Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989)

POPA, Iona, Traduire sous contraintes. Littérature et communisme (1947-1989), Paris : CNRS Éditions, coll. «Culture et sociétés», octobre 2010, 590 p.

Présentation : «L’instauration des régimes communistes en Europe de l’Est entraîne une transformation radicale des conditions de publication et d’exercice du métier d’écrivain, due à l’étatisation, à la centralisation, au contrôle idéologique, à l’instauration d’une censure préventive et répressive. Subsiste-t-il alors un espace d’échange intellectuel entre l’Est et l’Ouest ? Comment des oeuvres produites dans des conditions de contrôle étroit de l’imprimé parviennent-elles à circuler au-delà des frontières et à être traduites ? Comment déjouer un faisceau de contraintes politiques, économiques, juridiques, matérielles et linguistiques ?

L’étude magistrale de Ioana Popa répond à ces questions à travers une analyse sociologique et historique des transferts littéraires en provenance de Pologne, Hongrie, Tchécoslovaquie, Roumanie et d’URSS vers la France de 1947 à 1989. Grâce à une approche originale et à un riche matériau empirique en grande partie inédit, elle permet de saisir par quels circuits les textes passent en traduction, retraçant les trajectoires de leurs auteurs et de leurs intermédiaires ainsi que leurs savoir-faire. De l’exportation éditoriale d’oeuvres engagées à la clandestinité littéraire, elle restitue des logiques de circulation qui relèvent aussi bien des Etats et des appareils partisans que des réseaux transnationaux structurés autour de l’exil ou d’organisations de combat « antitotalitaire ». Instrument de propagande extérieure mais aussi de contestation, l’écrit apporte, à travers la traduction, une notoriété qui protège les écrivains de la persécution qu’ils subissent dans leur pays. En restituant les enjeux politiques de ces transferts culturels, ce livre majeur montre que la littérature, à l’heure de la Guerre froise, était d’abord et surtout une arme de combat.»

Ioana Popa est docteur de l’Ecole des hautes études en sciences sociales et chargée de recherche au CNRS (ISP).

Table des matières

Introduction

Première partie – La bipolarisation des enjeux

Chapitre 1. Que faire du patrimoine littéraire?

  • Une configuration clivée du transfert littéraire, p. 33
  • Continuités des réseaux, redéfinitions des enjeux, p. 43
  • Une importation ambivalente, p. 71

Chapitre 2. L’offensive idéologique

  • Hiérarchies littéraires et politiques, p. 86
  • «Nous importons ce qui peut nous servir», p. 94
  • Une offensive à faible portée, p. 102
  • L’exportateur, p. 107

Chapitre 3. Guerre froide en littérature

  • Les enjeux de la littérature de témoignage, p. 114
  • Des intermédiaires «discrets», p. 131
  • Une place à faire, p. 141

Deuxième partie – Une ouverture contrôlée

Chapitre 4. «Moments critiques» et reconfiguration du transfert littéraire

  • À «l’avant-garde» de la déstalinisation, p. 163
  • Un transfert littéraire reconfiguré, p. 172
  • Rendre compte de l’événement, p. 175
  • Autorisé/ interdit : une frontière redéfinie, p. 178
  • Désengagements et reconversions : militants communistes et compagnons de route, p. 197
  • L’enchevêtrement des réseaux d’intermédiation, p. 215
  • Savoir subvertir, p. 227

Chapitre 5. L’invention d’un circuit de traduction

  • La circulation internationale d’un manuscrit, p. 246
  • La multiplication des médiateurs et des supports textuels, p. 274
  • Le prix de la consécration internationale, p. 292

Chapitre 6. Comment «donner des gages au renouveau»

  • Importation littéraire et «réaménagements» du réalisme socialiste, p. 312
  • Le prix «paisible» : la reconnaissance internationale du réalisme socialiste, p. 324
  • Une parenthèse autorisée, p. 330

Chapitre 7. Choix littéraires, intermédiations partisanes

  • Chercher sa voie : recrutement social et ressources scolaires, p. 344
  • Entrer en littérature et en politique, p. 348
  • Le poète-adaptateur, p. 354
  • Le connaisseur des langues, p. 371
  • Le traducteur professionnel, p. 381

Troisième partie – Traductions de la contestation

Chapitre 8. Une circulation par «capillarité». 391

  • Écriture et édition clandestines, p. 392
  • Des circuits transnationaux, p. 421
  • Écritures multiples, textes «mouvants», p. 451

Chapitre 9. (Dé)Politisations du transfert littéraire, p. 463

  • Un espace non autorisé de traduction renforcé, p. 464
  • Importations éditoriales plurielles, p. 485
  • Effets de classement, logiques d’appropriation, p. 508

Conclusion


Emilia Robin

Chercheuse associée à l'UMR SIRICE. Violons d'Ingres : guerre froide, médiation scientifique, logiciels libres

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search