Le cinéma de guerre froide

Cycle de projections : «L’écran atomique : le cinéma de guerre froide»

2-28 mai 2011

Paris

Pour marquer le 20e anniversaire de la fin de la Guerre froide (1991), le musée de l’Armée propose un cycle cinématographique inédit. Du 2 au 28 mai 2011, films de fiction, séries télévisées, documentaires et reportages d’actualité reflèteront les principaux liens (stratégiques, politiques, fantasmatiques, dramaturgiques, comiques, dramatiques, mélancoliques) qui se sont tissés entre Guerre froide et cinéma.

Premier cycle cinéma d’envergure programmé sur ce thème, «L’Écran atomique, le cinéma de guerre froide» présente 37 films de fiction, 4 documentaires, 6 films d’archives et 24 épisodes tirés de 4 séries télévisées. Chacune des quatre semaines que compte ce cycle sera dédiée à un thème : «Est-Ouest : propagande, soupçon et agents secrets»; «Espionnage»; «Menace nucléaire, science-fiction et monstres»; «Du totalitarisme à l’ostalgie».

Du Rideau déchiré d’Alfred Hitchcock à Good Bye Lenin de Wolfgang Becker, de Bons Baisers de Russie de Terrence Young à L’Aveu de Costa-Gavras, en passant par la célèbre série Chapeau melon et bottes de cuir, ou d’autres films moins connus, le cycle ouvre des angles d’approche larges et variés.

Des journalistes, des historiens, des historiens du cinéma et des spécialistes en études cinématographiques interviendront au cours de certaines séances pour replacer ces films dans leur contexte et les analyser, avant de débattre avec les spectateurs après les projections.  Le musée de l’Armée souhaite ainsi, tout au long de cette manifestation à l’accès gratuit, accueillir un large public avec le souci constant de répondre aux attentes des spectateurs de tous horizons, qu’ils soient novices, spécialistes, simples curieux ou cinéphiles.

L’objectif du cycle «L’Écran atomique, le cinéma de Guerre froide» est double : braquer le projecteur autant sur des films tournés pendant la Guerre froide (1947-1991) que sur la Guerre froide comme sujet et métaphore dans le cinéma. Il s’agit d’introduire à l’histoire culturelle et esthétique des liens entre le cinéma et la Guerre froide, grâce à une programmation internationale (films américains, anglais, allemands, polonais, coréens…), à travers plusieurs de ses dimensions.

Le cinéma : un enjeu de la Guerre froide

En dominant la politique internationale et les relations géostratégiques entre Est et Ouest de 1947 à la fin de l’URSS en 1991, la Guerre froide a imposé son climat de tension à la production cinématographique mondiale. Les principaux enjeux et les angoisses dominantes de l’époque sont connus : l’expansion communiste, l’impérialisme américain, la course au surarmement, la conquête de l’espace, l’espionnage et le contre-espionnage d’État, la fuite des cerveaux, la menace nucléaire etc. Parce que l’affrontement entre les deux blocs ne fut pas seulement idéologique, militaire ou économique, mais aussi culturel, le cinéma s’est fait le miroir de ces enjeux – un miroir fidèle ou déformant, réaliste ou fantasmatique, tragique ou divertissant.

Le cinéma : un acteur de la Guerre froide

De la coexistence pacifique à la fin des démocraties populaires, en passant par le dégel et la détente, le cinéma a épousé les rythmes de cette phase majeure de l’histoire du XXe siècle. Plus encore, parce qu’il est un média de masse qui peut être utilisé à des fins de propagande ou de dénonciation, le cinéma a été un acteur de la Guerre froide. Depuis la chute du mur de Berlin, il en revisite l’histoire, via la fiction ou le documentaire, avec distance et ironie mais aussi parfois une certaine nostalgie.

Le cinéma de Guerre froide : un cinéma à plusieurs dimensions

La programmation de ce cycle mettra en exergue plusieurs dimensions prises par le cinéma de Guerre froide. Parmi elles, celle du maccarthysme et de la «chasse aux sorcières» à Hollywood. Celle aussi des films d’espionnage, qui prolifèrent pendant cette période, ou celle du cinéma fantastique et de science-fiction, dans lequel le péril communiste est figuré à travers des invasions extra-terrestres. De même, la terreur de la bombe et les doutes sur le bien fondé de la dissuasion nucléaire se sont exprimés à travers des films mettant en scène des conflits atomiques et leurs funestes conséquences. A contrario, le cinéma de Guerre froide a su parfois se faire comique, pour tourner en dérision et mettre à distance les peurs qui pesaient sur le monde. Le cinéma a dénoncé le totalitarisme soviétique. Il a pu aussi vanter la gloire de l’URSS et, plus récemment, donner écho à l’ostalgie. Enfin, la Guerre froide a servi de terreau à des séries télé qui auront toute leur place dans la programmation. Ce vaste panorama témoigne du rôle prépondérant que le cinéma a pu occuper dans un contexte où, pour n’en être pas moins exacerbé, le combat idéologique entre USA et URSS n’a jamais versé en un duel armé direct entre les deux grandes puissances.  Si la guerre fut froide, c’est que toutes les conditions étaient réunies pour aboutir à un conflit de nature mondiale qui ne s’est jamais réalisé… pour mieux, en définitive, laisser le soin au cinéma d’être l’un des principaux théâtres des affrontements.

Programme :

Les projections ont lieu les lundis, mercredis, vendredis et samedis.  Elles s’organisent en trois séances journalières (midi, après-midi, et soirée).  Chaque semaine est dédiée à un thème :

  • Du lundi 2 au samedi 7 mai : Est-Ouest : propagande, soupçon et agents secrets
  • Du lundi 9 au samedi 14 mai : Un cinéma d’espionnage
  • Du lundi 16 au samedi 21 mai : Menace nucléaire, science-fiction et monstres
  • Du lundi 23 au samedi 28 mai : Du totalitarisme à l’ostalgie

Télécharger le programme

Intervenants

Des historiens, des historiens du cinéma et des spécialistes en études cinématographiques interviennent au cours de certaines séances pour replacer ces films dans leur contexte et les analyser, avant de débattre avec les spectateurs après les projections : Samuel Blumenfeld, David Buxton, Guillaume Bourgeois, Patrick Brion, Alain Carrazé, Violaine Challéat-Fonck, Michel Chion, Gabrielle Chomentowski, Sébastien Denis, Pierre Fabry, Martine Godet, Gianni Haver, Didier Liardet, Magdalena Mazaraki, Caroline Moine, François-Xavier Molia, Luc Shankland, Mathias Steinle, Ania Szczepanska, Jean Baptiste Thoret, Laurent Veray, Thomas Wieder, Ruth Zylberman, etc.

Équipe de projet : Emmanuel Ranvoisy, responsable des activités cinématographiques du musée de l’Armée, assisté d’Alexis Rodriguez.  Pour cet événement, le musée de l’Armée a fait appel à Fabien Boully, maître de conférences en études cinématographiques à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, en tant que programmateur et modérateur des séances.

Projections gratuites, réservations au 01 44 42 38 77

Lieu : auditorium Austerlitz, Musée de l’Armée,  Hôtel national des Invalides, 129 rue de Grenelle, 75007 Paris

Emilia Robin

Histoire de la guerre froide, humanités numériques, linux, médiation scientifique

More Posts


Publié par

Emilia Robin

Histoire de la guerre froide, humanités numériques, linux, médiation scientifique

Une réflexion sur « Le cinéma de guerre froide »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.