L’Ostpolitik vaticane de Mgr Augustin Casaroli (1965-1975)

Marco LAVOPA soutiendra sa thèse de doctorat (Université de Cergy-Pontoise) sur le sujet suivant :

La diplomatie des «petits pas». L’Ostpolitik vaticane de Mgr Augustin Casaroli (1965-1975)

Le vendredi 25 novembre 2011 à 10h00.

Lieu : salle des thèses, Université de Cergy-Pontoise, site des chênes, 33 boulevard du port, 95011 Cergy-Pontoise

Composition du jury:

  • Gérard BOSSUAT, Université de Cergy-Pontoise, Directeur de thèse
  • Elena CALANDRI, Université de Padoue, Rapporteur
  • Antoine MARèS, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne – département Histoire, Rapporteur
  • Jean-Dominique DURAND, Université Jean Moulin Lyon 3 – Faculté des lettres et Civilisations, Examinateur

 
Résumé :

L’étude «La diplomatie des `petits pas’. L’Ostpolitik vaticane de Mgr Augustin Casaroli (1965-1975)» cherche, à travers l’histoire de l’œuvre du prélat Placentin, Augustin Casaroli de 1965 à 1975, à circonscrire les raisons historiques qui ont mené le Saint-Siège (sous la direction de Paul VI) à entreprendre des négociations avec les États socialistes de l’Europe orientale et à choisir une «politique du dialogue».  Casaroli est le représentant d’une diplomatie vaticane qui se trouve au centre de la scène européenne et internationale pendant ces années (1965-1975), tant au niveau bilatéral que multilatéral (avec la participation de Mgr Casaroli lui-même – comme délégué du Saint-Siège – à la Conférence d’Helsinki de 1975).  Les manuscrits des «Archives Casaroli» utilisés pour la réalisation du travail de thèse mettent en évidence des aspects peu connus de l’œuvre du prélat Placentin. C’est une représentation des faits très importante car elle met en relief toute la force de l’Ostpolitik vaticane et la persévérance du négociateur Casaroli au cours des contacts avec les représentants de l’Église locale et des gouvernements des États socialistes au-delà du rideau de fer. À la lecture du travail, on peut mesurer le grand mérite du négociateur du Saint-Siège en tant qu’exécutant matériel de la /politique du dialogue’ du pape Paul VI pendant la période postconciliaire entre 1965 et 1975: sauvegarder, grâce à un dur travail de médiation, en parcourant un chemin long et tortueux et dans les limites du possible, les intérêts de l’Église catholique et apporter sa contribution à la construction de la maison commune européenne.


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.