Décolonisation et monde communiste

Décolonisation et Monde communiste : l’exemple de la Guerre d’Algérie

2e semestre 2012, Dijon

Date limite de réponse : non précisée

 

La décolonisation est devenue un thème récurrent dans la recherche historique sur le XXe siècle. Les aspects internationaux ont souvent été évoqués – mais curieusement peu traités dans les études spécifiques. Or, les anciennes colonies, et donc futurs États, ont été un enjeu à la fois économique, mais surtout politique dans le contexte de la guerre froide. Si certaines études s’occupent de l’intégration des États issus de la décolonisation dans l’un des blocs – occidental ou «socialiste» -, il n’y a que très peu d’études sur la rivalité des deux blocs pendant le processus même de la décolonisation afin d’intégrer ces futurs États dans son propre camp. L’unique possibilité pour ces États de ne pas être accaparés semblait être l’adhésion au mouvement des «non-alignés» – aussi mal vue par l’un comme par l’autre bloc.

L’Algérie est un exemple complexe de ce processus, ne serait-ce que par sa lutte armée pour l’indépendance. Cette guerre qui à l’époque ne disait pas son nom a impliqué l’«Occident» comme l’«Orient» – jusqu’à la Chine – militairement (armement du FLN par la Tchécoslovaquie, transport des armes aussi par des entreprises ouest-allemandes et la Yougoslavie), politiquement (position de la France dont l’Algérie était un département), idéologiquement (le FLN était-il comparable au Viet-Minh – et quid du PCA?), économiquement (richesses de l’Algérie en minerais).

Que le monde «socialiste» fût particulièrement intéressé par cette lutte pour l’indépendance (depuis quand?) semble évident, mais les travaux sur cette partie de la problématique sont rares. Ce colloque ambitionne de susciter des recherches dans ce sens et de faire le point des recherches existantes. Les axes de recherche sont formulés ci-dessous sous forme de questions ouvertes.

L’Union soviétique et son rôle dirigeant face à l’Algérie en guerre

L’URSS est souvent présentée comme ayant distribué les tâches – mais quelles tâches? La seule qui soit assez clairement définie incombe à la Tchécoslovaquie : fournir des armes. Le rôle de la RDA est certes d’accueillir des réfugiés politiques et des étudiants et de les former/formater pour le futur État algérien. Mais la RDA a un intérêt propre : sa propre reconnaissance pour contrer la «doctrine Hallstein» de la RFA et cet intérêt détermine toutes ses actions. Où commence le rôle «directeur» de l’URSS et où trouve-t-il ses limites? (Demandés pour une contribution : Thomas Gomart et Evgenia Obychkina)

Les «démocraties populaires» et leurs actions envers l’Algérie en guerre

  • CS(S)R et FLN (Petr Fidek/Prague et Martin Pavlik/Wasserburg)
  • Le rôle d’un pays «non-aligné» : la Yougoslavie (Vojislav Pavlovic/Belgrad)
  • Recherche sur la Roumanie : Traïan Sandu (Paris III)
  • Manquent : Pologne, Bulgarie, Hongrie, éventuellement Albanie ET Chine

L’analyse des forces sur place : FLN vs. PCA?

L’engagement de l’URSS est assez tardif, donc celui des pays «socialistes» également. Quel rôle la difficulté de cerner le FLN joue-t- elle dans cette hésitation? Le PCA a-t-il influencé cette analyse? L’a-t- on surestimé? Y a-t-il une influence du PCF sur l’analyse des «démocraties populaires» (la fameuse théorie de l’Algérie en tant que «nation en formation» de Maurice Thorez)? (Proposition de contribution : Kamel Kateb)

Le rôle de la France dans la stratégie soviétique

Quel est l’impact de l’argumentaire de la France et de son attitude en Algérie au niveau international, en particulier dans les «démocraties populaires»?

Le rôle de la Chine

La Chine a – selon les rapports des services militaires sur place – participé massivement à l’armement et à la formation de l’ALN – et surtout ses leaders. Est-ce une conséquence des tensions entre URSS et Chine à partir de la fin des années 1950 ou y a-t-il une stratégie propre de la Chine envers l’Algérie et par là à d’autres pays africains issus de la décolonisation?

En 2012, l’Algérie fêtera les 50 ans de son indépendance. La conférence doit contribuer à éclairer le rôle des États «socialistes» lors de la lutte pour cette indépendance. L’Algérie a connu, après 1962, un système pseudo-socialiste, mais l’un des premiers pays qui a été reconnu par le nouvel État était la RFA, capitaliste…

Fritz Taubert, Professeur à l’Université de Bourgogne UFR Langues et Communication (fritz.taubert@orange.fr)


Emilia Robin

Histoire de la guerre froide, humanités numériques, linux, médiation scientifique

More Posts

Publié par

Emilia Robin

Histoire de la guerre froide, humanités numériques, linux, médiation scientifique

Une réflexion sur « Décolonisation et monde communiste »

  1. Je vous signale, au cas où…

    JOURNAL DE BRIGITTE REIMANN, ANNEES 1955-1963.

    Au 12 mars 1961, il est question de l’Algérie. La veille, elle avait vu un documentaire qui la bouleverse (schrecklich aufgewühlt), Allons enfants… pour l’Algérie [Régie et texte, Karl Gass. RDA, 1961]

    «Des photos qu’on ne peut oublier, de camps de réfugiés, d’enfants affamés et malades. Je suis à peine capable d’en parler. J’ai éclaté en sanglots au cinéma devant ces hommes qui étaient devenus fous sous la torture. Je n’ai jamais rien vu d’aussi horrible.

    «p. 235 Aufnahmen, die man nicht vergessen kann, von Flüchtlingslagern und hungernden und kranken Kindern. Ich bin kaum fähig, hier davon zu berichten. Ich brach im Kino in Tränen aus beim Anblick der Männer, die durch Folterungen den Verstand verloren haben. Niemals sah ich Grauenhafteres. 1[…]»

    Reimann s’interroge : pourquoi la RDA n’aide pas l’Algérie. Existe-t-il encore chez les travailleurs un sens de l’Internationalisme. Il fut un temps, note-t-elle ou la Russie soviétique envoyait du blé pour les ouvriers allemands, faisant allusion au train que Lénine avait envoyé en novembre 1918 pour soutenir les ouvriers allemands.

    Ne parvenant pas à faire bouger les choses, pour échapper aussi à son mal-être et ses cauchemars ‘algériens’, au 16. 3.1961, elle dit avoir ouvert un fond d’aide Aida sur lequel elle fait virer des honoraires. Une action privée. Privataktion. A quoi sert, dit-elle à son compagnon, la vision du socialisme de l’après-demain. (die Aussicht auf den Sozialismus von übermorgen ?) pour les opprimés.

    «Ich habe meine Privataktion für Algerien eröffnet, indem ich ausstehende Honorare auf das Algerienkonto überweisen ließ. Ich werde es auch in Zukunft so halten. Wir werden auch einen Offenen Brief schreiben – »Hilfe für Aida«.»

    Je précise qu’en 1960, un citoyen cultivé de la RDA pouvait ignorer le nazisme…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.