La société française dans la guerre froide

«La société française dans la guerre froide»

Jeudi-samedi 3-5 mars 2011

Fontainebleau/Paris

Ces journées sont organisées par les Archives nationales en partenariat avec l’Institut d’histoire du temps présent. Cette manifestation réunira historiens français et étrangers sur le thème des sociétés de la Guerre froide, en commençant par l’exemple de la France, avant d’élargir le débat vers d’autres horizons, comme le proposera une discussion le 5 mars matin. Elle se déroulera dans les locaux des Archives nationales, à Fontainebleau le 3 mars et à Paris les 4 et 5 mars.

Ces journées d’études sont gratuites et accessibles sur inscription auprès de noelle.berger@culture.gouv.fr (nombre de places limité, merci de préciser au moment de votre inscription si vous souhaitez participer à tout ou partie de ces journées). La restauration sous la forme d’un buffet gratuit est assurée le 3 mars sur le site de Fontainebleau.

3 MARS : ARCHIVES NATIONALES À FONTAINEBLEAU

9h00 : Départ de la Porte d’Orléans, Paris XIVe, au pied de la statue du Général Leclerc (RDV impératif 10 minutes avant)

10h00-10h15 : accueil et introduction par Sylvie Le Clech, directrice scientifique des Archives nationales de Fontainebleau

Les acteurs : organisations politiques et institutions

Présidence de Serge Wolikow, professeur à l’université de Bourgogne.  Discutant : Jean Vigreux, professeur à l’université de Franche-Comté.

  • 10h15-10h35 : Le PCF (Roger Martelli, Fondation Copernic)
  • 10h35-10h55 : La SFIO (Gilles Morin, Institut d’histoire du temps présent)
  • 10h55-11h15 : Le couple Thorez, les rapports au groupe dirigeant (Annette Wieviorka, IRICE, Paris 1, CNRS)
  • 11h15-11h35 : De Gaulle et la guerre froide (Maurice Vaïsse, Institut d’études politiques de Paris, Centre d’études des relations internationales)
  • 11h35-11h55 : Les droites non gaullistes (Olivier Dard, université Paul Verlaine, Metz)
  • 11h55-12h15 : Armée et nation sous la IVe République (colonel Guelton, Service historique de l’armée de terre)

12h15-13h00 : questions-réponses

13h00-14h15 : déjeuner pris en commun dans le restaurant des Archives nationales à Fontainebleau

14h20-15h00 : les moyens de la recherche

Présidence de Sylvie Le Clech. Discutant : Christian Oppetit, Archives nationales.

Une discussion sur les moyens de la recherche, partira d’un point sur les sources et l’action en matière de collecte, traitement et valorisation aux Archives départementales de Seine-saintDenis et aux Archives nationales à Fontainebleau. Pour les Archives nationales à Fontainebleau : Damien Richard. Pour les Archives départementales de Seine-saint-Denis : Guillaume Nahon.

  • 15h- 15h20 : La France dans l’OTAN, l’OTAN en France, 1949-1966 (Jenny Raflik, université de Cergy-Pontoise, CICC/UMR IRICE)
  • 15h25-15h45 : Le Rassemblement Démocratique Révolutionnaire, une entreprise politique impossible (Bastien Amiel, groupe d’analyse politique, université de Paris-Ouest-La Défense)

15h50-16h30 : Questions-réponses

16h45 : retour en car vers Paris (arrivée prévue, 17h45)

4 MARS : ARCHIVES NATIONALES, PARIS

9h00-9h10 : accueil et introduction par Isabelle Neuschwander, directrice des Archives nationales

Les pratiques sociales de la guerre froide «vue d’en bas»

Présidence de J.-J. Becker, Paris-Ouest-La Défense. Deux discutants : Michel Pigenet (Centre d’histoire sociale du XXe siècle, Paris 1, CNRS), sur la problématique; Robert Mencherini (UMR Telemme-MMSH Aix-en-Provence), sur les sources.

