1956, une date européenne

MINK, Georges, LAZAR, Marc, et SIELSKI, Mariuzs J. (dir.), 1956, une date européenne, Paris : éditions Noir sur Blanc, 2010, 480 p.

Présentation de l’éditeur : «Il y a plus d’un demi-siècle les deux Europe ont été traversées par une formidable onde de choc d’Est en Ouest. Le rapport Khrouchtchev au XXe Congrès du PCUS, l’Octobre polonais et l’intervention soviétique en Hongrie, ont été le plus souvent analysés et commémorés comme un premier schisme dans le système totalitaire soviétique. Rares étaient ceux qui établissaient des corrélations à l’échelle européenne, entre l’évolution du communisme au pouvoir et l’évolution politique dans les démocraties occidentales. On constatait certes un lien entre le conflit de Suez et l’écrasement de l’insurrection hongroise, mais l’effet « boule de neige » de la décomposition du communisme était moins perceptible. Le mur de la guerre froide séparait aussi les récits et les analyses de 1956.

Par les textes qui le composent, cet ouvrage insiste sur le caractère organiquement européen de l’héritage de 1956. Il s’inscrit dans les efforts pour niveler l’asymétrie entre les mémoires des anciens et des nouveaux membres de l’Union européenne. 1956 n’a pas toujours était perçu comme une date qui relie tout notre continent – tantôt cantonnée au cadre national, polonais ou hongrois, tantôt exportée ailleurs, pour être mise en musique dans les enjeux internes occidentaux, notamment dans les tentatives d’affaiblissement des partis communistes encore relativement puissants en France ou en Italie. L’hypothèse du grand troc diplomatique « à vous le Suez, à nous Budapest » ne faisait que creuser la séparation en deux réalités en apparence distinctes. L’européanisation de l’événement est venue bien plus tard. Et pour qu’elle s’accomplisse pleinement il a fallu deux tournants de l’histoire : la fin du communisme est-européen en 1989 et l’adhésion des pays de l’Europe centrale à l’Union Européenne en 2004.»

Table des matières :

Georges Mink : «1956 : une date européenne», p. 7

Première partie : URSS – Craquements du Centre, échos en périphérie

Le XXe Congrès

  • Nicolas Werth : «Le `Rapport secret’ en perspective», p. 35
  • Marc Élie : «Quelques aspects de la recherche récente», p. 59
  • Léonid Trous : «Comment cela fut-il vécu dans les camps et à l’extérieur», p. 73
  • Témoignages d’Elena Bonner, Sergueï Kovaliov, Georges Nivat

Périphérie

  • Elena Zoubkova : «L’année 1956 et l’`autre URSS’: le phénomène balte dans le contexte du `dégel’», p. 107
  • Olaf Mertelsmann : «1956, un tournant dans l’histoire de l’Estonie soviétique?», p. 136

Deuxième partie : La Pologne comme aiguillon

  • Leszek Kotakowski : «Cinquante ans plus tard», p. 145
  • Andrzej Paczkowski : «La Pologne après le XXe Congrès : enjeux et rapports de force», p. 152
  • Konrad Bialeski et Stanislaw Jankowiak : «`De la liberté et du pain!’ Le soulèvement de Poznán de juin 1956», p. 168
  • Pawel Machcewicz : «Crise politique ou mobilisation sociale?», p. 197
  • Paulina Codogni : «La différenciation du communisme – Le cas de la Pologne», p. 217
  • Stefan Meller : «Dédoublement : les jeux intérieurs du parti et les courants dnas la société populaire», p. 224
  • Adam Michnik : «La leçon de 1956 – cinquante après. Les rivages de l’anticommunisme», p. 229
  • Agnieszka Grudzińska : «Le XXe Congrès et la culture en Pologne», p. 233
  • Marcin Frybes : «L’Octobre polonais et ses conséquences pour les relations franco-polonaises», p. 253

Troisième partie : Hongrie : au-delà du tolérable

  • George Gömöri : «Deux octobres : la Pologne et la Hongrie en 1956», p.  265
  • Árpád Fasang : «Trois dimensions de la révoution hongoise», p. 275
  • Gusztáv D. Kecskés : «Les démocraties occidentales face à la révolution hongroise (1956 à partir des documents d’archives de l’OTAN», p. 281
  • Témoignage : Thomas Schreiber

Quatrième partie : La Tchécoslovaquie à la traîne? Contexte de la spécificité tchèque

  • Antoine Marès : «Les prolégomènes de 1956», p. 317
  • Jacques Rupnik : «La Tchécoslovaquie face à la crise de 1956», p. 333
  • Antonin J. Liehm : «La Tchécoslovaquie entre 1956 et 1968», p. 341

Cinquième partie : interdépendances et effets sur l’espace européen

  • René Rémond : «La rencontre des deux Europe – octobre 1956», p. 351
  • Norman Davies : «Interdépendances des développements. De Suez à Budapest», p. 353
  • Gérard Grunberg : «1956 dans l’opinion publique en France et en Italie.  Les communistes et les autres», p. 356
  • Marc Lazar : «Les partis communistes français et italien et l’année 1956. Entre crise et fidélité», p. 364
  • Alain Besançon : «Les voies du communisme européen après 1956», p. 374
  • Bronislaw Geremek : «Le chemin de la liberté européenne», p. 378
  • Gergely Fejérdy : «Action diplomatique de Paul-Henri Spaak», p. 385
  • Mariusz J. Sielski : «La nouvelle image de la Russie en Pologne à la suite des événements de 1956», p. 392


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.