John Foster Dulles Secrétaire d’État, Cold Warrior et père de l’Europe

DAVID, François, John Foster Dulles Secrétaire d’État, Cold Warrior et père de l’Europe, Paris, PUPS, novembre 2011, 592 p. Préface de Georges-Henri Soutou

 

Présentation de l’ouvrage :

John Foster Dulles (1888-1959) est un personnage clé de la montée en puissance des États-Unis au XXe siècle. Ce diplomate, avocat d’affaires le mieux payé du monde, dirigeant des Églises protestantes, petit-fils et neveu de secrétaires d’État, frère d’un directeur de la CIA, intervient au cœur des réseaux qui transforment les États-Unis en une superpuissance volontariste et extravertie. Théoricien et praticien de l’idéalisme wilsonien, Foster Dulles participe aux premières réussites transatlantiques, mais aussi aux grandes déchirures américano-européennes. Après avoir rédigé l’article 231 du traité de Versailles («responsabilité» de l’Allemagne dans l’entrée en guerre), il forge, trente ans plus tard, la grande réconciliation entre l’Allemagne et l’Occident, en ancrant la RFA d’Adenauer au sein de l’Occident libéral. Apôtre par excellence de «l’indépendance dans l’interdépendance», Foster Dulles veut répudier la souveraineté des États nations pour mieux promouvoir le fédéralisme intégral sur le Vieux Continent. Chantre de la «destinée manifeste» et du messianisme américain, le secrétaire d’État du président Eisenhower, de 1953 à sa mort en 1959, n’a pas seulement coalisé l’Occident aux pires heures de la guerre froide; père de l’Europe, il a aussi posé, avec son ami Jean Monnet, les fondements idéologiques de l’actuelle Union européenne.

Cet ouvrage bénéficie du soutien et du prix de l’Association des anciens pensionnaires et amis de la Fondation Thiers (prix 2007).

Les auteurs :

Ancien élève de l’École normale supérieure (Ulm) et ancien pensionnaire de la Fondation Thiers (Institut de France–CNRS), François David est agrégé d’histoire et maître de conférences en science politique à l’université Jean Moulin (Lyon III), au Centre lyonnais d’études de sécurité internationale et de défense (CLESID).

Georges-Henri Soutou est membre de l’Académie des Sciences morales et politiques et Professeur émérite à l’Université Paris-Sorbonne (Paris-IV). Membre de la Commission des archives diplomatiques auprès du Ministère des Affaires étrangères, il siège au conseil de rédaction de diverses revues, dont Relations internationales et la Revue historique des Armées; il est co-directeur de la Revue d’histoire diplomatique.

Il travaille sur les relations internationales au XXe siècle, en particulier sur la Première guerre mondiale, les rapports franco-allemands et les relations Est-Ouest après 1945. Il a publié notamment L’Or et le Sang. Les buts de guerre économiques de la Première guerre mondiale, Fayard, 1989; L’Alliance incertaine. Les rapports politico-stratégiques franco-allemands, 1954-1996, Fayard, 1996; La Guerre de Cinquante Ans. Les relations Est-Ouest 1943-1990, Paris, Fayard, 2001; L’Europe de 1815 à nos jours, PUF, 2007.


Emilia Robin

Histoire de la guerre froide, humanités numériques, linux, médiation scientifique

More Posts

Publié par

Emilia Robin

Histoire de la guerre froide, humanités numériques, linux, médiation scientifique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.