  • 9h10-9h30 : Mémoire scolaire et historiographie de la Guerre froide (Philippe Buton, université de Reims-Institut d’histoire du temps présent)
  • 9h30-9h50 : Existe-t-il un ordinaire de Guerre froide? (Michel Hastings, Institut d’Études Politiques de Lille – Institut d’histoire du temps présent)
  • 9h50-10h10 : Syndicalisme et syndicalistes (Michel Dreyfus, Centre d’histoire sociale du XXe siècle, CNRS, Paris 1)
  • 10h10-10h30 : Les associations de déportés, résistants et internés (Patricia Gillet, Archives nationales, Paris)
  • 10h30-10h50 : Élus et questions de toponymie pendant la Guerre froide.  L’exemple de la Marne, 1944-1968 (Xavier Desbrosse, Institut d’histoire du temps présent)
  • 10h50-11h10 : Signification des jumelages (Hélène Chaubin, Institut d’histoire du temps présent)
  • 11h10-11h30 : Georges Albertini et les réseaux anticommunistes de la Guerre froide (Pierre Rigoulot, directeur de l’Institut d’histoire sociale)
  • 11h30-11h50 : Survivre à la menace, la protection des civils en guerre moderne (Isabelle Miclot, université de Paris-Ouest-La Défense, Institut d’histoire du temps présent)

11h50-12h30 : questions-réponses

12h30-14h00 : déjeuner libre

Imaginaires et cultures de guerre froide

La présidence est confiée à Pascal Ory, professeur à la Sorbonne (Paris 1). Le discutant est Christian Ingrao, directeur de l’Institut d’histoire du temps présent.

  • 14h00-14h15 : introduction par Christian Ingrao
  • 14h15-14h35 : Le champ politique communiste pendant la Guerre froide, le discours (Bernard Pudal, université de Paris-Ouest-La Défense-CNRS Paris VIII)
  • 14h40-15h00 : Revisiter l’histoire à l’aune de la guerre froide, 1949, Oradour (Pascal Plas, Musée d’Oradour-Institut d’histoire du temps présent)
  • 15h05-15h25 : Ce soir en France (Alexandre Courban, université de Bourgogne)
  • 15h30-15h50 : L’affrontement entre RDA et RFA sur la scène du théâtre des nations (Christian Wenkel, Institut d’études politiques de Paris-université de Münich)
  • 15h55-16h15 : France-URSS, une association de diffusion de la culture soviétique à l’heure de la Guerre froide, 1947-1953 : l’exemple du cinéma (Pauline Gallinari, universités de Paris 1-Paris VIII)
  • 16h20-16h40 : Cinéma et politique en France pendant la Guerre froide (Fabrice Montebello, université de Metz)
  • 16h45-17h05 : L’architecture de la Guerre froide (Danièle Voldman, Centre d’histoire sociale du XXe siècle-université de Paris 1)

17h10-17h30 : questions-réponses, annonce de l’exposition «Fichés» des Archives nationales à compter des Journées européennes du patrimoine 2011

5 MARS, ARCHIVES NATIONALES À PARIS :

DISCUSSION AUTOUR DE GRANDS TÉMOINS

10h00-12h00 : deux parties, introduites et conclues par Marie-Pierre Rey. Se joignent à Marie-Pierre Rey, comme discutants, Charles Keckskemeti (secrétaire général honoraire du Conseil international des archives) et Stefan Martens (directeur adjoint de l’Institut historique allemand de Paris). Première partie :

  • Stéphane Martens pour la Guerre froide en Allemagne
  • Frédéric Saillot, historien, sur les regards croisés dans la presse polonaise et française au cours de l’année 1956
  • Léopoldo Nuti et Renato Moro, de l’université de Rome, sur les anticommunismes
  • Sous réserve, un chercheur anglais et un chercheur allemand.

Deuxième partie : les mêmes participants, et un élargissement à Arno Mayer, professeur émérite à l’université de Princeton, grand témoins des rapports entre les historiens européens et américains.

