La politique religieuse de Khrouchtchev et ses conséquences

Les ombres du Dégel : la politique religieuse de Khrouchtchev et ses conséquences

22 octobre 2011, 10h00-16h00

Saint-Denis

 

Parmi les recueils consacrés au Dégel en Union soviétique, on ne trouve pas, même dans les publications les plus récentes, d’articles analysant la politique religieuse à l’époque de Khrouchtchev. Cette absence est compréhensible si l’on tient compte de la tendance générale de l’histoire ecclésiastique à «isoler» son champ d’études de ceux des disciplines voisines. Or cette tendance est assez forte dans l’historiographie post- soviétique. Mais on peut regretter cette séparation, étant donné que la politique des autorités soviétiques à l’égard de l’Eglise orthodoxe russe dépendait étroitement de leur politique à l’égard de la paysannerie : l’analyse de ses fluctuations permet de mieux comprendre l’échec de Malenkov et la victoire de Khrouchtchev. La campagne antireligieuse de Khrouchtchev (1958-1962) a été rendue possible par la défaite du «bloc» des anciens staliniens (1957). Elle s’est traduite par une nouvelle législation sur les cultes, la fermeture de nombreux monastères, églises et séminaires, et par une vague d’arrestations. Par l’ampleur des répressions, cette campagne est unique en son genre pour la période du Dégel et ne peut être comparée ni avec les campagnes contre les jeunes intellectuels, ni avec la lutte contre les crimes économiques. En même temps, cette campagne ne fut pas suivie, comme c’était généralement le cas, par des campagnes similaires dans les autres pays du bloc soviétique. Cela signifie que la politique soviétique à l’égard des religions avait perdu son rôle de référence. Plusieurs questions seront abordées au cours du colloque :

Premièrement : la cible de la campagne. On estime habituellement que l’Eglise orthodoxe russe était la cible principale. Il serait intéressant de voir si les autres confessions pouvaient échapper à la répression, voire même accueillir de nouveaux croyants. La comparaison entre les cultes nous aidera à comprendre dans quelle mesure cette campagne a changé le champ religieux.

Deuxièmement : le rôle de la résistance des croyants dans le déroulement de la campagne. Cette résistance, parfois très forte (comme en Ukraine) a-t- elle accru la répression ou a-t-elle pu inciter les autorités à abandonner leurs efforts et à revenir à une politique religieuse plus modérée?

Troisièmement : le profil des antireligieux. Cette campagne s’inscrit dans le contexte particulier de la «période Khrouchtchev», marquée par son admiration pour la science et la technique, et son projet de modernisation du pays. Elle est probablement la dernière campagne antireligieuse soviétique au cours de laquelle la répression fut confiée non seulement à des exécutants, se conformant à la ligne du Parti, mais également à de vrais zélateurs. Il sera intéressant de préciser la composition de ce groupe et ses convictions.

Quatrièmement : la mémoire. L’évocation de cette campagne constitue une sorte de ligne de fracture. Le Dégel, largement associé dans la mémoire collective de la société soviétique, avec la libéralisation et la libération des détenus du GOULAG, est connoté négativement dans les souvenirs de nombreux croyants (y compris la figure de Khrouchtchev). Il est important d’étudier cette opposition majeure et sa portée pour les mémoires nationales.

10h00-12h00

  • Aleksandr Lavrov (Université Paris VIII) : «La politique religieuse de Khrouchtchev: bilan de recherches»
  • Nadia Maisseu (Université Paris VIII) : «La campagne antireligieuse de Khrouchtchev et la résistance des croyants»
  • Panteleimon Pavlinciuc (Université Paris IV) : «Les relations entre l’État et l’Eglise dans le diocèse de Chişinău pendant le ‘Dégel’ (1954-1958)»

Thomas Bremer (Universität Münster), Jutta Scherrer (EHESS) : Commentaires

13h00-16h00

  • Alena Lapatniova (EHESS) : «L’administration des cultes sous Khrouchtchev à travers les exemples de la Biélorussie et de la Lituanie»
  • Xavier Le Torrivellec (Université Paris VIII) : «Dessiner des frontières entre religions : la politique des deux Conseils aux cultes dans la région pluriconfessionnelle de Volga-Oural (1954-1965)»

Thomas Bremer (Universität Münster), Jutta Scherrer (EHESS) : Commentaires

Pierre Gonneau (Université Paris IV) : Conclusion

Lieu : Université Paris VIII-Saint-Denis, 2 rue de la Liberté, 93526 Saint-Denis, salle A094 (Métro: ligne 13 jusqu’à «Saint-Denis – Université»)

Organisateurs : Université Paris VIII-Saint-Denis / Université Paris IV

Contact : Aleksandr Lavrov (allavrov@yahoo.com)


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.