“Global Labour” et OIT (1947-1973)

«”Global Labour” et l’OIT (1947-1973) dans une perspective post-guerre froide»

Paris

19 avril 2012, 18h00-20h00

 

Séance du séminaire «Histoire mondiale», organisé par Chloé Maurel. Intervenante : Sandrine Kott, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Genève.

À l’image du mouvement des «indignés» qui, après la parution en 2010 du texte Indignez-vous de Stéphane Hessel, s’est développé spontanément dans différents pays d’Europe et du monde, de nombreux phénomènes dépassent les frontières nationales et acquièrent une dimension mondiale. Quel angle d’analyse adopter à l’égard de ces phénomènes transnationaux? Relevant à l’origine des cadres nationaux, mais pour mieux les dépasser, ceux-ci se laissent difficilement appréhender et font jouer des niveaux d’échelle parfois difficiles à maîtriser dans l’analyse.

Une des approches possibles est celle dite «mondiale» ou «globale».  Celle-ci permet d’intégrer les données nationales tout en appréhendant la dimension globale des phénomènes transnationaux. Elle effectue des comparaisons et des rapprochements entre les phénomènes mondiaux, tente d’en révéler les points de convergence ou les différences, de suivre leur diffusion à travers les frontières, ainsi que d’en tracer la généalogie.  Bien implanté aux Etats-Unis depuis plusieurs décennies (comme en témoignent par exemple les travaux de William McNeill ou de Patrick Manning), le courant de la «World History» tend depuis quelques années à se développer en France.

Certains historiens se sont ainsi penchés sur des vecteurs de transnationalité, tels que le livre ou les firmes multinationales. De plus, depuis de longues années, des chercheurs travaillent sur l’histoire des organisations internationales, lieux de synthèse par excellence des mouvements nationaux en un espace commun.

Quels sont les enjeux de l’histoire mondiale/globale? Quels nouveaux chantiers de recherche ouvre-t-elle? Comment les historiens de ce courant abordent-ils leur objet d’étude et que leur apporte cette approche mondiale? Les chercheurs invités à ce séminaire et les discussions tenteront d’apporter des éléments de réponse.

Ce séminaire est ouvert à tous : chercheurs, post-doctorants et doctorants, étudiants de Master et auditeurs libres. A la fin de chaque séance, un pot amical est prévu afin de permettre aux participants d’échanger dans une ambiance conviviale.

Lieu : École normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris; salle de séminaire de l’IHMC, 3e étage, escalier D

Contact : chmaurel@yahoo.fr


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.