Lieux :

  • Archives nationales-Fontainebleau, 2 rue des Archives, 77300 Fontainebleau
  • Archives nationales-Paris, Hôtel de Rohan, 87 rue Vieille-du-Temple, 75003 Paris

Renseignements : http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/anparis, http://www.ihtp.cnrs.fr/spip.php%3Farticle1048&lang=fr.html

Emilia Robin

Histoire de la guerre froide, humanités numériques, linux, médiation scientifique

More Posts

Anti-communist resistance in Central and Eastern Europe

Anti-communist resistance in Central and Eastern Europe

14-16 novembre 2011, Bratislava

Date limite de réponse : 30 juin 2011

The Slovak Nation’s Memory Institute in cooperation with their foreign partners (The Institute for the Study of Totalitarian Regimes, Czech Republic; The Institute of National Remembrance, Poland and The Institute for the History of the 1956 Hungarian Revolution, Hungary) organizes an international scientific conference called Anti-communist resistance in Central and Eastern Europe. Three days conference will take place in Bratislava on November 14–16, 2011.

The conference aims to present the latest results of historical (scientific) research in the area of anti-communist activities including revolts, exodus of people and persecutions in the countries of Central and Eastern Europe, which were ruled by communists regimes after the end of the World War II. The conference intends to bring the broadest context of civil actions against the totalitarian regime, including open rebellions against communists government. It will also analyze various forms of persecutions against the opponents of communism. The presence of researchers from several countries of the former soviet bloc will give a comparative view on the common features as well as the particularities of development of the anti-communist resistance in the countries of Central and Eastern Europe.

Conference languages will be Slovak and English, simultaneous translation will be provided.

Conference domains:

  1. The illegal groups and dissidents in the anti-communist resistance
  2. Opposition activities in the official and semi-official organizations (students, churches, armed forces etc.)
  3. Open rebellions and insurrections against the communist regime
  4. Political emigration in the battle against the communist regime
  5. The forms of judicial and extrajudicial persecutions of anti-communist resistance activists
  6. The role of media and propaganda in the struggle against the communist regime

Provided that the presented conference agenda strikes your interest, please fill this ONLINE FORMULÁR or forward your PRIHLÁŠKU and an abstract of your paper (max. 1 page) by 30 June 2011 via email to peter.jasek@upn.gov.sk or by post to:

Ústav pamäti národa
Nám. slobody 6
817 83 Bratislava 15

Contact person: Peter Jašek
tel.: 00421 2 593 00 338

Site Web : http://www.upn.gov.sk/ine/anti-communist-resistance-in-central-and-eastern-europe

Emilia Robin

Histoire de la guerre froide, humanités numériques, linux, médiation scientifique

More Posts

Transferts d’expérience d’occupation en Europe

«Vom Gegner lernen»[1] : transferts d’expérience d’occupation en Europe (1914-1968)

30 juin 2011, Centre Marc Bloch (Berlin)

Date limite de réponse : 28 février 2011

Journée d’études doctorales, juin 2011. Équipe organisatrice : Masha Cerovic, Aurélie Denoyer, Sophie Schifferdecker, Regis Schlagdenhauffen

Toute proposition est à envoyer avant le 28 février 2011 accompagnée d’un résumé et d’une courte biographie de son auteur (une page au total) à l’adresse suivante : workshop.cmb2011@gmail.com

Un avis de confirmation sera envoyé aux personnes sélectionnées avant la fin du mois de mars 2011.

Présentation

En septembre 2004, un colloque international s’était déjà tenu au Centre Marc Bloch sur les expériences d’occupation en Europe de 1914 à 1945.  Concluant ce colloque, Bernhard Struck avait souligné les pistes qui restaient ouvertes à la recherche, notamment autour de la problématique des transferts; il avait alors attiré l’attention sur trois formes de transferts dont l’analyse semblait particulièrement prometteuse pour le chercheur : «: l’intégration du discours et des pratiques coloniales dans les pratiques d’occupation, les transferts entre les différentes situations d’occupation (d’Est en Ouest, de la Première à la Deuxième Guerre mondiale entre autres), et enfin, les transferts entre occupants et occupés»[2]. Sept ans plus tard, la journée d’études aujourd’hui proposée veut donner à des jeunes chercheurs la possibilité de répondre à l’invitation à la recherche qu’il avait alors lancée.

