenny Raflik et Émilia Robin Hivert.

More Posts