Dépassement et approfondissement de l’approche comparatiste, le concept de transfert est né du renouvellement de l’histoire culturelle franco-allemande et se trouve au cœur des tentatives, au cours des quinze dernières années au moins, d’écrire une histoire véritablement européenne[3]. Deux éléments centraux définissent le transfert : «déplacement matériel», «mouvements humains» d’une part; «transformation en profondeur liée à la conjoncture changeante de la structure d’accueil», parce que «les besoins spécifiques du système d’accueil opèrent une sélection» d’autre part[4].

Née de la collaboration franco-allemande, cette notion de transfert ne pouvait faire l’économie d’une réflexion sur les conflits et les échanges entre ennemis[5]. Aust et Schönpflug ont ainsi rappelé que les situations de conflits s’avéraient aussi être des «phases d’apprentissage intensif», mais ont aussi avancé «qu’il peut y avoir un échange non malgré, mais justement en raison de relations riches en conflits»[6]. Nous reprenons ici leur hypothèse, que nous nous proposons donc de tester, en l’élargissant, sur un terrain qu’ils n’ont pas abordé – celui des occupations, une expérience partagée par l’écrasante majorité des pays européens, où pour le moins, la première condition du transfert — celle des mouvements humains — est un donné. Dans cette Europe où les militaires, les administrateurs, les experts, les victimes, les réfugiés circulent par dizaines de millions pendant quarante ans, comment les expériences de l’occupation, celles des occupants et des occupés, circulent-elles? Comment sont-elles comprises, formulées, mobilisées, réutilisées?

Nous nous proposons d’ouvrir le champ de l’analyse à l’Europe d’après-guerre : si la polémique ouverte par Jürgen Zimmerer autour de l’apport de la lecture post-coloniale à la compréhension du nazisme a définitivement rendu incontournable la discussion sur les liens entre occupations en et hors d’Europe[7], il semble tout aussi intéressant d’explorer en miroir l’impact des expériences d’occupation de la Deuxième Guerre mondiale en Europe sur les guerres coloniales et sur la montée concomitante de l’anticolonialisme et de l’anti-impérialisme en Europe.

Le champ ainsi ouvert est évidemment immense. Dès l’occupation même, acteurs et victimes se livrent à une analyse réflexive de leur expérience, qu’ils construisent en discours et en connaissance.  Emergent ainsi plusieurs catégories d’acteurs des transferts : militaires, résistants, victimes, mais aussi administrateurs, experts, agents de renseignement participent à ce processus, qui aboutit donc dès ce stade à des interprétations profondément divergentes de l’expérience d’occupation, y compris au sein d’un même État. Cette production initiale de discours et de connaissances est ensuite à la fois utilisée dans des contextes différents et transmise à des groupes allant au-delà des acteurs initiaux. En effet, au-delà des trajectoires personnelles d’acteurs qui ont pu incarner dans leur activité le transfert, notamment dans l’inversion des rôles entre résistants et occupants, il s’agit d’explorer la transmission de cette expérience, afin d’affiner notre perception des «continuités», «traditions», «mémoires». Logiques institutionnelles, poids des réseaux, sociabilités associatives, politiques culturelles et mémorielles, transmissions familiales : autant de canaux possibles, dans cette liste non exhaustive, du transfert de l’expérience; autant de voies par lesquelles la perception de cette expérience se transforme. L’analyse permet alors de tracer les contours d’une histoire certes pleinement européenne, mais qui fait d’autant mieux ressortir les spécificités de chaque situation.

Honorant la longue tradition de dialogue franco-allemand du centre Marc Bloch, les interventions privilégieront l’histoire des transferts entre France et Allemagne, qui d’une occupation à l’autre et jusqu’en 1968 inclus, partagent une riche histoire de transferts des expériences d’occupation. L’analyse sera cependant ouverte au reste du continent européen, en particulier à l’Europe de l’Est et l’URSS. S’il est impossible de proposer un panorama complet au cours de cette journée d’études, nous pensons en effet qu’une comparaison ciblée de transferts d’expérience entre ces deux Europes ne peut qu’enrichir l’analyse. Les intervenants seront des doctorants ou jeunes chercheurs, qui auront pour discutants des chercheurs confirmés. Les langues de travail seront l’allemand, l’anglais et le français.

Notes :

[1] Martin Aust, Daniel Schönpflug (dir.), Vom Gegner lernen: Feindschaften und Kulturtransfers im Europa des 19. und 20.  Jahrhunderts, Frankfurt / Main, Campus Verlag, 2007.

[2] Voir le compte-rendu par Fabian Lemmes, http://geschichte-transnational.clio-online.net/tagungsberichte/id=762&count=164&recno=17&sort=datum&order=up&segment=16.

[3] La notion est née de l’article-manifeste de M. Espagne et M.  Werner, «La Construction d’une référence culturelle allemande en France : Genèse et histoire (1750-1914)», Annales ÉSC, 4 (juillet-août 1987), p. 969-992; repris dans M. Espagne et M. Werner (dir.), Transferts. Les relations interculturelles dans l’espace franco-allemand (XVIIIe-XIXe siècle), Paris, 1988.

[4] M. Espagne et M. Werner, Transferts, p. 286.

[5] Voir l’introduction – et le programme – d’Aust & Schönpflug, Vom Gegner lernen.

[6] Aust & Schönpflug, p.14.

[7] Pour une présentation récente des positions sur cette question, voir Sven Müller et Cornelius Trop (dir.), Das Deutsche Kaiserreich in der Kontroverse, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2009, en particulier les 3e et 4e parties, notamment les contributions de Jürgen Zimmerer, «Kein Sonderweg im Rassenkrieg. Der Genozid an den Herero und Nama 1904-1908 zwischen deutschen Kontinuität und der Globalgeschichte der Massengewalt», p.323-340, et Birthe Kundrus, «Von der Peripherie ins Zentrum. Zur Bedeutung des Kolonialismus für das Deutsche Kaiserreich», p.359-373. Cette dernière avait déjà critiqué les thèses de Jürgen Zimmerer en plaidant pour l’utilisation du concept de transfert pour analyser les rapports entre colonialisme et nazisme, afin de mieux prendre en compte justement l’importance du contexte de réception : «Kontinuitäten, Parallelen, Rezeptionen. Überlegungen zur “Kolonialisierung” des Nationalsozialismus», in: Werkstatt Geschichte 43 (2006), p. 45-62.

Emilia Robin

Histoire de la guerre froide, humanités numériques, linux, médiation scientifique

More Posts

Award prize: the United States military in the Cold War era

Award : The United States military in the Cold War era (1945-1991)

Date limite de réponse : 31 juillet 2011

The John A. Adams Center at the Virginia Military Institute is pleased to announce that it will award prizes for the best unpublished papers dealing with the United States military in the Cold War era (1945-1991).

For the seventh year, the John A. Adams Center at the Virginia Military Institute is pleased to announce that it will award prizes for the best unpublished papers dealing with the United States military in the Cold War era (1945-1991). Any aspect of the Cold War military is eligible, with papers on war planning, operations, intelligence, logistics, and mobilization especially welcome. Please note that essays which relate aspects of the Korean and Southeast Asian conflicts to the larger Cold War are also open for consideration.

Not only do we invite your submission of previously unpublished pieces, but we encourage you to pass along this notice to colleagues or promising graduate students who might be working in this area.

Prizes: First place will earn a plaque and a cash award of $2000; second place, $1000 and a plaque; and third place, $500 and a plaque.

Procedures: Entries should be tendered to the Adams Center at VMI by 31 July 2011. Please make your submission by Microsoft Word and limit your entry to a maximum of twenty-five pages of double-spaced text, exclusive of documentation and bibliography.

A panel of judges will, over the summer, examine all papers; the Adams Center will then announce its top three rankings early in the fall of 2011. The Journal of Military History will be happy to consider those award winners for publication. In addition, the Adams Center would like to post the better papers on its website — with the permission of the author, of course.

Submissions and questions:

Director, John A. Adams ’71 Center for Military History and Strategic Analysis
c/o Ms. Deneise P. Shafer
Department of History
Virginia Military Institute; Lexington, VA 24450
shaferdp@vmi.edu
540-464-7338
Fax: 540-464-7246

Emilia Robin

Histoire de la guerre froide, humanités numériques, linux, médiation scientifique

More Posts